Annonce

Réduire
Aucune annonce.

1973 Carnet d'un Passionné

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • La Carrera n°1 serait-elle un diesel ? 



    Une MG B



    La Corvette de Dave Heinz



    Une Ferrari pour GG, Sam Posey Harley Cluxton



    De Tomaso Mangusta jolie







    Une vielle décapotable





    914/6 avec pelle à neige





    Bricolage de spoiler...



    Mazda RX2







    Une vieillerie quasiment épave...



    Dodge Colt



    Autre Mazda RX2 même pas citée dans RSC



    Cela m'aurait plu de faire les 12H de Sebring avec une Opel Manta !!!



    AMC Gremlin




    Voila un "plateau" qui nous change de ce qu'on va connaître en Championnat du Monde des Constructeurs, Matra 670 et Ferrari 312PB
    Avant c'était mieux

    Commentaire


    • Effectivement y'a de l'exotisme....

      Commentaire


      • 25 MARS
        6 H VALLELUNGA



        La couverture de SPORT AUTO résume parfaitement l'affrontement que vont se livrer FERRARI et MATRA pour le titre de Champion du Monde des Constructeurs 1973.

        Ainsi que je l'ai indiqué dans l'intro de mon carnet, il s'agit à mon avis du dernier vrai grand duel en endurance, opposant deux constructeurs encore à taille humaine, avec pour seules armes, de fantastiques 12 cylindres archétypes de la noblesse et de la pureté mécanique de course, ce que le turbo n'a jamais réussi à être, sans parler des fatras électroniques de nos bolides contemporains.

        L'un et l'autre ont mis du temps à se rejoindre pour finaliser ce face à face. Les italiens s'y sont pris à l'avance par une rupture violente avec leur engagement précédent fondé sur les grosses sports 5 litres qu'étaient les FERRARI 512. En refusant en 1971 de poursuivre le développement de ces dernières au profit de l'avenir imposé par les instances internationales dès 1972 en faveur des protos limités à 3000 cm3, FERRARI a déjà acquis, avec sa barquette 312PB propulsée par son flat 12 de F1, un joli palmarès, couronné par le titre mondial de l'année précédente, même si celui-ci est entaché d'un forfait peu glorieux à la course phare du championnat, les 24h du MANS. MATRA par son V12 3litres originel apparu en 1968, est depuis toujours resté dans le clan des"petits" protos, rongeant son frein dans l'attente de l'évolution réglementaire lui permettant enfin de jouer la victoire totale. Mais pour ce faire les français on fait tout l'inverse des italiens, faisant de l'épreuve mancelle , la priorité exclusive de leur engagement en 1972 en dédaignant toutes les autres manches du championnat 1972 ce qui n'était pas très glorieux non plus. Mais cette fois plus d'échappatoire, nos duellistes se devaient une confrontation totale sur tous les terrains du championnat et même si celle-ci ne démarra pas lors de l'ouverture à DAYTONA comme nous l'avons vu, à VALLELUNGA pour la seconde épreuve, place à la course, la vraie.

