Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Sébastien BOURDAIS

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Seb vient de perdre une course qui lui était quasi acquise à cause de son crétin d'équipier. Seb si j'ai un conseil: va voir ailleurs que chez GANASSI pour l'année prochaine en WEC ...

    Commentaire


    • Seb sert toujours de paratonnerre aux tracas de toutes sortes !
      Quand ce n'est pas lui qui les provoque ( ! ) , ce sont ses coéquipiers ou adversaires ....
      L'age d'Or est derrière nous !... Faisons demi-tour ...

      Commentaire


      • Les places sont rares en imsa avec seulement 6 DPi.

        Commentaire


        • Il faudra attendre début juillet pour que les courses reprennent aux USA. Presque 6 mois pendant lesquels Sébastien, mise à part des courses virtuelles, a rongé son frein. Bien entendu tous les calendriers ont été totalement chamboulés et l'INDY CAR comme l'IMSA ont complètement revu leurs épreuves en fonction de cette situation. Pour notre héros c'est ce dernier championnat qui lui permet de reprendre le collier avec tout d'abord des épreuves raccourcies à 2H40 seulement comme cette première sur le tracé de DAYTONA. Il y retrouve Joao BARBOSA et la CADILLAC N°5 DP MUSTANG SAMPLING. Au terme de cette longue pose forcée, il apparaît que les voitures de JDC MALLER ont perdu de leur superbe, les deux fermant la marche des protos DP sur la grille de départ. Celle de Sébastien ne décrochant que le 7ème temps loin des ACURA PENSKE, MAZDA et même ses sœurs TAYLOR et WHELEN. C'est à nouveau BARBOSA qui prend le départ retardé par la pluie et sur une piste encore très humide incitant malgré tout les 2 autres CADILLAC à tenter le pari des pneus slicks ce qui immédiatement les fait plonger au classement. A l'inverse les ACURA, MAZDA et la MUSTANG SAMPLING en pneus pluie s'échappent devant dans cet ordre. La piste s'asséchant rapidement tout ce beau monde doit s'arrêter pour monter à son tour les slicks laissant la WHELEN et la TAYLOR en tête mais avec un avantage restreint qui sera vite annihilé, elles aussi devant ravitailler en carburant . Après une heure de course rien n'est joué les 8 protos DP se tenant dans un mouchoir, la N°5 de BARBOSA est 5ème derrière les duos MAZDA-ACURA. Seb prend alors le relais et conserve le volant jusqu'au bout. Il est toujours 5ème et sa position varie selon les arrêts entre la seconde et la 7ème place. L'abandon d'une ACURA PENSKE, ainsi que le pilotage toujours efficace du manceau pour économiser le carburant, permet un dernier ravitaillement plus bref que ses concurrents qui propulse la CADILLAC n°5 à nouveau sur la troisième marche du podium cette fois derrière les 2 MAZDA, dont le transfert forcé ( because COVID et les frontières américaines fermées) de JOEST à MULTIMATIC, semble leur avoir donné des ailes.



          Même en cette période troublée, après DAYTONA vient SEBRING non pour les 12H, mais aussi pour une course de 2H40. Notre duo y signe le 5ème temps des essais. Malheureusement une pénalité va faire reculer la N°5 au dernier rang des DP ( 8ème) pour une sombre infraction lors d'une entrée aux stands pendant les essais aussi est-ce Sébastien qui assure le premier relais pour immédiatement attaquer une remontée. Un rapide problème sur une des ACURA PENSKE, lui assure la 7ème place qu'il maintient jusqu'au premier stop où il laisse le volant à BARBOSA. Celui-ci ne fait pas mieux durant ses deux relais et quand Seb reprend le volant à mi course la N°5 est toujours 7ème. Le manceau va lors se lancer en chasse doublant la voiture soeur de VAUTIER pour se retrouver derrière les deux CADILLAC WHELEN et TAYLOR en tête avec intercalées l'ACURA PENSKE rescapée et les deux MAZDA. Puis il aura la peau de l'ACURA PENSKE peu à l'aise sur le béton californien. Restaient encore les deux MAZDA pour aller rejoindre sur le podium , les deux représentantes GM en tête et en pleine bagarre. C'est dans le tout dernier tour que notre héros réussit l'exploit de doubler les deux japonaises il est vrai en délicatesse avec leur niveau d'essence puisque l'une et l'autre tomberont en panne sèche tout juste la ligne d'arrivée passée. C'est donc un triplé CADILLAC avec une troisième 3ème place consécutive pour la MUSTANG SAMPLING . Seule ombre au tableau sa régularité ne s'accompagne pas de sa vélocité s'avérant beaucoup moins efficace que les deux autres CADILLAC.


