Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Sébastien BOURDAIS

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • C'est le joli circuit champêtre de BARBER qui accueille la 4ème manche du championnat INDY CAR. Sébastien et sa DALLARA N°18 toujours en forme, signe sur une piste sèche, un excellent 3ème temps des qualifications derrière les PENSKE de NEWGARDEN et POWER. Sauf que lendemain c'est la pluie qui attend les 23 concurrents. Pas d'hésitation quant au choix des pneus. Full wet pour tout le monde vu la quantité d'eau sur la piste. Compte tenu de sa position sur la grille, Seb bénéficie encore d'un semblant de visibilité, mais derrière c'est le brouillard intégral. Chacun prend ses marques au départ et réussit à conserver sa place. De ce fait et de manière surprenante vu les conditions, aucun incident n'est à noter avant le 11ème tour et le premier drapeau jaune. Au restart POWER second, part en aquaplaning ce qui fait que BOURDAIS gagne un rang. La pluie s'intensifiant les officiels arrêtent la course qui ne repartira que le lendemain. Notre héros est donc second à la reprise sous un ciel gris mais une piste sèche. On est reparti pour une heure de course et chez DALE COYNE on ne vise qu'un arrêt pour aller au bout. Sébastien en conséquence tout en préservant sa seconde place, laisse filer NEWGARDEN qui lui est parti pour deux arrêts. Quand celui-ci stoppe, le manceau récupère la tête. Il reste encore plus d'une demie heure de course et le ciel s'assombrit de plus en plus. BOURDAIS effectue son ravitaillement sans problème et NEWGARDEN reprend la tête mais lui va encore s'arrêter. C'est alors que les premières gouttes se mettent à tomber. NEWGARDEN profite de son ravitaillement pour monter les pneus pluie alors que BOURDAIS à nouveau leader continue en slicks alors que la pluie s'intensifie. Sébastien héroïque reste en piste espérant une éclaircie mais celle-ci n'arriva jamais, aussi est-ce la mort dans l'âme qu'il est contraint de s'arrêter à son tour pour monter les pneus pluie à 5 minutes de la fin et redescend à la 5ème place finale. Trois courses successives qui auraient pu se transformer en autant de victoires et que seule la poisse l'en a privé. Petite consolation, notre héros est toujours dans le trio de tête au championnat.



    La course suivante c'est le GP d'INDIANAPOLIS sur le routier. Inutile de dire que c'est certainement avec un pincement au cœur que Seb franchit les portes du temple. La dernière fois qu'il y est venu, il en est reparti en ambulance direction l'hôpital. Cela n'a pas l'air de trop le perturber puisqu'au terme des qualifications, il décroche à nouveau une belle 3ème place cette fois derrière POWER et WICKENS toujours aussi incisif pour un rookie. Malgré tout, le canadien s'inclinera au premier freinage face au français qui est donc second. Deux tours plus tard, l'ordre sera inversé et Sébastien se retrouvera comme d'habitue leader quand les deux premiers le précéderont pour leur pit stop. Il faut signaler que BOURDAIS est le seul de tous les pilotes a avoir mené dans les cinq courses déjà disputées. Une fois la première salve de ravitaillements passée, il retrouve sa 3ème place. La seconde salve ne change rien et la course tourne à la procession, les trois premiers POWER, WICKENS et BOURDAIS étant chacun séparé de 4 à 5 secondes. Seul le manceau va un peu animer cette phase de la course grâce à NEWGARDEN dans ses roues. Celui-ci tente plusieurs attaques aux quelles le français résiste à l'américain qui voulant trop en faire finit par partir en tête à queue provoquant un ultime drapeau jaune. Tout le monde stoppe et Seb y perd une place au profit de DIXON pour finir malgré tout à une bonne 4ème place de bon augure à la veille des 500 Miles.

