Annonce

Réduire
Aucune annonce.

1970 Carnet d'un Passionné

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • 500 KM IMOLA REDMAN en solitaire

    Bien que l'épreuve ne compte pour aucun championnat, l'équipe WYER comme FERRARI et ALFA-ROMEO n'hésitèrent pas à envoyer sur le circuit d'Emilie Romagne leurs représentants. Deux 917 côté PORSCHE pour RODRIGUEZ et REDMAN et un exemplaire pour les italiennes à partager respectivement une 512 pour GIUNTI-MERZARIO et une 33/3 améliorée prémices de la version 1971, pour DE ADAMICH-GALLI. Petite surprise sur cette liste d'engagés on retrouvait Nino VACCARELLA, non sur une monture italienne, mais bien (crime de lèse majesté) sur la PORSCHE 917 du Suisse Dominique MARTIN. Deux autres 512 privées étaient également de la partie ainsi que des LOLA T70 et les PORSCHE 908 du MARTINI RACING avec notamment LARROUSSE. Enfin au titre des originalités, Chris CRAFT était au volant d'une McLAREN CANAM propulsée par un V8 COSWORTH.

    Sans surprise RODRIGUEZ signa le meilleur temps des essais mais, à la plus grande joie des tifosi, GIUNTI s'empara du second temps devant REDMAN. L'ALFA venait après précédant la 917 de VACCARELLA. Les tifosi furent encore plus heureux lorsqu'ils constatèrent que pendant les premiers tours, c'était bien MERZARIO qui avait pris le départ et qui menait devant les deux PORSCHE. Mais leur joie fut de courte durée car ayant de plus en plus de mal avec son levier de vitesses, l'italien dû laisser filer les deux teutonnes, celles du mexicain devançant le britannique. GIUNTI qui succéda au volant de la 512 disparu rapidement à cause d'une pompe à essence défectueuse. Pendant ce temps nos duettistes de chez WYER roulaient roue dans roue jusqu'au moment où RODRIGUEZ trouva sur son chemin une CHEVRON 2litres qui le contraignit à un écart fatal entraînant une rupture de suspension. Dès lors REDMAN n'eu plus qu'à se laisser glisser vers le drapeau à damiers pour remporter une victoire imparable. L'ALFA de DE ADAMICH-GALLI finit seconde après avoir longuement bataillé avec la 917 de VACCARELLA jusqu'à ce que celui-ci l'envoie dans les rails. Les 908 du MARTINI décrochèrent les 3ème et 4ème places dans l'ordre AHRENS-MARKO puis LARROUSSE-LINS. Enfin LAUDA-KOTTULINSKI sur leur 908 étaient cinquièmes.

    PORSCHE-FERRARI comme d'hab


    La rosso devant pendant une douzaine de tours...


    Puis l'ordre est rétabli


    L'incident de RODRIGUEZ


    A REDMAN la victoire


    Une évolution de l'ALFA 33 seconde


    VACCARELLA dubitatif devant la 917 de ZITRO RACING


    La McLAREN COSWORTH de Chris CRAFT n'ira pas au bout


    LARROUSSE en laboure

     

    Commentaire


    • Court film d'époque : https://www.youtube.com/watch?v=Hv9YAYGYzEY
      Avant c'était mieux

      Commentaire


      • Merci CAMERAT ici en couleur les qualifs...https://www.youtube.com/watch?v=yX-enL462OY

        Commentaire


        • La 512S officielle a tutoyé le rail.



          Aux essais Redman a joué dans le sable.



          Vaccarella sur une 917...



          La 512S de Manfredini a opté pour la découpe derrière les roues arrière.





          Schetty sur une 512S privée.





          Photos bad quality from Autosport









          907 speciale



          Circuit sale ?



          L'Alfa de réserve.



