Annonce

Réduire
Aucune annonce.

1973 Carnet d'un Passionné

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #91
    13/18 MARS
    T.A.P. RALLY


    Le rallye du Portugal (ou TAP RALLY dénomination officielle) alors qu'il n'en est qu'à sa 7ème édition figure maintenant comme une épreuve incontournable du calendrier international d'où sa présence au Championnat du monde. Il a fait le plein des habitués mise à part LANCIA qui préfère se concentrer sur la préparation de la STRATOS. ALPINE dans sa volonté affichée de conquête du titre aligne trois de ses mousquetaires avec dans l'ordre des numéros, NICOLAS, DARNICHE, THERIER tous au volant de berlinettes équipées du 1800cm3. FIAT n'est pas en reste puisque WALDEGAARD réintègre la 124 Spyder aux côtés de PAGANI et PINTO. CITROEN fidèle à l'épreuve a inscrit deux DS pour le héros local ROMAOZINHO et l'autrichien BOCHNICEK et VOLKSWAGEN AUTRICHE tout comme en suède est présente et cette fois-ci avec rien moins que Tony FALL et Harry KALLSTROM à leur volant preuve du sérieux de l'implication de la marque teutonne. A propos de teutons c'est BMW qui marque surtout les esprits dans le parc concurrent. Certes l'implication des bavarois est encore limitée à l'engagement non officielle d'une 2002 TI dotée d'un 16 soupapes pour le jeune Achim WARMBOLD, mais la marque à l'hélice ne fait pas mystère de son implication future dans la discipline. Enfin on notait la présence d'une TOYOTA CELICA directement venue du Japon mais engagée par Ove ANDERSON qui apparaît avec sa structure montée en Belgique comme la tête de pont de ce qui allait devenir au fil des années un véritable déferlement de la firme japonaise sur le monde du rallye. A signaler que c'est Jean TODT qui épaulait le suédois pour ce rallye.

    Le parcours comprend 4 étapes suite à un parcours de concentration dans l'esprit du MONTECARLO. Autant le dire tout de suite la domination ALPINE fut totale puisque les berlinettes bleues remportèrent à elles seules 27 des 32 spéciales du parcours et l'une d'entre elle figura toujours en tête. C'est tout d'abord DARNICHE qui prit le commandement en s'imposant d'entrée dans VISEU ce qui lui permit d'ouvrir la route et ainsi éviter la poussière et de conserver son avantage pendant la quasi totalité du rallye jusqu'à son abandon à quelques encablures de l'arrivée suite à une crevaison qui endommagea le différentiel. THERIER qui lutta avec le 'chauve" pendant tout le parcours hérita ainsi de la première place et finit l'épreuve avec une avance de 6 minutes sur la troisième ALPINE de NICOLAS qui lui fut retardé par des problèmes de pompe à essence. Mais la grande révélation de ce rallye c'est l'association WARMBOLD-BMW. Le duo allemand fut le seul à s'intercaler au milieu des bleus pointant en seconde position à la fin de la première étape entre DARNICHE et THERIER et restant toujours à portée de fusil des françaises jusqu'à la rupture de la direction lors de la dernière étape. Autre animateur Lele PINTO et son ABARTH SPYDER qui fut le meilleur représentant de FIAT, WALDEGAARD étant passé à côté avant de sortir pour le compte. Lui aussi abandonnera lors de la dernière étape alors qu'il bataillait avec NICOLAS. Aucune 124 officielle ne franchira la ligne d'arrivée mais heureusement pour le constructeur turinois le local NETTO finit 4ème permettant de marquer quelques points au championnat pendant qu'ALPINE s'envole au classement. Tous ces avatars firent le bonheur de CITROEN qui classe une DS, celle de ROMAOZINHO en 3ème position à quand même près d'une 1/2 heure du vainqueur alors que l'autre DS a abandonné. Enfin un mot sur les prestations des KOX et de la TOY. Les premières faisaient jeu égale avec les DS mais disparurent au fil du parcours quant à la japonaise il s'agissait plus d'un essai grandeur nature qui s'arrêta aussi lors de la dernière étape.

