Annonce

Réduire
Aucune annonce.

1973 Carnet d'un Passionné

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Carrera n°107 châssis 911 230 0841 appelée aussi E42
    Ensuite certains éléments de R2 (moteur, capot avant…) ont été transférés dans E42
    Le "T" a été retiré








    Avant c'était mieux

    Commentaire


    • Carrera n°107 châssis 911 230 0841 appelée aussi E42
      C’est ainsi qu’elle a fait la course.
      On reconnaît la différence entre 107 Carrera RSR R8 et 107 Carrera RS E42 par la trappe à huile derrière la portière droite, les petites vitres arrière qui s’entre-ouvrent (c’est fixe sur une RSR) le reste de la bande centrale Martini devant le pare-brise et la forme plus arrondies des ailes arrière.


















      Maintenant c'est fini pour les Carrera Martini.

      J'aurais pu vous poster toutes les voitures de la Targa 1973 mais le site Targapedia l'a déjà fait en mieux que moi.
      Dernière modification par camerat, 26 novembre 2020, 23h07.
      Avant c'était mieux

      Commentaire


      • Merci CAMERAT cette fois c'est complet...

        Commentaire


        • Envoyé par CMTARGA Voir le message
          En attendant les PORSCHE MARTINI de CAMERAT  d'autres histoire PORSCHE....

          18 MAI

          MONTHLERY GT EUROPE


          Pas beaucoup d'infos sur cette seconde manche du championnat d'Europe GT pourtant courue sur notre bon vieux MONTHLERY et qui plus est, qui vit la seconde victoire consécutive de notre BALLOT LENA national. Mais de cela SPORT AUTO dont j'étais abonné n'en avait cure, préférant à l'époque consacrer 10 pages couleurs pleines de pub à son "SPORT AUTO CLUB" dont l'essentiel des articles étaient de la promo pour une école de conduite ou un pseudo préparateur ou comment machin règle le carbu de sa SIMCA rallye....

          Donc en tout et pour tout, cette belle victoire française se contenta d'un simple récapitulatif des résultats dans la rubrique "on a couru" où il apparaît que le pilote parisien et sa 911 BUCHET remporta la première manche devant SCHIKENTANZ et FITZPATRICK et finit second de la deuxième derrière le même SCHIKENTANZ alors que FITZPATRICK renonçait. Au cumul des temps BALLOT ayant fait mieux que l'allemand, il était déclaré vainqueur et empochait les 9 points de la victoire confortant sa place de leader du championnat...ça aurait en effet mérité mieux de la presse française!

          FITZ et sa KREMER dans les roues de BALLOT


          BALLOT LENA -BUCHET une association qui marche fort


          SCHIKENTANZ a dû se contenter de la seconde place

           
          Les décos des 911 ou Carrera en 1973, miam !








           
          Avant c'était mieux

          Commentaire


          • Commentaire


            • 20 MAI

              GP BELGIQUE



              Le Grand Prix de Belgique ayant fait son grand retour au calendrier du championnat en 1972 sur l'insipide tracé de NIVELLES en Wallonie aussi il se devait cette fois d'émigrer en pays flamand sur le modeste tracé de ZOLDER bien loin de la magnificence de SPA FRANCORCHAMPS définitivement banni par la F1 après le GP de 1970. Cette première ne va pas être sans conséquence sur le bon déroulement de la 5ème manche du championnat. Une semaine avant la course, Jackie Stewart, François Cevert et Emerson Fittipaldi, au nom de l'association des pilotes, inspectent la piste et découvrent que le bitume se désagrège à certains endroits. Ils enjoignent donc les organisateurs de resurfacer la piste au plus vite ce qui est fait. Mais les pilotes vont avoir de mauvaises surprises lors des essais du vendredi, le nouvel asphalte s'effrite en effet à deux endroits, au fur et à mesure des passages des monoplaces réduisant considérablement le temps de roulage. Deux accidents due à cette piste défectueuse marquent cette première journée pour Follmer et Jarier qui s'en tirent indemnes mais pas leur voiture si bien que le français doit reprendre la vieille 721G . Les pilotes, furieux, menacent alors de boycotter la course. Les officiels décident de procéder à des travaux dans la nuit du vendredi au samedi.