        Ces 6 heures de VALLELUNGA offraient déjà l'originalité du circuit qui, il faut bien le reconnaître, ne semblait pas être le terrain le plus approprié pour une manche du championnat et pour une course de 6H, son tracé s'apparentant plus à une piste de Go Kart qu'aux rectilignes du MANS, de SPA ou MONZA, les terrains de jeu habituels des épreuves d'endurance. Il est bien certain que la présence de FERRARI a favorisé l'autodrome romain. Quoi qu'il en soit le plateau a fière allure avec d'un côté 3 superbes 312PB à quelques évolutions aérodynamiques près, proches de celles ayant écrasé de leur totale domination le championnat 1972. A leur volant des équipages choc même si Ronnie PETERSON, ne fait plus partie de la Scuderia, because le veto de CHAPMAN. ICKX-REDMAN comme au bon vieux temps, se retrouvent à nouveau associés alors que MERZARIO et SCHENKEN disposent de nouveaux coéquipiers sud américains, très à la mode à l'époque, respectivement avec Carlos PACE et Carlos REUTEMANN. De son côté MATRA aligne deux 670 qui ne sont que les voitures du MANS de l'année précédente bien entendu dépourvues de leur queue longue. Celle conduite par les beaux frères, BELTOISE-CEVERT se distinguant de celle de PESCAROLO-LARROUSSE par une calandre plus affinée aérodynamiquement. Avantage en nombre donc à FERRARI. Certes nos duellistes ne sont pas les seuls sur la ligne de départ et il me faut également évoquer d'autres concurrents, mais autant le dire tout de suite, ceux-ci n'auront tout au long de la saison qu'un rôle de faire valoir à une exception près. Commençons par les MIRAGE de John WYER dont j'ai déjà parlé puisque courageusement présentes à DAYTONA. De nouveau l'équipe aux couleurs GULF aligne deux M6 COSWORTH pour ses équipages habituels BELL-GANLEY et HAILWOOD sans WATSON blessé comme on l'a vu et remplacé par SCHUPPAN. Il en est de même de la LOLA COSWORTH de la SUDERIA FILIPINETTI avec de nouveau le duo WISELL-LAFOSSE. En fait la principale nouveauté de la manche italienne venait de la catégorie GT et l'engagement sous les couleurs du MARTINI RACING, de deux PORSCHE CARRERA RS directement en provenance de l'usine de SUTTGART préfigurant la reconversion de l'équipe teutonne autour de la 911 pour son implication en endurance. MULLER-VAN LENNEP et KAUHSEN-FOLLMER se partageaient les deux modèles engagés ce qui ne pouvait que confirmer l'implication officielle.

        Les essais allaient faire pencher la balance nettement ne faveur de MATRA, CEVERT signant la pole avec plus d'une seconde sur ICKX, PESCA est 3ème suivent les deux autres FERRARI dans l'ordre MERZARIO, SCHENKEN, puis les MIRAGE et la LOLA. Mais les essais ont aussi révélé de gros problèmes de pneus chez GOODYEAR qui équipe tant MATRA que FERRARI faute de connaissance de cette piste. Au départ ICKX prend le meilleur sur CEVERT qui s'est fait surprendre et le français mettra 7 tours sur ce tracé où il est difficile de doubler pour trouver l'ouverture et immédiatement s'échapper. PESCAROLO précède les deux autres "rosso" et va rapidement accéder à la seconde place au grand désarroi des tifosi, ICKX s'arrêtant rapidement et successivement pour changer ses pneus puis pour changer de capot devant le déséquilibre de sa voiture. Voilà donc nos deux MATRA en tête même si la FERRARI de MERZARIO reste menaçante pour le barbu. Lors du premier ravitaillement ça se passe mal pour CEVERT avec une roue récalcitrante ce qui permet à LARROUSSE qui a succédé à PESCA d'être en tête devant PACE, BELTOISE est 3ème puis la MATRA de tête stoppe à son tour victime de ses pneus laissant la FERRARI en tête...joie chez les tifosi. LARROUSSE remonte rapidement sur le brésilien et dans sa fougue heurte ses échappements et casse sa calandre ce qui l'oblige à un nouvel arrêt. BELTOISE et PACE se bagarrent pour le leadership et le français obtient gain de cause et s'échappe de nouveau alors que la seconde MATRA a été dépassée par la FERRARI de REUTEMANN et la MIRAGE de HAILWOOD, celle de BELL a disparu à la mi course. Peu après CEVERT au volant s'immobilise dans l'herbe moteur out. Voilà de nouveau les FERRARI au commandement PACE devant REUTEMANN puis la MIRAGE et enfin PESCA qui a repris le manche et se lance à la poursuite de ses adversaires. Rapidement il double la MIRAGE, puis MERZARIO fait un a arrêt imprévu (toujours les pneus) laissant SCHENKEN au prise avec PESCAROLO qui l'attaque de toute part sur ce tracé où il est difficile de dépasser si l'adversaire n'y met pas du sien. Le spectacle est magnifique, l'australiens répondant coup pour coup au français. Arrive un nouvel arrêt et c'est CEVERT qui s'installe au volant de la MATRA en lieu et place de LARROUSSE et quand la FERRARI de tête s'arrête, la bleue repasse devant son arrêt ayant été étant nettement plus bref. Cette fois la course est jouée si ce n'est que ICKX revenu du diable vauvert réussit à s'emparer de la troisième place au détriment de MERZARIO. Les deux MIRAGE ayant disparu et comme la LOLA FILIPINETTI a été accablé de problèmes notamment son aileron, elle est devancée par l'antique PORSCHE 908/3 de JOEST-CASONI qui finit 5ème.Enfin les PORSCHE MARTINI ont remporté haut la main le GT en finissant 7ème et 8ème au général, FOLLMER-KAUHSEN devançant leurs équipiers.

