Annonce

Réduire
Aucune annonce.

1970 Carnet d'un Passionné

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Petite Dino, surveillez vos rétros…

    Avant c'était mieux

    Commentaire


    • Quizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz zz 

      Commentaire


      • Envoyé par camerat Voir le message
        Il y a 50 ans jour pour jour, le 27 mai 1970, le Marathon World Cup Rally Londres-Mexico arrivait à destination, 2eme vrai rallye-raid après le Londres Sydney de 1968.
        vous en fais profiter.
        Une sacrée belle serie 
        Je peux prendre quelques Françaises (404 , 504, DS  ...) pour la partie constructeurs ..... ?

         

        Commentaire


        • Leandro Terra devant Arturo et Pedro à Imola. 

          Commentaire


          • Envoyé par Duser Voir le message
            Une sacrée belle serie 
            Je peux prendre quelques Françaises (404 , 504, DS  ...) pour la partie constructeurs ..... ?

             
            Servez-vous, aucune ne m'appartient, j'ai précisé l'origine quand je la connais.
            Avant c'était mieux

            Commentaire


            • Envoyé par tipo 151 Voir le message
              Leandro Terra devant Arturo et Pedro à Imola. 
              Merci TIPO ....ça m'évite de chercher.

              Commentaire


              • Après avoir bouquiné ce livre, bien écrit, la prose des auteurs est plaisante et la construction des chapitres originale, après avoir épluché les Autosport, j'ai rajouté des photos et pleins de commentaires dans mon étude du Daily Mirror World Cup London Mexico Rally 1970 de la page précédente.



                Je vais pouvoir passer à autre chose.
                Avant c'était mieux

                Commentaire


                • Je ne suis pas sectaire...(pas trop...) Alors pourquoi ne pas profiter des bonnes choses chez AUTODIVA ...qui plus est quand elles ont pour auteur un certain Guy....

                  Je ne saurai trop vous conseiller le récit de la SLIVER SHADOW fait par ce même Guy ici dans son post sur le LONDRES-MEXICO ...
                  http://www.autodiva.fr/forum/viewtop...bbb1&start=480  

                  Commentaire


                  • Envoyé par CMTARGA Voir le message
                    Je ne suis pas sectaire...(pas trop...) Alors pourquoi ne pas profiter des bonnes choses chez AUTODIVA ...qui plus est quand elles ont pour auteur un certain Guy....

                    Je ne saurai trop vous conseiller le récit de la SLIVER SHADOW fait par ce même Guy ici dans son post sur le LONDRES-MEXICO ...
                    http://www.autodiva.fr/forum/viewtop...bbb1&start=480  
                    Je vous conseille de lire la version originale du speech de Guy des Iles sur la Rolls ici: https://www.motorsportmagazine.com/a...-the-mountains
                    qu'il s'est contenté de traduire sans indiquer la provenance comme d'hab.
                    Si l'anglais vous rebute, faites un copié du texte anglais, ouvrez Deelp (c'est gratuit) collez le texte, la traduction sera dans un français correct.

                    J'avais trouvé une autre anecdote sur la Rolls également original. Je vais essayer de la retrouver.
                    Avant c'était mieux

                    Commentaire


                    • OK CAMERAT mais reconnait qu'il a nous a permis de connaitre la chose même effectivement si il aurait pu et dû indiquer la provenance ...on se doutait bien que ça ne venait pas de lui ( petit post-scriptum j'ai essayé DEELP ...ça fonctionne pas ...mais je suis un gros  nul  )  

                      Commentaire


                      • Je vous ai fait la traduction avec Deelp sans rien modifier mais c'est lisible quand même.