              Côté plateau on attend toujours l'Ensign qui n'est toujours pas au rendez-vous alors que Tecno fait son retour avec une PA123/6, qui est l'une des deux voitures commandées par les frères Pederzani. En effet le sponsor de l'équipe Martini a financé la construction d'un autre modèle en parallèle, d'où une situation très confuse... Ce modèle-ci a été conçu par l'ingénieur néo-zélandais Alan McCall. Au volant on retrouve l'excellent Chris Amon qui a accepté de tenter l'aventure. De nouveau Ferrari se présente avec une seule 312 B3 monocoque pour Jacky Ickx, celle d'Arturo Merzario n'étant pas prête.

              Les essais qualificatifs se déroulent enfin sur une piste a priori satisfaisante. De nouveau c'est Peterson qui se montre le plus rapide et précède Hulme de cinq dixièmes. Le première ligne est ainsi la même qu'à Montjuïc. Ickx obtient une belle troisième place avec la nouvelle Ferrari et précède Cevert, Beltoise et Stewart. Reutemann et Pace se partagent la quatrième ligne. Fittipaldi est seulement neuvième ce qui fait quelque peu désordre si l'on considère la pole position de son équipier. Il devance Revson, Follmer et Regazzoni. Amon est quinzième avec la Tecno. Oliver n'est que 22ème avec la seconde Shadow. Comme en Espagne, Hill ferme la marche avec sa Shadow privée.

              Avec seulement 20 000 spectateurs, le Grand Prix n'est pas un succès populaire. De plus le temps est orageux et on craint les averses. Peterson est victime d'un accident lors du warm-up qui oblige ses mécaniciens à réparer sa 72E en catastrophe ce qui ne l'empêche pas de prendre le commandement au départ. Hulme lui est en difficulté et se fait doubler par Ickx et Cevert qui va passer sans coup férir le belge. Stewart a été serré contre le mur des stands et a perdu quelques places.

              A l'issue de ce tour Peterson mène devant Cevert, Ickx, Hulme, Reutemann, Beltoise, Pace, Stewart, E. Fittipaldi et Lauda et dès le tour suivant Cevert prend l'avantage face à Peterson et s'empare du commandement de la course et creuse immédiatement un écart de deux secondes sur la Lotus menacée par Ickx et Hulme. Le peloton est encore très compact. Au 6e tour Ickx est au ralenti et rentre au stand Ferrari où un problème de pompe à huile est découvert. Pendant ce temps-là, Hulme a dérapé sur l'huile répandu par la Ferrari. Le Néo-Zélandais parvient à repartir mais en dix-neuvième position seulement alors que Beltoise rencontre un souci d'allumage sur sa BRM et doit aussi entrer aux stands pour réparer.

              Au 10e tour Cevert mène avec neuf secondes d'avance sur Peterson. Reutemann est troisième et précède Fittipaldi et Stewart. Revson a pris la sixième place à Pace qui devance Regazzoni, Lauda et Follmer et comme lors des essais, le bitume se désagrège par endroit. Oliver dérape sur des anfractuosités et doit abandonner tandis qu'il occupait la onzième place. La malchance poursuit Reutemann, victime d'une panne de moteur sur la Brabham. L'Argentin rentre à son stand à faible allure, laissant la troisième place à Fittipaldi. C'est aussi l'abandon pour Follmer dont l'accélérateur est bloqué.

              Au 16e tour dix secondes séparent Cevert et Peterson. Le Suédois qui a des problèmes de freins voit revenir derrière lui Fittipaldi et Stewart. Revson est cinquième devant Pace, Regazzoni, Lauda, de Adamich et Jarier. Beuttler est à son stand pour changer un pneu crevé. Au 19e TOUR Fittipaldi double son coéquipier. Celui-ci ne résiste pas longtemps à Stewart et chute ainsi de la deuxième à la quatrième place. Abandon de Ganley qui est sorti de la piste suite au blocage de son accélérateur.

              20e tour Cevert possède près de dix secondes d'avance sur Fittipaldi, mais le jeune Français part en tête-à-queue dans la chicane "Jochen Rindt". Sa Tyrrell est en travers la piste et il doit se dégager au plus vite pour éviter d'être percuté. Il parvient à repartir avec difficulté mais a chuté au huitième rang, derrière Lauda. Fittipaldi est donc le nouveau leader cependant Stewart est juste derrière lui, à une demi-seconde. Peterson est troisième mais Revson est plus rapide que lui et remonte.