           

          Commentaire


          • Un mois plus tard, c'est ROAD AMERICA toujours pour une course de 2H40, la formule choisie par l'IMSA pour repartir en douceur avant des épreuves de plus longue haleine. Les ACURA PENSKE et MAZDA vont y prendre leur revanche tout au moins aux essais, les 4 monopolisant les deux premières lignes de la grille. La CADILLAC N°5 de notre héros côtoyant la TAYLOR sur la 3ème ligne et devançant la WHELEN preuve d'une progression chez MUSTANG SAMPLING. BARBOSA qui a pris le départ sera vite délogé de sa 6ème place par NASR sur la WHELEN. A nouveau une ACURA PENSKE sera retardée permettant à la N°5 de retrouver sa 6ème place avant que le portugais ne cède le volant à Sébastien. En tête l'ACURA restante et les deux MAZDA s'étripent loin devant les 3 CADILLAC incapables de suivre le rythme alors que le ciel s'assombrit de plus en plus. La pluie arrive à 50 minutes de la fin, elle piège immédiatement la CADILLAC WHELEN et comme elle devient intense, c'est la panique provoquant de multiples sorties et un drapeau rouge. La course reprendra pour seulement 15 minutes sur une piste détrempée avec Sébastien au volant en 5ème position derrière la MAZDA de tête, l'ACURA, la seconde MAZDA et la WHELEN qui a profité de l'interruption pour être replacée devant la N°5 .La MAZDA de tête restée en slicks s'arrête immédiatement une fois le départ redonné et la seconde japonaise pas du tout à l'aise sur la piste détrempée est immédiatement dépassée par les deux CADILLAC la WHELEN et la MUSTANG SAMPLING qui finissent 3ème et 4ème, la victoire revenant à l'ACURA de CASTRONEVES-TAYLOR devant la CADILLAC du TAYLOR RACING.



            Encore un mois et nous voilà sur le tourniquet propriété de MICHELIN de ROAD ATLANTA, non pour PETIT LEMANS mais cette fois pour une course plus classique de 6 Heures. Compte tenu des restrictions de voyage dues à l'épidémie COVID, Loïc DUVAL ne pouvant venir aux USA, c'est Tristan VAUTIER habituel pilote de la deuxième CADILLAC jaune de JDC MILLER qui le remplace aux côtés de BARBOSA et de notre Sébastien. Une correcte 5ème place au départ pris par ce dernier, est le résultat des essais devant cette fois la voiture sœur de Wayne TAYLOR. Un départ très chaotique par la faute de CAMERON sur une des ACURA PENSKE qui part en tête à queue sous le nez de la CADILLAC de BOURDAIS qui doit piler et perd deux places d'entrée. Second drapeau jaune au bout de 1/2H et ravitaillement général qui permet à la N°5 de gagner une place et encore, une suite à la pénalité de la seconde ACURA PENSKE ( excès de vitesse dans les stands) ce qui fait que Seb est 3ème à ce moment de la course lorsqu'il cède le volant à BARBOSA au bout de la 1ère heure. Celui-ci à nouveau moins véloce perd plusieurs places durant son relais si bien que quand VAUTIER le remplace peu avant la mi course, la CADILLAC MUSTANG SAMPLING n'est plus que 6ème mais toujours dans le tour des leaders. Sébastien reprend le volant à 2 heures de la fin et la N°5 est toujours 6ème, proche des premiers ce qui permet de croire encore à une amélioration de son classement. Seb, une nouvelle fois va faire étalage de son talent pendant tout son relais en se mêlant à la bagarre en tête et VAUTIER qui va achever la course repart des stands à la 3ème place talonné par l'ACURA de MONTOYA et la CADILLAC WHELEN avec NASR à son volant. Le grenoblois va magnifiquement résister au colombien qui va tomber dans un piège dans les tous derniers tours et être éliminé en s'accrochant avec une FERRARI GT. Malheureusement VAUTIER qui était dans ses roues est aussi retardé ce qui va aussi coûter la 3ème place à notre trio qui devra se contenter de la 4ème alors qu'un nouveau podium était en vue.