           
          Avant c'était mieux

          Commentaire


          • TOUR AUTO: LA FANCE EN BLEU


            Un an après sa remarquable renaissance suite à cinq années d'interruption, le TOUR DE FRANCE AUTO repartait sur les routes et circuit cette année exclusivement de l'hexagone avec un plateau encore plus spectaculaire que celui de 1969. En effet, Jean-Luc LAGARDERE, n'hésita pas à y engager deux protos 650 V12 directement issus de ses MATRA des 24 Heures du MANS, donnant à l'épreuve un retentissement considérable tellement son pari semblait irréaliste. Au départ beaucoup estimaient qu'il était difficilement imaginable qu'un bolide conçu exclusivement pour la piste et les hautes vitesses, puissent déambuler sur une départementale ou dans les bouchons de la circulation urbaine et achever les quelques 4 500 KM que représentaient cette grande boucle sans connaître de souci. Et bien autant le dire tout de suite le pari fut parfaitement réussi, les MATRA faisant le une-deux à l'arrivée à Nice après avoir soulevé l'enthousiasme général d'un public à qui on apportait sur le pas de sa porte le rêve et la fureur des mêmes bolides que ceux aperçus sur le petit écran lors des 24H. En cela le Tour Auto était une épreuve incomparable, malheureusement à jamais disparue sous le poids des contraintes sécuritaires (" vous imaginez, ma bonne dame, des autos qui peuvent aller à 300 km/h sous vos fenêtres...quelle horreur !!!") et de l'auto-phobie puritaine et punitive de notre époque.

            Avant d'entamer un bref compte rendu de l'épreuve, un petit coup d'œil au parcours. Les concurrents de ce 15ème Tour Auto devaient affronter 8 étapes de Bandol à Nice en passant par toutes les régions de France et avec pas moins de 19 épreuves à disputer, 9 en circuits ( RICARD-ALBI-PAU-ESCOUBLAC-BUGATTI-ROUEN-DIJON-MAGNY-COURS-CHARADE) et 10 courses de côte ( MINIER-LA COUBRE-HAYBES/MEUSE-BALLON d'ALSACE-URCY-MONT D'OR-CHAMROUSSE-LIMOUCHES-MONT VENTOUX-AMPUS).

            La liste des engagés comptait pas moins de 99 partants et en tête bien évidemment les deux MATRA 650 que devaient se partager deux équipages composés de deux pilotes chacun et un navigateur. En effet le TOUR AUTO entrait en concurrence de date avec le GP du CANADA. Or pour donner tout son éclat à sa participation, LAGARDERE tenait à ce que ses vedettes de la F1, BELTOISE et PESCAROLO participent également à cette fête nationale. C'est ainsi que DEPAILLER et JABOUILLE disputèrent les deux premières étapes et laissèrent à partir de PAU le volant de leur 650 qu'ils partageaient respectivement avec Jean TODT et Johnny RIVES, à leur deux comparses de retour du Canada.
            Comme déjà dit, les deux prototypes français firent la course parfaite, il est vrai bien aidés par le fait qu'à défaut de concurrence véritablement dangereuse, ils évoluèrent un ton largement en dessous de leurs possibilités. La formidable organisation de l'assistance capable de reconstruire une auto tous les jours assura également un parcours quasiment sans embûche comme le traduit le résultat brut car sur les 19 épreuves courues, les deux MATRA s'imposèrent dans 17 réussissant à chaque fois le doublé...Restait à déterminer l'équipage vainqueur. Dès le départ l'avantage pris par DEPAILLER permit à la N°146 de prendre le dessus sur sa soeur et ce n'est pas une légère fuite d'huile à mi parcours qui le remettra en cause, si toute fois le grand Henri en avait eu l'intention certainement à défaut d'autorisation. C'est donc le trio DEPAILLER-BELTOISE-TODT qui garda le ruban jaune jusqu'à l'arrivée à Nice devant leurs équipiers JABOUILLE-PESCAROLO-RIVES.