              23e: Stewart attaque Fittipaldi pour la première place il prend l'aspiration derrière Fittipaldi sur la ligne de chronométrage. L'Écossais déborde la Lotus et s'impose au premier virage. Pendant ce temps-là Cevert double Lauda puis prend la sixième place à Regazzoni alors que Revson double Peterson: le voici troisième.

              Au 30e tour Stewart semble maintenant solidement installé en tête avec six secondes d'avance sur Fittipaldi. Peterson a décidément bien des ennuis avec sa Lotus puisque le voici désormais sous la menace de Pace et de Cever qui le doublent dès le tour suivant. Quatre tours plus tard c'est Revson qui dérape sur l'asphalte ébréchée et sort de la piste. Un arbre de transmission s'est brisé dans cette mésaventure. La course est finie pour le pilote américain. Cevert dépasse Pace et se retrouve ainsi troisième du fait de la disparition de Revson. L'ordre est alors Stewart devant E. Fittipaldi (10s.) et Cevert (22s.). A vingt-cinq secondes de Stewart, Pace est un étonnant quatrième. Il précède Peterson, Lauda, de Adamich, Jarier, W. Fittipaldi et Amon.

              40e tour Fittipaldi commence à rencontrer quelques problèmes d'arrivée d'essence. Le pilote brésilien est moins rapide qu'auparavant et Cevert le rattrape peu à peu. Son équipier est pas mieux loti ses freins ne répondent plus et le pilote suédois part dans l'herbe. C'est l'abandon. Peterson n'a toujours pas inscrit de point en cette saison 1973.

              Au 48e tour Cevert prend l'avantage sur Fittipaldi qui n'offre pas une grosse résistance. Les deux Tyrrell sont en tête du GP de Belgique alors que Pace qui faisait à nouveau une course magnifique voit son aileron arrière se détacher. Il parvient à maintenir sa Surtees en piste mais regagne son stand. Il cède ainsi la quatrième place à Lauda. Il repartira sans aileron et sans frein ?

              52e: Stewart roule vers la victoire avec une trentaine de secondes d'avance sur Cevert. Fittipaldi cherche à terminer la course et surveille sa consommation. Il perd ainsi beaucoup de temps par rapport aux Tyrrell. Beaucoup plus loin se trouve Lauda qui précède de Adamich et Jarier. Amon est septième devant Regazzoni et Hulme qui ont deux tours de retard.

              La fin de course est très monotone, l'asphalte ne cesse de se dégrader et certains virages sont piégeurs. Stewart compte trente-cinq secondes d'avance sur Cevert. Fittipaldi est relégué à plus d'une minute. Amon et Regazzoni sont les euls animateurs en lutte pour la septième place. Le Suisse est plus rapide que le Néo-Zélandais grâce à ses pneus neufs. Beltoise est contraint à l'abandon suite à une panne du moteur et Jarier commet quitte la route et perd ainsi l'occasion d'inscrire son premier point.

              A cinq tours de l'arrivée Regazzoni perd l'usage de ses freins et atterrit dans le décor. Amon, plus prudent, récupère la sixième place mais doit surveiller le retour de Hulme et Lauda est à la peine et a du mal à contenir de Adamich qui va le dépasser dans le dernier tour pour prendre la 4ème place.

              Jackie Stewart coupe la ligne d'arrivée en vainqueur. C'est sa 24ème victoire en F1, ce qui fait de lui l'égal de Juan-Manuel Fangio. Cevert finit deuxième après une belle remontée depuis la huitième place. C'est le premier doublé Elf-Tyrrell de la saison. Gravement handicapé par un souci d'alimentation, Fittipaldi sauve la troisième place. C'est son cinquième podium en cinq courses, mais c'est la seconde fois de suite qu'il finit avec une voiture à l'agonie. De Adamich se classe à une brillante quatrième sur la vieille Brabham BT37. Lauda est cinquième et inscrit les deux premiers points de sa carrière. Amon fait un bon retour avec la sixième place et marque le premier point de l'écurie Tecno. Hulme est septième devant Pace et Hill. Le double champion du monde a vécu un calvaire : son moteur a ratatouillé du début à la fin !

