Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Quick Vic Elford

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • camerat
    a répondu
    Re: Re : Re: Re : Quick Vic Elford

    Envoyé par CMTARGA Voir le message
    C'était pour voir si ça suivait bien.....

    Bravo pour ton oeuvre...

    Enfin les dames...j'en conclus que tu connais les 2 autres ( madame OLIVER et madame RODRIGUEZ?)
    Celle qui ne sourit pas à gauche est le mannequin Lynne Hamilton devenue Lynne Oliver en juillet 1970, et sous le beau chapeau c'est Glenda Foreman la "compagne" de Pedro en Europe.

    Laisser un commentaire:


  • CMTARGA
    a répondu
    Re : Re: Re : Quick Vic Elford

    Envoyé par camerat Voir le message
    KAUHSEN au lieu de KHAUSEN
    ATTWOOD au lieu de HAILWOOD
    C'était pour voir si ça suivait bien.....

    Bravo pour ton oeuvre...

    Enfin les dames...j'en conclus que tu connais les 2 autres ( madame OLIVER et madame RODRIGUEZ?)

    Laisser un commentaire:


  • camerat
    a répondu
    Re: Quick Vic Elford

    Ouverture de parenthèse qui n'a rien à voir avec Elford, qui est la dame à droite ?

    Laisser un commentaire:


  • camerat
    a répondu
    Re: Re : Quick Vic Elford

    Envoyé par CMTARGA Voir le message
    LE MANS

    ...une fois décorée sera familièrement dénommée "cochon rose" avec à son volant le duo allemand JOST-KHAUSEN.


    ...laissant la voie libre aux sages MARKO-VAN LENNEP devant HAILWOOD-MULLER pour assurer le dernier triomphe de la 917 dans la SARTHE.
    KAUHSEN au lieu de KHAUSEN
    ATTWOOD au lieu de HAILWOOD

    Laisser un commentaire:


  • camerat
    a répondu
    Re: Quick Vic Elford





    Cette 917 a aussi marqué ma jeunesse. J'ai redessiné à l'encre de chine cette photo de la revue Virage.



    Laisser un commentaire:


  • CMTARGA
    a répondu
    Re : Quick Vic Elford

    LE MANS

    Dire que la 917 "LANG HECK" 1971 est un chef d’œuvre de la course automobile est un pléonasme tellement cette auto a marqué les esprits pour toujours et notamment le mien surtout dans sa version MARTINI.

    Mais on ne va pas tergiverser. Le superbe plumage de ces inoubliables autos ne vaudra pas leur ramage, car si aux essais elles dominèrent et jusqu'à la mi course, il s'en trouva toujours une pour pointer en tête, aucune n'alla plus loin et toutes trois pour la même raison. Cette superbe carrosserie pour aussi efficace qu'elle soit sur le circuit du MANS, n'offrait pas toutes les garanties permettant d'assurer la fiabilité mécanique connue sur le modèle classique qui finalement l'emportera à nouveau.

    Mais revenons en arrière au mois d'avril pour les essais préliminaires, où Jackie OLIVER au volant d'une de ces fameuses 917 LH à la carrosserie remaniées par rapport à celle de 1970 toujours avec le concours de Charles DEUTSCH, pulvérisa le record du tour à la moyenne record de plus de 250km/h ne laissant aucun doute sur l'efficacité de la nouveauté quant à sa vitesse de pointe.

    PORSCHE auréolée de son troisième titre consécutif des constructeurs, une fois de plus avait mis les petits plats dans les grands pour la classique mancelle, d'autant qu'en dehors de renouveler la victoire de 1970, il s'agissait pour le constructeur allemand d'achever en apothéose la brillante carrière de la 917. Pour ce faire en plus des 3 917 LH confiées aux équipages vedettes de WYER ( SIFFERT-BELL/RODRIGUEZ-OLIVER) et MARTINI ( ELFORD-LARROUSSE) deux 917 K dotées des capots arrières à dérives apparues à MONZA venaient en renfort avec ATTWOOD-MULLER pour WYER et les habituels MARKO-VAN LENNEP chez MARTINI. De plus cette dernière équipe se voyait confier l'engagement avec le soutien intégral de l'usine, d'une version à voies élargies de la 917 ( en fait un prototype de la future CANAM) qui une fois décorée sera familièrement dénommée "cochon rose" avec à son volant le duo allemand JOST-KHAUSEN.

