Annonce

Réduire
Aucune annonce.

1973 Carnet d'un Passionné

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Pour le pesage de 1965, j'ai du virer les liens Casimages que j'avais créés et les refaire pour qu'ils soient pris en compte.
    Avant c'était mieux

    Commentaire


    • Puisqu'il n'y a pas moyen je le passe en deux épisodes 

      23 AVRIL

      BARC 200 THRUXTON F2



      La 3ème manche du Championnat F2 allait voir l'hégémonie JARIER/MARCH BMW brisée. Certes déjà à HOCKENHEIM, la victoire de "godasse de plomb" avait été contestée par un éblouissant DEPAILLER et sa ELF2 sans parler des déboires successifs de son équipier BELTOISE, mais cette fois sur le tourniquet britannique de THRUXTON c'est à un fort inattendu doublé MOTUL auquel on allait assister pour la plus grande joie de Ron DENNIS. Avant d'en arriver là, passons rapidement en revue les effectifs. Les MARCH-BMW étaient les plus nombreuses emmenées par les officielles du duo des JP, JARIER-BELTOISE. BEUTTLER-COULON-les frères BRAMBILLA étaient les plus représentatifs des équipes privées MARCH. SURTEES était présent avec son duo MASS-HAILWOOD auquel s'est adjoint l'autre pilote F1 maison, Carlos PACE et HUNT était aussi là avec celle de TEAM HESKETH. Les MOTUL comme en Allemagne étaient en nombre avec PESCAROLO-WOLLEK-JAUSSAUD d'un côté et SCHEKTER-SCHENKEN de l'autre. CHEVRON avec GETHIN et BIRRELL ainsi que GRD avec WILLIAMSON et IKUSAWA assuraient également leur présence habituelle. Seule nouveauté, la présence d'une seconde ELF2 managée par John COOMBS pour JABOUILLE aux côtés de DEPAILLER et les débuts de la nouvelle PYGMEE pour DALBO et MIGAULT. Aucune BRABHAM officielle n'était présente pas plus que les fameuses LOTUS TEXACO STARS qu'on attendait depuis le début de saison.

      Les essais forts perturbés par la pluie avait vu DEPAILLER signer le meilleur temps absolu certes sur le sec alors que les concurrents de la seconde manche n'avaient tourné que sur sol humide et là c'est WILLIAMSON et sa GRD qui s'était distingué. Couru donc en deux manches qualificatives de 28 tours et un finale réunissant les 25 meilleurs sur 50 tours, les courses se déroulaient sur le sec et dans la première manche PACE auteur du second temps s'empara du commandement devant JARIER, BEUTTLER, PESCAROLO, COULON, E.BRAMBILLA et DEPAILLER mal parti qui ne pointait donc que 7ème. Mais le pilote de la ELF2 allait rapidement rétablir la situation à la fois grâce à son attaque mais aussi les malheurs de ses adversaires. PACE et JARIER qui avait pris immédiatement de l'avance s'arrêtaient simultanément, le premier pour crevaison le second pour une bougie défectueuse. Le français perdait moins de temps que le brésilien et réintégrait le peloton de chasse mais était très retardé suite à un accrochage. Devant DEPAILLER et sa ELF déroulait malgré les attaques d'un brillant COULON puis suivait un trio MOTUL emmené par PESCA suivi de SCHCKTER et WOLLEK. Dans la seconde manche, WILLIAMSON et sa GRD conservait sa place au départ puis la perdait suite à une légère faute dont profitaient MASS et BELTOISE mais l'un et l'autre allaient abandonner moteur cassé, permettant au poulain de Tom WEAHTCROFT de l'emporter aisément devant SCHENKEN, GETHIN et JABOUILLE.

      La finale voyait donc DEPAILLER et WILLIAMSON sur la première ligne devant une nuée de MOTUL et nombreux étaient aussi ceux qui n'y participaient pas suite à leurs ennuis dans les manches qualificatives comme BELTOISE HAILWOOD, DALBO où qui partaient loin comme MASS ou JARIER qui allait être éliminé dès le départ suit à un accrochage alors que SCHENKEN lui ne pouvait démarrer. En tête, un trio composé de WILLIAMSON, COULON et DEPAILLER de nouveau mal parti, se détachait rapidement de l'essaim MOTUL avec dans l'ordre SCHCKTER-PESCA-WOLLEK puis BIRRELL et sa CHEVRON, HUNT et BEUTTLER. WILLIAMSON et DEPAILLER allaient rapidement disparaître laissant seul le français à la MARCH FILIPINETTI mener aisément la troupe jusqu'à ce que sa pompe à essence rende l'âme. Dès lors les MOTUL semblaient avoir le champ libre mais SCHCKTER sortait de la piste et comme PESCAROLO et WOLLEK allaient être doublés par le duo BIRRELL-BEUTTLER, les actions de Ron DENNIS étaient à la baisse jusqu'à ce que les deux brittons, en pleine bagarre, s'accrochent à la chicane à 3 tours de l'arrivée laissant ainsi passer les deux MOTUL rescapée. PESAROLO l'emportait devant son équipier WOLLEK et la MARCH de BEUTTLER, BIRRELL finissant 4ème.

