Annonce

Réduire
Aucune annonce.

1973 Carnet d'un Passionné

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • 5 AOUT

    THRUXTON GT EUROPE

    Pourtant Claude BALLOT LENA avait réussi une course parfaite consolidant sa place de futur champion avec la pole et la victoire nette et sans bavure, qui plus est sous une pluie intense prouvant une nouvelle fois ses immenses talents d'équilibriste mais SPORT AUTO, comme les autres, n'y prêtèrent guère d'intérêt. Une malheureuse photo nb du départ et un bref compte rendu dans "on a couru"...comme d'hab quoi! Il faudra vous en contentez ( mais si vous avez mieux...) Et puis, puisqu'il l'a bien mérité et que BALLOT c'était aussi une sacré "gueule" vous avez aussi droit à son portrait, pas à Thruxton, mais il me semble au Ricard...sans eau.

    Commentaire


    • Traduit d'après     http://touringcarracing.net/Races/1973%20Thruxton.html    

      Une expérience du rallye était un avantage pour cette course très humide. Après des essais sur sol sec, c'est devenu une affaire de Porsches puisque la seule De Tomaso présente a abandonné après une panne de piston. A l'entraînement, Ballot-Lena était le plus rapide.

      La course s'est déroulée sous de fortes pluies: en tête après le premier tour Haldi, suivi de Ballot-Lena et des pilotes Kremer, qui n'avaient pas la même expérience dans ces conditions épouvantables.

      Après quatre tours, Ballot-Lena, aidé par ses pneus Firestone, a dépassé au freinage Haldi et n'a jamais été défié jusqu'au drapeau final. Les autres étaient en difficulté; Ekberg a commencé avec une double pirouette au sixième tour, et à part Ballot-Lena, tout le monde a fait de même une ou plusieurs fois. Heureusement, seul Klauke a été blessé, le seul concurrent de moins de 2 litres souffrant d'une main cassée après avoir heurté le rail de sécurité. Les nombreuses pirouettes ont chamboulé le classement, sauf pour le premier, qui a pu garder sa position: Ballot-Lena gagne, Haldi deuxième, suivi par l'équipe Kremer: Schickentanz et Keller.
       
      Dernière modification par indy12, 12 janvier 2021, 11h59.

      Commentaire


      • Merci INDY12 de ce complément fort utile qui met en avant les talents éclectiques de notre BALLOT LENA national ( pas étonnant qu'il se soit aussi bien entendu avec Vic the Quick...) 

        Commentaire


        • et moi le lundi 6 j'étais incorporé, en Allemagne aussi

          Commentaire


          • Merci Gilles de cette info....tu étais où en Allemagne ?

            12 AOUT

            KARLSKOGA F2



            La course de KARLSKOGA n'était qu'une épreuve suppléante, pour autant le nombre et la qualité de ses participants n'avaient rien à envier à celle de MANTORP courue 15 jours plus tôt, même si ils manquaient les ELF2. Mais la présence de Ronnie PETERSON et de sa TEXACO STAR ne pouvait que réjouir les fans locaux. Et ceux-ci n'allaient pas être déçus. Pas tellement du fait de la performance de leur idole mais par le déroulement de l'épreuve qui rompit avec la monotonie de la traditionnelle supériorité de JARIER et sa MARCH BMW même si celui-ci finit une nouvelle fois sur la plus haute marche du podium ce qui lui assurait définitivement le titre. Déjà aux essais Peter GETHIN de retour au volant de la CHEVRON-FORD usine confirma les progrès de la machine entrevue à MANTORPAK entre les mains de WATSON, en s'adjugeant le meilleur temps des essais puis en dominant sa manche qualificative, en réglant les SURTEES officielles de HAILWOOD, remplaçant de MASS dont les chances au championnat étaient définitivement envolées, et du local Torster PALM qui renouvelait son expérience au sein de l'équipe anglaise. JARIER lui dans sa manche se montra intraitable et PETERSON en finissant second laissa une lueur d'espoir à ses supporteurs et aux membres de l'équipe LOTUS. Mais pour leur malheur, ce n'est pas du champion suédois que vint la principale adversité pour JARIER, mais du duo composé de GETHIN et PALM. Au départ de la finale, le français réussissait à devancer le britannique bien que lui-ci soit en pole, sa manche étant la plus rapide, mais pendant toute la course il fut harcelé par le duo précité et PALM dans un premier temps ne fut pas le moins actif après avoir pris le dessus sur la CHEVRON. Sur la fin celle-ci reprit son bien et à son tour il fallu que JARIER use de toutes les ficelles pour se maintenir en tête devant GETHIN et PALM. Au final les trois hommes passèrent sous le drapeau à damiers dans cet ordre et dans un mouchoir. Tim SCHENKEN le meilleur des MOTUL finissait 4ème devant un Ronnie PETERSON, certes frustré de n'avoir joué aucun rôle dans la course, mais certainement réjoui de franchir enfin une ligne d'arrivée avec sa TEXACO STAR.