            Le principal adversaire des bleus était constitué par l'équipage LARROUSSE-GELIN qui disposait d'une 911 spéciale parée des très à la mode couleurs psychédéliques jaune et rouge et dotée d'un moteur 2.4 l directement engagée par l'usine et qui ne pouvait compter que sur les pépins des deux protos français pour espérer s'imposer. Comme ceux-ci ne sont jamais arrivés mise à part quelques coups d'éclat comme au MINIER, la PORSCHE psychédélique dû se contenter de la 3ème place. Parmi les autres usines on trouvait deux LIGIER JS1 disposant non pas du 4 cylindres FORD vu au MANS mais d'un V6, avec ANDRUET et VINATIER à leur volant. Elles n'allèrent pas bien loin puisque à Bordeaux l'une et l'autre avaient déjà disparu. Enfin FORD Allemagne avait préparé une CAPRI GR4 spéciale pour GLEMSER dotée d'un moteur 2.6 l qui abandonnait dès le CASTELLET, PIOT sur une GR2 classique lui disparaissait à ALBI et celle que se partageait MAZET et AALTONEN était en tête de ce GR2, lorsqu'elle fut contrainte à l'abandon moteur cassé au MANS laissant la victoire de groupe aux ALFA GTAM emmenées par PIANTA. DARNICHE, qui faisait ici une infidélité à ALPINE avec une également une GTAM, en était le meilleur représentant jusqu'à son abandon. A propos de la marque dieppoise, si il avait été question qu'elle aussi aligne ses protos A220 V8, elle y renonça bien vite laissant ses pilotes se débrouiller tout seul avec des Berlinettes plus ou moins bien préparées d'où une relative débâcle puisque la meilleure d'entre elles n'est que 19ème au général (BEAUCHEF-BANCAL). THERIER et NICOLAS ayant abandonné, laissaient le soin aux PORSCHE 911 et 914/6 de truster les places d'honneur derrière le trio de tête avec dans l'ordre CHASSEUIL-REY et BALLOT-LENA. Le petit florilège de photos des 10 premiers et autres vous donnant un aperçu de ces concurrents heureux ou malheureux.

            Vainqueurs: BELTOISE-DEPAILLER TODT MATRA 650 V12


            2ème PESCAROLO-JABOUILLE-RIVES MATRA 650 V12


            3ème LARROUSSE-GELIN PORSCHE 911 S 2.4L


            4ème CHASSEUIL-BARON PORSCHE 911 S


            5ème REY-JACQUEMIN PORSCHE 911S


            6ème BALLOT LENA-MORENAS PORSCHE 914/6


            7ème PIANTA-ALEMANI ALFA-ROMEO 2000 GTAM 1er GR2


            8ème BALAS-IMBERT PORSCHE 914/6


            9ème HANRIOUD-VIOLLET PORSCHE 911 S


            10ème SELZ-COCHET PORSCHE 911 S


            MAUBLANC BMW 1er GR1


            A Marie-Pierre PALAYER 911 GR3 la Coupe des Dames


            A suivre quelques images fortes de ce Tour Auto....
             

            Commentaire


            • Comme promis la suite...

              Un succès populaire indiscutable grâce aux MATRA


              Le duo MATRA à l'oeuvre ici JABOUILLE devant DEPAILLER au RICARD


              Cette fois avec PESCA et BELTOISE de retour du CANADA


              La parade des vainqueurs à l'arrivée à Nice


              Quelques malchanceux...

              LIGIER...


              FORD (les ennuis commencent pour PIOT au RICARD)


              ALPINE (ici BEAUCHEF-BANCAL 19ème)


              RAGNOTTI et sa COMMDORE GR1 (abandon)


              POIROT et sa 910 (13ème)


              La FORD GT 40 de Michel MARTIN (abandon)


              Abandon pour la belle FERRARI 275 GTB


              Allez encore quelques photos d'ambiance...

              MAGNY COURS


              ROUEN


              Au RICARD la CORVETTE de GREDER et la LIGIER d'ANDRUET encadrent LARROUSSE


              La CORVETTE de ROUGET devant les MATRA à ALBI


              Les GR3 à DIJON


              Et les GR1



              Si vous en avez d'autres ou si le Tour est passé sous vos fenêtres n'hésitez pas à nous raconter...ça changera de mon exclusif laïus !
               