                        [SIZE=1]Face à des wagons de travaux, trois Britanniques ont choisi une Rolls-Royce. Gordon Cruickshank se souvient du rallye de la Coupe du monde de 1970 au Mexique
                        Les succès des compétitions impliquant des voitures Rolls-Royce sont relativement rares. Ils comprennent une victoire en Grand Prix (le GP d'Espagne de 1913) et les célèbres exploits alpins après la Première Guerre mondiale. J'ai même vu une Silver Shadow participer à une course de berlines en Allemagne. Mais en tant que voiture de rallye, une Rolls fait une bonne limousine. Elle fait aussi une publicité formidable.
                        Le décès, il y a deux mois, à l'âge de 76 ans, de "Bill" Bengry (il était en réalité Alfred, mais a hérité de Bill de son grand-père) a beaucoup compté pour tous les participants aux rallyes britanniques. Champion national de l'ACV en 1960 et 1961, premier vainqueur du championnat de rallye de Motoring News, concurrent de rallye sur route dans sa VW Beetle, et pilote de Rover de travail, le nom de Bengry a figuré dans les cercles de rallye de 1951 à 1988 et aux premiers jours du mouvement historique de rallye, lorsqu'il a participé au Pirelli Classic Marathon de 1988 à travers l'Europe. Tous ceux qui ont participé aux grands jours du rallye routier auront lancé au moins une épreuve du jour au lendemain sous les feux des projecteurs de son entreprise Leominster Car Auctions, et il a transmis son enthousiasme sans borne à son fils Theo, également champion de Motoring News.
                        Mais l'exploit le plus mémorable de Bengry combine héroïsme et folie d'une manière tout à fait britannique. Il a préparé et conduit une Rolls-Royce Silver Shadow dans le rallye le plus long et le plus difficile jamais organisé.
                        Le Daily Express World Cup Rally entre Londres et le Mexique a été conçu comme une aventure pour dynamiser (et profiter) de la Coupe du monde de football de 1970. Parcourant 16 000 miles en 16 jours, à travers 25 pays, il visait à relier Wembley, la patrie du football anglais, à son homologue mexicain, le stade Aztec de Mexico. Le 18 avril 1970, à 10 heures du matin, après que Bobby Moore eut coupé un carré de gazon de Wembley pour le transporter au Mexique, le manager anglais Sir Alf Ramsey brandit un Union Jack pour faire démarrer 96 voitures sur le plus long rallye jamais organisé, sous les acclamations d'une foule de fans de football et de rallye. Pour cimenter le lien, la star du football anglais Jimmy Greaves s'occupait de la navigation pour le vétéran du rallye Tony Fall. Jusqu'alors, le rallye était une activité spécialisée, qui ne méritait qu'occasionnellement d'être remarquée au-delà de ses propres fans, mais le rallye Londres-Sydney de deux ans auparavant avait exposé ce sport à une nouvelle échelle de public. C'est pourquoi les grands joueurs tels que Ford et British Leyland misaient sur des personnalités comme Paddy Hopkirk, Timo Maldnen, Roger Clark, Rauno Altonen et Andrew Cowan, vainqueur du rallye Londres-Sydney, dans des berlines somptueusement modifiées. Il s'agissait, en théorie, d'un concours pour corsaires, de sorte que même les équipages professionnels étaient soutenus et inscrits par des noms qui ne sont pas habituellement associés à ce sport, mais les avis d'experts ne manquaient pas.