            GETHIN et la CHEVRON, la bonne surprise, en pole devant JARIER au départ de la finale


            Toster PALM la révélation de la course au volant de la SURTEES officielle dans les roues du vainqueur champion


            Ronnie PETERSON et sa TEXACO STAR à l'arrivée: un exploit ...

            Commentaire


            • Envoyé par gilles1955 Voir le message
              et moi le lundi 6 j'étais incorporé, en Allemagne aussi
              je répond à Cmtarga = Offenbourg 43eme Rima

               

              Commentaire


              • Envoyé par gilles1955 Voir le message

                je répond à Cmtarga = Offenbourg 43eme Rima

                 
                Bien connu....

                Commentaire


                • 12 AOUT

                  ZANDVOORT TOURISME



                  En arrivant sur le circuit batave, 20 jours seulement après sa cuisante défaite aux 24H de SPA, FORD voyait encore réduire ses chances de conserver son titre européen acquis en 1972, la manche de JARAMA qui devait conclure le championnat était annoncée annulée, réduisant les possibilités de pouvoir se rattraper sur un terrain où la puissance n'est pas le maître mot. Au contraire de sa rivale de Cologne, les munichoises ont incontestablement le vent en poupe et le ZANDVOORT TROPHY couru sur 4 heures va largement le démontrer en permettant un nouveau doublé des coupés CSL. Celles-ci étaient en nombre sur la grille de départ et trustaient la première ligne grâce au duo des voitures usine STUCK-AMON devant QUESTER-HEZEMANS. Les CAPRI officielles de MASS-GLEMSER et FITZPATRICK-LARROUSSE étaient sur la seconde ligne et précédaient les BM SCHNITZER et ALPINA cette fois confiées à des duos inédits avec PESCAROLO-ERTL sur la première et MUIR-HUNT sur la seconde, le pilote HESKERTH semblant prendre du plaisir dans la discipline après son expérience pourtant malheureuse à SPA. Au départ si STUCK conserve son avantage, MASS avec la bénédiction de son patron Michael KRANEFUSS se lance dans une course sur le mode "maximum attack" en espérant faire trébucher l'ennemi. Il s'empare donc de la seconde place devant l'escouade des autres BM et harcèle son compatriote leader. L'autre CAPRI elle est retardée suite à un arrêt et peu après, c'est STUCK sous les coups de boutoir de MASS qui craque et commet une erreur à Tarzan laissant le leadership pour 2 tours seulement à la FORD car celle-ci arrive en roue libre au stand cardan cassé. Cette fois les BM ont la route libre, mais reste à boucler les 3 heures de course restantes. AMON qui a pris le relais sur la voiture de tête ne peut repartir des stands ( boite cassée) si bien que c'est le duo PESCAROLO-ERTL qui se retrouve en tête, la seconde BM usine étant moins rapide en piste que la SCHNITZER tout au moins tant qu'elle est aux mains du français barbu. Son coéquipier autrichien étant moins véloce, voit QUESTER-HEZEMANS le remonter irrésistiblement et quand PESCA à l'attaque voit ses freins le lâcher, la course est jouée en faveur du duo austro-néerlandais à nouveau élu. MUIR-HUNT sur l'ALPINA qui ont fait une course d'attente sont seconds et LARROUSSE-FITZPATRICK au terme d'une belle remontée finissent 3ème et laisse encore un maigre espoir à FORD au championnat.

