Annonce

Réduire
Aucune annonce.

1973 Carnet d'un Passionné

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages



























  • Et beaucoup de Carrera










     
    Avant c'était mieux

    Commentaire


    • que sont devenues toutes ces voitures ?..................(barquettes et Porsche)


      Il existe un site de passionnés qui regroupent cette question non vitale et non existencielle ? Merci. 
      Vous aimez les 24 heures, le polar, le suspens, la pop music, la 2è guerre mondiale, la poésie ? c'est ici!
      www.l-oree.org

      Commentaire


      • [QUOTE=camerat;n1305561][URL=https://www.casimages.com/i/201112105809900854.png.html]



        L'accrochage de la LOLA de PIANTA et des 911 de CHENEVIERE (88) pris en sandwich avec la 92 de ZECOLLI-BONOMELLI

        Pour en savoir plus sur tout ce beau monde grâce à l'ami CAMERAT bien sure https://www.racingsportscars.com/ent...l:cool::cool: 
         

        Commentaire


        • Ceux que j'ai oublié hier soir







          Avant c'était mieux

          Commentaire


          • Qu'est-ce qui s'est passé pour la Ligier JS 2 , elle a couru à Dijon , mais ensuite , DNS à Monza et NQ à Spa ..... !
            L'age d'Or est derrière nous !... Faisons demi-tour ...

            Commentaire


            • Envoyé par Papiyv Voir le message
              Qu'est-ce qui s'est passé pour la Ligier JS 2 , elle a couru à Dijon , mais ensuite , DNS à Monza et NQ à Spa ..... !
              Rupture de la courroie d'entraînement de la pompe d'alimentation aux essais, puis d'autres soucis moteur décident du forfait.
              Ligier préfère faire l'impasse à Spa pour mieux préparer Le Mans.
              Avant c'était mieux

              Commentaire


              • Ce foutu site ne voulant pas en une fois vous l'aurez en 2 

                29 avril

                GP d'ESPAGNE


                Le Grand Prix d'Espagne qui se déroule sur le circuit urbain du Parc de Montjuich voit la mise en conformité de l'ensemble des F1 avec la nouvelle réglementation (structures déformables sur les flancs ainsi que l'emploi de réservoirs du type outre en caoutchouc) ce qui a amené certains constructeurs a rebaptisé leurs monoplaces comme LOTUS (72E), TYRRELL (006) ou BRM ( P160E). Mais ce sont surtout les grands débuts de la nouvelle FERRARI B3 conçue en partie en Angleterre par John Thompson dont seul ICKX dispose. MARCH aligne une version profondément modifiée de sa 721G devenue 731G pour Henri PESCAROLO, JARIER étant retenu par la manche de F2 au RING. BEUTTLER dispose également de cette nouvelle monoplace. Chez McLAREN, REVSON cette fois a aussi une M23 identique à celle que HULME a fait débuter à KYALAMI et BRABHAM a reconstruit des BT 42 après l'accident de WATSON à la ROC pour son duo sud américain REUTEMANN-FITTIPALDI, DE ADAMICH à rejoint l'équipe de M.E. mais lui se contente d'une BT37. Enfin Graham HILL lance son équipe grâce aux cigarettier EMBASSY et aligne une SHADOW DN1 pour lui-même.
                Les essais confirment les résultats des trois premières courses en plaçant encore une fois les Lotus, les Tyrrell et les McLaren aux avant-postes. Très impressionnant, Peterson réalise sa deuxième pole de la saison avec sept dixièmes d'avance sur Hulme qui démontre encore une fois la vélocité de la M23. Les Tyrrell sont en deuxième ligne et pour une fois Cevert devance Stewart. Revson est cinquième devant Ickx. Fittipaldi a rencontré des soucis techniques et ne part que depuis le septième rang. Il précède Regazzoni, Hailwood, Beltoise et Lauda.

                Les performances de la nouvelle Brabham BT42 sont moyennes: W. Fittipaldi est douzième et Reutemann quinzième. Les Shadow ne se comportent pas trop mal puisque Oliver et Follmer occupent la septième ligne. La nouvelle March ne brille pas, Pescarolo et Beuttler se retrouvent en fond de grille avec les Iso. Hill se qualifie en dernière position avec un temps très médiocre, à plus de huit secondes de celui de la pole.