    Commentaire


    • Nous y voilà et les diverses séances préparatoires à cette 102ème édition des 500 Miles d'INDIANAPOLIS, puis les premières qualifications se sont déroulées au mieux même si la météo n'a pas aidé notre héros mais qui réussit sans problème à sa qualifier dans le top ten ( 9ème) ouvrant droit à la chasse à la pole. Bien sûr sa sérénité n'était pas totale, il nous raconte:" "C'était une bonne performance. Très conservateur, évidemment, je le devais en quelque sorte à moi-même, à ma femme, à tout le monde dans l'équipe. Beaucoup de choses me sont passées par la tête. Nous étions de retour et ce n'était pas une journée facile, mais les gars ont fait un excellent travail et la voiture était assez forte. Les conditions étaient un peu délicates. Juste avant que nous soyons censés sortir, il a plu. Puis il a fait chaud. Vous passez de 80 degrés de température de piste à 105, six à huit degrés de plus de température ambiante. C'était difficile de trouver les bons réglages avec des conditions qui changeaient si vite, mais nous avions la bonne quantité d'appui. La voiture était assez solide, alors je suis très heureux de cette performance". Le lendemain c'est la pole que vise notre Seb, mais il devra se contenter de la cinquième place ce qui fait de lui malgré tout à la fois le meilleur représentant HONDA mais aussi sa meilleure qualification aux 500 Miles.

      Sébastien démarre donc au milieu de la seconde ligne entre NEWGARDEN et PIGOT et il grille la politesse à ces deux comparses pour se retrouver 4ème. Très vite NEWGARDEN le repasse et notre héros maintient sans problème sa position pendant les 30 premiers tours puis il commence à économiser du carburant car, comme à son habitude, il joue l'attentisme pour voir venir. Premier drapeau jaune au 50ème tour et ravitaillement général, BOURDAIS repart 12ème. Le manceau continue sa stratégie en perdant des places mais en économisant. Il est 15ème mais est leader juste avant la mi course étant un des derniers à ravitailler . Il repart 20ème et le scénario se reproduit puisque Seb est à nouveau leader pour 2 tours juste avant son 3ème stop au 130ème tour. La stratégie est parfaite et devrait lui permettre de ravitailler en final plus vite que les autres, oui mais voilà les meilleurs plans son souvent déjoués. A peine Sébastien reprenait la piste qu'en suivant de trop près ROSSI, sa DALLARA N°18 déventée perdait tout appui et s'en allait dans une série de toupies finir contre le mur sans gravité pour son pilote mais pas pour la machine. Une nouvelle fois les 500 MILES se refusaient à notre héros, voilà son explication "La voiture était bonne même si au restart je me suis fait surprendre et je n'ai pas été assez agressif. J'essayais de rattraper le terrain perdu. Le relais précédent était vraiment bon. Quand j'ai quitté les stands, j'ai essayé de passer devant Rossi à la sortie du troisième virage en restant à l'intérieur et de faire le dépassement. La voiture a été déchargée et j'ai essayé de rattraper le sous-virage mais l'avant a décroché. C'étaient vraiment délicat aujourd'hui avec la chaleur, l'appui était vraiment faible et il était très difficile d'être calé. Je suis juste déçu pour les gars de l'équipe qui ont travaillé si dur tout le mois et nous avons assurément perdu une chance de marquer des points précieux au championnat".


       