              Quoiqu'il en soit, il ne fait maintenant plus aucun doute que le titre se jouera encore une fois entre Emerson Fittipaldi et Jackie Stewart. Au classement du championnat, le Brésilien possède sept points d'avance sur le Britannique. En revanche chez les constructeurs, Tyrrell prend l'avantage pour un point devant Lotus. Après cette mauvaise course, McLaren est maintenant très distancée.


              A SUIVRE
               

              Commentaire


              • SUITE

                L'état de la piste la préoccupation majeur du week-end...


                Beaucoup vont y laisser des plumes aux essais comme en course


                L'attraction de ce GP lae TECNO made in italy. Chris AMON au volant


                L'impressionnante grille de départ PETERSON et HULME en première ligne n'en profiteront guère


                Le duel FIITPALDI-STEWART sur la piste comme au championnat 3 à 2 pour le brésilien...pour le moment


                CEVERT assure le double TYRRELL malgré cette erreur .Dommage il aurait pu faire mieux


                PETERSON vraiment malchanceux


                ICKX et la belle FERRARI B3. Un bon début de course trop vite écourté


                DE ADAMICH et la vieille BRABHAM BT37 à nouveau dans les points ( 4ème)


                Niki LAUDA ses premiers points au championnat


                PACE encore un belle course mais la SURTEES manque vraiment de fiabilité

                Commentaire


                • 20 MAI

                  KINNEKULLE-RING F2



                  La concurrence directe du GP de BELGIQUE a fait que ce rendez-vous lointain sur ce "mickey mouse" de 2.2 KM était loin d'avoir fait le plein de concurrents. Il est vrai que la manche suédoise n'était que "complémentaire" et de ce fait les MARCH officielles étaient absentes malgré ou à cause du net leadership de JARIER au championnat. Voilà donc une belle occasion pour tout ceux qui n'ont été jusque là que des faire valoir, de pouvoir enfin se distinguer. Tel était assurément le cas de Jochen MASS et de sa SURTEES désigné leader de son équipe et qui jusque là voyait son score vierge de tout point. DEPAILLER et sa ELF2 était dans la même situation même si à la veille de cette course il était le dauphin au championnat du pilote MARCH, il demeurait encore vierge de victoire à son palmarès. Ron DENNIS comptait également profiter de l'absence des MARCH boys pour imposer une seconde fois ses MOTUL que SCHENKEN et WOLLEK étaient chargés de piloter. Les suédois eux pouvaient compter briller sur leur terre avec les GRD du team local Pierre ROBERT de WISELL-GUNNARSON et DAHLQUIST alors que Toster PALM était engagé sur la deuxième SURTEES officielle.

                  Dès les essais la hiérarchie était bien établie, MASS devançait nettement DEPAILLER et les autres, dont émergeait le jeune Sten GUNNARSON et sa GRD. La course courue en deux manches se résuma dans la première à un cavalier seul de l'allemand à la SURTEES, seul DEPAILLER restant au contact sans pouvoir être une véritable menace. PALM, SCHENKEN et GUNNARSON finissant dans cet ordre à un tour. Dans la seconde bis repetita pour MASS d'autant que DEPAILLER ayant calé au départ dû s'employer pour remonter à la 3ème place loin derrière l'allemand mais tout proche de SCHENKEN second.

                  Au final MASS remporte enfin une manche du championnat mais n'en demeure pas moins à distance de JARIER alors que DEPAILLER grâce à sa seconde place finale n'est plus qu'à 6 points de son compatriote.

                  MASS enfin vainqueur mais sans véritable adversité..


                  DEPAILLER (ELF2) espérait mieux mais 6 points c'est bon à prendre


                  Sten GUNNARSON ( GRD) la révélation des essais et 4ème au final


                  SCHENKEN & WOLLEK les MOTUL BOYS en SUEDE avec des fortunes diverses (3ème et abandon)


                   

                  Commentaire


                  • 20 MAI

                    INTERSERIE SILVERSTONE



                    Gorge FOLLMER et sa 917/10 ayant repris le chemin des USA en vue du début du championnat CAN AM, les européens se retrouvaient entre eux à l'occasion de la troisième manche du championnat INTERSERIE courue à SILVERSTONE et cette fois Willi ()KAHAUSEN double vainqueur en était pour ses frais se faisant distancer tant aux essais que lors de la première manche de la course par la 917/0 AAW du finlandais KINNUNEN. SI il retrouvait la plus haute marche du podium à l'occasion de la seconde, le finlandais en terminant à ses basques assurait sa première victoire de la saison et redonnait au championnat un élan que la domination initiale du pilote allemand ne laissait pas entrevoir. LOOS et KRAUS sur leur 917/10 respectives, terminant à nouveau au 3ème et 4ème rang, les autres notamment KELLENERS et sa MCLAREN qui plus est forfait suite à la casse de son moteur aux essais, pouvaient mesurer l'écart les séparant des machines allemandes.