    THERIER-JAUBERT vainqueur chanceux


    NICOLAS-VIAL complète le triomphe ALPINE


    Le malchanceux DARNICHE qui a mené les 3/4 du rallye


    WARMBOLD et la BMW 2002 TI 16 SOUPAPES l'exploit du rallye


    Une DS 3ème (ROMAOZINHO)


    FIAT peut dire merci au privé (ici PAGANELLI)


    Les attractions du rallye


     

    Commentaire


    • #92
      Je dois avoir de la matière photo pour complétér, je regarde cela ce soir.
      Avant c'était mieux

      Commentaire


      • #93
        Ah Romaozinho...!
        Chico est mort au mois de mars de cette année. Je ne sais même pas si nous en avons parlé...
        Il est originaire de Castelo Branco où je séjourne souvent, notamment en ce moment.
        Aussi fort que René Trautmann, Lucien Bianchi ou Bob Neyret au volant d'une DS.

        chico..jpg

        Commentaire


        • #94
          Les plus connus

          Jean-Pierre Nicolas



          Alcide Paganelli



          Bernard Darniche



          Bjorn Waldegard



          Jean-Luc Thérier



          Raphaele Pinto



          Chris Sclater



          Achim Warmbold



          Ove Andersson



          Harry Kallstrom



          Tony Fall



          Claude Laurent



          Antonio Borges



          Giovanni Salvi



          Mario De Figueiredo



          Antonio Carlos Oliveira



          Americo Nunes



          Francisco Romaozinho



          Richard Bochnicek

          Avant c'était mieux

          Commentaire


          • #95
            Bonjour, super toutes ces photos et ces noms de pilotes pour la plupart inconnus mais qui tourne dans ma tête, que de souvenirs et des bons !!!!! punaise, comment se fait il que je me rappelle de cette époque alors que je ne me souviens plus ce que j'ai fait avant-hier ? Romahozino et Citroën, une histoire d'amour..................

            Commentaire


            • #96
              Encore une fois super CAMERAT incontestablement ça donne de la gueule à mes propos.....

              Commentaire


              • #97
                Bonsoir, et bien comme ça, au gré des passions, il y a des duos qui se forment et ce, pour le plus grand plaisir des lecteurs !!!

                Commentaire


                • #98

                  Commentaire


                  • #99


                    201022093555645176.jpg
                    1973 CGMC 07 de Bernard FIORENTINO qui a gagné au moins 7 rallyes en 1973
                    Matra avait complètement transformé cette CG avec un moteur central 2,2L

                    J'aime bien cette auto. Larrousse avait quitté le groupe 1 ici en 2015
                    #CGMC


                     

                    Commentaire


                    • 18 MARS

                      R.O.C.



                      La traditionnelle Course des Champions (ROC) à BRANDS HATCH a vu pour la première et à ma connaissance unique fois, une F5000 battre des F1. L'auteur de cet exploit n'est autre que Peter GETHIN, qui rejeté par la formule reine malgré sa victoire au GP d'ITALIE 1971, prenait ainsi une jolie revanche sur le sort contraire qui pour une fois joua à l'encontre des autres. Car il faut bien l'avouer tout de suite, sa victoire tient avant tout, des misères que les 4 F1 qui le précédaient encore à mi course allait successivement connaître et qui ne lui permit de s'emparer du commandement que dans le dernier tour de la course...celui qui compte.

