Annonce

Réduire
Aucune annonce.

24 heures du Mans 1956

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • camerat
    a répondu
    Re : 24 heures du Mans 1956

    n°36 Lotus 11 Climax Lotus MK11/210 Reg Bicknell – Peter Jopp





    Laisser un commentaire:


  • tipo 151
    a répondu
    Re : 24 heures du Mans 1956

    Leur course est d'abord ralentie par un tête à queue au Tertre Rouge, puis stoppée par un chien que Cliff Allison percute dans la nuit dans les Hunaudières.
    Ils reviendront, toujours pour Lotus, en 1957 et remporteront alors l'indice de performance.

    Keith Hall arrête la compétition à l'issue de la saison 1958.
    Cliff Allison sera par la suite pilote officiel Ferrari. Il pilotera également en F1 pour Centro-Sud et UDT-Laystall.

    Laisser un commentaire:


  • camerat
    a répondu
    Re : 24 heures du Mans 1956

    n°35 Lotus 11 Climax Lotus MK11/211 Cliff Allison – Keith Hall



    Laisser un commentaire:


  • tipo 151
    a répondu
    Re : 24 heures du Mans 1956

    Envoyé par tipo 151 Voir le message
    La voiture de Bourel et Slotine bénéficie-t-elle d'un engagement de l'usine comme le prétendent certaines sources ?
    Probablement pas, si l'on considère son immatriculation.
    Elle ne bénéficie surement pas de la même préparation que celle de Glöckler.
    Elle permet aux deux hommes d’atteindre l’arrivée, malheureusement non classée pour distance insuffisante parcourue.

    Ils reviendront l'année suivante toujours au volant d'une 365, mais décapotable…et moins performante.
    Contrairement à l'info que j'avais trouvée dans le Quentin Spurring, la voiture est bien classée 13ème à la distance comme indiqué dans les bibles 2 et 3. Dans le bouquin de L'ACO 1923-1982, où elle figure également comme 13ème à la distance, il est indiqué NC à l'Indice de Performance (pourquoi ?). De là vient peut-être l'erreur de Spurring ?

    Laisser un commentaire:


  • tipo 151
    a répondu
    Re : 24 heures du Mans 1956

    Tu m'crois, tu m'crois pas, mais ma parole d'honneur écoute c'est véridique :

    Reims 1966, je ne sais pas comment j'ai fait, mais j'ai réussi à me glisser dans un des stands (et pourtant ils sont petits à Reims) d'Alpine lors des essais des F3.
    Jean Vinatier n'arrive pas à se qualifier. Il faut dire qu'ils sont une cinquantaine de candidats pour 25 places sur la grille.
    Alors, Mauro Bianchi dans le fond du stand coiffe le casque à damier de Jean Vinatier qui se planque.
    Mauro monte dans l'auto de Jean et la qualifie.
    Ni vu ni connu. Et tout çà en plein jour, pas entre 3 et 5 du matin comme Masten Gregory et Ed Hugus.
    Sauf qu'il y a un hic, Mauro se retrouve sur sa voiture avec le 26ème temps et donc non qualifié.
    Alors Jean déclare forfait pour que Mauro puisse prendre le départ. Tout ce mal pour rien...

    C'est pour avoir vécu cette histoire que j'ai tendance à croire Ed Hugus alors que j'ai toujours été un fan de Masten.

    Laisser un commentaire:


  • RB29
    a répondu
    Re : 24 heures du Mans 1956

    Il était pilote de réserve . Il a sorti cette histoire peu avant sa mort quand Chinetti,Baus,Rindt et Gregory n'étaient plus là depuis longtemps.
    Et les commissaires de stand n'ont rien vu bien sur!
    Et les photographes étaient tous en panne de pellicule à ce moment là aussi!

    Laisser un commentaire:


  • tipo 151
    a répondu
    Re : 24 heures du Mans 1956

    Et bien, je ne sais pas RB29. Ed Hugus était tout sauf un rigolo.
    Et je ne comparerais pas les deux cas :
    Steve McQueen n'a jamais revendiqué avoir piloté au Mans en 70. C'est un tiers qui raconte ''une histoire''.
    Ed Hugus lui a laissé passer une trentaine d'année avant de raconter ''son histoire''.
    Il a peut-être attendu qu'il y ait prescription pour ne pas embarrasser Luigi Chinetti.
    Être sur que Jochen Rindt et Masten Gregory ne soient pas disqualifiés.
    Regarde les photos entre la ligne d'arrivée et le podium, pendant toute la descente sur le chemin entre la piste et les tribunes, Ed Hugus est là,
    assis sur l'aile avant droite de la voiture.
    Dernière modification par tipo 151, 13 septembre 2018, 21h52.