                    Cette fois KAUHSEN a dû se contenter de la seconde place

                     

                    Commentaire


                    • Dans cette épreuve à Silverstone, Gunther Steckkonig s'est vu confié la 917/10 bis de Kauhsen, qu'il a un peu écorné aux essais.





                      Willie Green performant l'an dernier avec la 512M Bamford (vainqueur de la première manche !!!) est au volant de la McLaren M8F Gelo.



                      Ensuite dans le "bizarre"

                      La Lola T70 d'origine mais plus reconnaissable maintenant de Egmond Dursch



                      Et une "vieillerie" , la Lola T70 Aston-Martin de Nick Cusson, guère performante, mais rappelant John Surtees en 1967.



                       
                      Avant c'était mieux

                      Commentaire


                      • Il y avait donc une belle voiture au départ.

                        Commentaire


                        • Pas faux Tipo

                          Commentaire


                          • 27 MAI

                            SALZBOURG TOURISME



                            Pour une fois pour le prix d'une, vous allez en avoir 2......

                            Je m'explique. Les participants au championnat d'Europe des voitures de tourisme n'ont pas chômé pendant ce début de printemps 1973 car si la première manche de MONZA de fin mars semble lointaine, depuis les équipes professionnelles notamment les représentants de FORD et BMW vont disputer dans la foulée pas moins de 4 courses entre ce 27 mai et le 15 juin dont rien moins que les 1000 km du NURBURGRING et les 24H du MANS...excusez du peu et si vous y rajouter les 6H du même NURBURG début juillet pas le temps de souffler...

                            Pour ce qui concerne le championnat d'Europe, deux week-ends de course consécutifs avec pour débuter SALZBURG et le dimanche suivant MANTORP PARK en Suède. Compte tenu que j'ai peu de matière notamment photos pour le meeting suédois, je vais donc traiter les deux dans la foulée faisant ainsi une entorse à ma sacro sainte chronologie....

                            Commençons par la ville de MOZART dont le climat rugueux et enneigé n'avait pas permis la tenue de ce meeting prévu en avril ce qui explicite aussi ce carambolage de dates. BMW y était représentée par une voiture aux couleurs officielles pour QUESTER/STUCK alors que le vainqueur de MONZA, APLINA alignait sur sa 3.0 CSI aux cotés du toujours fringuant Brian MUIR, l'ex champion Toine HEZEMANS. SCHNITZER pouvait compter sur un duo inédit composé de Vittorio BRAMBILLA et de notre papy ( pas encore à l'époque...) JAUSSAUD. Côté FORD 2 CAPRI étaient présentes pour BIRRELL-LARROUSSE et GLEMSER-FITZPATRICK.

                            Les essais voyaient outre la pole signée par GLEMSER devant les 3 BM, Gerry BIRRELL détruire la seconde CAPRI forfait pour la course. Celle-ci courue sur 4 heures vit la rapide domination de la CAPRI rescapée et de la SCHNITZER qui tinrent à distance la BM usine et l'ALPINA. Victime de ses pneus BRAMBILLA fut retardé et avec son compère français, ils durent se contenter de la 3ème place finale, la seconde revenant à l'ALPINA alors que QUESTER/STUCK durent abandonner.

                            En suède compte tenu des circonstances décrites ci-dessus, FORD n'était représenté que par un unique équipage. MASS/GLEMSER et l'usine BMW, en préparation du MANS, avait renoncé. ALPINA et SCHNITZER étaient donc chargés de défendre les couleurs bavaroises de nouveau avec les mêmes duo de pilotes qu'en Autriche. MASS signait la pole devant les BM et la CAPRI eut un dimanche bien calme dominant nettement ses compatriotes dans l'ordre une nouvelle fois ALPINA devant SCHNITZER si bien qu'au championnat la firme à l'ovale a pris l'ascendant sur celle à l'hélice.

