Annonce

Réduire
Aucune annonce.

1970 Carnet d'un Passionné

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Petite contribution pour BH :


    16265599_1326452537418048_3044752186252568857_n.jpg
    Accro depuis le 12 Avril 1970

    Commentaire


    • Impossible de ne pas contribuer pour les "prélims" de 1970 : Ma toute première fois sur le circuit !

      Affiche_Qualif_24h_mans_1970.jpg
      Accro depuis le 12 Avril 1970

      Commentaire


      • Merci TONTON..peux tu nous raconter un peu....

        Commentaire


        • Le Jim Clark Gedächtnisrennen comme disent nos cousins germains ( Mémorial Jim CLARK) a donc lieu comme en 1968 le même jour que la course endurance de BRANDS HATCH et donc de nouveau une semaine après PAU. Les pauvres mécanos des équipes F2 ne devaient pas être aux 35 Heures.....Toujours est-il que tout ce petit monde se retrouve au Motodrom d'HOCKENHEIM pour une course traditionnellement disputée en deux manches avec addition des temps.

          Cette fois le plateau est plus complet qu'en France, tous les protagonistes du Championnat d'Europe ouvert aux pilotes de "non notoriété"( en gros ceux n'ayant jamais gagné en F1) sont présents même RINDT ( lui exclu de ce championnat). Seule l'équipe de John COOMBS est absente pour cause justement de notoriété de ses pilotes BRABHAM ou STEWART.

          RINDT fidèle à sa réputation signe le meilleur temps mais il n'en profitera pas, car peu après le départ de la première manche, il est bousculé par le débutant Carlos REUTEMANN qui confond vitesse et précipitation. L'autrichien ne prendra même pas le départ de la seconde manche.

          A HOCKENHEIM à l'époque dépourvue de toute chicane, la course se joue à l'aspiration et à cette loterie c'est le japonais Tetsu IKUSAWA qui emporte la première manche sur sa LOTUS 69 devant REGAZZONI (TECNO) BELL (BRABHAM) CEVERT (TECNO) STOMMELEN (MARCH) et FITTIPALDI ( LOTUS).

          Dans la seconde REGAZZONI l'emporte à son tour devant IKUSAWA et au général le premier règle tout le monde pour 2/10ème sur le japonais. BELL qui est 4ème de la seconde manche derrière la BMW de HAHNE est 3ème au général et conforte ainsi sa place de leader au championnat.

          HOCKENHEIM ou la course à l'aspi ici REGAZZONI devant BELL-FITTIPALDI-CEVERT 1.jpg

          A la loterie c'est REGAZZONI ( TECNO) qui a eu le gros lot
          2.jpg

          IKUSAWA et sa LOTUS brillant second
          3.jpg

          Rindt malchanceux précède la MARCH de PETERSON
          4.jpg


          Derek BELL en tête du championnat
          5.jpg
           

          Commentaire


          • Allez on reprend le fil de l'histoire...

            Enfin dernière épreuve de ce weekend pour le moins chargé, le Championnat d'Europe des voitures de tourisme faisait étape au SALZBURGRING tout juste déneigé comme on peut le constater sur les photos.
            En petite division (-2000 cm3) victoire du jeune héros local Helmut MARKO sur une BMW 1600 APINA. Victoire également BMW ALPINA dans la catégorie supérieure avec Alex SOLER-ROIG sur une 2800 CS qui règle le vainqueur de MONZA Toine HEZEMANS et son ALFA.

            1.jpg2.jpg3.jpg4.jpg
             

            Commentaire


            • Rien dans les revues pour cette course, mais sur internet oui.

              Johann Abt 5eme avec sa petite Abarth



              Bernd Henne habitué des BMW



              L'autre 2800CS d'Alpina de Gunther Huber,moteur cassé avant la mi-course



              Hezemans



              Une photo montage (?) l'Alfa GTAM de Christine Beckers 5eme



              Paul Keller 6eme



              Dieter Glemser 5 tours seulement.


               
              Avant c'était mieux

              Commentaire


              • Oui le sport auto autrichien des années 60-70 qui trouve sa place au milieu d'un site dédié à la recherche et technologie locale....imaginait-on la même chose sur le site des Arts & Métiers ou de Polytechnique ???   

                Commentaire


                • 19 AVRIL

                  GP D'ESPAGNE
                  STEWART tout feu, tout flammes.