            Encore une petite course de 2H40 avant de filer au MANS pour les 24H.Cette fois c'est sur le beau tracé de MID OHIO qu'elle a lieu et retour à l'équipage à deux BOURDAIS-BARBOSA. Un modeste 7ème temps des essais juste devant la voiture sœur de JDC MILLER ne met pas vraiment en confiance notre duo. C'est Sébastien qui assure le départ qui cette fois se passe sans encombre. Au cours de son long relais, il va gagner deux rangs du fait des pénalités subies par les deux MAZDA l'amenant à céder le volant à son équipier à la 5ème place. Une nouvelle fois il apparaît que la CADILLAC N°5 n'est pas mauvaise, mais il lui manque ce petit plus qui lui permettrait de jouer la victoire comme ses sœurs WHELEN ou TAYLOR. BARBOSA assurera les dernières 40 minutes de course pour amener la MUSTANG SAMPLING à la 6ème place après avoir perdu la 5ème dans les toutes dernières boucles.

            Commentaire


            • Petit point actualité alors que la fête pour l'INDY 500 a débuté pour signaler que malheureusement cette année Sébastien n'est pas présent ce qui ne lui était pas arrivé depuis 2012 ...... 
               

              Commentaire


              • Avant d'entamer le chapitre des 24 heures petit retour en arrière...Suite à l'arrêt du programme FORD GANASSI, Sébastien n'avait rien de concret pour disputer ses chères 24H en 2020, ses engagements américains ne prévoyant rien à ce propos. Aussi au cours de l'hiver 2019-2020, Seb s'est mis en chasse et qui mieux qu'une équipe purement sarthoise pour disputer cette course. Aussi quand le manceau démarcha le GRAFF RACING soutenu par l'association SO (Sarthe Objectif) 24, dont le cœur ne bat que pour la course des 24H, inutile de dire que tout le monde applaudit des deux mains pour le retour du champion local parmi les siens. GRAFF est un habitué du MANS avec pas moins de 14 participations aux 24H et son proto LMP2 ORECA, a fini second de sa catégorie en 2018.C'est dire le sérieux de l'entreprise. Début mars, l'affaire est officialisée et l'équipage complet annoncé. Aux côtes de Seb, Tristan GOMMENDY et Vincent CAPILLAIRE. Tout baigne sauf que quelques jours plus tard, ce maudit COVID, met tout par terre et qu'il va falloir repartir de zéro à commencer pour l'organisation même de cette 88ème édition des 24H.

