Annonce

Réduire

A LIRE IMPERATIVEMENT

Suite à une décision de justice (Arrêt N°344 de la  Cour d'appel de Rennes en date du 05 décembre 2023) contestant les droits possédés par Washington Photo sur certains de ses clichés photographiques) et interdisant de les reproduire notamment sur Internet sous peine de poursuites financières, il est donc interdit de poster et donc reproduire dans nos forums (notamment le forum endurance) toute photo issue du fonds photographique de Washington Photo. La transgression de cette interdiction exposera ses auteurs à des poursuites juridiques. Nous vous demandons donc de respecter scrupuleusement cette interdiction.
Voir plus
Voir moins

Sébastien BOURDAIS

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • CMTARGA
    a répondu
    C'est sur le speedway de GATEWAY que Sébastien fait son retour pile 3 mois après son crash. Un ovale pour reprendre cela peut surprendre compte tenu de sa dernière expérience mais pour Sébastien il s'agit en plus de constater que tout est redevenu normal physiquement, d'opérer une véritable catharsis au regard de ce type de tracé. La reprise s'opère en douceur avec une 19ème position sur la grille de départ. Serait-ce la présence du français qui entraîne la précipitation des autres, toujours est-il que dès le feu vert, Seb gagne 4 positions suite aux multiples incidents. Comme à son habitude qu'il n'a pas oublié, en alliant efficacité et consommation modérée, notre héros se retrouve en tête étant le dernier à ravitailler ce qu'il fera pile au premier quart de la course. Il repart 11ème.Un drapeau jaune à mi course l'appelle à nouveau au stand et le rejette à la 15ème place. Un dernier "jaune" à 30 tours de la fin suivi d'un bon restart, l'amènent à une fort satisfaisante 10ème place finale. Pour une reprise c'est parfait avec en plus la certitude que tout va bien. Sébastien comme son équipe et ses supporters sont parfaitement rassurés. Voilà ce qu'il confiait à AUThebdo au lendemain de cette reprise

    Ce grave accident a-t-il fait évoluer votre approche de la course ?
    "On remet clairement certaines choses en perspective. Et puis, sur la piste, il faut réapprendre à dépasser certaines petites barrières. C'est une combinaison de physique, de mental et de manque de roulage. Tout est un petit peu plus difficile. On est, par exemple. un peu moins agressif sur les tours de sortie en pneus froids. Et ça va prendre un petit peu de temps pour revenir…"
    À quel point était-il important de reprendre la compétition le plus tôt possible après votre crash ?
    "Je me connais et je sais, pour m'en être mis des bonnes quand j'étais plus jeune, notamment en Formule Renault, que ça me fait perdre un peu de confiance. C'était donc capital pour moi de pouvoir passer par cette phase de transition, pour repartir l'année prochaine sans barrières mentales, pour ne plus être sur la réserve…"



    Deux courses restent à disputer toutes deux sur circuit routier. D'abord WATKINS GLEN. On se souvient que l'année dernière pour les retrouvailles de l'INDY CAR avec ce tracé historique, Sébastien avait loupé le coche, après avoir signer le 3ème chrono des essais, il s'était loupé au départ et avait ruiné sa course. Qu'en sera-t-il cette année après son accident, pour son premier circuit routier autrement plus contraignant physiquement qu'un ovale? Première réponse avec le 9ème temps des qualifications. Le jour de la course, il a plu toute la matinée et Sébastien s'est avéré le plus rapide au warm up sur la piste humide. Elle l'est encore au moment du départ. Tout le monde part en pneus pluie mais dès la fin du premier tour, tous rentrent pour monter des slicks. BOURDAIS pointe alors à la 12ème place. Ses deux arrêts sous drapeau jaune au 15ème et 30ème tour se passent sans encombre et lui permettent de se maintenir sans problème en milieu de peloton. Mais à l'occasion de son dernier stop sous drapeau vert, il repart dans les roues de NEWGARDEN qui se loupe à la sortie des stands et que Seb ne peut éviter endommageant une suspension avant. Il ne repart que 15ème et sa tenue de route dégradée lui fait encore perdre deux positions pour ne finir que 17ème.