                Départ : Peterson et Hulme partent très bien et sont côte à côte jusqu'à l'épingle où le Suédois vire en tête devant le Néo-Zélandais. Stewart est troisième devant Cevert et Beltoise tandis que Lauda a pris un départ canon et se retrouve sixième. Revson et Ickx se sont fait surprendre et perdent quelques places. Hailwood part avec un demi-tour de retard car après avoir dû changer in extremis de moteur,il est parti des stands. Fin du 1er tour : Peterson mène devant Hulme, Stewart, Cevert, Beltoise, Lauda, E. Fittipaldi, Reutemann, Revson et Ickx.

                Peterson s'échappe devant Hulme qui est menacé par les Tyrrell. Fittipaldi prend la sixième place à Lauda puis Stewart dépasse Hulme et Fittipaldi s'impose face à Beltoise si bien qu'au 5eme tour Peterson mène devant Stewart (3s.), Hulme (5s.), Cevert (6s.), Fittipaldi (7.5s.), Beltoise (9s.), Lauda (9.5s.), Revson (10s.), Reutemann (11s.) et Ickx (12s.). Suivent Regazzoni et Follmer. Revson double Beltoise et Lauda. Ce dernier cède aussi à Reutemann et au 10e tour Peterson a quatre secondes d'avance sur Stewart. Follmer prend la dixième place à Ickx. Regazzoni arrive au stand BRM pour changer ses pneus qui sont déjà usés. Il repart en queue de peloton. Follmer et Ickx doublent Beltoise. Pace renonce suite à l'avarie d'un demi arbre de roue.

                Au 20e tour Hulme emprunte l'allée des stands. Une de ses roues menace en effet de se détacher et doit être refixée. Cevert récupère ainsi la troisième place et précède Fittipaldi de quelques dizaines de mètres alors que Peterson a maintenant huit secondes d'avance sur Stewart. Hulme est reparti en quinzième position. Hill entre à son stand afin de faire purger ses freins. 5 tours plus tard Peterson a neuf secondes de marge sur Stewart. Viennent ensuite Cevert et Fittipaldi, à vingt-cinq secondes, puis Revson et Reutemann à une quarantaine de secondes, mais deux tours plus tard Cevert entre aux stands avec une crevaison et reprend la piste en quatorzième position alors que Hailwood abandonne après la rupture d'une conduite d'huile sur sa Surtees. Hulme lui remonte dans le peloton, après avoir doublé Pescarolo, Galli, W. Fittipaldi et Beuttler il passe Beltoise alors que Lauda s'est retiré.

                Au 30e tour Peterson est premier devant Stewart (10.3s.), E. Fittipaldi (27.7s.), Revson (38.7s.), Reutemann (43.7s.), Follmer (1m. 05s.) et Ickx (1m. 06s.). Suivent Hulme, Beltoise, Beuttler et Cevert revenu en onzième position devant W. Fittipaldi et Pescarolo. Victime d'incessants problèmes de freins, Hill abandonne. Puis Ickx rencontre un problème de freins. Il doit regagner les stands pour faire examiner sa machine. Il laisse ainsi la sixième place à Follmer alors que Reutemann prend la quatrième place à Revson pendant que Hulme rejoint de nouveau le stand McLaren pour changer une nouvelle roue. Il chute ainsi au onzième rang et perd presque toute chance d'inscrire un point.

                Au 42e tour Peterson possède une quinzaine de secondes d'avance sur Stewart. Fittipaldi est à plus de trente secondes de son équipier et voit Reutemann le rattraper petit à petit. Revson est distancé, de même que Follmer. Beltoise est septième devant Cevert, Beuttler et Pescarolo. Ickx a repris la piste avec beaucoup de retard. 5 tours plus tard Stewart lève le bras : ses freins ne répondent plus. L'Écossais regagne son garage pour abandonner alors que Cevert double Beltoise et se retrouve à la porte des points.
                Peterson est toujours leader avec quarante secondes d'avance sur son équipier E. Fittipaldi. Reutemann est troisième à une cinquantaine de secondes. Revson est quatrième avec près d'un tour de retard. Suivent Follmer, Cevert, Beltoise, Beuttler, Pescarolo et Hulme. Handicapé par un fil de bougie détaché, Revson est rattrapé par la Shadow de Follmer qui lui même est rattrapé par Cevert avec une Tyrrell beaucoup plus véloce. A ce moment Reutemann est le pilote le plus rapide en piste. Il n'est plus qu'à dix secondes de Fittipaldi.