    En face malheureusement peu de monde, puisque comme prévu pas de FERRARI 512M usine mais heureusement PENSKE alignait la sienne, qui au vu des courses précédentes, semblait bien la seule capable de donner la réplique aux PORSCHE sur les quelques 10 autres 512 alignées. La 312 PB et ALFA-ROMEO (dommage) faisant l'impasse sur les 24H, MATRA alignait elle une seule 660 pour son duo F1 AMON-BELTOISE. Un plateau bien maigre en qualité si ce n'est en quantité qui s'explique par le changement de réglementation à venir.

    Pas de surprise aux essais, les 3 917LH trustant les 3 premières places de la grille, Vic s'étant intercalé entre RODRIGUEZ pôle man et SIFFERT. La 512 PENSKE de DONOHUE-HOBBS étant reléguée à près de 5 secondes de la pole....Le début de course suite au départ donné en ligne pour la toute première fois au MANS, reste conforme à cette hiérarchie mais sans l'intensité de la bagarre pour la tête de l'année précédente et loin devant la concurrence FERRARI emmenée non par la bleue de PENSKE mais par la jaune de VACARELLA ( ESCUDERIA MONTJUICH) qui montre qu'il a de beau reste... Seule distraction pour les leaders s'échanger le record du tour et à ce jeu les WYER s'avèrent meilleures leur permettant de devancer et distancer rapidement Vic et Gérard et de mettre à des années lumières les autres. Quelques petits pépins d'ordre électrique viendront de temps en temps perturber la course tranquille à travers les champs des 3 lièvres teutons et il faudra attendre la 6ème heure pour que la première trébuche et malheureusement ce sera celle de MARTINI suite à la rupture de la turbine de refroidissement. Les deux autres n'iront pas bien loin puisque après 10 heures de course il n'y avait plus de LH sur la piste laissant la voie libre aux sages MARKO-VAN LENNEP devant HAILWOOD-MULLER pour assurer le dernier triomphe de la 917 dans la SARTHE.

    Vic, une nouvelle fois quitte LE MANS sans victoire, son équipier se vengera lui à deux reprises grâce à MATRA. Mais pour lui il s'agit aussi de sa dernière course, au plus haut niveau, au volant d'une voiture portant l'emblème de STUTTGART, une histoire commencée par un beau matin de septembre 1966 à Cannes, car compte tenu de l'engagement d'une seule 917 spéciale par l'usine à ZELTWEG et de son départ aux ETATS UNIS pour la CAN AM, Vic ne reconduira plus de voiture du MARTINI RACING dont l'activité cessera sous cette forme.

    La 917 LH MARTINI une beauté ravageuse (avis personnel)



    L'équipe MARTINI au MANS se décline en 3 versions et 3 couleurs...


    Devant les autres pour un premier départ en ligne au MANS


    Une course trop vite interrompue par la mécanique

    Laisser un commentaire:


  • CMTARGA
    a répondu
    Re : Quick Vic Elford

    Inutile de dire que le désastre de la TARGA appelait un revanche éclatante au NURBURGRING pour les 1000 KM non seulement pour PORSCHE qui pouvait être titrée pour la 3ème fois consécutive sur ses terres, mais également pour le TEAM MARTINI et cela se traduisait à la fois par le nombre puisque les deux équipes retrouvaient leur contingent et équipages habituels mais aussi techniquement car si les 908/3 comme l'année dernière étaient préférées aux grosses 917, elles avaient fait l'objet d'un renfort des suspensions qui s'étaient avérées trop fragiles en Sicile. Une fois de plus l'opposition venait exclusivement d'ITALIE avec la FERRARI 312PB usine de ICKX-REGAZZONI et des 3 ALFA 33 auréolées de leur victoire sicilienne.