        A vos marques... prêts...partez; ça y 'est le duel est lancé. Qui de MATRA ou FERRARI va triompher?


        Au départ ICKX va surprendre CEVERT


        CEVERT passe la ligne en vainqueur mais MATRA a eu chaud


        Le quatuor MATRA


        La 670 du trio vainqueur seule rescapée


        Les FERRARI n'ont pas démérité ici celle de ICKX REDEMAN 3ème


        La course s'est aussi jouée dans les stands


        WISELL-LAFOSSE et la LOLA 6ème et beaucoup de problèmes


        Aucune MIRAGE à l'arrivée


        Les PORSCHE CARRERA du MARTINI RACING en démonstration en GT



         

        Commentaire


        • Bonsoir, allez , Mesdames et Messieurs, sans jouer au rabat-joie ni aux vieux soldats s'en revenant du service militaire, reconnaissons quand même, qu'avant, c'était mieux. Epoque où les pilotes de F1 pilotaient des prototypes !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Merci pour le rappel de cette année 1973, effectivement, on peut dire que ce fut vraiment la dernière édition où deux écuries s'affrontèrent tout au long de l'année .................................

          Commentaire


          • Je rajoute quelques photos

            Les stands avec les 3 Carrera



            Le départ



            Schuppan



            Joest en vrac



            Et l'Alfa Brescia Corse qui n'a pas encore ses couleurs bleue et blanche

            Avant c'était mieux

            Commentaire


            • 25 MARS
              4 H de MONZA


              En ce dimanche le public italien était gâté à ROME comme nous venons de le voir les protos , à MILAN les tourismes et en plus dans les deux disciplines un duel au sommet entre deux constructeurs malheureusement pour les tifosi point italiens mais bien teutons. En effet depuis mon carnet 1970, ALFA-ROMEO qui avait triomphé à l'époque a totalement disparu laissant place à une totale domination germanique, FORD Allemagne ayant réussi enfin à faire fonctionner sa CAPRI et BMW via ses préparateurs attitrés ALPINA et SCHNITZER eux ayant résolu les problèmes de fiabilité du coupé 2800 devenu 3.0 CSL. Mais 1973 voyait une implication encore plus forte surtout du côté bavarois où l'usine elle-même venait compléter son habituelle représentation en engageant deux autos sous ses propres couleurs. Cet engagement ne manquait en plus pas de sel, car il correspondait en plus au passage sous les couleurs bavaroises de l'ancien directeur de course FORD, Jochen NEERPASCH.

              L'énoncé du plateau de MONZA est révélateur de la qualité de cet affrontement. Si FORD fort de son titre 1972 se "contentait" d'aligner 3 CAPRI officielles derniers cris ( 3 autres plus anciennes étaient présentes sous des bannières privées), leurs équipages ne laissaient aucun doute sur la volonté du constructeur de Cologne. Jackie STEWART en personne était au volant de l'une d'elle avec comme équipier Dieter GLEMSER second du championnat 1972. Le champion en titre Jochen MASS lui partageait la sienne avec Jody SCHECKTER alors que Gerry BIRRELL et John FITZPATRICK était au volant de la 3ème. Chez BMW on était pas en reste puisque sur les deux coupés officiels AMON / STUCK et HEZEMANS/QUESTER étaient à leur volant sans oublier les "privés SCHNITZER avec les frères Vittorio et Ernesto BRAMBILLA séparément sur un modèle partagé respectivement avec Bob WOLLEK et Walter BRUN alors qu'ALPINA se contentait d'une seule auto où l'on retrouvait l'expérimenté Brian MUIR associé avec le jeune Niki LAUDA. Un sacré plateau donc complété par les ESCORT et autres BMW 2002 dans la "petite" catégorie 2Litres avec quelques belles individualités.