     

    Laisser un commentaire:


  • CMTARGA
    a répondu
    Mais le pire est à venir. Les traditionnelles multiples séances préparatoires aux 500 MILES s'entament dès le lendemain de cette seconde déconvenue. La première semaine se passe sans encombre et Sébastien pointe parmi les plus rapides. Cette fois tout le monde en est certain. Il a une chance d'emporter la mythique épreuve américaine disposant enfin du matériel adéquat. Puis arrive les qualifications disputées traditionnellement le samedi de la semaine précédant la course. Ces qualifications focalisent d'autant plus les médias qu'y participe pour la première fois le double champion du monde Fernando ALONSO. Un violent orage s'abat sur le speedway le matin retardant les départ de ces qualifs et modifiant l'adhérence de la piste. Est-ce la raison qui allait provoquer la catastrophe dont Sébastien va être victime dès son premier tour lancé. Laissons le nous raconter la suite.

    "Tout s'est passé extrêmement rapidement. Je prends une virgule du train arrière, la voiture se redresse, je tape le mur, je suis toujours à fond parce que je pensais que j'allais la sauver. Je tape le mur à 326 kilomètres heure. C'est très vite, quand on le voit de l'extérieur, mais à l'intérieur. L'accident a fini par me rattraper. C'est le genre d'impact où le pourcentage de survie est assez faible"
    On apprendra plus tard que l'impacte subie par le pilote était de 118G. Victime de fractures du bassin et d'une fracture de la hanche droite , on peut malgré tout dire que BOURDAIS est un miraculé. Il est rapidement transféré vers l’Hôpital Indiana University Health Methodist où il est immédiatement opéré et très vite on est rassuré sur son sort même si bien évidemment, la suite de sa saison est fort compromise. Commence alors pour notre héros un tout autre combat celui sans pitié de la rééducation pour revenir le plus vite possible. A la fois pour se rassurer mais aussi pour ne pas se faire trop vite oublier. Bien entendu l'équipe DALE COYNE annonce que dès que le manceau sera prêt, il retrouvera sa DALLARA N°18. Il témoigne de cette période douloureuse.
    "Je ne m'étais jamais blessé auparavant. J'ai eu de gros accidents par le passé, mais aucun où j'ai dû aller à l'hôpital et ensuite avoir une période d'inactivité, tout était donc nouveau pour moi", explique-t-il, avant de revenir sur les premiers jours suivant le crash, où la convalescence a pu débuter.
    "Il y a toujours la période après-crash où tout le monde essaie d'analyser la situation. Une fois que j'ai su que des choses étaient cassées, mais rien qui ne pouvait être réparé après quelques temps, je n'étais pas très inquiet. Il y a le crash, puis la douleur, vient ensuite l'analyse et vous vous dites 'ça ne va pas être plaisant, mais on va y arriver'".
    Après une double opération sur sa hanche et son bassin, le Français quitte l'hôpital quatre jours après l'accident, et n'a pas tardé à débuter sa rééducation dans un centre spécialisé en Floride, où il réside. Il s'y rend alors trois fois par jour, pour tenter dans un premier temps de conserver de la masse musculaire, le temps que les os se reconstruisent.
    "J'avais des côtes cassées, donc les béquilles n'étaient pas idéales pour ma mobilité. Dès le début j'ai réfléchi à traiter la blessure de la meilleure et la plus intelligente des manières. Ma femme détestait me voir utiliser un fauteuil roulant, mais je devais marcher pendant 15 minutes avec les béquilles pour aller au centre de rééducation, alors que ça n'en prenait que trois avec le fauteuil, et j'y allais trois fois par jour. Ce n'était pas très plaisant, mais il faut être pragmatique à cet instant." ( ndlr on reconnaît bien l'âme du pilote "aller à l'essentiel sans perdre de temps")
    "J'ai essayé de suivre les instruction du mieux que je pouvais, surtout au tout début, quand les os étaient en reconstruction. J'ai essayé d'écouter ce que les médecins me disaient, car j'avais toujours l'idée d'un retour en tête, parce qu'on en avait parlé. Ce n'était pas une question de juste dire 'je vais faire la dernière course'."
    "À l'époque, on restait à l'hôpital un mois avec les blessures que j'avais, et là j'étais sorti au bout de quatre jours. Mettant cela en perspective, j'ai essayé d'être prudent, mais une fois que j'ai eu le feu vert et que tout était assez solide en cas de nouveau choc, il n'y avait pas de raison de louper la fin de la saison."