                Mais au 57e tour coup de théâtre Peterson ne peut plus sélectionner ses vitesses. Il entre aux stands et renonce. Le Suédois perd ainsi une victoire qui lui tendait les bras. Fittipaldi récupère la première place devant Reutemann alors que Cevert double Revson et Hulme passe Pescarolo. Sept secondes séparent Fittipaldi et Reutemann dont la Brabham BT42 effectue vraiment des débuts remarquables et l'argentin peut guigner sa première victoire alors que Fittipaldi se débat avec une Lotus très instable dans les grandes courbes. Elle subit en vérité une crevaison lente, très lente, si bien que la gomme tient encore.
                Au 65e tour Fittipaldi précède encore Reutemann de 3.6s, mais 2 tours plus tard l'argentin est trahi par sa transmission alors que Cevert double Follmer et se retrouve second à plus de cinquante secondes de Fittipaldi qui fait beaucoup d'efforts pour maintenir sa Lotus dans la trajectoire. Il sait qu'à la moindre erreur il finira dans les rails.
                Finalement Emerson Fittipaldi remporte sa troisième victoire de la saison avec quarante-deux secondes d'avance sur Cevert. Follmer termine à une magnifique troisième place et obtient donc pour Shadow un premier podium pour leur deuxième Grand Prix respectif. Ces pilotes sont les seuls à terminer dans le même tour. Revson est quatrième et précède Beltoise qui inscrit ses premiers points de la saison. Hulme sauve un point d'une course éprouvante. Beuttler est septième devant Pescarolo, Galli, Regazzoni, W. Fittipaldi et Ickx.

                Au classement général, Fittipaldi compte 33 points, soit quatorze d'avance sur Stewart. Troisième avec douze unités, Cevert a déjà 21 points de retard sur le pilote Lotus. Au classement des constructeurs, quatre points séparent Lotus et Tyrrell.es nouveautés: FERRARI B3 made in GB

                A suivre...

                Commentaire


                • Suite...

                  Au départ PETERSON emmène la meute


                  FITTIPALDI-CEVERT-FOLLMER : Le podium inédit de ce GP


                  Les malchanceux de ce GP: PETERSON-REUTEMANN


                  Les nouveautés: FERRARI B3 made in GB


                  MARCH 731 PESCAROLO au volant


                  Graham HILL ( SHADOW) patron pilote

                   

                  Commentaire


                  • Tommy Franklin avait bien bossé, il avait ramené les interviews de Colin Chapman et François Cevert.

                    https://www.ina.fr/audio/PHF08004691
                    ça commence à 22'45", et attention c'est interrompu brièvement par le (sacro-saint) résultat du Tiercé

                    Commentaire


                    • 29 AVRIL
                      NURBURGRING F2



                      Cinq jours à peine après le meeting de THRUXTON les équipes qui avaient encore des voitures en état se rendaient au NURBURGRING. La concurrence du GP d'ESPAGNE priva également cette 4ème manche du Championnat de ses vedettes F1 mais le plateau n'en était pas pour autant dénué d'intérêt, les principaux animateurs étant présents à commencer par l'équipe MARCH avec le leader du championnat JARIER et STUCK alors que BELTOISE était en Espagne. En fait ce sont surtout les Motul boys qui étaient les plus pénalisés puisque seuls SCHENKEN et WOLLEK étaient présents dans l'Eifel pour le compte de Ron DENNIS.

                      Aux essais STUCK ravissait enfin son public en signant une magnifique pole devant son équipier chez MARCH et un DEPAILLER en grande forme avec la ELF2. MASS (SURTEES) et Vittorio BRAMBILLA (MARCH) étaient en seconde ligne au départ alors que BELL ( SURTEES) SCHENKEN et WISELL sur la surprenante GRD de la modeste équipe suédoise PIERRE ROBERT occupaient la 3ème ligne.