              Les essais allaient donner lieu à une domination de "sa majesté" STEWART qui précédait la BM de BRAMBILLA-WOLLEK, MASS et STUCK complétaient la seconde ligne devant leurs équipiers respectifs dans le même ordre, la BM ALPINA étant la moins bien placée en 7ème position. Au départ Vittorio ( le gorille) est plus prompte que STEWART soulevant les vivas des tifosi alors que son frère lui s'élance en dernière position des stands. Le duo de tête va rapidement se détacher alors que derrière il manque déjà une FORD celle de BIRRELL ( moteur) et que HEZEMANS s'arrête avec une roue baladeuse. Le duel italiano écossais durera encore une vingtaine de tours puis la BM perdra pied et abandonnera peu après elle aussi moteur out. STEWART reste donc seul en tête et comme STUCK lui aussi se retire, permettant à MASS de gagner une place, c'est donc à un tranquille doublé CAPRI qui se dessine seule l'ALPINA de MUIR-LAUDA restant dans le coup. Une fois les ravitaillements opérés le classement reste le même GLEMSER et SCHECKTER qui ont pris le relais devançant LAUDA de près d'un tour et c'est peu après que les évènements vont se précipiter au détriment de FORD. C'est tout d'abord MASS- SCHEKETER qui doivent opérer un long arrêt au stand pour changer une courroie d'alternateur qui les font chuter à la 3ème place, puis a 1/2 heure de la fin la CAPRI de tête ne repasse plus laissant le commandement la BM blanche qui n'a plus qu'à se laisser glisser vers l'arrivée même si MASS force le train pour remonter.

              Duel au sommet également en TOURSIME: BMW avec le coupé 30.CSL ....


              Face à la FORD CAPRI 3 litres


              Au départ BRAMBILLA a pris le meilleur sur les CAPRI


              STEWART aurait dû l'emporter si...


              La fiabilité n'est pas encore au rendez-vous pour les BM officielles n'est-ce pas Monsieur NEERPASCH !


              LAUDA-MUIR un équipage improbable et une belle victoire pour ALPINA

              Commentaire


              • Bon vu le beau temps et le confinement, une couche de plus dans mon récit qui va peut être rappelé des souvenirs à certains...... 

                1ER AVRIL

                TEST LE MANS

                Comme depuis 1971, les classiques essais préliminaires des 24H, étaient cette année couplés à une course dont la durée était fixée à 4 heures mais à laquelle malheureusement aucun "gros bras" ne daigna participé. Les MATRA, MIRAGE, LIGIER bien que présents s'abstenant, cette épreuve se limita à une démonstration de la PORSCHE CARRERA RS officielle de MULLER VAN LENNEP qui n'eut aucun mal à s'imposer devant une concurrence clairsemée et de ce fait ne nécessite guère plus de développement de ma part mise à part la prestation de Gérard LARROUSSE au volant d'une LOLA 2 litres qui essaya de s'interposer mais qui dû renoncer suite à de nombreux pépins mécaniques.