                      Avant d'en arriver là, passons d'abord en revue les engagés de cette course qui ne compte que pour du beurre. Comme depuis 1970 ( cf mon carnet...) les organisateurs des rares épreuves hors championnat du monde ont pris l'habitude de confronter F1 et F5000 avant tout pour offrir un plateau digne de ce nom, les équipes F1 rechignant de plus en plus à y participer. Il est vrai à leur décharge que le calendrier du championnat ayant tendance à s'enrichir d'épreuves, celles-ci préfèrent ne pas trop se disperser et concentrer leur énergie sur le seul championnat. Toutefois ce type d'épreuve peut notamment pour les teams anglais jouant à domicile, être l'occasion de tester des nouveautés et à cet égard la ROC de 1973 se distinguait surtout par la première sortie de la toute nouvelle BRABHAM BT42, première oeuvre du jeune ingénieur Gordon MURRAY, dont le volant était confié à John WATSON. LOTUS en profitait pour aligner des 72 sérieusement modifiées pour son duo FITTIPALDI-PETERSON, notamment du fait de l'adjonction des protections de réservoir ce qui était également l'occasion de revoir l'ensemble des trains roulants. Enfin autre nouveauté les débuts F1 de James HUNT au volant d'une SURTEES louée à Big John par l'ineffable Lord HESKETH. BRM engageait elle son contingent habituel de trois 160 pour BELTOISE-LAUDA mais REGAZZONI pas encore remis de ses mésaventures sud africaines, était remplacé par Vern SCHUPPAN, alors que SURTEES n'engageait qu'une TS14 pour Mike HAILWOOD le héros. Enfin McLAREN était présent avec sa M23 pour HULME et une M19 pour Jody SCHECKTER et Franck WILLIAMS lui alignait deux ISO pour GANLEY et TRIMMER qui suppléait GALLI. Voilà pour les F1 présentes, côté F5000 Peter GETHIN et sa CHEVRON, qui la veille avait remporté haut la main, la première manche du championnat ( championnat comme pour l'année 1970, que je ne développerai pas dans mon carnet et pour les mêmes raisons) emmenait un peloton de quelques 19 unités où on retrouvait les VAN LENNEP-EDWARDS-ASHLEY-EVANS-HOBBS-LUNGER-PILETTE au volant de LOLA-McLAREN-MARCH-CHEVRON-SURTEES alors que McRAE se distinguait au volant de sa propre création, l'ensemble étant bien entendu propulsé par l'unique et traditionnel V8 CHEVROLET.

                      Les essais allaient révéler une relative surprise avec la contre performance des LOTUS peu à l'aise avec leur tenue de route dans leur nouvelle configuration ne leur permettant de décrocher que les 6ème et 7ème temps respectivement pour PETERSON et FITTIPALDI. Pour la course Colin CHAMPMAN allait revenir à la version précédente. A l'inverse les BRM trustaient les 3 premières places de la grille, BELTOISE précédant LAUDA et SCHUPPAN. L'usage de pneus FIRESTONE très tendres explicitant aussi cette performance d'ensemble. Derrière SCHECKTER confirmait en devançant nettement son expérimenté équipier HULME et sa M23 seulement 9ème lui aussi confronté à de gros problèmes de tenue de route. HAILWOOD et sa SURTEES se plaçait juste derrière le jeune sud africain et GETHIN était déjà le meilleur des F5000 en 8ème position.

                      Si BELTOISE conservait l'avantage de sa pole au départ par contre les LOTUS surtout de PETERSON, dès les premiers mètres remettaient les pendules à l'heure, Ronnie s'emparant immédiatement de la seconde place dans les échappements de la BRM, LAUDA suivait avec à ses basques son équipier SCHUPPAN et FITTIPALDI qui ne bouclera pas le deuxième tour en panne d'alimentation. Son équipier lui par contre prenait rapidement le dessus sur le français et s'envolait en tête. Au 7ème tour WATSON loupait son freinage à Dingle Dell et fracassait sa belle BRABHAM et ses jambes contre le rail. Il faudra toute la course pour l'extraire de l'épave sans drapeau rouge ou voiture de sécurité.... Les pneus des BRM qui leur avaient permis d'être si performantes commencent à partir en brioche contraignant d'abord LAUDA à un arrêt , BELTOISE le suit au moment ou PETERSON est contraint à l'abandon boite cassée. Décidément le suédois n'est pas verni. Mike HAILWOOD qui avait doublé SCHUPPAN se retrouve ainsi leader, HULME est troisième devant SCHEKTER qui a pris un très mauvais départ et qui précède GETHIN largement leader des F5000.C'est alors que l'hécatombe F1 va commencer .C'est d'abord SCHEKTER qui fait un tête à queue fatal, puis SCHUPPAN à l'agonie avec ses pneus qui sort, voilà GETHIN 3ème .A 5 tours de l'arrivée HAILWWOD, le leader sort violemment de la route après une rupture de suspension, GETHIN est second. HULME devenu leader entame le dernier tour quand sa boite de vitesses est bloquée, GETHIN remonte la McLAREN au ralenti et la dépasse 200 mètres avant la ligne d'arrivée. HULME conserve de justesse sa seconde place face à HUNT qui jusque là avait fait une course sage sans grand éclat mais qui monte ainsi sur la troisième marche du podium. TRIMMER sur la seule ISO rescapée est 4ème et Tony DEAN ( le vainqueur en CAN AM en 1970 cf mon carnet...) est 5ème également sur une CHERON et second F5000 mais à 1 tour de GETHIN, tout comme BELTOISE 6ème.