                  C'est sur le tourniquet madrilène de JARAMA que se dispute la seconde manche du Championnat du Monde F1, plus d'un mois après l'épreuve inaugurale de KYALAMI ce qui a permis aux concurrents de fourbir leurs armes. Comme on l'a vu, LOTUS a enfin sorti sa fabuleuse 72 pour ses deux titulaires et on attend avec grande impatience de voir ce qu'elle vaut. Autre nouveauté de ce GP la présence d'un moteur V8 ALFA-ROMEO identique à celui équipant les protos 33 dans une McLAREN M7 de 1969 engagée par l'équipe officielle pour le pilote maison d'AUTODELTA, Andréa DE ADAMICH. Le reste du plateau est conforme à celui de KYALAMI si ce n'est la présence du local SOLER-ROIG qui a loué une LOTUS 49 à l'équipe officielle pour son GP national. Tout ceci nous amène à un total de 24 monoplaces pour à priori 17 places sur la grille. Ce problème sera un poison de la saison F1 1970, car si pour la saison précédente il y avait pénurie en cette année c'est l'excès, imposant un système de qualification si ce n'est de pré-qualification. Or la CSI plutôt que de jouer la stricte sportivité du chrono, va choisir le chemin incertain de la sélection en divisant pilotes et écuries en 3 catégories. Tout d'abord ceux qualifiés d'office, en gros les premiers pilotes de chaque équipe officielle et à ce titre si chez FERRARI-LOTUS-TYRRELL-BRABHAM-BRM-MATRA, les choses sont relativement claires, chez MARCH ça l'est beaucoup moins, le pauvre Seppi SIFFERT étant considéré comme 2ème pilote, on ne sait pourquoi? Une deuxième catégorie qualifiée d'office est constituée par les pilotes de grande notoriété comme les ex-champions dont font partie Graham HILL- SURTEES ou McLAREN et ANDRETTI . Touts ceci nous amène donc déjà à 12 pilotes qualifiés d'office. Tous les autres devant faire leur preuve soit lors des essais soit lors de séances spécifiques.

                  En Espagne cette situation ubuesque amènera même au paroxysme de la stupidité car aux termes des essais 5 pilotes dont SIFFERT et SOLER-ROIG sont ainsi éliminés. Les organisateurs madrilènes voulant à tout prix que leur poulain courent, obtiennent gain de cause auprès des écuries pour que la totalité des pilotes prennent le départ, mais la CSI autoritaire s'y opposa et envoya la garde civile sur la grille pour exclure les 5 récalcitrants.....

                  Pendant ce temps BRABHAM décrochait la pole démontrant la bonne santé de sa BT33 devant HULME et STEWART. BELTOISE et RODRIGUEZ suivaient prouvant que les V12 sur ce tourniquet étaient à l'aise ce qui ne semblait pas être aussi vrai pour ICKX et sa FERRARI seulement 7ème précédent RINDT et sa nouvelle LOTUS 72 (MILES non qualifié). Plus grave COURAGE et sa DE TOMASO sont forfaits suite à une grosse sortie.

                  Au départ STEWART prend le meilleur envol et se retrouve immédiatement en tête devant HULME, BRABHAM, RODRIGUEZ, ICKX, RINDT et OLIVER. BELTOISE n'est pas bien parti comme AMON qui lui est en queue de peloton. OLIVER casse un porte-fusée de sa BRM et percute de plein fouet la Ferrari de ICKX. Sous la violence du choc, les réservoirs des deux voitures éclatent et celles-ci s'embrasent instantanément. OLIVER parvient aussitôt à s'extraire de sa voiture, mais ICKX reste de longues secondes prisonnier dans son habitacle. Pendant ce temps-là, personne ne vient à son secours. Les commissaires n'ont même pas d'extincteur à portée de main. Finalement, dans un geste désespéré, ICKX parvient enfin à défaire son harnais et émerge du brasier, le feu mordant le dos de sa combinaison. Il traverse la piste à l'aveuglette avant de s'effondrer dans l'herbe. Un garde civil tente d'éteindre les flammes avec ses mains, mais il ne fait que se brûler sévèrement. Finalement, un commissaire enclenche un jet d'eau qui, s'il éteint le feu, fait se retourner violemment le malheureux Jacky.

                  Pendant ce temps-là, la course continue et STEWART mène devant HULME, BRABHAM, RODRIGUEZ, PESCAROLO, BELTOISE, McLAREN, RINDT, SURTEES et ANDRETTI. Les drapeaux jaunes sont agités au niveau de l'accident obligeant les pilotes à couper le virage en passant dans la poussière. Des commissaires tentent d'éteindre le terrible incendie. Pendant ce temps-là, ICKX manque d'être étranglé par un commissaire qui a essayé d'enlever son casque sans détacher la jugulaire... Il est finalement placé sur une civière et transporté vers un hôpital madrilène. Tim Parnell le patron de BRM décide de rappeler RODRIGUEZ au stand car on craint qu'il subisse la même avarie que son équipier OLIVER.