              Commentaire


              • Beaucoup de photos du Tour Auto de 1970, mais besoin de temps pour recadrer, redimensionner...

                Avant c'était mieux

                Commentaire


                • OUI je connais CAMERAT  mais on est pas pressé en ces temps de con-finement 

                  Commentaire


                  • Le papa de Jean Alesi



                    Un 13 c'est rare en 1970, Jean-Louis Billard, 3 rallyes dans l'année…



                    Le journaliste Pierre Pagani



                    Les frères Ravenel



                    Pierre Maublanc



                    Aimé Dirand a la trajectoire audacieuse



                    Martial Delalande



                    Carpentier sur le toit au Nouveau Monde



                    Ragnotti couleur canari



                    La Mazda de Pompanon



                    Bernard Darniche



                    La belle Capri de Piot



                    Toujours belle les Capri de Ford Allemagne, ici Rauno Aaltonen



                    Autre habitué de Triumph, Roger Barbara



                    Jean-Pierre Nicolas



                    Jean-Luc Thérier



                    La BSH de Segolen en vrac au Nouveau Monde



                    La Stra'm ou NSU de Moreau



                    Toujours belle une 914/6 Ballot-Léna



                    Touroul passe à l'extérieur pendant que Ballot-Léna tond toujours au Nouveau Monde



                    Les frères Alméras



                    Rey-Jacquemin, surtout Jacquemin



                    Une GT40 au Tour Auto arrrrrrgh!!!



                    Et je termine par la plus originale NSU Ro80, un boulet, la voiture, pas les dames au volant mmes Brun et Renault. Voiture disqualifiée en cours de route pour manque de performance, ou lenteur…

                    Avant c'était mieux

                    Commentaire


                    • Du rab trouvé à l'instant, belle photo de Aaltonen



                      Je vais encore poster quelques photos du Rallye National du Tour Auto parce qu'il y avait quelques voitures originales.
                       
                      Avant c'était mieux

                      Commentaire


                      • OK super une fois de plus CAMERAT...

                        Commentaire


                        • J'ai oublié Vinatier



                          Après recherches j'ai trouvé la Capri Ford Deutschland "prototype" de Dieter Glemser



                          La Ford Boss de Heuzé, médiocre photo mais voiture sympa

                          Dernière modification par camerat, 10 avril 2020, 10h01.
                          Avant c'était mieux

                          Commentaire


                          • Je poursuis mais rien n'interdit de revenir en arrière...

                            27 SEPTEMBRE

                            F2 IMOLA REGAZZONI ENFONCE LE CLOU

                            Le 7ème round du Championnat F2 aurait dû se dérouler à VALLELUNGA mais le circuit romain étant en travaux, c'est IMOLA qui le supplée pour cette avant dernière manche du championnat avant la finale d'HOCKENHEIM dans 15 jours. Cela ne rebuta pas les habitués, puisque mise à part l'équipe de RINDT pour les raisons que l'on sait et celle de John COOMBS qui a vendu sa fameuse BT30 à l'américain Mike GOTH illustrement inconnu, tous les protagonistes étaient là. A commencer bien évidemment par le leader du championnat REGAZZONI et sa TECNO qui espérait sur les terres de son équipes rattraper son faux pas autrichien et accroître suffisamment son capital points sur son seul adversaire Derek BELL en prévision de la course finale. CEVERT dont les manches précédentes avaient définitivement révélé sa vitesse de pointe lui aussi comptait faire briller les couleurs de son employeur. Face aux italiennes BMW était là avec son trio ICKX-SIFFERT-QUESTER auxquels était adjoints, le testeur maison Dieter BASCHE qui se contentera des essais (récompense pour son travail bien fait?).Comme d'habitude les BRABHAM pullulaient, outre BELL, avec leurs pilotes habituels. FIITPALDI et IKUSAWA représentaient fidèlement LOTUS comme PETERSON pour MARCH. Enfin on notait le retour des PYGMEE, pour JABOUILLE et DAL BO.