    Laisser un commentaire:


  • camerat
    a répondu
    Re : 24 heures du Mans 1956

    Je pars 3 jours au Nurburgring, la suite à mon retour lundi.
    Mais si vous avez d'autres commentaires n'hésitez pas.

    Laisser un commentaire:


  • RB29
    a répondu
    Re : 24 heures du Mans 1956

    Envoyé par camerat Voir le message
    Sur les 6 Cooper ayant fait Le Mans, celle de 1956 est la meilleure en effet.

    Les révélations de Hugus sur sa participation en 1965 et de Braillard sur celle de McQueen en 1970 tellement d'années après les faits me paraissent suspectes. Pourquoi avoir attendu si longtemps.
    C'est de la pure affabulation, faux complètement, une belle histoire de fin de repas après quelques bouteilles. Du bidon.

    Laisser un commentaire:


  • tipo 151
    a répondu
    Re : 24 heures du Mans 1956

    La voiture de Bourel et Slotine bénéficie-t-elle d'un engagement de l'usine comme le prétendent certaines sources ?
    Probablement pas, si l'on considère son immatriculation.
    Elle ne bénéficie surement pas de la même préparation que celle de Glöckler.
    Elle permet aux deux hommes d’atteindre l’arrivée, malheureusement non classée pour distance insuffisante parcourue.

    Ils reviendront l'année suivante toujours au volant d'une 365, mais décapotable…et moins performante.

    Laisser un commentaire:


  • camerat
    a répondu
    Re : 24 heures du Mans 1956

    n°34 Porsche 356/A4 Bourel 56007 Roland Bourel – Maurice Slotine



    Laisser un commentaire:


  • camerat
    a répondu
    Re : 24 heures du Mans 1956

    Envoyé par tipo 151 Voir le message
    Il me semble reconnaitre John Cooper himself, au volant, sur ces photos.

    Deux questions pour lesquelles je n'ai pas la réponse:

    - En amenant avec John Bentley sa voiture en huitième position à l’arrivée, Ed Hugus ne signe-t-il pas la meilleure performance
    jamais réalisée par une Cooper au Mans ?

    - Ed Hugus a-t-il participé 9 ou 10 fois au Mans ?
    9 fois officiellement, 10 fois si il a, comme il le prétend, effectivement conduit secrètement pendant un relais de nuit,
    la 250LM victorieuse en 1965.
    Sur les 6 Cooper ayant fait Le Mans, celle de 1956 est la meilleure en effet.

    Les révélations de Hugus sur sa participation en 1965 et de Braillard sur celle de McQueen en 1970 tellement d'années après les faits me paraissent suspectes. Pourquoi avoir attendu si longtemps.
    Dernière modification par camerat, 13 septembre 2018, 16h50.

    Laisser un commentaire:


  • tipo 151
    a répondu
    Re : 24 heures du Mans 1956

    Il me semble reconnaitre John Cooper himself, au volant, sur ces photos.

    Deux questions pour lesquelles je n'ai pas la réponse:

    - En amenant avec John Bentley sa voiture en huitième position à l’arrivée, Ed Hugus ne signe-t-il pas la meilleure performance
    jamais réalisée par une Cooper au Mans ?

    - Ed Hugus a-t-il participé 9 ou 10 fois au Mans ?
    9 fois officiellement, 10 fois si il a, comme il le prétend, effectivement conduit secrètement pendant un relais de nuit,
    la 250LM victorieuse en 1965.

    Laisser un commentaire:


  • camerat
    a répondu
    Re : 24 heures du Mans 1956

    n°33 Cooper Climax T39 Cooper Ed Hugus – John Bentley







    Laisser un commentaire:


  • tipo 151
    a répondu
    Re : 24 heures du Mans 1956

    Graham Hill est suppléant sur la voiture, mais il ne prendra pas le volant en course.
    Il est là comme mécanicien.
    Colin Chapman est présent malgré sa disqualification l’an dernier, il n’en veut pas encore à L’ACO.
    Herbert McKay-Fraser, l’américain lui est en train de percer en monoplace comme en endurance.
    Il fera des débuts remarqués en F1 sur une BRM usine à Rouen lors du GP de l’ACF 1957.
    Il se tue la semaine suivante, au volant d’une Lotus usine, à Reims lors de la course F2. Son corps n’est pas réclamé par sa famille, et il est inhumé 8 jours plus tard dans un cimetière de Reims en la seule présence de représentants de l’Automobile Cub de Champagne. Comme dans le cas de Tom Cole en 1953, enterré au cimetière du Mans mais il me semble que là, son coéquipier Luigi Chinetti était présent lors des obsèques.
    Masten Gregory aimait répéter :‘’Si je me tue en course, qu’on m’enterre là, au bord de la route’’. Une coutume américaine ?…

    Ici, la voiture les lâche dimanche en fin de matinée, moteur cassé.

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X