                  Au 5ème tour le classement est STEWART devant HULME (1s.), BRABHAM (4s.), PESCAROLO (6s.) et BELTOISE (8s.). Viennent ensuite en peloton McLAREN, RINDT, SURTEES et ANDRETTI puis SERVOZ-GAVIN, HILL, STOMMELEN et AMON. L'incendie de la voiture d'OLIVER n'est toujours pas maîtrisé et BRABHAM part en tête-à-queue sur l'eau répandue par les commissaires pour éteindre les incendies. Il repart sans perdre de place PECAROLO en fait de même il repart cinquième, derrière BELTOISE.

                  Au 10e tour RINDT s'arrête à cause d'une panne de son limiteur de régime. Après deux courses, l'Autrichien n'a toujours aucun point au compteur. HULME regagne son stand à l'issue de cette boucle et met pied à terre suite à une panne de distributeur. AMON regagne aussi son stand car il a des problèmes avec son embrayage ainsi qu'avec son moteur. STEWART est maintenant confortablement installé au commandement avec une douzaine de secondes d'avance sur BRABHAM. Il n'y a déjà plus que dix voitures en piste. BELTOISE est revenu derrière BRABHAM et le double alors que SURTEES prend la cinquième place à McLAREN.

                  BELTOISE remonte sur STEWART. L'écart entre les deux hommes n'est que de dix secondes et au 25ème tour il n'est plus que de huit secondes. BRABHAM est troisième (15s.) et PESCAROLO quatrième (20s.). Mais au 32ème, le moteur de BELTOISE tombe en panne. PESCAROLO est maintenant troisième et il rattrape lui aussi BRABHAM quand deux tours plus tard son moteur part également en fumée. SURTEES hérite de la troisième place à plus d'une minute de la tête de course. McLAREN et HILL le suivent à respectivement à deux et cinq secondes. ANDRETTI et STOMMELEN sont roues dans roues avant que l'allemand n'abandonne à son tour. SERVOZ-GAVIN ferme la marche.

                  BRABHAM remonte à nouveau sur STEWART et n'est plus qu'à quatre secondes au 50ème tour au moment où SURTEES doit s'arrêter à son stand. Il laisse sa place sur le podium à McLAREN et 5 tours plus tard les deux premiers sont roues dans roues. mais l'écossais ne cède pas et lorsque au 62ème tour de la fumée commence à s'échapper du moteur de l'australien qui abandonne la boucle suivante, la messe est dite. SURTEES devant définitivement se retirer ce ne sont que 5 voitures qui franchissent la ligne d'arrivée dans l'ordre derrière la MARCH de STEWART, McLAREN-ANDRETT-HILL et SERVOZ. Un GP casse voiture qui voit la toute première victoire d'un constructeur pour sa seconde course seulement.

                  La LOTUS 72 la révolution est en marche


                  Départ STEWART le plus prompte


                  L'accident ICKX-OLIVER en plusieurs images


                  L'inefficacité des secours et leurs conséquences sur le déroulé de la course pour Black Jack


                  STEWART et la MARCH envers et contre tous


                  BELTOISE une nouvelle occasion loupée


                  La BRABHAM et son pilote constructeur un duo pour le moment au sommet
                  Dernière modification par CMTARGA, 09 février 2020, 10h29.

                  Commentaire


                  • PAUL RICARD on inaugure !

                    1.jpg

                    Pour le tout premier meeting de son histoire, le circuit varois accueillait la première manche du tout nouveau Trophée d'Europe des prototypes de moins de 2000 cm3.
                    Une double inauguration donc à la fois pour ce nouveau championnat qui est censé permettre aux "petits" protos et constructeurs tels LOLA-CHEVRON-ABARTH de pouvoir se battre pour la victoire absolue sur des distances raisonnables ( 250 à 500KM maxi) ce qu'ils ne pouvaient guère faire dans le grand championnat des constructeurs. En plus et dans un premier temps, il va permettre de recycler des vieilles gloires telles les PORSCHE 906-907-910 ou ALFA 33 2L. Quant au circuit il s'agit du premier vrai stade automobile construit en France, les circuits traditionnels empruntant souvent des portions de routes existantes. De plus ce nouveau tracé allie la performance et la sélection avec une recherche de sécurité maximum, une véritable gageur que Monsieur Paul RICARD, sans aucune aide public même plutôt adversaire du projet, a réussi parfaitement. Grâce et justice lui soit rendue ce qui n'a pas été toujours le cas l'amenant à boycotter l'inauguration de son propre bébé vis à vis des autorités publiques qui par contre ne manquaient pas de parader ce jour là ....