    Et effectivement à la fin du mois de juillet, donc juste deux mois après l'accident, Sébastien reprenait le volant pour une séance d'essais à MID OHIO où il déclarait:

    "Aux essais, le plus grand problème était la nuque. J'ai dû étirer un muscle, donc je ne pouvais pas piloter sans beaucoup de rembourrage au niveau de l'appui-tête, mais à part ça, tout allait bien. Le test s'est suffisamment bien passé pour que je n'y réfléchisse pas à deux fois lorsque j'ai reçu l'autorisation de reprendre la compétition deux semaines plus tard."
    Voilà pour conclure cette période malheureuse de la carrière de Sébastien avant qu'il ne retrouve le chemin des circuits, je préciserai tout d'abord qu'il a manqué 9 manches du championnat INDY CAR ainsi que les 24H du MANS où sa FORD N°66 ne finit que 3ème de la catégorie GTE au volant de laquelle son remplaçant était Tony KANAAN. Par ailleurs je ne mettrai aucune photographie de l'accident, mais si vous souhaitez vous rendre compte de la violence du choc vous trouverez sans difficulté de multiples vidéos. Je préfère mettre ici une photo de Seb et de son équipe venu lui rendre visite à l'hôpital ainsi que des clichés de son test de reprise à MID OHIO

    Laisser un commentaire:


  • CMTARGA
    a répondu
    A partir de là, la chance va brutalement abandonner Sébastien. Elle qui lui avait permis de l'emporter miraculeusement à St PETERSBURG, puis d'enlever une brillante seconde place à LONG BEACH et même une bonne 8ème à BARBER va se volatiliser. Tout commence sur le petit ovale de PHOENIX. Après une qualification correcte au 10ème rang de la grille, dès le départ ALESHIN part en travers sous le nez de la DALLARA N°18 du français et l'expédie directement dans le mur. La course de Seb n'aura duré qu'une centaine de mètres. 15 jours plus tard nous sommes à INDIANAPOLIS, sur le routier qui inaugure le mois INDY. Une bonne 6ème place sur la grille laisse tous les espoirs de reprendre la tête du championnat perdue dans l'Arizona. Malheureusement après avoir brillamment bataillé au départ avec PAGENAUD et ROSSI dès l'entame du 4ème tour son moteur rend l'âme.

    Laisser un commentaire:


  • CMTARGA
    a répondu
    La CANETTE bien amère...Mais était-ce du Champagne??? De toute manière ils ont bien fait d'en profiter...

    Laisser un commentaire:


  • can the can
    a répondu
    BOURDAIS bien entouré: sourire forcé des filles, champagne gâché. 

    Laisser un commentaire:


  • CMTARGA
    a répondu
    Profitons en ...car ça ne va pas durer 

    Inutile de dire que c'est le moral gonflé à bloc que le DALE COYNE RACING et son pilote débarque à LONG BEACH pour la seconde manche du championnat. Sur un tracé relativement proche du précédent et avec maintenant la certitude que le package HONDA n'est plus à la traîne comme l'ont démontré les performances de l'ensemble des teams équipés nippon, tous les espoirs sont donc permis. Les qualifications pour Sébastien sont ni bonnes ni mauvaises, avec le 12ème temps. Il est clair qu'en vélocité pure, sa machine n'est pas encore au top mais la course allait à nouveau confirmer tout son potentiel. A nouveau, un turbin au départ entraîne immédiatement un drapeau jaune. Seb se jette dans les stands et en repart 20ème chaussé de "durs" et réservoir à ras bord. Bien entendu au fur et à mesure des arrêts de ses concurrents, il remonte au classement pour se retrouver leader au 30ème tour. Quand il rentre aux boxes pour prendre des "tendres", l'arrêt ne se passe pas au mieux et il reprend la piste en 11ème position mais il est clair que le manceau est sur une stratégie à deux stops seulement. Comme lors de la première salve de ravitaillements, il se retrouve à nouveau leader à 30 tours du but et quand il stoppe pour la seconde fois tout se passe bien et repart cette fois 7ème. Il remonte rapidement à la 3ème place au moment où un nouveau drapeau jaune intervient à 15 tours de la fin. Celui-ci s'éternisant, il permet à HINCHCLIFFE et HUNTER REAY qui précèdent encore notre héros de sauver du carburant et comme en plus des attardés sont intercalés devant lui il a le plus grand mal à recoller aux deux leaders. HUNTER REAY tombera en panne d'essence sur le circuit neutralisant la fin de course, ce qui permet à HINCHCLIFFE de devancer sur le fil Sébastien second. Encore un super résultat qui aurait pu être encore meilleur si les circonstances de fin de course avaient été plus favorables. Au soir de cette seconde épreuve, Sébastien mène le championnat avec 19 points d'avance. Voilà qui ne lui était pas arrivé depuis la belle époque du CHAMP CAR.



    Que réserve la troisième manche disputée cette fois sur le tracé naturel et champêtre de BARBER. Sébastien et sa DALLARA N°18 vont-ils confirmer sur un type de piste bien différent que ceux de ce début de saison? Une douzième place en qualification apporte un début de réponse mais notre héros n'est-il pas parti d'encore plus loin avec un triomphe à la clef ? Un départ prudent, une premier stop au 20ème tour d'où il repart 13ème en brûlant la politesse à SATO avec lequel il bagarrait depuis le départ. Second arrêt à mi course et il retrouve sa 12ème place. Une belle bagarre oppose alors le manceau à Tony KANAAN qui s'échangent plusieurs fois leur position .Un dernier drapeau jaune n'y mettra pas fin , les deux en ayant profité pour ravitailler simultanément. Mais finalement le brésilien conservera l'avantage et notre Seb cette fois devra se contenter d'une modeste 8ème place finale qui lui permet, malgré tout de conserver la tête du championnat.

    Laisser un commentaire:


  • ferrari p4
    a répondu
    Bonjour, chauvin comme je suis, cvela me fait très plaisir de lire ces mots; VIVE LA FRANCE :!!!!!!!!!!!!!!!! Et oui, je fais toujours le coq mais je ne règne plus sur la basse-cour, sûrement l'âge. Bonne continuation pour la narration de Seb.

    Laisser un commentaire:


  • CMTARGA
    a répondu
    Et nous voilà à la veille d'une autre aventure pour les débuts de sa nouvelle collaboration avec l'équipe DALE COYNE RACING. Comme de coutume des séances d'essais officielles ont été organisées en fin d'année 2016 à GATEAWAY, puis en début d'année à SEBRING. Au terme de ces essais Sébastien a confié ses premières impressions.