                        Toutefois, la nature de cet événement unique était censée plaire au candidat unique. Tous les grands journaux ont participé, ainsi que plusieurs magazines dont Woman et Autocar ; il y avait une équipe de la BBC Grandstand, plusieurs équipes des forces armées, des voitures Moskvitch de l'URSS et des sponsors aussi improbables que Berry Magicoal, Annabel's club et Power Gardening (Slough). Comme il s'agissait avant tout d'une épreuve d'endurance, le choix des voitures était très large, allant du cuirassé Triumph 2.5 et de la rapide Ford Escorts à une Trident Venturer et un beach buggy GP. Parmi cet assortiment catholique, une Rolls-Royce Silver Shadow commence à sembler moins bizarre ; après tout, le confort est l'une des grandes aides à l'endurance.
                        Ray Richards était le riche patron de la société de distribution automatique Autobar ; il avait fait toutes sortes de choses différentes et voulait relever un défi. Sachant que la Rolls-Royce était "la meilleure voiture du monde", il pensait en acheter une et faire le rallye. Mais, selon David Skeffington, le troisième membre de l'équipage et copilote de longue date de Bengry, il pensait que ce serait un événement itinérant ; que "quelqu'un déposerait un drapeau à Londres et que vous trouveriez votre propre chemin - un tour avec quelques gin-tonics en route. Lorsqu'il a proposé cette idée aux organisateurs, ceux-ci lui ont suggéré de le mettre en contact avec quelqu'un qui s'y connaissait un peu en matière de rallye". Bengry et Skeffington avaient une bonne expérience des grosses voitures lourdes en tant qu'équipage de Rover de travail, tandis que Bengry était la dernière personne à avoir remporté une Gold Cup sur l'épuisant Rallye de Liège en terminant en 1962, 63 et 64, et avait participé à la Safari de 1962. Plus important encore, il avait participé au marathon Londres-Sydney, où il avait brisé l'essieu arrière de sa GT Cortina lors de la dernière étape. Le duo a accepté avec empressement de préparer et de courir le Shadow.
                        Le premier problème était que Rolls-Royce ne voulait pas le savoir. Les aspirations à la compétition étaient depuis longtemps absentes de l'agenda de Crewe, et une Silver Shadow avait peu de chances de se montrer particulièrement à l'aise sur un rallye sur route accidentée contre des voitures de rallye d'usine spécialement construites. Richards avait acheté sa voiture à Meades de Maidstone, et lorsque Rolls-Royce l'a découvert, selon Skeffington, ils ont plus ou moins dit à Meades que s'ils équipaient la voiture de pièces non standard, ils perdraient leur concession. Néanmoins, Meads a aidé à respecter cette restriction, en installant la suspension "coloniale" plus importante et en réduisant le taux de compression pour faire face à la mauvaise qualité du carburant.
                        Bengry et Skeffington ont ensuite entamé la phase suivante, en retirant les équipements antipollution de la voiture conforme aux spécifications américaines ainsi que les unités de suspension autonivelante et la climatisation. Ils ont ensuite commis le crime le plus susceptible d'aggraver Crewe : ils ont coupé les orifices d'aération dans le capot et fait passer de nouveaux tuyaux d'échappement par les montants du pare-brise et par-dessus le toit. C'était hideux, mais comment mieux préserver le double échappement encombrant d'un gros V8 bruyant du fracas des routes rocailleuses ? À tout le moins, cela a garanti à M. Richards une couverture médiatique plus importante que presque tout autre événement du rallye.

                        Cette couverture a commencé avec le Sunday Telegraph, qui a rédigé le projet la semaine précédant le début du rassemblement. Le lundi, David Skeffington a reçu un appel d'un des directeurs de Rolls-Royce. "Nous savons que vous participez au rallye Londres-Mexique." Skeffington était d'accord, pensant au pire. "Bien", lui répondit-il avec force, "si vous pouvez nous amener la voiture, nous irons voir et ferons tout ce qui est nécessaire."[/SIZE]

                        [SIZE=1]Bengry et Skeffington se sont rendus à Crewe, où les ingénieurs de Rolls-Royce ont procédé à un réajustement de la voiture pour tenir compte du retrait du kit de désintoxication et de plusieurs autres détails. L'équipage de la Shadow rentra tranquillement chez lui, satisfait ; mais le vendredi, il y eut un autre appel du quartier général de Rolls-Royce. "Nous pensons que nous devrions modifier le convertisseur de couple ; il n'est peut-être pas très fiable sur un tel sujet." Lorsque Skeffington a fait remarquer qu'ils devaient partir de Wembley le lendemain, il n'y a eu qu'une brève pause. Ensuite : "Si vous l'apportez à nos salles d'exposition de Londres aujourd'hui, nous ferons le travail du jour au lendemain." Et ils ont fait un travail qui aurait dû prendre trois ou quatre jours. [/SIZE]
                        [SIZE=1]Pas mal pour une entreprise qui ne voulait officiellement aucun lien avec l'affaire. Ce n'était pas non plus la seule contribution silencieuse de Crewe. Les gens se souviennent de la Bengry Shadow qui est allée au Mexique, mais une autre Rolls-Royce a également été engagée, par un père et ses deux fils du Kent, qui a été retardée en Autriche lorsque le démarreur a brûlé. Skeffington se souvient de ce qui a suivi : "Il y avait trois gars dans un vieux Silver Cloud, je pense qu'ils pensaient que ce serait aussi une promenade en douceur. Les journaux avaient rapporté qu'un démarreur Rolls-Royce était tombé en panne, et lorsque nous sommes revenus au contrôle à Monza, après le voyage de descente à Sophia et de remontée à travers la Yougoslavie, il y avait un petit homme avec un paquet à la main. J'ai votre démarreur", dit-il. Rolls-Royce avait pris la peine de faire descendre un homme avec la pièce dans son bagage". Il a été dirigé vers le Cloud, qui a survécu jusqu'après Rio.[/SIZE]
                        [SIZE=1]p> Ce contrôle de Monza a offert le premier repos et repas assis en quatre jours et 2800 miles. Les routes de gravier craquelées le long des flancs des montagnes serbes jusqu'à Sophia avaient été un avant-goût des conditions sud-américaines, et tandis que Mikkola, dans l'Escorte plus légère, prenant le pari de deux hommes au lieu de trois à bord, menait les Triumph plus solides, il suivait à son tour deux des DS Citroën, dont la suspension hydropneumatique semblait avaler facilement la punition. [/SIZE]
                         