                  Départ STUCK garde l'avantage mais MASS est déjà à l'attaque


                  QUESTER-HEZEMANS l'autre couple de l'année..


                  PESCA irrésistible sur la SCHNITZER jusqu'à ce que les freins n'en puissent plus


                  FITZPATRICK-LARROUSSE n'ont pas ménagé leur CAPRI pour remonter à la 3ème place

                  Commentaire


                  • Le tourisme de ces années était extra 
                    Avant c'était mieux

                    Commentaire


                    • C'est sure que ça avait une autre gueule que WTC....

                      Commentaire


                      • Envoyé par CMTARGA Voir le message

                        Bien connu....
                        Je compète pour les "ceuces" qui l'ignoreraient....ici

                        https://www.dna.fr/actualite/2017/12...e-a-offenbourg

                        Commentaire


                        • 12 AOUT
                          MID- OHIO CAN AM



                          Le rouleau compresseur DONOHUE-PORSCHE 917/30 PENSKE s'es définitivement mis en route ne laissant que des miettes à ses concurrents à l'occasion de cette 4ème épreuve du championnat courue pourtant sur le tortueux circuit de MID-OHIO peu favorable à priori aux grosses cavaleries. Dès les essais la 917 bleue et jaune surclassait ses adversaires et il en fut de même tant à l'occasion de la manche dite qualificative que lors de la seconde et finale. Pourtant le plateau de cette épreuve s'était étoffé de quelques individualités marquantes à commencer par Willi KAUHSEN qui n'avait pas hésité à traverser l'Atlantique avec sa 917/10 turbo de l'Intersérie pour venir défier les ricains chez eux. Autre personnalité, Derek BELL faisait ses débuts dans la discipline au volant d'une "modeste" McLAREN M8F de l'équipe de Lothar MOTSCHENBACHER. Comme d'habitude FOLLMER et SCHECKTER essayèrent bien d'enrayer la machine à gagner PENSKE en la devançant pendant les premiers tours de la course , mais bien vite tout rentrait dans l'ordre et DONOHUE l'emportait aisément devant le premier nommé alors que le sud-africain victime de sa fougue (question d'habitude) commettait une faute irrémédiable et abandonnait. HOBBS et sa McLAREN héritait alors de la 3ème place devant la 917 de HAYWOOD et Derek BELL qui réalisait de bons débuts alors que KAUHSEN avait abandonné à cause de sa boite de vitesses. Dans la course 2, DONOHUE effectua encore un départ médiocre permettant à FOLLMER à ses côtés de le devancer pendant plusieurs tours mais méthodiquement le pilote PENSKE prit son temps avant de porter son attaque imparable et de s'envoler vers sa seconde victoire consécutive. Derrière HOBBS étant arrêté, c'est un duo composé de HAYWOOD et du néophyte BELL qui se disputait la 3ème place mais c'était sans compter un 3ème larron en la personne de Jackie OLIVER et sa SHADOW revigorée après une première manche scabreuse achevée à la 12ème place, qui allait régler ce beau monde. Malheureusement cette superbe performance ne se traduisait pas au classement final compte tenu du handicap de la course 1, si bien que la 3ème place revenait à HAYWOOD alors que BELL pouvait être satisfait de sa 4ème place finale.
                          ​​​​​​​