                Prévue initialement les 13 et 14 juin, la course sera de multiples fois reportée et finalement se disputera les 19 et 20 septembre à huis clos. Une date particulièrement tardive où la lumière du jour est bien moins durable en septembre. Entre temps GRAFF et SO24 peu certains, compte tenu des circonstances, de la venue de BOURDAIS, avait fait appel à d'autres pilotes, si bien que notre héros se retrouvait sans volant. Heureusement RISI COMPETIZIONE, l'équipe américaine qui avait décroché une invitation ACO grâce à sa victoire GT LM, au PETIT LE MANS, souhaitait l'honorer et était à la recherche de pilotes expérimentés pour conduire sa FERRARI 488 GTE soit la même voiture victorieuse qu'en 2019 avec AF CORSE. Qui mieux que BOURDAIS pour ça? L'affaire fut vite conclue et je ne sais si Sébastien est à l'origine de la venue à ses côtés de ses compatriotes Olivier PLA et Jules GOUNON, mais voilà un équipage qui ne manque pas de charme pour nous autres gaulois ( j'ai pas dit réfractaires... mais presque...).Pour compléter ce côté franchouillard, bien qu'américaine, RISI COMPETIZIONE avait voulu magnifier la déco de sa FERRARI en la faisant parer par des étudiants français en art, d'un galon tricolore censé représenter le costume de nos chers immortels de l'académie française. Comme quoi le sport auto n'est pas si éloigné des hautes sphères de notre culture....

                Voilà comment quelques semaines avant les 24H, notre Seb s'est retrouvé dans le fief de l'équipe à HOUSTON pour procéder à une prise en main de sa monture en vue de ses 14èmes 24H. A ce titre je vous propose une petite vidéo sympa en français, entre Giuseppe RISI (et son accent savoureux) et notre héros dans les ateliers américains, juste après cette prise en main. https://www.youtube.com/watch?v=mIXGDR0Beyo

                En concourant en GTE, inutile de dire que Sébastien et ses comparses, ne visent nullement la victoire générale, mais bien celle réservée à cette seule catégorie. Or les prétendants sont nombreux et même si FORD-CORVETTE et BMW ne sont plus là , il reste quand même ASTON MARTIN, PORSCHE mais aussi d'autres FERRARI 488 à commencer par les deux AF CORSE (plus ou moins officielles) et celle également américaine de WATHERTECH qui sont les véritables challengers de celle de notre héros qui porte le dossard 82. Pour notre trio tricolore, à défaut cette année d'essais préliminaires, les séances officielles concentrées sur deux jours seulement, constituaient en tout et pour tout une véritable prise en main d'une voiture parfaitement inconnue pour les trois à l'inverse de l'ensemble de leurs adversaires totalement aguerris à leur monture (le galop de Seb à HOUSTON s'étant déroulé sur un circuit inconnu et sous une pluie battante). Dans ces conditions le dernier temps de la catégorie, tout en étant performant, n'avait rien de surprenant. L'annulation de tous les chronos suite à une erreur de manipulation des mécanos américains peu habitués aux subtilités du règlement ACO, en soulevant l'auto dans le parc fermé, ne changea donc rien à sa position de lanterne rouge de la catégorie.

                Il en faudrait plus pour décourager notre héros et ses comparses particulièrement blindés pour affronter les deux tours d'horloge. Mais leur course, bien que brillante puisque achevée à la 4ème position ( 23ème au général) et second meilleur représentant du Cavallino Rampante, n'apporta pas toutes les satisfactions escomptées. Autant le dire tout de suite, à aucun moment la N°82 ne pu se mêler à la bagarre pour la victoire GTE, qui s'est résumée à un long duel ASTON-AF CORSE dont PORSCHE et les deux FERRARI américaines furent totalement exclues. Sa 4ème place tient donc plus de la régularité que de la performance pure et même du miracle puisque à 1 tour de la fin, elle n'était que 5ème. A l'inverse des PORSCHE ainsi que de la FERRARI WATHERTECH, qui connurent de multiples vicissitudes les retardant ou les éliminant, mise à part une petite incursion sans conséquence de Seb dans un bac à graviers au milieu de la nuit, la belle italienne N°82, ne connu aucun gros pépin et grimpa même jusqu'à la 3ème place GTE juste avant l'incident décrit au dessus pour retomber 5ème. Il fallu que dans le dernier tour une des FERRARI AF CORSE tombe en panne de boite de vitesses et ne puisse franchir la ligne d'arrivée, pour que notre trio français soit classé 4ème. Au final pour Sébastien, une édition qui tenait plus de sa volonté affichée de participer à la messe annuelle des 24H, que d'y briller à tout prix. De ce coté au moins mission accomplie.