                            Les essais confirmaient la forme de REGAZZONI mais pas celle de son équipier CEVERT ni celle des BMW les uns et les autres étant devancés entre autres par FITTITPALDI, STOMMELEN et plus surprenants les deux frères BRAMBILLA, Tino et Vittorio sur leurs BRABHAM. CEVERT n'était que 15ème et la meilleure BMW celle de QUESTER 11ème seulement juste devant ICKX. La course une fois de plus était prévue en deux manches et dès le départ de la première, la lutte pour la victoire se circonscrit rapidement à un duel REGA-FITTI. Le suisse réussit à maintenir son leadership sur le brésilien jusqu'à ce que son levier de vitesses ne lui donne du fil à retordre ( au sens propre...) ce qui permit à la LOTUS de passer et de remporter cette première manche. Le pilote TECNO sauvegarda sa seconde place en devançant STOMMELEN, PETEROSN et BELL. CEVERT lui réussit une belle remontée jusqu'à la 7ème place par contre cette première manche s'avéra catastrophique pour les BMW aucune ne franchissant la ligne d'arrivée et il en fut de même pour les BRAMBILLA brothers.

                            La seconde manche commença sous les mêmes hospices que la précédente un duel REGA-FITTI mais cette fois il tourna en faveur du tessinois, le brésilien dans sa lutte faisant un surrégime le contraignant à ménager sa mécanique pour réussir à finir en 5ème position de la manche mais second au général. REGAZZONI enleva donc finalement la course au cumul des deux manches et comme Derek BELL lui ne fut classé que 3ème au général il pouvait aborder la finale avec un capital de points intéressant. PETERSON et STOMMELEN grâce à leur régularité dans les deux manches finissaient respectivement 4ème et 5ème au général et le néophyte GOTH et sa rutilante BRABHAM lui décrochait le point de la 6ème place et pouvait certainement se louer d'avoir acquis une telle machine. Mais le fait d'arme en fait de cette seconde manche est incontestablement la performance de Jacky ICKX qui sauva l'honneur de BMW par un baroud extraordinaire qui lui permit de terminer second de la manche au terme d'une remontée époustouflante. CEVERT lui aussi était parti pour une grande performance avec sa TECNO, quant un pneu dégonflé l'expédia violemment dans les rails endommageant sérieusement sa monture, lui s'en sortant miraculeusement indemne.

                            Départ de la première manche REGAZZONI en pole mais pas vainqueur


                            Brillant FITTIPALDI et sa LOTUS ici devant REGAZZONI vainqueur de la 1ère manche et second au général


                            STOMMELEN et sa BRABHAM régulier et efficace 5ème


                            Le héros d'IMOLA , ICKX et sa BMW quelle remontée!


                            CEVERT il aurait pu se faire très mal.

                             

                            Commentaire


                            • Retour sur le Tour Auto ou plutôt son petit frère le Grand National.

                              Le Grand National, parcours réduit du Tour Auto.

                              La 2eme WM pilotée par Michel Meunier



                              En 1970 certains roulaient encore en 404 !!! Ils sont beaux les rétroviseurs obus au bout des ailes!!!



                              Un jeunot au départ, Bruno Saby.



                              La BSH de Briavoine



                              Le vainqueur du Grand National Gedehem sur une 911R



                              Une 910 (ex Wicky?) de Simon Segala



                              et la 906 de Louis Cosson

                              Avant c'était mieux

                              Commentaire


                              • Encore merci CAMERAT...je crois qu'à travers toutes ces images on se rend compte à quel point le Tour était une épreuve populaire et spectaculaire, tout le monde du plus modeste avec une 404 (?) aux équipes "usine" y trouvant son compte sans parler de l'engouement et de l'adhésion  générale de l'époque ...malheureusement bien révolue

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X