                Parlons plutôt de ces essais préliminaires qui sont toujours l'occasion de faire le point à deux mois de la course et de voir fleurir les versions spécifiques des candidates drapées dans leurs tenues spéciales HUNAUDIERES ( à l'époque sans chicane) Première constatation l'absence de toute représentante du cheval cabré ce qui ne pouvait qu'inquiéter quant à la participation de la Scuderia à la classique mancelle. De ce fait MATRA avait les mains libres pour se livrer à toutes les expériences aérodynamiques utiles et à ce jeu BELTOISE n'eut aucun mal à signer la performance de référence plus de 3 secondes plus vite que la MIRAGE spyder classique de GANLEY. J'indique tous ces détails à propos des voitures de WYER pour la simple raison que cette équipe faisait également l'honneur de présenter pour la première fois à l'occasion de ces essais son superbe coupé doté du V12 WESLAKE en lieu et place du classique COSWORTH. Cette auto dont l'aéro ne pouvait que faire penser aux 917 longue queue des années 70-71, ne pu clairement s'exprimer faute de finition et mise au point suffisantes et son meilleur temps à plus 20 secondes de la MATRA ne laissait rien augurer de bon d'autant que sa fiabilité pendant les essais fut constamment prise en défaut.

                La MATRA 670 avec sa queue longue à dérives nettement meilleur temps


                Essais de capots chez MATRA


                La nouveauté de ces essais la MIRAGE coupé à l'aérodynamique léchée pour les hautes vitesses et son V12 WESLAKE


                La MIRAGE "classique" à 4 secondes de la MATRA (remarquez l'état des phares ??)


                La LIGIER JS2 MASERATI battue par la PORSCHE CARRERA RS bien qu'elle soit en catégorie proto


                La CORVETTE que se partagent Henri GREDER et Marie-Claude BEAUMONT


                Les FERRARI DAYTONA ont du souci à se faire face aux CARRERA RS ici celle de ANDRUET


                MULLER-VAN LENNEP et la CARRERA RS MARTINI RACING faciles vainqueurs des 4H et nettement meilleur GT


                FORD présent avec ses CAPRI GR2 de FORD ALLEMAGNE


                 

                Commentaire


                • Flute j'ai pris du retard... Confinement, cimetieres...

                  Profitons que la cuisson du pot-au-feu ne soit pas terminée...

                  4 photos des 4 H de Monza from Motorsport







                  Avant c'était mieux

                  Commentaire


                  • Le pot au feu était-il bon??? A l'alsacienne ????

                    Merci pour toutes ces photos surtout celle de la BM "vainqueuse", en couleur c'est mieux  

                    Commentaire


                    • Un petit mot de Tommy Franklin (france-inter) sur les Essais préliminaires du Mans
                      ça commence vers 36'05" :

                      https://www.ina.fr/audio/PHF08004579...973-audio.html
                       

                      Commentaire


                      • Envoyé par indy12 Voir le message
                        Un petit mot de Tommy Franklin (france-inter) sur les Essais préliminaires du Mans
                        ça commence vers 36'05" :

                        https://www.ina.fr/audio/PHF08004579...973-audio.html
                         
                        Y'a comme un défaut....

                        Certes on entend bien Tommy FRANKLIN mais le lien que tu nous donnes c'est en 1967 et il nous parle de la petite HONDA qualifiée de mini FERRARI 
                        Dernière modification par CMTARGA, 01 novembre 2020, 16h16.

                        Commentaire


                        • Mes confuses...c'est moi qui me suis mélangé j'ai bien les essais 1973 et l'ami FRANKLIN ( celui-là heureusement qu'on l'avait à l'époque...)

                          Commentaire


                          • Le sujet sur les préliminaires de 1973 est traité ici, de la page 3 à la page 9: https://forums.motorlegend.com/forum.../page3?page=22
                            CMTARGA nous a fait un bon résumé.
                            Avant c'était mieux

                            Commentaire


                            • AH.....Tommy...personne ne l'a jamais remplacé...

                              Commentaire


                              • Une contribution à ce sujet : Une belle photo de Y Ronga nous restituant bien l'atmosphère du paddock, et un "bonus" du roi du flou ......

                                15697987_1204720852938540_1180827378406514620_n.jpg
                                19679201_319313021839118_6778043526221416129_o.jpg73 pq 61 SCAN0014_modifié-1.jpg
                                Accro depuis le 12 Avril 1970

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X