    Les essais pourtant ne furent pas au niveau des espérances du public allemand, qui constatait avec désarroi que les machines teutonnes se retrouvaient groupées seulement en 2ème et 3ème lignes de la grille de départ et surprise supplémentaire les MARTINI devant les WYER. Les deux meilleurs temps ayant été signés nettement par ICKX suivi par STOMMELEN et son ALFA une fois de plus très en verve sur la NORDSCHLEIFE. On constatait également qu'il fallait aller jusqu'à la 5ème ligne pour trouver la première SPORT 5L, ce qui donnait à la grille de ces 1000 km, un avant goût de 1972 avec 8 3 litres aux avants postes.

    Inutile de dire que "ring meister" Jacky ICKX n'allait laisser à personne le soin de mener le début de course qu'il écrasa littéralement jusqu'au 6ème tour lorsque ses températures s'affolant, il s'arrête pour ravitailler en eau et essence de façon prématurée. STOMMELEN qui a réussi à se maintenir devant les 908 emmenées par Vic, prend le commandement et le conserve après le premier ravitaillement qui verra SIFFERT mettre pied à terre ( châssis cassé) et rejoindre RODRIGUEZ sur la seconde WYER. Mais le festival ICKX n'est pas fini. A la force du poignée, il remonte un a un ses adversaires pour revenir dans les roues de l'ALFA de tête et de la 908 de Vic et Gérard LARROUSSE, RODRIGUEZ et MARKO s'échangeant leur place régulièrement devant les deux autres ALFA 33. Puis le belge toujours au volant reprend la tête et s'envole vers ce qui devrait être la première victoire de la superbe petite 312PB. Mais au 20ème passage, REGAZZONI qui a pris le relais, immobilise le proto italien dans un grand nuage de fumée laissant notre duo seul en tête car entre temps l'ALFA de STOMMELEN-GALLI avait également disparu ( moteur out). Dès lors il ne restait plus pour Gérard et Vic à dérouler jusqu'au drapeau à damiers et notre héros remporter pour la 3ème fois les 1000 km du NURBURGRING devant les deux autres 908 survivantes RODRIGUEZ- SIFFERT précédents VAN LENNEP-MARKO ce dernier s'étant permis sur la fin de chatouiller le suisse ...Cerise sur le gâteau PORSCHE est titré.

    Ne vous y trompez pas si les MARTINI sont bien devant les WYER, elles ne sont qu'en seconde ligne au départ


    Cette fois la chance était du côté de Vic et Gérard




    Une "jolie" couronne dorée et une bouteille de champ....c'est réconfortant non ?

    Laisser un commentaire:


  • CMTARGA
    a répondu
    Re : Quick Vic Elford

    Si l'écart entre WYER et MARTINI est manifeste depuis plusieurs courses nettement en faveur des premiers, la TARGA FLORIO devrait permettre de rééquilibrer les deux équipes chargées de représenter WEISSACH.

    L'association ELFORD-LARROUSSE est sur le papier le duo idéal pour cette épreuve, combinant à la fois vitesse, dextérité et improvisation comme seuls les rallymen peuvent assurément le revendiquer. De plus, le retour pour cette épreuve spécifique, aux petits spyder 3 litres 908/3 tant performants en 1970 sur ce terrain, devrait aussi permettre aux gris de venir chatouiller les bleues, d'autant que MARTINI se concentre sur une seule voiture qui plus est cette fois directement managée par le Docteur PIECH lui même.C'est dire si notre duo est considéré comme favori.
    En face, les équipages ont été remaniés compte tenu de la spécificité du terrain, où on préfère les vieux briscards aux jeunes loups, ce qui explique que l'ex-retraité REDMAN retrouvait son vieux complice SIFFERT et que Herbert MULLER épaulait RODIGUEZ . FERRARI absente, les espoirs des tifosi reposaient exclusivement sur les 3 ALFA 33 avec au volant de l'une d'elle, l'inusable Nino VACCARELLA.