                        Avant c'était mieux

                        Commentaire


                        • [SIZE=1]Le drame suivant pour la Silver Shadow , et la source d'une légende durable, est arrivé au Portugal. Depuis l'Italie, la route empruntait le territoire de Monte Carlo avant de traverser les Pyrénées et de s'élancer à travers la péninsule ibérique. Alors qu'elle se trouvait encore à 70 ou 80 miles du contrôle de Lisbonne, la Rolls s'est arrêtée brutalement. Un roulement de roue arrière s'était désintégré et le joint Hardy-Spicer était sorti, laissant le demi-arbre s'agiter inutilement et privant la machine de toute traction. Après une brève discussion, Skeffington descendit une Renault qui passait et se dirigea vers la capitale portugaise, "allant comme un fou beaucoup plus vite que nous ne l'avions été dans l'événement". À Lisbonne, il trouva un agent Rolls-Royce ("ou du moins un Anglais très pompeux dont le travail consistait à vendre des Rolls-Royce"), qui lui répondit : "Je ne devrais pas penser que nous avons quelque chose comme ça". La frustration du copilote découragé s'est atténuée lorsque le garagiste est arrivé et a pris les choses en main. Après quelques appels téléphoniques rapides, il a fait signe à Skeffington de monter dans une Mercedes qui attendait dehors.[/SIZE]
                          [SIZE=1]"Nous sommes partis dans un autre quartier de Lisbonne où nous avons trouvé une Silver Shadow toute neuve, avec un chauffeur à ses côtés. Le garagiste a échangé la Mercedes contre la Rolls, s'est précipité à l'atelier et a enlevé le moyeu et l'arbre. Il m'a demandé si je pouvais garantir qu'ils allaient la remplacer, et j'ai dit oui. Nous sommes donc partis dans une autre Merc avec un mécanicien. Nous n'avions fait que 40 miles, et voilà que Bill est arrivé. Je me suis dit : "Comment diable a-t-il pu arriver ici, sans voiture ?"[/SIZE]