      Commentaire


      • Le double-header de DETROIT qui avait valu en 2016 à Sébastien une mémorable performance en remportant la course N°1 allait cette fois être nettement moins favorable. Tout d'abord sa qualification pour la première course allait être gâchée par un autre concurrent le reléguant à une misérable 17ème place sur la grille alors que la veille il avait été le plus rapide. Sa course elle pouvait se résumer en une longue et pénible remontée jusqu'à la 13ème place finale, sa DALLARA souffrant d'une tenue de route aléatoire et d'une usure de pneus anormale. Pour la seconde course ce fut pire tout au moins quant au résultat final qui s'acheva à la 21ème place mais cela ne reflète pas du tout la performance de Sébastien qui fut exceptionnelle si on excepte sa bévue qui l'amena à ce très modeste classement. Une nouvelle fois mal qualifié sous la pluie (16ème), sous le soleil revenu et une fois que le vrai départ ait été donné suite à la bévue du pace car qui termina sa course dans le mur, Seb fut pris dans un turbin au premier tour entraînant une crevaison et un arrêt prématuré le renvoyant dans les dernières positions. Devant tant d'infortunes, notre héros piqué au vif et cette fois avec une voiture équilibrée, allait se lancer dans une folle course poursuite. Grâce à la fois à un ravitaillement retardé au maximum mais surtout au prix de dépassements osés, il remontait en 30 tours de la 20ème à la 4ème place. Mais à ce rythme la marge d'erreur est ténue. Malheureusement celle-ci se produisit à l'orée de la mi course lorsque Seb effleura un mur ce qui provoqua la casse d'une suspension arrière et une jolie frayeur lors d'un magistral tête à queue heureusement sur une partie dégagée lui permettant de revenir aux stands. La longue réparation fit perdre 3 tours à la DALLARA N°18 ce qui lui valu la dernière place du classement. A sa descente de voiture BOURDAIS s'en voulait terriblement de son erreur, mais il est clair qu'avec une meilleure qualification on s'évite bien des problèmes.

        image share

        Et la leçon va être retenue à l'occasion de la 9ème manche du championnat disputée sur le super speedway de TEXAS en y décrochant une belle 5ème place sur la grille. Malgré un départ donné au soleil couchant, la chaleur est encore intense ce qui n'est pas sans conséquence sur le niveau d'adhérence des monoplaces et d'usure des pneus, d'où une course achée par la multiplication des arrêts aux stands. Or ceci ne va pas être sans conséquence sur la course de Sébastien. Un premier stop relativement tôt contrairement à ses habitudes et un maintien en pneus durs. Un second peu avant la mi course et un troisième à 80 tours de la fin qui va coûter cher à notre héros alors 4ème, car effectué sous drapeau vert. A peine reparti des stands en 12ème position qu'un "jaune" est de sortie ce dont profite évidemment tous ceux qui le précèdent pour ravitailler à leur tour. Séb compte alors 2 tours de retard et tout espoir s'est envolé. Il effectuera bien une belle remontée qui l'amènera à la 8ème place finale et lui permet de grappiller quelques points au championnat où il demeure dans le top 10 malgré tout. Maintenant place au MANS et l'espoir affiché de renouveler la victoire GT de 2016.