    Les essais allaient donner un premier et sérieux signe d'alerte pour les allemandes confrontées à un problème d'approvisionnement en pneumatiques. Le camion FIRESTONE étant bloqué en douane, l'équipe MARTINI dû partager ses GOODYEAR avec les WYER réduisant d'autant les essais des 3 voitures et permettant ainsi un triplé ALFA aux avants postes. Mais ce n'était rien à côté du désastre que les PORSCHE allaient connaître en course.
    Dès le premier tour les 2 WYER avaient disparu, RODRIGUEZ comme REDMAN suite à des sorties de route dont ce dernier se tirera miraculeusement avec de légères brûlures et laissant seul à LARROUSSE, le soin de défendre les couleurs teutonnes ce dont il s'acquitta parfaitement pendant son relais. Quant il reprit le volant de Vic, leur 908 caracolait en tête loin devant VACCARELLA-HEZEMANS et l'autre ALFA de VAN LENNEP-DE ADAMICH avant que la malchance sous la forme d'une banale crevaison n'anéantisse leurs espoirs. Celle-ci se produisit non loin d'une assistance volante communes aux PORSCHE, or à cet endroit il n'y avait que des FIRESTONE inadaptés aux réglages de suspension de la MARTINI, la rendant inconduisible ce qui entraînera une touchette définitive et le triomphe d'ALFA ROMEO.

    Sur le papier ELFORD-LARROUSSE le duo à battre....


    LARROUSSE et sa 908/3 s'élancent pour affronter les 72 KM du circuit des MADONIES


    Toute la beauté de la TARGA et une victoire facile qui s'est envolée

    Laisser un commentaire:


  • CMTARGA
    a répondu
    Re : Quick Vic Elford

    Et bien voilà il suffit de secouer un peu le cocotier.....Merci et à demain !

    Laisser un commentaire:


  • hoslotfrance
    a répondu
    Re : Quick Vic Elford

    Et à Brands hatch , la voiture avait une lame sous le capot avant :

    Laisser un commentaire:


  • camerat
    a répondu
    Re: Quick Vic Elford

    Autre aparté, depuis Brands Hatch les Wyer économisent le poids de 2 phares sous les custodes.

    Laisser un commentaire:


  • camerat
    a répondu
    Re: Re : Quick Vic Elford

    Envoyé par CMTARGA Voir le message
    A MONZA pour les 1000 KM les 917 "officielles" apparaissent équipées d'un nouveau capot arrière dotés de dérives verticales censé améliorer la vitesse de pointe pour les circuits ne nécessitant pas beaucoup d'appui comme le tracé italien mais également SPA et LE MANS à venir, preuve si l'en est, que du côté de WEISSACH on ne chôme toujours pas, malgré la fin annoncée du programme 917 en championnat du monde des constructeurs.
    Est-ce cette nouveauté qui permet à Vic et son équipier retrouvé Gérard LARROUSSE, de décrocher la pole au nez et à la barbe des machines italiennes emmenées par la FERRARI 312PB de ICKX-REGAZZONI suivie par les ALFA ROMEO et nettement devant les autres 917 notamment celles de WYER? Pas seulement la vérité amène à préciser que si l'allemande aux couleurs MARTINI est dans cette situation très favorable, elle le doit autant si ce n'est plus, aux conditions météos des essais qui ont joué en sa faveur.

    Malheureusement les conditions de la course seront moins favorables à notre duo et ce dès le départ donné une nouvelle fois ici dans un joyeux bazar qui va permettre à PARKES sur une 512M FILIPINETTI ( en fait une usine) de devancer Vic qui précède les deux WYER ( RODRIGUEZ devant SIFFERT) qui dès le tour suivant vont le dépasser et au suivant prendre irrésistiblement la tête pour ne plus jamais la lâcher. Il ne reste donc plus qu'à se disputer les accessits ce que font les FERRARI, les ALFA ROMEO et les 917 MARTINI jusqu'à ce que celles-ci disparaissent quasi simultanément moteur out . Pas brillant !
    Petit retour à Monza où la 512 de Parkes est encore une "S" le chassis 1022 de Moretti à qui Parkes l'a loué pour Monza car sa 512M 1048 est en cours de transformation en "F". Elle est performante car ce chassis 1022 a déjà le moteur de la "M" de 60CV de plus que le moteur d'une "S" et les freins d'une "M". Parkes se permet le premier tour en tête.