                      Il pleut au moment du départ et tout le monde monte les pneus pluie. JARIER prend immédiatement les commandes et s'échappe irrésistiblement alors que MASS est éliminé dès le premier tour et son équipier BELL retardé laissant le français s'expliquer avec son compatriote DEPAILLER tandis que STUCK est déjà distancé. Derrière BRAMBILLA-WISELL-SCHENKEN s'expliquent entre eux . Mais dès le deuxième tour la MARCH du leader heurte les rails et doit abandonner laissant la ELF2 largement en tête. DEPAILLER irrésistible accroît son avance jusqu'à ce que la pluie cesse et la piste commence à sécher. La monoplace bleue réglée pour la pluie est de moins en moins efficace et la MARCH de STUCK est dans le même situation ce qui n'est pas le cas de WISELL et SCHENKEN toujours roue dans roue, qui se sont débarrassés de BRAMBILLA et remontent à grandes enjambées. L'allemand sera la première victime de cette chasse en sortant à deux tours de la fin en tentant de résister, puis ce sera le tour de DEPAILLER dépassé d'abord par WISELL qui s'est défait de SCHENKEN puis l'australien en fera de même en vue de l'arrivée.

                      Au final WISELL l'emporte devant la MOTUL de SCHENKEN et DEPAILLER qui se console en marquant les 9 points du vainqueur, les deux premiers étant exclus du championnat. BELL hauteur d'une belle remontée est 4ème devant BRAMBILLA et WOLLEK qui se retrouve second au championnat après son podium de Thruxton , derrière le malchanceux JARIER toujours leader.

                      Reine WISELL et la GRD PIERRE ROBERT vainqueur surpise au Ring


                      La bagarre WISELL-SCHENKEN


                      DEPAILLER et la ELF aurait pu l'emporter


                      STUCK et la MARCH en pole mais encore perfectible

                       

                      Commentaire


                      • 1er MAI

                        IMOLA INTERSERIE



                        La seconde manche du championnat INTERSERIE se déroulait à IMOLA sur l'autodrome Dino FERRARI et le moins que l'on puisse dire c'est que le résultat ne fut guère différent de la manche inaugurale au RING.
                        Willy KAUHSEN et sa PORSCHE 917/10 remporta sans coup férir les deux manches devant à chaque fois Léo KINNUNEN au volant également d'une 917/10 ne donnant pas à la discipline un attrait foudroyant malgré l'aspect très spectaculaire des machines engagées. Cette fois KELLENERS et sa McLAREN n'eut même pas voie au chapitre car si il finit 3ème de la première manche il dû renoncer dans la seconde. Le peu de spectacle vint de George FOLLMER à nouveau au départ avec sa 917/10 américaine mais confondant vitesse et précipitation il fut retardé par un accrochage dans la première manche le contraignant à un long arrêt au stand, il en pulvérisa pas moins le record du circuit de plus de 5 secondes. Enfin une nouvelle fois JOST et son inusable PORSCHE 908/3 se distinguait en finissant 5ème au général derrière le quarteron de 917/10.

                        Willy KAUHSEN et sa PORSCHE 917/10 imbattable


                        Au départ FOLLMER fait mine de mener


                        Un accrochage avec KELLMERS le renverra rapidement aux stands


                        KAUHSEN devant KINNUNEN le résultat des deux manches


                        JOEST et sa petite 908/3 à la fête devant les grosses CANAM

                        Commentaire


                        • Envoyé par CMTARGA;n1305746
                          ....Willy KAUHSEN et sa PORSCHE 917/10 imbattable[/FONT
                          Willi, si je peux me permettre cher CMTARGA
                          Willybert dit ''Willi'' Khausen. Pas de y.

                          Commentaire


                          • Bien vu TIPO je vais maintenant  l''appeler  WILLYBERT c'est plus joli 

                            Commentaire


                            • J'ai surement de la couleur pour Imola mais le temps me manque cet après-midi, relecture urgente.
                              Avant c'était mieux

                              Commentaire


                              • Pas de couleur d'IMOLA  ...on passe à la suite ( pas interdit d'y revenir ...au contraire!)

                                5 & 6 MAI

                                GP de PAU F2


                                Malgré son surprenant statut d'épreuve complémentaire, le GP de PAU a fait le plein avec pas moins de 30 voitures inscrites même si il manque une nouvelle fois les TEXACO STARS ( LOTUS) véritables arlésiennes de ce championnat.
                                Plus surprenant l'absence des SURTEES, mais aussi quelques individualités marquantes comme chez MOTUL, PESCAROLO retenu à SPA par MATRA ou SCHEKTER engagé aux USA, enfin Jacques COULON dont l'équipe FILIPINETTI est forfait en signe de deuil de son fondateur. Pour le reste tous les protagonistes habituels sont présents avec en vedette François CEVERT pour qui c'était une incartade dans ce championnat au volant d'une ELF2.