        Commentaire


        • LE MANS



          Ce n'est pas avec l'esprit serein que l'armada FORD débarque dans la Sarthe pour sa 3ème participation avec la FORD GT. La brillante victoire de 2016 est lointaine et plus que la défaite de 2017, ce sont les derniers résultats enregistrés qui ne sont guères réconfortants. Aux essais préliminaires auxquels notre héros n'a pas participé, les américaines ont été nettement distancées par les PORSCHE. A cela et comme toujours une explication; la fameuse BOP qui ne leur est guère favorable. Le législateur estimant que la FORD est trop proche d'un proto à l'inverse d'une FERRARI 488,d'une CORVETTE ou des nouvelles venues ASTON MARTIN et BMW, entend la pénaliser. Reste le cas PORSCHE qui avec sa nouvelle 911 RSR a su, tout en conservant l'aspect traditionnel de son coupé, introduire une profonde modification en plaçant le 6 cylindres au centre et non plus en porte à faux .Or la firme de Stuttgart elle, n'a pas subi le même handicap que la FORD malgré cette modification qui pourtant en fait aussi un proto déguisé. Cette longue introduction me parait nécessaire pour expliquer le contexte particulier de cette course et même son déroulement. Autant le dire tout de suite celle-ci se résume à une confrontation FORD v/s PORSCHE. Les CORVETTE, ASTON MARTIN et BMW furent rapidement retardées ou éliminées. Les FERRARI firent illusion pendant les premières heures mais à leur tour lâchèrent prise. Restaient donc face à face les deux protagonistes dans un rythme équivalent. Les deux marques étaient à égalité en nombre, comptant chacune 4 voitures, mais l'une comme l'autre virent leur réelle représentation pour la victoire diminuée de moitié. C'est donc à mi course une bagarre à 4 qui s'installa définitivement pour la plus haute marche du podium GTE. Côté allemand les trios ESTRE-VANTHOOR-CHRISTENSEN ( sur le cochon rose) et BRUNI-LIETZ- MAKOWIECKI. De l'autre PRIAULX-TINCKNELL-KANAAN sur la N°67 et notre traditionnel trio BOURDAIS-MULLER-HAND sur la N°68 qui se révéla, une fois de plus, le plus performant pour l'ovale bleu. La 67 par la faute d'un réservoir mal rempli, s'obligea à un ravitaillement supplémentaire qui l'élimina de la course à la victoire dont elle aurait été de toute façon exclue, du fait d'une pénalité due à un temps de pilotage insuffisant de KANAAN. A l'inverse le "cochon rose" du trio ESTRE-VANTHOOR-CHRISTENSEN s'assura d'un avantage décisif et définitif à l'occasion de l'une des multiples interventions du safety car, qui bloqua l'autre 911 et la FORD de notre héros dans les stands alors que jusque là rien n'était fait entre les 3. C'est donc au niveau de la seconde place que la bagarre finale se joua jusque dans les tous derniers moments de la course et quelle bagarre. Pendant près de 2 heures MAKOWIECKI et BOURDAIS allaient s'affronter dans un duel épique qui enthousiasma spectateurs et téléspectateurs mais dont la sportivité ne fut pas toujours de mise au grand désarroi de Sébastien qui, il faut bien le reconnaître, fut un peu mauvais joueur constatant sa défaite et sa 3ème place finale. Pour vous donner un petit aperçu de ce fameux duel ici: https://www.dailymotion.com/video/x7y9v4l. Et la réaction désabusée de notre héros à sa descente de voiture https://www.youtube.com/watch?v=UrSzJTY0YbM.


          Dernière modification par CMTARGA, 26 avril 2022, 08h35.

          Commentaire


          • Petite contribution : Journée test

            34741142_1723975921021024_1154002436206100480_o.jpg
            Accro depuis le 12 Avril 1970

            Commentaire


            • Près du réceptif Ford.
               

              Commentaire


              • Pas beaucoup de temps pour faire des recherches actuellement, désolé...

                DSC_1272camerat.jpg

                DSC_8395camerat.jpg
                Avant c'était mieux

                Commentaire


                • Merci les amis c'est modeste mais ça fait du bien...TONTON une petite précision, BOURDAIS n'était pas à la journée test car il courait au TEXAS...

                  On poursuit aujourd'hui et comme vous avez été sages vous en avez 3

                  Retour aux USA et l'INDY CAR avec le beau tracé de ROAD AMERICA à ELKHART LAKE. Sébastien bien remis de ses émotions mancelles, y signe un bon sixième temps des qualifications même si il est un peu déçu de ne pas avoir fait mieux, sa voiture valant selon lui un top 3. La course malheureusement allait lui apporter une plus grande déconvenue encore. Son début d'épreuve se passe sans problème suivant allégrement les leaders en 5ème position et capable de faire mieux lorsque brutalement au 9ème des 55 tours prévus, il perdit momentanément l'usage de toute sa boite de vitesses. Arrivé en roue libre aux stands un simple reset redonne vie à sa boite mais dans l'affaire presque un tour est perdu et il est à l'avant dernière position. Comme d'habitude le manceau ne se laisse pas abattre et repart le couteau entre les dents en espérant qu'un drapeau jaune salvateur lui permettra de revenir à sa place. Celui-ci n'arriva jamais. Pour autant, Seb y a cru jusqu'au bout en attaquant au maximum tout en économisant du carburant comme seul lui sait le faire. Grâce à ce pilotage extrême, il est remonté à la 13ème place, une bien piètre consolation au vu de sa performance du jour et de ses espoirs.