      Au championnat l'alsacien empochait ainsi les 9 points du vainqueur, PESCA étant exclu, et devenait dauphin de JARIER lui reparti bredouille
       

      Commentaire


      • SUITE

        LA MOTUL M1 à l'honneur à THRUXTON ici celle de PESCAROLO vainqueur


        L'accrochage BEUTTLER-BIRRELL


        Jacques COULON et la MARCH-BMW FILIPINETTI aurait pu l'emporter


        Carlos PACE et la SIURTEES F2


        V.BRAMBILLA-WILLIAMSON-MASS trois malchanceux


        La PYGMEE de DALBO des débuts laborieux

        Commentaire


        • Bonjour, cela fait plaisir de mettre un nom sur chaque pilote rien qu'en reconnaissant les casques.......................... une nouvelle fois, je m'exclame: avant, oui,...... , bref, vous connaissez la fin de la phrase.

          Commentaire


          • Tiens un petit quizz pour ceux qui s'ennuie et que ça intéresse.....

            Puisqu'on a une belle victoire de notre PESCA national combien en compte-t-il en F2 ?????

            J'ai pas le chiffre ( flemme de chercher....) donc le premier qui répond en dehors de ma sympathie aura gagné ....une médaille en chocolat 

            Commentaire


            • Mon petit quizz n'a pas grand succès....tant pis je me la garde ma médaille en chocolat 

              Commentaire


              • Envoyé par CMTARGA Voir le message
                Tiens un petit quizz pour ceux qui s'ennuie et que ça intéresse.....

                Puisqu'on a une belle victoire de notre PESCA national combien en compte-t-il en F2 ?????

                J'ai pas le chiffre ( flemme de chercher....) donc le premier qui répond en dehors de ma sympathie aura gagné ....une médaille en chocolat 
                5 victoires en F2 + une course de côte 

                Chocolat noir seulement, merci.
                Avant c'était mieux

                Commentaire


                • Bonsoir, 6 victoires en F2 , j'ai bon ? Je n'eai pas regardé, j'ai la flemme, au nez. Et vive le chocolat !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

                  Commentaire


                  • Elève CAMERAT affirmer c'est bien démontrer c'est mieux ...la liste la liste SVP

                     

                    Commentaire


                    • Envoyé par CMTARGA Voir le message
                      Elève CAMERAT affirmer c'est bien démontrer c'est mieux ...la liste la liste SVP

                       
                      Albi octobre 68
                      GP Allemagne F1/F2 aout 69 1er F2
                      Course cote Beaujolais aout 69
                      Mallory Park mars 71
                      Enna aout 72
                      Thruxton avril 73

                       
                      Avant c'était mieux

                      Commentaire


                      • RE, battu sur le fil mais bien pour l'élève, il a détaillé.

                        Commentaire


                        • Prix d'excellence pour l'élève CAMERAT ( pourtant pas spécialiste F2....)  Les voilà en images ( manque le BEAUJOLAIS...) c'est ma médaille ...pas en chocolat

                          Commentaire


                          • Envoyé par CMTARGA Voir le message
                            Prix d'excellence pour l'élève CAMERAT ( pourtant pas spécialiste F2....) 
                            Pas spécialiste en F2 certes, mais avec le livre de Teissedre sur Pesca c'est tellement facile puisque palmares à la fin...
                            Avant c'était mieux

                            Commentaire


                            • La classe s'est dissipée...redevenons sérieux....

                              25 AVRIL
                              1000 KM MONZA



                              Traditionnellement, les 1000 KM de MONZA se disputent le jour de la Libération, jour férié en Italie un peu notre 14 juillet à nous, sauf que cette fois la fête nationale, elle fut pour les tifosi sur l'autodrome milanais, FERRARI réussissant, après ses deux défaites consécutives dont une sur son propre terrain à Vallelunga, à laver l'affront avec un magnifique et indiscutable doublé. Mais qu'est-ce qu'il était donc arrivé à nos bleus ? Tout d'abord des portes fusées défectueux qui ont entraîné leur ruine mais pas seulement, la pression permanente d'un Jacky ICKX en pleine forme participa à la perte des français et leur cuisant échec.