    "Nous avons perdu quelques gars, donc il nous manque un peu de personnel et on essaie d'implémenter de nouvelles choses. Craig et Olivier ont bien sûr travaillé dur pour essayer d'améliorer ce qu'ils ont. Mais opérationnellement, je dirais que les choses vont très bien. Nous avons un très bon groupe de mécaniciens, et maintenant il faut simplement prendre le temps de tout mettre en place et sous contrôle. Mais pour l'instant ça va déjà bien et je suis assez content de tout ce qui se passe. Avec le moteur, tout est différent par rapport au Chevrolet, les sensations, le temps de réponse. Mais j'étais assez agréablement surpris. Ce côté du package semble extrêmement fort, et il y a beaucoup de choses positives que j'apprécie personnellement. Du côté du châssis et de l'aéro, c'est toujours difficile de juger jusqu'à ce que vous vous confrontiez à quelqu'un. Et vous devez toujours être prudent par rapport à ce que vous apprenez à Sebring car la piste gagne toujours énormément de grip. Il n'y avait pas tant de voitures que ça, quatre autres mardi, trois autres mercredi, donc la piste n'a pas gagné tant de grip que ça. Tant qu'il n'y a pas un niveau de grip de folie, Sebring est le meilleur circuit routier pour représenter un circuit urbain. Espérons ne pas avoir été dans la mauvaise direction..."

    Assurément non Sébastien. La réponse, il va l'avoir dès la première des 17 manches prévues du Championnat INDY CAR 2017 dans les rues de St PETERSBURG. C'est une magnifique victoire qui allait sanctionner les retrouvailles de notre héros avec l'équipe de son retour aux USA. Pourtant pas grand monde aurait miser sur un tel résultat en voyant le manceau ne s'élancer que de la 21ème et dernière place de la grille. Dès le départ un turbin élimine 3 concurrents et comme certains en profitent pour s'arrêter immédiatement sous drapeau jaune, voilà notre Seb déjà 12ème. Il s'arrête à son tour au 25ème tour et une fois que tout le monde aura ravitaillé, il est toujours 12ème. Nouveau "jaune" au 35ème tour et nouvelle valse dans les stands sauf pour PAGENAUD et BOURDAIS qui sont alors leaders. Deux tours plus tard et sans vergogne, le manceau double le poitevin champion en titre. Les deux s'arrêtent ensemble pile à la mi course et repartent dans le même ordre en 2ème et 3ème position derrière SATO qui va devoir à son tour stopper et leur permettre de retrouver le leadership. Cet incroyable retournement de situation pour Sébastien et à un degré moindre pour Simon, s'explique par le fait que l'un et l'autre ont monté les pneus tendes au bon moment leur donnant un net avantage sur leurs concurrents. La fin de course va être épique entre les deux frenchies. L'écart entre eux ne dépassant jamais les 3 secondes et à la surprise générale la modeste DALE COYNE résiste parfaitement à la PENSKE championne. Le dernier pit stop ne changera rien et c'est en vainqueur surprise mais dominateur, que notre Sébastien achève sa première course INDY 2017, empochant au passage sa 5ème victoire de la catégorie. Un doublé tricolore pour entamer la saison ...VIVE LA FRANCE!


     

    Laisser un commentaire:


  • can the can
    a répondu
    Envoyé par CMTARGA Voir le message
    A moins que ce soit l'inverse.....

    si c'est dans la continuité, la Ferrari étant derrière la photo d'avant, c'est effectivement la Ferrari qui double la Ford, et gégé est content, c'est le principal ! 

    Laisser un commentaire:


  • ferrari p4
    a répondu
    RE, HA? Peut-être mais ça me surprend............................... Non, je blague, c'est plus fort que moi. Et encore merci pour ce reportage.

    Laisser un commentaire:


  • CMTARGA
    a répondu
    A moins que ce soit l'inverse.....

    Laisser un commentaire:


  • ferrari p4
    a répondu
    Bonjour, merci CM Targa pour la photo montrant la Ferrari Risi en train de doubler la Ford de Sébastien !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! !!!!