                          HAYWOOD et la BRUMOS PORSCHE sur le podium 3ème

                          Excellents débuts de Derek BELL ( McLAREN) 4ème et meilleur non PORSCHE

                          La performance de Jackie OLIVER et de sa SHADOW donne de l'espoir pour la suite

                          Willi KAUHSEN et sa 917 INTERSERIE une expérience trop vite écourtée

                          Commentaire


                          • 15 AOUT

                            ENNA PROTOS 2L



                            La trêve de près de 2 mois depuis la course de Charade a été mise à profit par ABARTH pour peaufiner ses PA1 et le résultat ne s'est pas fait attendre avec l'épreuve de reprise sur l'hyper rapide circuit d'ENNA. Dès les essais Arturo MERZARIO avait montré qu'il faudrait compter avec la barquette rouge sur ses terres d'adoption même si la pole lui échappa pour quelques dixièmes au profit de Jean-Louis LAFOSSE et sa LOLA revigorée elle aussi grâce à l'abandon du Chevy-Vega au profit d'un classique Ford BDG mais aussi des pneus FIRESTONE spéciaux qualif que l'italien n'avait pas voulu monter. Chris CRAFT sur son habituel LOLA précédait un certain Vic ELFORD qui, comme ne l'ignore pas ou plus, ceux qui ont lu son excellente bio ici même par qui vous savez, avait monté son équipe pour ce championnat avec une MARCH BMW. Vittorio BRAMBILLA sur la seconde ABARTH et John LEPP suivaient et on ne retrouvait Guy EDWARDS qu'en 9ème position et PIANTA et ANDRUET avec leurs ABARTH 15ème et 16ème alors que l'ALPINE brillait par son absence. Comme de tradition disputée en deux manches, la première voyait "tutur" s'emparer immédiatement du commandement devant LAFOSSE, CRAFT, ELFORD alors que EDWARDS partait immédiatement à la faute et repartait dernier. Mais dès le 4ème tour, coup de théâtre, MERZARIO s'arrête moteur bafouillant. Il faudra 7 tours pour détecter la panne avant que le petit italien ne remette les gaz à plein et entame une farouche remontée l'amenant à la 14ème place. Devant bien évidemment on en profite LAFOSSE a hérité de la première place poursuivi par l'autre LOLA de CRAFT qui finit par le passer alors que BRAMBILLA et ELFORD s'expliquent pour la 3ème place mais le britannique devra abandonner moteur cassé en vue de l'arrivée permettant aux MARCH de HEZMANS et SERBLIN de finir 4ème et 5ème, ANDRUET auteur d'une belle course est 6ème et EDWARDS après ses mésaventures du départ finit 7ème. Au départ de la seconde manche CRAFT est immédiatement en difficultés et devra s'arrêter si bien que LAFOSSE est à nouveau leader devant les deux MARCH et BRAMBILLA. Mais derrière MERZARIO s'est lancé dans une poursuite éperdue qui l'amène à doubler un à un tous ses adversaires et retrouver la première place juste avant le drapeau à damiers d'autant que la LOLA du français est arrêtée sur le circuit. Cette folle chevauchée pour belle qu'elle soit, est veine pour le classement final compte tenu du handicap de la première manche et comme Vittorio BRAMBILLA a réussi à passer la MARCH de HEZEMANS ( SERBLIN ayant abandonné) c'est lui qui est déclaré vainqueur et ainsi sauve l'honneur d'ABARTH dont la 3ème place finale d'ANDRUET démontre qu'il faudra désormais compter avec les italiens au championnat toujours mené par LOLA juste devant CHEVRON.

                            LAFOSSE brillant et malchanceux ici devant MERZARIO


                            BRAMBILLA a assuré pour ABARTH qui revient dans le jeu du championnat

                            Commentaire


                            • 19 AOUT

                              AUTRICHE F1



                              A quatre courses de la fin du championnat, Jackie Stewart est tout proche de sa troisième couronne mondiale. Le pilote écossais a en effet 15 et 18 points d'avance sur François Cevert et Emerson Fittipaldi. Mais le jeune Français n'est pas vraiment en lutte, se sacrifiant en faveur de son leader dont il espère recueillir la succession en 1974. Pour Fittipaldi la tâche est très malaisée. S'il est bien rétabli de ses blessures aux chevilles contractées à Zandvoort, il doit impérativement s'imposer, ce qui pourrait nécessiter l'aide de son équipier Ronnie Peterson, devenu depuis quelques semaines le chouchou de Colin Chapman.