                          [SIZE=1]Maintenant, s'il y a un élément du maquillage de Bengry que les associés évoquent constamment, c'est sa capacité à inventer une solution à une voiture en panne, non pas parce qu'il avait peur de gagner, mais parce que se remettre en route était le défi qui l'a inspiré. Encore Skeffington : C'était un personnage merveilleux ; il se disait : "Si je bloque un côté du différentiel, toute la puissance ira à l'autre". Il a donc trouvé un morceau de bois dans le fossé et l'a enfoncé dans le joint pour l'empêcher de tourner, faisant tourner l'autre roue deux fois plus vite. Il a parcouru près de 40 miles avant de rencontrer un embouteillage, et il a cassé le morceau de bois en essayant de redémarrer en haut de la colline. Il était encore plus frustré. Mais il était le genre d'homme qui ferait tout pour vous faire avancer, à part être capable de régler une voiture et de la préparer en beauté".[/SIZE]
                          [SIZE=1]Grâce à ce coup de génie, à la chance et à la générosité qui ont permis de cannibaliser une Silver Shadow, le trio Rolls-Royce a pu aligner sa voiture avec 70 autres sur les quais de Lisbonne, prête pour le voyage en bateau de 10 jours vers Rio de Janiero. Rio à Mexico ne paraît peut-être pas si loin sur une carte, mais le rallye de la Coupe du monde n'a pris aucun raccourci. La route menait au sud vers l'Uruguay et l'Argentine avant de traverser le continent pour se diriger vers le nord en longeant les Andes. Sur ces étapes difficiles et sauvages, le classement a changé brusquement. D'abord Roger Clark, le plus rapide des Escortes, a percuté un camion ; puis René Trautmann, en tête du rallye, a sorti sa Citroën de l'épreuve. Mikkola et Gunnar Palm prennent une avance pour Ford qu'ils maintiendront jusqu'à l'arrivée. Mais la limousine volante de Ray Richards avait développé un sérieux problème. David Skeffington expose leurs inquiétudes : "Nous savions qu'il y avait un autre problème à l'arrière, que le sous-ensemble qui retenait la diff était tout fissuré. Nous sommes descendus à Rio et avons changé cela, mais après environ un jour, nous nous sommes arrêtés à nouveau, cette fois-ci l'ensemble qui maintient la suspension arrière entière était cassé. Nous étions alors officiellement hors course, car nous ne pouvions pas suivre. Nous l'avons mis dans un garage à Canela, dans le sud du Brésil, et nous avons regardé en dessous, et il était en quatre morceaux. Bill s'est mis à le souder et il a aligné le tout à l'aide d'une ficelle. C'est comique quand on y pense ; on le clouait, on le vérifiait, on le tirait bien, on le soudait encore, on le vérifiait..." [/SIZE]
                          [SIZE=1]Étant donné que ce sous-châssis a localisé tous les points de pivot de la suspension arrière, il était remarquable de s'attaquer à ce problème dans un garage poussiéreux de la rue. Mais l'œil aiguisé et les mains habiles de Bengry ont rapidement fait pointer les roues dans la bonne direction, et l'équipe frustrée a décidé que tant qu'ils seraient dehors, ils n'auraient pas à rentrer chez eux. "Nous avons coupé à travers le haut de l'Argentine et rejoint le parcours en Bolivie, devant le rallye. Tout le monde nous disait "Oh, vous êtes le leader !" parce que nous étions en fait la première voiture en 24 heures. Nous avons continué à rouler, assez rapidement, en agissant comme une sorte de balayeur, et nous sommes arrivés au Mexique avec le sous-ensemble réparé de Bill qui a duré parfaitement".[/SIZE]
                          [SIZE=1]L'expression "balayeur" est un peu loin de décrire les activités de Bengry, qui sont devenues plus proches d'une station-service roulante en traversant le Pérou, la Bolivie et le Panama.[/SIZE]