                                Devant l'afflux de participants sur le tourniquet béarnais, les organisateurs avaient prévu que leur épreuve comporte deux manches qualificatives et une finale. Mais c'était sans compter sur les difficultés du tracé qui dès les essais allaient définitivement élimer pas mal de participants partis à la faute et qui ne pouvaient réparer à temps leur monture. Ainsi les effectifs diminuant à 11 prétendants par manche pour les 18 places disponibles en finale, seuls 4 étaient éliminés à chaque fois . Pendant ce temps nos tricolores s'accaparaient les meilleurs temps si bien que JARIER et sa MARCH pouvait s'élancer en pole de la première manche devant Vittorio BRAMBILLA. DEPAILLER et son équipier du jour, CEVERT monopolisaient la première ligne de la seconde devant BELTOISE. Inutile de dire qu'on espérait la "MARSEILLAISE" pour le lendemain...

                                JARIER n'en profita pas car donné sous la pluie, le départ de sa manche vit un véritable clavaire du français, sa visière étant totalement embuée ce qui ne lui permit de se qualifier que d'extrême justesse en finissant 8ème.Pendantt ce temps le "gorille" fit un véritable festival sur la piste humide et décrocha la victoire devant WILLIAMSON le seul a avoir résisté. Plus loin arrivaient BIRRELL-WISELL et SCHENKEN bien remonté après un arrêt devant GUNNARSON ( GRD) et JAUSSAUD également qualifiés.

                                La seconde manche qualificative elle fut disputée sur une piste séchant et le trio français de la grille de départ se maintient dans le même ordre sous le drapeau à damiers, l'autre BRAMBILLA finissant 4ème devant les japonais IKUSAWA et KAZATO, MOSER et WOLLEK étant les derniers qualifiés.

                                Au départ de la finale courue le dimanche sous les soleil, V. BRAMBILLA est le plus prompte devant les deux ELF2 , WILLIAMSON et BELTOISE alors que JARIER est déjà 15ème. Mais dès le 3ème tour l'italien part à la faute et rétrograde en queue de peloton alors que WILLIAMSON doit s'arrêter ( allumage) laissant notre trio français aux avant postes qui sera bientôt un duo DEPAILLER devant CEVERT, BELTOISE ayant stoppé lui aussi (pompe à essence). WISELL se retrouve 3ème devant BIRRELL et SCHENKEN, JARIER est remonté à la 10ème place après 10 tours et remontera peu à peu jusqu'à la 3ème place au prix d'une attaque maximum et quand DEPAILLER commence à ressentir une faiblesse des freins de son ELF2, devant laisser passer CEVERT, le français à la MARCH n'en fera qu'une bouchée et de toute façon le clermontois finira pas renoncer. Devant CEVERT jouit d'une confortable avance qui lui permet de contrôler la remontée de son compatriote jusqu'à ligne d'arrivée qu'il passe en vainqueur avec encore 25 secondes d'avance sur la MARCH officielle. SCHENKEN finit 3ème ( WISELL et BIRRELL ayant abandonné) loin devant BEUTTLER et le duo des MOTUL de WOLLEK et JAUSSAUD alors que WILLIAMSON et BELTOISE retardés, ont effectué un baroud d'honneur qui permet au premier de finir 7ème mais hors des points et au second de décrocher le record du tour.

                                JARIER pouvait, malgré sa déconvenue, être satisfait, il quittait la cité du bon roi Henri en leader du championnat grâce aux 9 points que lui valait sa seconde place, CEVERT étant pilote de notoriété.

                                Au départ de la finale DEPAILLER et V.BRAMBILLA se partagent la première ligne devant CEVERT et WILLIAMSON


                                CEVERT ( ici sous la pluie dans la manche qualif) facile vainqueur à cause des problèmes des autres


                                Le circuit de PAU toujours très sélectif: aucun de ceux là ne repartiront avec des points


                                JARIER la poisse et la remontée jusqu'à la seconde place et les neuf points à la clef


                                BELTOISE toujours à la recherche de sa première victoire


                                WILLIAMSON et sa GRD également en verve dans les rues paloises



                                 

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X