                GOUNON-PLA-BOURDAIS même masqué, l'équipage tricolore de la N°82 a fière allure


                La FERRARI RISI dans son costume d'académicien



                Le ramage ne vaudra pas le plumage...dommage!



                 

                Commentaire


                • Désolé, cmtarga, pas de contribution pour 2020 car absent ...
                  Accro depuis le 12 Avril 1970

                  Commentaire


                  • Puisque j'y pense, un papier sur Bourdais qu'on va revoir cette année au MANS en LMP 2, un peu grâce à sa rencontre avec RIZI COMPETITION en 2020.


                    https://www.ouest-france.fr/sport/24...7-6c239fe68028


                    Un podium ? allez savoir....
                    Vous aimez les 24 heures, le polar, le suspens, la pop music, la 2è guerre mondiale, la poésie ? c'est ici!
                    www.l-oree.org

                    Commentaire


                    • DSC_9301.JPG

                      DSC_7767.JPG

                      DSC_5935.JPG

                      DSC_8854.JPG
                      Avant c'était mieux

                      Commentaire


                      • Belle source d'inspiration cette FERRARI "académicienne" Merci CAMERAT

                        De retour du MANS une très bonne nouvelle attendait Sébastien, son come back à l'INDY CAR. On se souvient qu'en début d'année, il était prévu que Seb dispute 4 courses pour le compte d'AJ FOYT. Bien entendu le COVID là aussi a tout annulé, d'autant que les prestations prévues se situaient en plein début de la pandémie. Tout comme l'IMSA, l'INDY CAR a repris au début de l'été et à ce jour, 11 épreuves ont été disputées. L'équipe texane n'y a que partiellement participé avec Dalton KELLET et Charlie KIMBALL sans grand résultat. Disposant d'un troisième châssis et désireux malgré tout de conserver BOURDAIS sous ses couleurs, le quadruple vainqueur INDY s'est mis en chasse d'un gros sponsor et a réussi à convaincre une multinationale de la communication ROKIT, non seulement de financer la fin de saison du français, même sil elle n'apparaît pas encore sur la carrosserie de la DALLARA N°14, mais également la totalité de la campagne 2021. Revoilà donc notre héros remis en selle pour les 3 dernières courses de la saison.

                        Le calendrier a bien évidemment été profondément chamboulé, multipliant les épreuves sur le même tracé, ce qui est le cas pour la rentrée de Seb avec le routier d'INDIANAPOLIS où vont se courir deux courses en 24 heures. La première le voit s'élancer d'une très modeste 16ème place sur la grille et une remise en route difficile. Dès le 20ème tour il est déjà à un tour et stagne eu queue de peloton. Il faut dire que d'entrée, il est pénalisé, son push to pass ne fonctionnant pas et en plus un mauvais premier pit stop l'a repoussé là. La suite de la course ne sera qu'une long chevauchée qui le voyait passer la ligne à une triste 21ème place. Pas très encourageant surtout avec une seconde course dès le lendemain.

                        Les qualifications de celle-ci s'avéraient encore plus catastrophiques que la veille en ne décrochant que la 21ème position. Inutile de dire que partie de là, sa course ne pouvait avoir de piment, qu'à la condition d'une stratégie complètement décalée animée par de multiples drapeaux jaunes. Or tel ne fut pas le cas. Tout comme la veille, aucune neutralisation n'est intervenue et les espoirs de notre héros, à défaut de performance de sa voiture, furent vite vaincus. Résultat encore une bien piètre 18ème place finale. Heureusement l'ultime étape aura lieu à domicile dans les rues de St PETERSBURG , un tracé qui a souvent souri à Sébastien.