                          [SIZE=1]Lorsque la Rolls rencontrait quelqu'un qui avait un problème, il sautait sur place, et aimait ne pas le résoudre. C'était, dit Skeffington, "l'une de ses faiblesses : si quelqu'un avait un problème, il s'arrêtait toujours pour vérifier qu'il allait bien. Je lui disais parfois : "Bill, on n'a pas le temps ! Mais il voulait toujours vérifier. Au début d'une manifestation, les gens disaient : "Bill, viens voir ça", et il avait la tête sous le capot au lieu d'être dans notre voiture.[/SIZE]
                          [SIZE=1]Parmi les personnes qu'il a sauvées lors des dernières étapes de l'épreuve mexicaine, il y avait l'équipage de trois hommes d'un Morris 1800, échoué haut dans les Andes avec un bras de suspension arrière qui battait à cause d'un boulon cassé. Bengry a tapé sur la partie cassée avec une tommy-barre, puis, décidant que la barre elle-même ferait un bon substitut, il l'a soudée en place. Elle a tenu pendant 400 km sur un tronçon principal de compétition à grande vitesse. [/SIZE]
                          [SIZE=1]La berline de luxe gris argenté de Richards s'est donc rendue au stade Aztec, où les vainqueurs Mikkola et Palm ont reçu les félicitations de la foule, de la presse et de Ford, qui a efficacement emprunté l'étiquette "Mexico" pour une variante Escort sportive. Construite pour le luxe, l'élément le plus fort de la Shadow était probablement Bengry lui-même, et il a été cité comme la voiture de rallye qu'il aimait le moins ; mais Skeffington s'en souvient avec tendresse. "Vous pouviez vraiment la conduire et elle était très bien assise sur la route. Mais nous n'avions pas du tout les bons pneus, nous avons utilisé des Dunlop "Town and Country", qui étaient très usés. La bande de roulement tombait parce que nous roulions à 100 km/h et qu'ils étaient évalués à 50. Nous n'avions pas beaucoup de pneus, mais nous n'en avions plus. Des pneus neufs devaient être livrés dans les Andes, mais comme nous n'en avions plus, ils ne les ont pas envoyés". [/SIZE]
                          [SIZE=1]Les pneus n'étaient pas le seul souci. "Nous n'avions plus de freins la plupart du temps. Nous avons juste appuyé sur le bouton 3 ou 2 et nous avons réussi à passer, mais c'était assez dangereux avec deux tonnes de voitures qui descendaient des cols de montagne raides. Nous avions mis des pièces plus dures, mais le liquide de frein continuait à bouillir. Il fonctionnait bien pendant 100 miles et puis il repartait. Le plus triste, c'est qu'à notre retour, Rolls-Royce nous a dit : "Oh, nous connaissons le problème, nous aurions pu le résoudre". Ils n'ont pas non plus été surpris par le problème du sous-ensemble de la Duff. "Oh oui, nous avons eu beaucoup de problèmes avec ça. Si nous avions eu plus de temps, nous aurions pu régler ça aussi."[/SIZE]
                          [SIZE=1]Alors, comment se sont sentis Bengry et Skeffington quand on leur a présenté la proposition de Silver Shadow ? "Nous avons tous les deux pensé qu'elle avait du potentiel, avec suffisamment de travail. Bien sûr, ce n'était pas une voiture de rallye, mais la puissance était là, ce qui lui permettrait d'aller jusqu'à 17 000 pieds. Ce qui est triste, c'est que si Rolls-Royce nous avait aidés plus tôt, nous aurions pu bien finir. Mais le problème du moyeu n'a pas surpris Bill. Il l'a regardé à l'avance et a dit "il n'y a pas de graisseur". La politique de Crewe était que les moyeux avaient simplement besoin d'être reconditionnés à 50-60 000 miles, mais alors ils ne négociaient pas pour un rallye d'endurance. Et pour être juste, sourit Skeffington, "la voiture n'était pas tout à fait neuve, elle avait fait environ 3000 miles". Et si la suspension arrière n'avait pas cassé ? "Si nous n'avions pas pris ce raccourci, nous aurions eu des problèmes de toute façon. Le joint de culasse a éclaté vers la fin, et la suspension avant commençait à se fissurer, bien que je pense que c'était après que la suspension arrière ait lâché et qu'on n'ait pas pu la diriger, alors on a peut-être heurté quelques éléments".[/SIZE]
                          [SIZE=1]Le rallye de la Coupe du monde était, selon Skeffington, "le dernier grand événement que Bill a fait, et il en parlait souvent". Mais dernièrement, Bengry a sorti sa fidèle VW pour les premiers rallyes historiques, et il est sorti de sa retraite pour une autre randonnée longue distance, le marathon Pirelli. Il a alors 67 ans et prend Ralph Stokes, 88 ans, comme navigateur dans sa Cortina. J'étais aussi en compétition, et mes souvenirs de lui sont surtout marqués par Bill, la tête sous le capot de quelqu'un d'autre, avec l'équipage anxieux qui se tenait prêt. Son partenaire de rallye de longue date, David Skeffington, n'a aucune réserve : "C'était un grand homme. Je n'ai jamais eu peur avec lui, et il conduisait même mieux sur les terrains accidentés. Il n'y a personne comme lui aujourd'hui".[/SIZE]
                          Avant c'était mieux

                          Commentaire


                          • Et une photo de la protagoniste pour illustrer

                            Avant c'était mieux

                            Commentaire


                            • Il y avait une 917 de réserve aussi chez Salzbourg à Zeltweg.

                              Avant c'était mieux

                              Commentaire


                              • Envoyé par camerat Voir le message

                                Je vous conseille de lire la version originale du speech de Guy des Iles sur la Rolls ici: https://www.motorsportmagazine.com/a...-the-mountains
                                qu'il s'est contenté de traduire sans indiquer la provenance comme d'hab.
                                Si l'anglais vous rebute, faites un copié du texte anglais, ouvrez Deelp (c'est gratuit) collez le texte, la traduction sera dans un français correct.

                                J'avais trouvé une autre anecdote sur la Rolls également original. Je vais essayer de la retrouver.
                                Il a entendu CAMERAT...avec un peu de retard........http://www.autodiva.fr/forum/viewtop...18ec&start=480

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X