                    Pour cette inauguration, c'est le petit circuit de 3.2 KM qui sera utilisé. C'est un plateau un peu hétéroclite qui se présente sur la grille de ce premier rendez-vous.
                    Si LOLA avec BONNIER, CHEVRON avec REDMAN et ABARTH avec QUESTER sont officiellement présents, le reste du plateau est essentiellement composé de PORSCHE 2 litres dont celle de LARROUSSE, une 907 appartenant à WICKY ou à divers propriétaires surtout allemands comme KAUHSEN. On trouve aussi une ALFA33 2L pour le marseillais Jean GUICHET engagée par ALFA-ROMEO FRANCE. Pour compléter le plateau de nombreuses GT PORSCHE ou APLINE et enfin cerise sur le gâteau, deux LIGIER JS1 pour le patron et ANDRUET dont ce seront donc les véritables débuts en course.

                    Aux essais la logique est respectée. BONNIER signe la pole sur sa LOLA T210 devant la CHEVRON B16 de REDMAN et l'ABARTH 2000 SP de QUESTER. En course l'ordre sera inversé par la faute d'un ravitaillement loupé pour la LOLA, REDMAN l'emportant devant le suédois. Ni LIGIER ni ANDRUET ne franchiront la ligne d'arrivée

                    BONNIER en pole sur sa LOLA aux couleurs inhabituelles (la voiture était déjà vendue à FRAISSINET)
                    2.jpg

                    La diversité du plateau: L'ABARTH de QUESTER devant une autre, au fond l'ALFA de GUICHET
                    3.jpg
                    La CHEVRON du vainqueur REDMAN derrière la PORSCHE de LARROUSSE
                    4.jpg

                    2 LIGIER JS1 au départ aucune à l'arrivée
                    5.jpg

                     

                    Commentaire










                    • Guichet


                      La Daren de Richardson


                      Ed Swart
                      Avant c'était mieux

                      Commentaire


                      • 25 AVRIL

                        RODRIGUEZ-KINNUNEN puisssance 3

                        Aux 1000 KM de MONZA, la principale nouveauté consiste dans la mise en oeuvre par PORSCHE d'un moteur dont la cylindrée a été porté de 4500 à 5000 cm3. La 917 de SIFFERT utilisera ce moteur aux essais mais pas en course, le suisse doutant de sa fiabilité. ELFORD le conserva pour la course sur sa 917, plus ou moins contraint par le Docteur PIECH souhaitant ardemment le test de la course pour son nouveau bébé dans la perspective des échéances importantes se profilant comme les 24 H du MANS. Côté PORSCHE donc les deux WYER habituelles, RODRIGUEZ-KINNUNEN eux conservant le 4.5L tout comme le second duo "autrichien" HERRMANN-ATTWOOD alors que ELFORD retrouvait son équipier habituel AHRENS remis de ses blessures. Pour la première fois également dans ce championnat des 917 privées était présentes pour le duo allemand NEUHAUS-KELLENERS et pour le finlandais Hans LAINE et le batave VAN LENNEP enfin celle de PIPER associé à l'américain ADAMOVICZ. Chez FERRARI on comptait un spyder 512 pour GIUNTI-VACCARELLA et deux coupés l'un pour AMON-MERZARIO, l'autre pour le revenant au sein de la Scuderia, John SURTEES, ce qui constituait une sacré surprise, en remplacement de Jacky ICKX pas encore remis des ses brûlures de JARAMA, associé à SCHETTY. Tout comme à BRANDS HATCH, Georg LOOS était présent avec sa 512 et il en était de même pour MORETTI. En protos 3 Litres si MATRA alignait ses deux 650 habituelles avec les mêmes équipages qu'en Angleterre, fort logiquement sur son terrain, ALFA-ROMEO sortait la grosse artillerie avec pas moins de quatre barquettes 33/3 respectivement pour GALLI-STOMMELEN/DE ADAMICH-COURAGE/GREGORY-HEZEMANS/ZECOLLI-FACETTI. Le MARTINI RACING avait ses deux 908 dont la "flunder" du MANS 1969 pour LARROUSSE-LINS.