                  Pour son retour sur un ovale celui de l'IOWA, l'équipe DALE COYNE pouvait être confiante compte tenu des performances de sa voiture sur ce type de tracé depuis le début de saison. Sébastien n'avait-il pas décroché la pole à PHOENIX et ses qualifications à INDIANAPOLIS comme à TEXAS avait été bonne ? Oui mais voilà, ici il partait avec un sérieux handicap n'ayant pu à l'inverse des autres procéder à des essais préparatifs du fait d'une météo capricieuse. Comme d'habitude le manceau s'attela à la tache et même si il progressa entre la séance d'essais et la qualification ce n'est qu'une 15ème place en grille qui l'attendait. Dans ces conditions et sur ce type de tracé en partant d'aussi loin il n'y a qu'une chose à faire, attendre que cela se décante. Seb mit en pratique cette traditionnelle technique même si d'entrée il gagna 2 places. A son premier stop des ajustements judicieux améliorent sensiblement sa DALLARA si bien qu'il peut plus attaquer remontant petit à petit pour finir à la porte du top 10 en 11ème position qui lui permet encore de se maintenir tout juste dans les 10 premiers du championnat.



                  TORONTO fut dans le passé une piste qui réussit assez bien à notre Seb. 2018 malgré (ou à cause) d'un changement de déco de sa DALLARA N°18 marquera au contraire une réelle déconvenue. Tout d'abord la pluie joua en sa défaveur lors des qualifications en étant plus intense et provoquant plus d'incidents en piste au moment de ses tours rapides. Résultat une misérable 17ème position au départ. La course n'allait pas racheter cette piètre prestation qui fit dire à notre héros que son seul espoir avait été de "lancer un ave maria" pour conjurer le mauvais sort. Malheureusement cette prière s'avéra insuffisante, car après un sage départ qui lui permit de remonter jusqu'à la 11ème place avant son 1er arrêt, à peine était-il reparti des stands qu'il effectuait un tête à queue et heurtait les barrières avec son aileron arrière qu'il fallait changer. Deux tours furent nécessaires ce qui explicite la triste 19ème place finale et sa sortie du top 10 au championnat.

                    

                  Commentaire


                  • Et pan sur le bec  !! Je ferai mieux la prochaine fois, c'est promis !!!
                    Accro depuis le 12 Avril 1970

                    Commentaire


                    • Oui d'autant que si tu avais bien lu mon commentaire tu aurais dû le savoir....Donc au piquet ave un bonnet d'âne

                      Commentaire


                      • Hello ! j'ai écouté les propos de Sébastien Bourdais, déçu, limite dégouté. Ton extrait par contre est bloqué pour moi la faute à mon bloqueur de pub.
                        Mais j'ai visionné ceci et je n'ai pas l'impression d'irrégularités de la part de la Porsche, qui prend simplement LA trajectoire idéale.

                        Bourdais passe à l'aspiration mais ne peut se maintenir devant. Je me suis toujours demandé ce que Sébastien avait été faire chez FORD GT au Mans, et en plus si longtemps !
                        Il méritait au moins une LMP 2.

                        Il a eu sa chance mais 3 fois second avec Peugeot et placé honorablement avec Pesca. 

                        Bon courage pour la suite. 

                        l'extrait en question.