                        image uploader

                        Commentaire


                        • Avant cela il reste encore trois courses IMSA dont l'antépénultième du championnat est cette fois PETIT LE MANS. Conscient de ses piètres dernières prestations, le portugais Joao BARBOSA a décidé de mettre un terme à sa carrière de pilote professionnel et est remplacé sur la CADILLAC N°5 pour seconder le duo habituel des courses de longue haleine BOURDAIS-DUVAL, par Tristan VAUTIER qui devient le coéquipier attitré de Sébastien, soit à nouveau un équipage 100% tricolore dans une équipe américaine. Comme quoi nos coqs français sont appréciés outre atlantique. Malgré tout et une nouvelle fois, ceux-ci sont largement devancés aux qualifications par toutes les LM DP sauf la seconde voiture JDC MILLER soit la 7ème place en grille. Dire que la victoire s'est jouée à un souffle n'est pas peu dire. Imaginez que les 4 premiers ont passé la ligne d'arrivée en moins de 4 secondes ce qui donne une idée de l'intensité finale de ce duel qui a duré pendant 10 heures. Bien sûr les esprits chagrins diront que cet écart minimaliste n'est dû qu'aux neutralisations qui resserrent artificiellement les positions, mais quand même, quel suspens! Parmi ce quatuor final, figuraient les deux PENSKE ACURA mais aussi la CADILLAC de WAYNE TAYLOR et celle de notre trio qui ne s'en laissa pas compter, même si c'est elle qui profita le mieux des circonstances de course. Rendez-vous compte, à 20 minutes de la fin, la N°5 n'était que 5ème et à un tour des leaders comprenant les ACURA et les deux CADILLAC, WHELEN et TAYLOR qui n'avaient cessé pendant les 9 heures précédentes de se battre roue contre roue. Inutile de dire qu'à ce moment, les chances de notre trio étaient réduites à néant .Oui mais voilà à force de jouer avec les limites, la WHELEN partit dans le décors provoquant un drapeau jaune, pain béni pour Seb et ses comparses et permettant à VAUTIER au volant, de gagner un rang et surtout de revenir dans le tour des leaders et dans leurs roues. On s'attend donc à une terrible empoignade pour les 5 dernières minutes mais malheureusement au "vert" un accrochage entre GT neutralise définitivement la course jusqu'au drapeau à damiers qui s'abaisse devant la CADILLAC SAMPLING pour une nouvelle 4ème place. Sans cette dernière neutralisation qui sait ce qu'aurait été le résultat...mais avec des Si...



                          15 jours plus tard avant dernière épreuve IMSA, avant l'ultime manche que seront en cette année confuse, les 12H de SEBRING. C'est LAGUNA SECA qui en est le théâtre pour une course de 100 minutes.5ème sur la grille de départ le duo BOURDAIS-VAUTIER est en position cette fois pour réaliser une bonne prestation. VAUTIER réussit un excellent départ gagnant une place et pour la première fois depuis bien longtemps, c'est la CADILLAC N°5 qui est la meilleure représentante de la marque derrière les 2 ACURA PENSKE et une MAZDA. Malheureusement ce ne sera que feu de paille. La seconde MAZDA, puis les 2 autres CADILLAC prenant rapidement le dessus sur celle du duo français retombée à son habituelle 7ème place. Elle était toujours à cette place à mi course quand Sébastien prit le relais et le restera jusqu'au drapeau à damiers et qui plus est à 1 tour du vainqueur. Les espérances nées des qualifications se sont bien vite envolées. Hélas !