                              Cette course voit l'entrée en vigueur de la réglementation imposant une voiture de sécurité, chargée de prendre la piste devant le leader de la course en cas d'accident, et de réguler l'allure pendant l'intervention des secours. Il sera interdit de la dépasser. Un essai de procédure est effectué lors des séances officielles précédant le Grand Prix.

                              Après deux courses d'absence, la Scuderia Ferrari fait son retour avec une 312 B3 modifiée et dotée d'une prise d'air. Une seule voiture est toutefois engagée pour Arturo Merzario, Jacky Ickx ayant décidé de rester chez lui. Néanmoins Enzo Ferrari annonce le retour du pilote belge à l'occasion du Grand Prix d'Italie. L'équipe March officielle est aussi de nouveau présente, Jean-Pierre Jarier récupérant avec le soutien de STP le baquet du malheureux Roger Williamson. Chez Williams, le Néerlandais Gijs van Lennep fait son retour dans la deuxième Iso en remplacement d'Henri Pescarolo. Blessé au poignet et au dos au Nürburgring, Niki Lauda se présente sur le circuit mais, ressentant de fortes de douleurs lors des essais libres, il est contraint de faire l'impasse sur son Grand Prix national. Par conséquent seules deux BRM seront au départ, celles de Jean-Pierre Beltoise et Clay Regazzoni, et aucun Autrichien ne courra devant son public. Enfin Ensign fait son retour avec des modifications importantes apportées à la N173. L'équipe Tecno est de nouveau en piste avec la « Goral » détestée par Chris Amon. Durant les essais le Néo-Zélandais va casser un grand nombre de moteurs, à tel point que, désabusé, il décide de quitter le circuit. Martini ayant retiré son soutien financier aux frère Pederzani, l'aventure Tecno arrive à son terme et l'équipe LEC de David Purley est de nouveau absente de cette course.

                              Emerson Fittipaldi prouve qu'il a entièrement récupéré de ses blessures en obtenant sa première pole position de la saison, trois dixièmes devant Peterson. Les Lotus sont à la fête sur ce tracé très rapide et il sera malaisé de les menacer. Les McLaren sont leurs principales rivales en monopolisant la deuxième ligne, Hulme devant Revson. Reutemann est cinquième devant Merzario qui obtient un bon résultat avec la Ferrari. Les Tyrrell sont à la peine puisque Stewart est seulement septième et Cevert dixième. Entre eux se trouvent deux jeunes pilotes très en verve en cet été : Pace sur Surtees et Hunt sur March-Hesketh. Beuttler obtient une étonnante onzième place avec sa March 731 privée. Il précède la 732 officielle de Jarier et les BRM.

                              Au départ Fittipaldi se fait déborder par Peterson, puis par Hulme au premier freinage. Suivent Merzario et Stewart. Revson s'est quant à lui immédiatement déporté vers le bas-côté car son embrayage est grillé et à la fin du premier tour Peterson mène devant Hulme, Emerson Fittipaldi, Merzario, Stewart, Reutemann, Pace, Hunt, Cevert et Beltoise. Cevert double Hunt qui rencontre un problème d'alimentation et abandonne puis le français prend la septième place à Pace. Stewart double Merzario, qui est bientôt attaqué par Reutemann et Cevert celui-ci en pleine attaque double l'argentin.

                              Au 6e tour Peterson, Hulme et Fittipaldi roulent en trio, séparés chacun par une seconde. Cevert attaque Merzario mais l'italien commet une erreur et les deux voitures se touchent. Le Français détruit une suspension dans l'accrochage et abandonne tandis que Merzario continue mais se fait doubler par Reutemann puis peu après par Pace. Côté français toujours Jarier prend la huitième place à Beltoise.

                              Alors que Peterson mène devant Hulme (0.5s.), E. Fittipaldi (2s.), Stewart (6s.) et Reutemann (12s.), Pace est sixième et précède Merzario, Jarier, Beltoise et Wilson Fittipaldi, Hulme est soudainement en difficulté et se fait doubler par Fittipaldi, un fil de bougie s'est débranché sur de la McLaren qui s'arrête aux stands et repart 8ème. Jarier dépasse Merzario et se retrouve septième.