                        https://www.youtube.com/watch?v=UBEBY35vhU4
                        Dernière modification par can the can, 28 avril 2022, 12h55.
                        Vous aimez les 24 heures, le polar, le suspens, la pop music, la 2è guerre mondiale, la poésie ? c'est ici!
                        www.l-oree.org

                        Commentaire


                        • Retour au routier et à la déco traditionnelle de la DALLARA N°18 avec la 13ème manche du championnat à MID OHIO et le moins que l'on puisse dire c'est que ça commence très mal pour notre héros. A peine la qualification a-t-elle débuté, que Sébastien ne trouve rien de mieux que de planter sa monoplace dans les pneus l'amenant à être la lanterne rouge de la grille de départ. Voilà son commentaire:" Je n'arrive pas à m'y retrouver et je continue à me faire surprendre et à faire des erreurs. C'est très frustrant". Heureusement le lendemain il effectuait une superbe course qui lui valait la 6ème place finale mais qui ne pouvait que laisser des regrets au regard de cette terrible contre performance. Pour en arriver là, il lui en avait fallu de l'audace et de l'énergie pour passer à un à un ses adversaires sur un circuit où ce n'est pas particulièrement aisé, faisant de lui l'incontestable héros de cette course et si celle-ci avait duré encore quelques tours, il était sur le podium. Assurément Seb à signé là, la remontée de l'année, laissons le nous la raconter: "Aujourd'hui, il s'agissait de rattraper le gros gâchis d'hier. C'est triste parce que ma voiture aurait pu être gagnante avec notre rythme. Nous avions une bonne stratégie et c'était une sacrée course. Je ne pense pas que l'on puisse faire mieux que ça, passer de la 24e à la 6e place dans une lutte directe sans drapeau jaune sur une piste difficile à doubler. Évidemment, beaucoup de " si" me viennent à l'esprit, alors c'est un peu amer et sucré. Dans l'ensemble, je suis vraiment heureux de cette journée, mais très déçu pour le team en ce qui concerne le week-end. Je pense que nous aurions pu être sur le podium". Promis Sébastien , pour la prochaine pas de bévue!



                          C'est le fameux Tricky Triangle de POCONO qui accueille la manche suivante du championnat, un ovale particulier qui a souvent vu des courses ennuyeuses et dangereuses et l'édition n'a pas échappé à sa réputation. Une relative bonne qualification permet à Sébastien de s'élancer de la 8ème place sur la grille. A peine le départ était donné que la course était neutralisée pendant 6 tours, mais le pire allait survenir dès le vert revenu. HUNTER-REAY, HINCHCLIFF, FITTIPALDI, SATO et WICKENS était impliqué dans un gros crash entraînant immédiatement l'arrêt de la course. Si les quatre premiers s'en tiraient sans gros bobos, il n'en était malheureusement pas de même pour le jeune rookie canadien qui dans l'affaire perdra l'usage de ses jambes. Il fallu patienter deux heures pour remettre les barrières en état avant de redonner le feu vert. BOURDAIS pointait en 6ème position à la fin de son premier relais et était même 3ème lors de son second pit stop et à nouveau 6ème en repartant de son dernier arrêt. Il remontait de deux places pour finir 4ème au terme d'une course solide mais sans coup d'éclat comme trop souvent sur cette piste. A signaler quand même son record du tour, une performance qui n'était plus arrivé à notre héros depuis la manche de WATKINS GLEN en 2017.

                          Commentaire


                          • Pour cette avant dernière manche sur le routier de PORTLAND, la DALLARA N°18 de notre héros arborait une nouvelle livrée haute en couleur. On a vu qu'à TORONTO ce ne fut guère bénéfique, mais ici dans l'Oregon ce fut tantôt positif , tantôt négatif. Tout d'abord le négatif aux essais où Sébastien sortait violemment et endommageait sérieusement sa monture. Heureusement avant d'entamer les qualifications ses mécanos la remettait en état et lui permettait de signer compte tenu de cela, un remarquable 4ème temps de bon augure pour la course. Pourtant celle-ci démarrait mal. Pris dans un gros turbin à la chicane du départ, Seb avait son aileron avant cassé, ce qui était un moindre mal, mais il devait immédiatement repasser par les stands pour en repartir dernier tout en restant dans le tour des leaders. Dès lors sa course consistait à remonter pas à pas dans le classement. Mais à l'inverse de ce qu'il avait effectué à ELKART LAKE quelques semaines plus tôt avec une multiple dépassements, cette fois c'est essentiellement sur la stratégie que cette remontée jusqu'à la 3ème place finale allait s'opérer. Une nouvelle fois le talent de Seb pour à la fois être rapide tout en économisant du carburant, il est vrai aussi bien aidé par une série de drapeaux jaunes opportuns, lui permirent cette performance qui aurait pu être encore meilleure compte tenu qu'il finit à moins de 2 secondes des premiers. Le voilà à nouveau sur un podium ce qui ne lui était pas arrivé depuis la première manche et sa victoire à St PETERSBURG. Cerise sur le gâteau cette 3ème place lui permettait de réintégrer le top 10 du championnat.