                            SALZBURG Début de course la bagarre GLEMSER /BRAMBILLA qui sera retardé par ses pneus


                            Le coupé 3.0 CSL ALPINA aux couleurs JAGERMEISTER


                            MANTORP PARK La CAPRI domine et reprend la tête du championnat


                            ALPINA meilleur représentant BMW


                            SCHNITZER performant ...manque la fiabilité

                            Commentaire


                            • 18-23 MAI

                              RALLYE ACROPOLE



                              Autant le dire tout de suite cette 21ème édition du Rallye ACROPOLE sera avant tout marquée par l'insolente domination d'un homme ( deux en l'occurrence ) et d'une voiture puisque en tête des les premiers tours de roues et toujours leader sous la bannière arrivée sans que personne, pas même ses coéquipiers ne puissent à un moment le contester et cet équipage ultra dominateur, c'est le duo composé du français Jean-Luc THERIER, du belge Christian DELFERRIER et de leur Berlinette ALPINE 1800.

                              Pourtant au départ ils étaient nombreux à avoir de légitimes prétentions à la plus haute marche du podium à commencer par les deux autres équipages ALPINE dotés eux aussi de la même Berlinette 1800 qui avaient heureusement ( mais temporairement) retrouvé leur traditionnel et intégral bleu métallisé. NICOLAS-VIAL comme DARNICHE-MAHE ne purent rien contre le normand. Les premiers finirent bien à une probante 3ème place après avoir subi des problèmes d'embrayage. Pour les seconds après seulement deux spéciales DARNICHE dû s'arrêter victime d'une sciatique incapable de poursuivre. MAHE prit bien le manche pour essayer de finir l'étape et permettre à son pilote de récupérer mais ce fut peine perdue. FIAT avait elle un contingent fort de 3 unités pour LINDBERG-HERTZ/PAGANELLEI-RUSSO et AALTONEN-TURVEY. Pour les italiens aussi l'aventure grecque fut chaotique car si AALTONEN permit à la firme turinoise d'empocher les points de la seconde place grâce aux soucis de NICOLAS et LINDBERG la 4ème, le pauvre PAGANELLI lui finit sa course en prison par la faute d'un cycliste inconscient. BMW renouvelait son expérience portugaise avec cette fois deux équipages. De nouveau WARMBOLD-TODT et l'intérimaire de luxe Bjorn WALDEGAARD qui après FIAT, VW et PORSCHE côtoyait ainsi une 4ème équipe en 6 courses. Ni l'un ni l'autre ne virent l'arrivée, les premiers suite à une violente sortie de route au tout début du rallye et le suédois lui à cause d'un joint de culasse défaillant. Dernière équipe présente en force VW AUTRICHE qui poursuit son bel effort avec pas moins de 4 COX 1300S pour un quatuor de pilotes internationaux avec le suédois KALLSTROM, les autrichiens JANGER et FISCHER et le britannique FALL. Seul FISCHER finit l'épreuve à la 5ème place, les autres connurent des mésaventures comme JANGER et FALL qui sortirent de la route quasiment au même endroit et un rapide abandon pour le moustachu suédois pour surchauffe. FORD n'avait pas délégué de voiture officielle mais SCLATER et son ESCORT privée en finissant 7ème assurèrent quelques points au constructeur américain. Enfin Ove ANDERSSON poursuivait lui aussi son expérience TOYOTA CELICA GT engagée sous sa bannière et sa course s'arrêta rapidement lui aussi suite à une surchauffe. Enfin signalons la belle 6ème place de l'inusable BOCHNICEK et de sa DS gr1 privée.

                              Les hommes et leur machine du rallye ACROPOLE: imbattable !


                              AALTONEN sauve les meubles pour FIAT


                              NICOLAS doit se contenter une nouvelle fois des accessits


                              FISCHER seul rescapé de l'armada des COX autrichiennes


                              Encore une performance pour BOCHINCEK et sa DS


                               

                              Commentaire


                              • J'ai 7 concurrents supplémentaires à rajouter à l'Acropole, je les scanne cet après midi
                                Avant c'était mieux

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X