                      La belle BRABHAM BT 42 faisait ses débuts à la ROC aux mains de John WATSON....


                      Qui se finirent contre le rail


                      Une première ligne entièrement BRM


                      Peter GETHIN et la CHEVRON B24 F5000 vainqueur surprise mais logique nettement le meilleur de sa catégorie


                      JP BELTOISE et la BRM en pole avec des pneus chewing-gum


                      Ronnie PETERSON la poisse lui colle après


                      Mike HAILWOOD ( SURTEES) aurait pu l'emporter


                      La McLAREN M23 encore perfectible


                      Les débuts de James HUNT en F1 avec une SURTEES 3ème




                       

                      Commentaire


                      • La F1 ne semblant guère vous émouvoir on passe rapidement à la suite......

                        24 MARS
                        12 H SEBRING



                        Comme je l'ai signalé en préambule des 24H de DAYTONA, les 12 Heures de SEBRING ne font plus partie du calendrier du Championnat du Monde. C'est une décision totalement volontaire de ses organisateurs qui d'une part refusèrent les aménagements de leur tracé réclamés par les instance internationales et d'autre part leur choix affirmé de ne plus participer à l'escalade technologique que les nouveaux règlements imposaient, préférant se cantonner aux GT que le récent championnat IMSA avait mis en place et dont le règlement, il faut bien le dire, était nettement plus favorable aux productions US.


                        Quoi qu'il en soit cette classique floridienne qui fêtait ses 40 bougies mérite quand même de figurer à ce titre dans mon carnet, bien que rares étaient la présence au départ d'éléments étrangers au continent américain.

                        Si aux termes des essais les édiles locaux pouvaient se frotter les mains en voyant que sur la première ligne de la grille de départ trônaient trois magnifiques CORVETTE chouchou de leur public dont quelques 20 exemplaires prenaient le départ, le résultat final de l'épreuve fut beaucoup moins glorieux pour les machines locales puisque une fois les "grosses" américaines disparues, ce sont les PORSCHE 911qui emmenèrent le bal jusqu'au drapeau à damiers. A ce jeu ce sont de nouveau les vainqueurs de DAYTONA qui triomphèrent, le duo GREGG- HAYWOOD cette fois accompagné par le propriétaire de la CARRERA SR , Dave HELMICK, l'emportant devant une autre CARRERA pilotée par KEYSER MINTER qui héritèrent de la seconde place quand celle de FORBES ROBINSON qui se bagarrait pour la victoire fut retardée pour ne finir que 4ème. Consolation pour les ricains, la CORVETTE de John GREENWOOD montait sur le podium à la 3ème place mais à 8 tours des vainqueurs.

                        GREGG-HAYWOOD doublé DAYTONA-SEBRING avec la CARRERA RSR


                        KAISER-MINTER assurent le doublé PORSCHE


                        Les CORVETTE rapides mais toujours peu fiables ici celle de Tony DE LORENZO partie en pole


                        John GREENWOOD réussit à ramener la sienne à la 3ème place finale


                        La Carrera RSR de Elliot Forbes-Robinson malchanceux finit 4ème



                         

                        Commentaire


                        • Chic Sebring, j'ai de l'exotique à poster !!!
                          Avant c'était mieux

                          Commentaire


                          • Bonjour  c est  KEYSER au lieu de KAISER qui assure le doublé PORSCHE cette année là

                            Commentaire


                            • Envoyé par tonton néné Voir le message
                              Bonjour  c est  KEYSER au lieu de KAISER qui assure le doublé PORSCHE cette année là
                              Voilà au moins un qui suit de près 

                              Commentaire


                              • Bonjour, si, si, la F1 m'intéresse mais je  n'ai rien trouver à redire sur cette épreuve mixte. Le lis et j'apprécie les textes et les photos.

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X