                        Aux essais, la nouvelle mécanique allemande fit ses preuves, SIFFERT décrochant la pole. ELFORD la 3ème place, une FERRARI 512, celle de AMON-MERZARIO s'étant intercalée. Le reste de la grille voyait une belle alternance entre les grosses sports allemandes et italiennes nettement avantagées sur le billard milanais, loin devant les Protos 3L dont les ALFA étaient les fers de lance devant les MATRA, avec dans l'ordre COURAGE-STOMMELEN-PESCA-BELTOISE

                        Mais au départ de la course qui cette année se déroule exclusivement sur le circuit routier, c'est un troisième larron qui mit tout le monde d'accord au plus grand ravissement des tifosi puisque l'italien Ignazio GIUNTI et sa 512, était le premier à débouler devant les stands à la fin du 1er tour suivi par les 3 917 de RODRIGUEZ-SIFFERT et AHRENS qui a pris le départ sur la N°10. La fiesta ne va pas durer, RODRIGUEZ puis SIFFERT vont dépasser sans problème l'italien alors que AHRENS non seulement se défait d'AMON mais en plus vient menacer puis dépasser la 512 ancienne leader. Puis c'est au tour de PORSCHE de connaître des soucis d'abord avec SIFFERT qui est heurté par un concurrent attardé et doit s'arrêter longuement laissant son équipier et AHRENS s'expliquer et échanger leur position grâce à l'aspiration. Mais à ce jeu, heureuse surprise dans le camp "autrichien", c'est la blanche qui pointe le plus souvent en tête et même se détache de la bleue et orange comme quoi le 5 litres a peut être du bon....et Vic une fois au volant confirme en pulvérisant le record du tour. Mais le rêve va devenir cauchemar puisque au 91ème tour des 174 à parcourir, Kurt AHRENS dans LESMO voit un des ses GOODYEAR éclater et provoquer d'irrémédiables dégâts à la suspension et carrosserie laissant seul le duo RODRIGUEZ-KINNUNEN voler vers la victoire. Derrière les 512 ne s'avouent pourtant pas battues puisqu'au moment de l'abandon de la N°10 les 3 512 sont regroupées à moins d'un tour du leader et la plus proche celle de GIUNTI-VACARRELLA ne compte que 30 secondes de retard. L'italien pour la plus grande joie du public, s'attelle à réduire l'écart d'autant que KINNUNEN tourne plus lentement que son équipier mexicain. Chez FERRARI on décide alors de permuter les équipages et c'est AMON qui prend le relais de GIUNTI le "vieux" Nino étant jugé trop lent. Mais au moment où le néo-zélandais lance le démarreur de la N°3 un retour de flammes embrase la machine. Le temps de circonscrire l'incendie et de nettoyer la poudre carbonique, la 917 WYER de nouveau pilotée par RODRIGUEZ a repris du champ et franchit la ligne avec plus d'1 minute sur le spyder de notre trio. Les deux autres 512 sont 3ème ( SURTEES-SCHETTY) et 4ème (MERZARIO-AMON).

                        En protos victoire MATRA, BELTOISE-BRABHAM précédant PESCA-SERVOZ respectivement 5ème et 6ème au général devant toutes les sports 5 Litres privées. Pour ALFA ce fut la déconfiture, accablées par de multiples ennuis GALLI-STOMMELEN terminèrent 7ème derrière les MATRA mais à 3 tours, les autres beaucoup plus loin.

                        La grille s'ébranle pour le tour de chauffe. Les PORSCHE à droite, les FERRARI à gauche


                        L'impressionnant peloton juste avant le drapeau vert


                        C'est parti GIUNTI devant, les PORSCHE derrière


                        En protos la lutte MATRA/ALFA tourna court en faveur des françaises


                        RODRIGUEZ-GIUNTI duel pour la victoire


                        La course se joue aussi au stand ici la 917 de SIFFERT malchanceux


                        AMON saute dans la N°3 sous le regard furibard de Nino ...et il va mettre le feu...


                        Et de trois pour RODRIGUEZ-KINNUNEN pourtant les PORSCHE ont eu chaud


                        GIUNTI et son spyder 512 les héros du jour


                        Victoire nette et sans bavure de MATRA en proto


                         

                        Commentaire


                        • Une belle victoire de Pedro.

                          J'ai raconté cette course de façon très détaillée en décembre 2015, et remis les photos en avril 2019.
                          https://forums.motorlegend.com/forum...-de-monza-1970
                           
                          Avant c'était mieux

                          Commentaire


                          • Oui oui je m'en souvenais mais une piqûre de rappel ça fait pas de mal....

                            Commentaire


                            • Je suis bien d'accord…
                              Depuis avril 19 il y a ceci de nouveau





                              Avant c'était mieux

                              Commentaire


                              • J'en conclus depuis que ta collection s'est enrichie ...Super on va en profiter...

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X