    Laisser un commentaire:


  • CMTARGA
    a répondu
    2017

    L'année 2017 de Sébastien ne pouvait pas mieux débuter que par la victoire aux 24 H de DAYTONA en catégorie GTLM de sa FORD GT toujours partagée avec le duo MULLER-HAND. Une victoire d'autant plus belle qu'elle fut arrachée au terme d'un âpre combat qui dura pendant toute l'épreuve. Le résultat final en démontre toute son intensité. Les 7 premiers après 24H de course, se tenant tous dans le même tour avec des écarts infimes et parmi ceux-ci 4 des 5 marques représentées, seule BMW n'y figurant pas. Comme en 2016 en plus de la marque bavaroise, PORSCHE-CORVETTE-FERRARI et FORD étaient bien présents sur la grille de départ dont la FORD N°66 de BOURDAIS était déjà le leader. La lutte fut intense entre tous les compétiteurs, les premières places s'échangeant au gré des faits de course et des ravitaillements avec un ingrédient supplémentaire, la pluie qui s'invita pendant une grande partie de l'épreuve. A une demie heure de la fin rien n'était fait et il fallu un dépassement osé et musclé de Dirk MULLER sur la FERRARI de CALADO ( tiens encore une fois) pour que notre trio favori s'impose avec seulement 2 secondes d'avance sur l'italienne. Une fois la ligne d'arrivée franchie, Sébastien laissait éclater sa joie pour ce second triomphe dans le double tour d'horloge floridien après sa victoire absolue en 2014.

    « C’est une des plus anciennes courses d’endurance que tout le monde a besoin de gagner ou de perdre, et pour être honnête avec vous, nous n’avons rien fait, aucune erreur, ni au Mans ni ici, et cela a juste payé, Comme Joey Hand l’a dit, la voiture est en un seul morceau, et n’a pas une égratignure. Nous ne sommes pas retournés au garage, nous n’avons pas fait d’arrêts imprévus aux stands ou quelque chose du genre. Pour être honnête avec vous, Dirk a tout réussi à la fin. C’est toujours ainsi à Daytona. Tout ce qui se passe pendant 23 heures et demie n’a presque pas d’importance. Tout se joue à partir du dernier drapeau jaune. Vous savez, nous avons quitté ce dernier pit stop en troisième position, ce qui ne nous a pas plu, et oui, il a dû passer la Ferrari, la Corvette, et avec toute la pression, il est allé au bout. Je ne peux pas être plus heureux, pour Ford, pour tout le monde impliqué dans les courses chez Ganassi. C’est une autre grande réalisation, et j’en attends encore beaucoup plus. »

    image share

    Les 12 Heures de SEBRING furent un peu moins favorables. Déjà devancée aux essais par sa sœur N°67, la 66 du trio BOURDAIS-MULLER-HAND dû cette fois s'incliner face à la CORVETTE de GARCIA-ROCKENFELLER-MAGNUSSEN. Tout comme à DAYTONA, la lutte fut intense tout au long de l'épreuve et le classement final s'établit plus sur les stratégies de ravitaillement que sur une réelle différence de performances tant les écarts furent insignifiants comme le traduit à nouveau le résultat final. La CORVETTE devançant la FORD de 6 secondes seulement. La N°66 figura pendant toute la course dans les toutes premières places démontant à nouveau que l'équipage composé de notre héros et de ses deux compères, était bien le fer de lance l'équipe FORD GANASSI. De bon augure pour renouveler leur victoire au MANS, prochaine participation de Sébastien à cette aventure.

    Laisser un commentaire:


  • CMTARGA
    a répondu
    Pour Sébastien se pose maintenant la question du choix de l'équipe. Mais si il existe bien maintenant une conviction bien ancrée chez lui, c'est bien celle de la nécessité d'une équipe immédiatement structurée avec les bonnes personnes au bon endroit et ne plus compter, comme c'était le cas précédemment sur leur venue éventuelle et progressive en cours de route. Pour ce faire Seb va avoir un interlocuteur privilégié qui depuis longtemps attend le retour de l'enfant prodige dans son équipe et cet homme c'est Dale COYNE. On se souvient que lors de son retour aux USA en 2011, c'est ce même Dale COYNE qui l'avait accueilli dans son équipe et lui avait permis de disputer les manches routières du championnat INDY certes sans grand résultat tangible à l'époque. Oui mais voilà cette fois Sébastien n'est plus l'invité mais bien le pilote désiré et quand celui-ci exigea la présence de ses deux ingénieurs préférés Olivier BOISSON et Craig HAMPSON ainsi que pas mal d'anciens de NEWMAN HASS de la belle époque, le patron américain accepta sans hésitation. Je vous livre ci-dessous les impressions de notre champion à l'orée de cette nouvelle collaboration.
    "J'en avais vraiment marre de ne pas savoir ce qui allait se passer chaque hiver. Ce fut pareille tous les ans. Tout semblait aller puis à la fin de l'année ça n'allait plus. On me disait au fait on n'a plus de fric, alors l'équipe explosait. C'est frustrant de tenter de monter un projet et de le voir capoter au dernier moment. Je préfère piloter pour une petit équipe qui ne connaît qu'une chose aller de l'avant. Je pense qu'entre Penske, Ganassi et Andretti, le niveau s'élève partout. La compétition devient vraiment féroce. Vous avez besoin de tous les outils pour pouvoir, en tant que pilote, réaliser ce que vous voulez faire, c'est-à-dire être en tête et gagner des courses. En ce qui me concerne, je n'ai pas vraiment vu de meilleure opportunité que de retrouver Dale. Je crois vraiment que Dale apporte beaucoup notamment la constance qui nous a manqué chez KVSH. Je ne peux que faire confiance à Dale pour que nous ayons tout ce dont nous avons besoin pour aller de l'avant. Cela signifie-t-il que nous sommes une équipe de pointe ? Bien sûr que non. Nous serons toujours en train de construire l'équipe et d'essayer d'évaluer où sont nos forces et nos faiblesses. Je ne veux pas vraiment faire de déclaration définitive. Je fais confiance à toutes les personnes impliquées pour donner le meilleur d'elles-mêmes, et je ferai de même. Je suis très confiant, nous pouvons faire quelque chose de vraiment intéressant. Une équipe d’une telle qualité, je n’en ai pas connu depuis mon époque en Champ Car. Désormais, on dispose des outils pour les choses bien. C’est motivant et excitant. Pour ce qui concerne le moteur, globalement, on a vu des Honda se battre devant à tout moment de la saison. Chevrolet a l’avantage de la puissance partout, mais en faisant du bon boulot, on peut compenser."



    En attendant la saison 2016 n'est pas tout à fait achevée pour Sébastien, il lui reste à disputer avec ses comparses habituels Joey HAND et Dirk MULLER, PETIT LE MANS sur le sympathique tracé de ROAD ATLANTA au volant de la FORD GT N°66. Notre trio ne réussit que le 4ème temps des essais, précédé par la voiture sœur N°67 de DIXON-BRISCOE-WESTBROOK en pole des GTLM, par une CORVETTE et une FERRARI. La course va se résumer en un long duel entre la FERRARI RISI COMPETITION de FISCICHELLA-VILANDER-CALADO et la FORD de notre trio, la 67 ayant été rapidement retardée par un souci de turbo. Jusqu'à une heure de l'arrivée rien n'était fait, la FERRARI et la FORD s'échangeant la première place au gré des ravitaillements. Puis la FORD perdit du terrain à cause d'un barre anti-roulis cassée, qui la pénalisa du fait d'une tenue de route rendue aléatoire pour finir à la deuxième place GT de justesse devant la CORVETTE de GAVIN. Cela dit, le bilan FORD pour ce premier exercice est convainquant avec avant tout la victoires GT au MANS ainsi qu'à WATKINS GLEN et LAGUNA SECA. Même si les titres WEC GTE et IMSA GTLM ne sont pas encore venus couronner la belle américaine. En 2017 avec l'aide de Sébastien?

    Laisser un commentaire:


  • RB29
    a répondu
    It's the Hamburger & French Fry Show from Long Beach where Sebastien Bourdais went from pole to last and back to first to score a major win for Cadillac and ...


    IMSA: Saturday Long Beach 2022 Hamburger and French Fry Show

     

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X