                          Commentaire


                          • La semaine suivante Sébastien court à domicile dans les rues de St PETERSBURG. Cette course prévue en ouverture du championnat INDY CAR en sera en fait la conclusion. Notre héros y retrouve sa DALLARA N°14 en espérant une prestation meilleure que les précédentes. Une très bonne 7ème position sur la grille laisse augurer le meilleur. Mais la course de Seb va en fait être calquée sur celle de Marco ANDRETTI. Non que le petit fils de Mario soit la référence absolue, mais simplement qu'en finissant devant lui, l'équipe de AJ s'assurait la 22ème place du classement des teams et le million de dollars à la clef. Tel était l'objectif assigné à notre héros, mais celui-ci allait faire beaucoup mieux.
                            Il fait une chaleur écrasante au moment du départ que Sébastien réussit parfaitement en conservant sa place malgré les attaques incisives de NEWGARDEN qui dispute la couronne à DIXON large leader du championnat, aussi l'américain se doit de gagner pour espérer décrocher le titre. Seb va résister jusqu'à son premier stop où l'équipe PENSKE permettra à son poulain de devancer le français. Reparti 15ème, il remonte vite 9ème et est intercalé entre les deux prétendants au titre. Un peu avant la mi course, Sébastien effectue son second pit stop sous drapeau jaune et repart 16ème (ANDRETTI toujours derrière). Puis une série de "jaunes" permettent à ANDRETTI de passer devant BOURDAIS qui a du mal lors des relances. Nous sommes au 55ème tour des 100 à accomplir et les deux occupent respectivement les 12 et 14ème positions. Dernier pit sop, l'américain précède toujours nettement le français ( 14ème et 18ème).Il reste 25 tours et pour une fois SATO va venir au secours de Seb en accrochant la DALLARA de Marco qui est éliminé. Suite à cet incident et d'autres, ainsi que des ravitaillements de dernière minute, voilà Sébastien 7ème alors que la pluie fait son apparition. Au restart il force quelque peu le passage sur PAGENAUD, le voilà 6ème et les péripéties de cette course folle ne sont pas finies. Le pace car tombe en panne d'essence lors du dernier "jaune" à 15 tours du but alors que la brève ondée a cessé. NEWGARDEN est leader mais DIXON 4ème est toujours champion. A la relance Seb double le rookie PALOU, il est 5ème. Puis HERTA commet une faute, tire droit et DIXON et Seb passent. Il est maintenant 4ème et le restera jusqu'au bout. Ouf ! NEWGARDEN vainqueur n'empêche pas DIXON d'être titré pour la 6ème fois. Quant à BOURDAIS et son équipe, voilà de beaux espoirs pour 2021 avec le fameux million en poche....



                             

                            Commentaire


                            • Cette saison chaotique qui a quand même vu Sébastien disputer 12 épreuves en moins de 6 mois, s'achève donc par les 12 heures de SEBRING, elles aussi courues à une date très inhabituelle. Seb y retrouve ses deux comparses DUVAL et VAUTIER et la CADILLAC MUSTANG SAMPLING N°5. Les essais se passent au mieux pour eux, en réussissant un excellent 4ème temps derrière les deux ACURA PENSKE et la CADILLAC WAYNE TAYLOR intercalée, mais devant les 2 MAZDA et surtout la CADILLAC WHELEN, qu'elle devance aux essais pour la toute première fois. Voilà qui est de bon augure. C'est Sébastien qui est au départ. Peut être mal réveillé, il se fait immédiatement dépassé par la MAZDA de TINCKNELL, mais comme la TAYLOR subit une pénalité, il retrouve immédiatement sa 4ème place. Un premier ravitaillement éclair lui permet de pointer second. On n'a pas atteint la première heure que déjà une PENSKE est au tapis. La N°5 est toujours seconde derrière la PENSKE rescapée, lorsque notre héros cède le volant à VAUTIER après 2 heures de course. Celui-ci va mettre un peu de temps à se mettre dans le rythme, si bien que lorsqu'il cède à son tour le volant à DUVAL, leur CADILLAC n'est plus que 4ème. DUVAL aura aussi un début de relais difficile dont profite une MAZDA, voilà la N°5 5ème. Peu avant la mi course c'est la CADILLAC TAYLOR qui est victime de problèmes, laissant l'ACURA PENSKE, les 2 MAZDA et les deux CADILLAC WHELEN et MUSTANG en découdre. Tout le monde roule roue dans roue au gré des ravitaillements et neutralisations. BOURDAIS reprend alors le volant en 3ème position et ne va pas tarder à pointer en tête quand l'ACURA et une MAZDA qui le précédaient ravitaillent. Il va le rester pratiquement tout son relais avant que VAUTIER ne lui succède de nouveau. Il reste 1/4 de la course et rien n'est fait, même si la CADILLAC N°5 pointe le plus souvent en tête mais avec toujours le même quatuor à ses trousses. A 2 heures de la fin DUVAL assure le relais alors que la WHELEN est en difficultés, si bien qu'il reste le seul représentant de la GM pour la victoire. Les deux MAZDA semblent mieux apprécier la fraîcheur de la nuit d'automne floridienne, aussi elles se détachent irrésistiblement de la N°5 de notre héros qui assure le dernier relais. On s'achemine donc vers une 3ème place finale pour notre trio, quand la transmission fait des siennes, le faisant reculer à la 5ème place à 2 tours de la MAZDA vainqueur. Un nouveau podium loupé de peu.