                            upload photo

                            L'ultime manche du championnat INDY CAR 2018 se déroule sur le routier californien de SONOMA et elle voit s'opposer pour le titre DIXON face à ROSSI, qui reviendra aisément au néo-zélandais pour la cinquième fois. Pendant ce temps notre Sébastien pour la dernière, s'offre une bien modeste 11ème place aux qualifications et une bonne 6ème place finale qui vaut de l'or car cette manche de conclusion voit le double de points attribués. Grâce à cette aubaine notre héros décroche in extremis une belle 7ème place au championnat un peu heureuse au regard de ses classements tout au long de la saison où si sa vélocité ne peut être mise en doute, la fiabilité et surtout la régularité ont sérieusement fait défaut surtout en qualification pour être pleinement satisfait. Quoi qu'il en soit sa course, une nouvelle fois fut marquée par une constante remontée au classement. Dès le départ Seb gagnait 3 places et se retrouvait 8ème. Après son premier stop, il gagnait encore une position qu'il maintenait jusque dans le dernier tour où il passait le pauvre ROSSI prétendant au titre et en perdition avec des pneus à l'agonie.


                             

                            Commentaire


                            • Comme toute bonne saison américaine, avant de penser à Thanksgiving, on va à PETIT LE MANS sur le tourniquet de ROAD ATLANTA pour la finale IMSA. En y arrivant les troupes de Chip GANASSI et leur FORD GT qui ont trusté les victoires à DAYTONA, WATKINS GLEN, MOSPORT, LIME ROCK et ROAD AMERICA sont en droit d'espérer décrocher les titres à la fois constructeurs et équipe-pilotes pour l'équipage de la N°67 WESTBROOKE-BRISCOE (MULLER-HAND sur la N°66 étaient eux éliminés du jeu, dommage pour BOURDAIS leur troisième homme complémentaire). Si au terme des 10 heures de course, la mission était bien accomplie pour le titre constructeur avec les 5ème et 6ème places de la 67 devant la 66, il n'en était pas de même pour le titre équipe pilotes. En terminant 8ème seulement le duo MAGNUSSEN-GARCIA sur leur CORVETTE N°3 se l'adjugeait malgré tout, bien qu'il n'ait remporté aucune des manches, grâce à une régularité sans faille. Cette fiabilité fit sérieusement défaut à tour de rôle à chacun des équipages FORD dont le duo WESTBROOKE-BRISCOE finissait quand même second de ce championnat. La course en elle même fut comme d'habitude très serrée dans la catégorie GT LM. Chaque équipage des usines PORSCHE-BMW-CORVETTE-FORD menant à son tour. Pour la N°66 de notre héros et de ses comparses habituels HAND et MULLER, le début de course fut bon pointant régulièrement en tête avec sa sœur N°67 jusqu'à la tombée de la nuit, où les températures plus fraîches semblaient plus favorables à leurs concurrents, qui petit à petit prirent le dessus. Bien que la CORVETTE N°3 fut retardée lorsque GARCIA heurta un mur, la lente descente au classement des FORD lui permettait de s'assurer du titre équipe-pilotes au nez et à la barbe de l'équipage de la 67.

                              Commentaire


                              • PU...IN CHIP Y'EN A MARRE 

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X