    Au second tour la récré est finie et les Wyer gèrent.



    Après Monza 1022 ira chez le carrossier échanger sa tenue de "S" pour une "F" et est attendue au Mans, avec le n°5 et les pilotes Jabouille et Peterson, mais les faibles moyens de la Scuderia Filipinetti font que ce beau projet restera lettre morte. Très dommage.

    Fin de la parenthèse Filipinetti, retour à Elford.

    Laisser un commentaire:


  • camerat
    a répondu
    Re: Re : Quick Vic Elford

    Envoyé par CMTARGA Voir le message
    Je ne sais si c'est l'effet MARTINI mais depuis cette période pas le plus petit commentaire ou la plus petite photo complémentaire....????
    Ce n'est pas l'effet Martini, (chui plutôt Porto…), c'est que mon fils qui ne s'appelle pas Tanguy quitte la maison parce qu'il a trouvé un boulot ailleurs et faut gérer la recherche d'un studio, la recherche d'une voiture, la paperasserie qui va avec… Cà m'occupe presque à plein temps.

    Je suis quand même les textes et les photos mais en fait je n'ai rien d'extraordinaire de plus à poster.

    Un petit commentaire pour me faire pardonner, j'adore la photo des 2 Martini de face au freinage de la Source.

    Laisser un commentaire:


  • CMTARGA
    a répondu
    Re : Quick Vic Elford

    Je ne sais si c'est l'effet MARTINI mais depuis cette période pas le plus petit commentaire ou la plus petite photo complémentaire....????

    Laisser un commentaire:


  • CMTARGA
    a répondu
    Re : Quick Vic Elford

    SPA FRANCORCHAMPS dans sa version initiale, c'est un véritable toboggan qui nécessite à la fois vitesse de pointe ( à l'époque 260 de moyenne au tour....) mais aussi stabilité à haute vitesse, d'où le besoin d'appuis. A ce jeu d'équilibriste il faut trouver le bon compromis qu'offre les capots arrières des 917 celui avec dérives ou bien sans mais avec petit aileron. Pour les MARTINI à l'inverse des WYER ce sera le premier.

    Le pari est presque gagné au terme des essais car pour battre la N°22 pour la pole il faudra toute l'audace de Derek BELL afin d'y parvenir.

    Mais voilà on est à SPA ville d'eau et celle-ci réserve une bonne surprise puisque quelques minutes avant le départ, des gouttes de plus en plus nombreuses s'abattent ce qui crée sur la grille une jolie panique pour mettre les pneus pluie qui semblent s'imposer. Cette option se confirme au terme du 1er tour ce qui n'empêche pas Vic de prendre le chemin opposé en s'arrêtant pour monter des slicks à la surprise de son stand le reléguant immédiatement en lanterne rouge. Pendant ce temps en tête les WYER une fois de plus font la loi d'autant que la MARTINI de MARKO est vite éliminée ce dont ICKX et sa 312 PB profitent pour occuper la 3ème place. Les affaires ne s'arrangent pas pour notre duo franco -britannique, Vic s'arrêtant à nouveau cette fois avec une tenue de route baladeuse peut être due à une dégradation trop rapide de ses pneus liée au manque d'appuis. Ne voyant plus aucun intérêt à poursuivre l'équipe de DECHENT décidera d'arrêter les frais là, démontrant une nouvelle fois que son équipe est bien loin des bleues et oranges qui trusteront une nouvelle fois les deux premières place du podium devant le duo vainqueur de B'HATCH, PESCAROLO-DE ADAMICH et leur ALFA33. ICKX et REGA ayant été contraints à l'abandon à l'approche de l'arrivée.

    Dérives ou pas ? Aux essais Vic sans, MARKO avec.


    Panique sur la grille on monte en hâte les pluies..


    Vic et SIFFERT emmènent un quatuor de 917 imbattables à SPA


    L'impressionnante vue arrière de la 917K 1971 qui ne cache rien de ses dessous....

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X