                              Fittipaldi se rapproche sérieusement de Peterson, si bien qu'au 15ème tour l'ordre est Peterson devant E. Fittipaldi (1s.). Stewart est troisième à trois secondes. Reutemann est quatrième puis viennent Pace, Jarier, Merzario, Beltoise, W. Fittipaldi et Regazzoni. Deux tours plus tard Fittipaldi fait l'extérieur à Peterson et s'empare du commandement au tournant de Voëst-Hügel alors que Pace prend la quatrième place à Reutemann. Toutefois le brésilien ne se détache pas de son équipier suédois, les deux Lotus n'étant séparées que d'une seconde pendant plusieurs tours. Merzario est de plus en plus en difficultés après s'être fait passer par Beltoise c'est Wilson FIITPALDI qui le passe pour la 7ème place mais peu après la Brabham du brésilien doit stopper en panne d'essence.

                              30e tour Fittipaldi est toujours en tête avec une seconde d'avance sur Peterson. Stewart est relégué à dix secondes, Pace et Reutemann à une vingtaine de secondes. Jarier est toujours sixième devant Beltoise, Merzario et Regazzoni qui sont en bagarre et Von Opel. La course devient monotone malgré la bagarre qui fait rage pour la huitième place entre Merzario et Regazzoni. Au 36e tour Jarier en difficulté se fait doubler par Beltoise puis abandonne moteur out. Von Opel renonce aussi suite à un souci d'injection. Regazzoni prend enfin la septième place à Merzario. Les deux Lotus sont prises dans le trafic, mais Peterson ne tente rien pour attaquer Fittipaldi, jouant semble-t-il la course d'équipe alors que Pace très rapide réalise le meilleur tour en course.

                              Au 49e tour coup de théâtre à la sortie de l'enchaînement de Texaco, Fittipaldi s'arrête dans l'herbe: son moteur ne fonctionne plus à cause de la rupture d'une canalisation d'essence. C'est le tournant de la saison. Le Brésilien abandonne tandis qu'il était en tête de la course et perd ainsi ses dernières chances de conserver son titre mondial. Peterson se retrouve en tête de l'épreuve avec une dizaine de secondes d''avance sur Stewart. Pace 3ème qui manque de carburant est moins rapide cette fois et perd du terrain sur Stewart alors que Reutemann revient sur lui.

                              54ème et dernier tour: Ronnie Peterson gagne sa deuxième course de la saison. Stewart finit deuxième et réalise un nouveau pas vers le titre. Pace conserve de justesse la troisième place et monte sur son premier podium. Reutemann est quatrième et précède les deux BRM de Beltoise et de Regazzoni. Hors des points se classent Merzario, Hulme, van Lennep et Hailwood, tandis que Ganley a trop de tours de retard pour être classé.

                              Stewart fait la meilleure affaire au classement général puisqu'il possède désormais 21 et 24 points d'avance sur ses concurrents Cevert et Fittipaldi. Il pourra donc remporter le titre mondial à Monza. Chez les constructeurs, Lotus réduit son retard sur Tyrrell à neuf points. Après cette mauvaise course, McLaren ne pourra pas obtenir mieux que la troisième place finale.
                               

                              Commentaire


                              • Pour la première fois une safety-car en F1


                                La FERRARI B3 revue et corrigée


                                Les LOTUS étaient les plus fortes à ZELTWEG une première ligne entièrement noire et or


                                Départ PETERSON mène devant HULME et FITTIPALDI mal parti


                                FITTIPLADI a doublé son équipier mais n'en profitera pas ....


                                C'est fini pour la victoire et le titre ?


                                Jackie STEWART en route pour son 3ème titre


                                Carlos PACE et la SURTEES de mieux en mieux 3ème


                                Retour de Jean-Pierre JARIER sur la MARCH usine sans sponsor

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X