                              Pourtant tout avait bien commencé pour le clan MATRA, CEVERT avait signé le meilleur temps des essais et même si ICKX n'était pas loin, les deux autres FERRARI ( REUTEMANN-SCHENKEN ayant réintégré le peloton) étaient elles nettement distancées preuve que la performance de la 312PB à bande jaune était avant tout due à son pilote et comme PESCAROLO avait assuré la 3ème place de grille, il n'y avait pas vraiment lieu de s'inquiéter.

                              La course allait confirmer l'affrontement entre cette FERRARI son piloté belge et la MATRA des beaux frères. Celle de PESCAROLO-LARROUSSE cette fois malchanceux, étant très vite retardée par un de ces fameux porte fusée défectueux qui entraîna une longue réparation ce qui fait que pendant toute l'épreuve elle chercha à rattraper le temps perdu ce qu'elle ne réussit pas à faire totalement finissant seulement 3ème à 10 tours du vainqueur. Le duo MERZARIO-PACE qui prit pourtant le commandement au tout début fut vite contraint à l'abandon ( boite cassé) quant à SCHENKEN-REUTEMANN ils se contentèrent de surveiller à distance la lutte en tête pour pallier toute défaillance de la voiture leader de la Scuderia. La LOLA FILIPINETTI étant absente et l'ALFA-ROMEO 33 V12 n'étant pas encore prête, les autres protos 3 litres en dehors des "vieilles" LOLA de PIANTA-PICA ou ALFA 33 V8 de FACETTI-PAM et de l'immanquable 908/3 de JOEST-CASONI se limitaient aux deux barquettes MIRAGE de John WYER. Celle de BELL-GANLEY abandonna rapidement ( moteur) quant à celle de HALWOOD qui reçut le renfort de BELL suite à son abandon précoce en lieu et place de SCHUPPAN, si elle apparut en haut des classements ce n'était que de manière éphémère grâce à la moindre gourmandise de son V8 mais elle finit par sombrer à mi-course (embrayage).

                              Revenons à notre duel au sommet opposant d'un côté la FERRARI de ICKX-REDEMAN à la MATRA de BELTOISE-CEVERT. Une fois MERZARIO disparu, c'est cette dernière qui pointait en tête avec à son volant JPB qui avait pris le départ et qui réussit à contenir son adversaire belge de seulement quelques longueurs tout au long de son premier relais mais qui s'arrêtant nettement avant perdit le commandement au profit de la FERRARI qu'elle conserva quand elle-même dû stopper. La situation restera figée ainsi jusqu'au second ravitaillement et quand CEVERT pris le relais, le levier de vitesses lui resta dans les mains, ce qui permit à ICKX qui une nouvelle fois ravitailla nettement plus tard que la MATRA de creuser cette fois un écart d'un tour en sa faveur. Une fois la réparation effectuée CEVERT se lança dans une folle poursuite pour remonter l'écart d'autant que REDMAN qui avait pris le relais du belge était nettement plus lent que son équipier et quand celui-ci lui repassa le volant, la MATRA avait retrouvé la tête et cette fois avec ses réservoirs allégés la bleue se détachait nettement mais il lui fallait à son tour ravitailler. On en était au deux tiers de l'épreuve tout était encore possible, quand la MATRA rentrait au stand une première fois pour son dernier arrêt permettant à la FERRARI de repasser à la plus grande joie des tifosi. Une nouvelle fois CEVERT repartit en chasse mais trois tours plus tard il s'arrêtait à nouveau et cette fois définitivement le porte fusée avant gauche cassé. La messe était dite FERRARI réussissait chez elle, un une deux plein de promesse.

                              Les PORSCHE CARRERA MARTINI officielles inaugurant une nouvelle suspension furent exclus de la catégorie GT pour concourir en proto ce dont on profita pour les doter d'une nouvelle carrosserie arrière ce qui ne leur portèrent pas chance les deux abandonnant moteur cassé, aussi est-ce le CARRERA de KREMER-SCHIKENTANZ qui l'emporta en GT et finit 8ème au général derrière donc la MATRA de PESCAROLO-LARROUSSE ( 3ème), la LOLA de CAGLIARDI-POOKY 1er 2 litres et 4ème au général, l'ALFA V8( 5ème) et deux autres LOLA 2litres 6ème et 7ème.

                              CEVERT fait bien de prendre garde à ICKX et sa 312 PB


                              Jacky ICKX l'homme fort de FERRARI


                              Coup de théâtre chez MATRA le porte fusée a lâché aussi sur celle de CEVERT comme sur celle de PESCA sur le muret


                              REUTEMANN au volant de la 312 PB assure avec SCHENKEN le doublé


                              Aucune MIRAGE à l'arrivée


                              Les PORSCHE MARTINI avait un nouvel arrière ça ne leur a pas réussi

                              Commentaire


                              • Les principaux protagonistes


                                 
                                Avant c'était mieux

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X