                              Commentaire


                              • 2021

                                Malgré les conditions sanitaires encore précaires, les 24H de DAYTONA ouvrent la saison avec tout d'abord le ROAR en vue de la classique floridienne. Sébastien y retrouve ses comparses habituels pour cette nouvelle saison d'endurance IMSA, Tristan VAUTIER et Loïc DUVAL. Si ce n'est que cette année, lui est là pour les courses de longue haleine, son programme prioritaire étant à nouveau l'INDY CAR. Quant à la CADILLAC MUSTANG SAMPLING elle reste dans sa traditionnelle configuration, l'IMSA ne se distinguant pas par ses nouveautés techniques. Côté concurrence, PENSKE n'est plus officiellement engagée et a vendu ses ACURA protos aux équipes WAYNE TAYLOR ( qui ne représente donc plus CADILLAC) et MEYER SHANK qui ainsi grimpe dans la hiérarchie après avoir longtemps représenté le constructeur nippon en GT. MAZDA n'a plus qu'une auto alors qu'au contraire, ACTION EXPRESS engage à nouveau deux CADILLAC DPI, la traditionnelle WHELEN et une seconde au volant de laquelle on trouve Jimmy JOHNSON fraîchement retraité de la NASCAR et ponctuellement Simon PAGENAUD. Mais la nouveauté de cette année, est constituée par le retour de Chip GANASSI qui est présent également avec une CADILLAC DPI sur laquelle il faudra assurément compter, avec à son volant Kevin MAGNUSSEN venu directement de la F1.

                                Les essais se passent au mieux, la CADILLAC de notre héros, toujours flanquée de son N°5, signe un très bon 3ème temps derrière la WHELEN et la MAZDA, mais devant les ACURA et la GANASSI débutante. En fait DUVAL, qui assure le premier relais, sera second sur la grille, la MAZDA étant d'entrée retardée. Il maintient sa position en résistant aux ACURA mais ne peut suivre le train de la WHELEN qui s'avère la plus rapide. Quand il cède son volant à VAUTIER après 2H30 de course, la CADILLAC N°5 est toujours là, se bagarrant avec ses sœurs, les ACURA étant légèrement distancées. La nuit tombe sur DAYTONA et celle-ci semble profiter à la N°5 qui pointe le plus souvent en tête même si c'est de peu devant ses adversaires. C'est à cette position que BOURDAIS assure son premier relais après 4 heures de course. Puis les problèmes arrivent pour la N°5. On entame la 7ème heure quand elle écope une pénalité pour un ravitaillement non conforme, qui la fait reculer au 7ème rang. Alors que s'achève la 9ème heure, VAUTIER au volant est victime d'un accrochage entre deux GT qui viennent s'encastrer dans la CADILLAC. Résultat de gros dégâts qui imposent un très long arrêt qui coûtera près de 50 tours de retard et toute prétention de bon classement. Elle finira par abandonner au petit matin.


                                 

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X