Annonce

Réduire
Aucune annonce.

1973 Carnet d'un Passionné

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • 8 AVRIL
    INTERNATIONAL TROPHY F1



    L'International Trophy traditionnellement organisé par le club britannique des pilotes (BRDC) sur le circuit de SILVERSTONE avait perdu cette année le soutient du quotidien londonien le DAILY EXPRESS. Peu importe la coutume des courses F1 hors championnat n'était pas encore révolue et le gratin des équipes F1 espérait bien prendre sa revanche de la ROC qui, comme on l'a vu, avait consacré la F5000 de GETHIN. Pour autant ce n'était pas gagné car d'une part le tracé sur l'ancien aérodrome était à priori moins défavorable que celui de BRANDS HATCH aux lourdes F5000, mais qui plus est, justement l'écart de poids en faveur des F1 avait été nettement diminué du fait de l'introduction des structures déformables obligatoires autour des réservoirs applicables depuis le 1er avril. Cette modification en dehors de cet aspect concurrentiel entre les deux catégories de monoplaces avait aussi pour effet d'imposer les nouvelles F1 pour l'ensemble du plateau présent. A ce titre comme pour la ROC, FERRARI brillait par son absence bien trop absorbée à finaliser sa nouvelle B3 dont les débuts sont prévus à Barcelone à la fin du mois. Même constat pour BRABHAM qui après avoir perdu sa nouvelle BT42 dans l'accident de WATSON à la ROC, mettait les bouchées double pour construire deux nouveaux exemplaires pour l'Espagne. Chez BRM REGAZZONI effectuait sa rentrée aux côtés de LAUDA et SCHUPPAN, STEWART était le seul représentant de TYRRELL tout comme GANLEY pour ISO, tous les autres team F1 (LOTUS- McLAREN-SURTEES-SHADOW) avaient répondus présent avec leur contingent habituel soit un total de 13 F1 face à 16 F5000 dont GETHIN et sa CHEVRON était absent (?)

    Les essais disputés dans un froid glacial avaient rassuré les équipes F1, puisque 6 d'entre elles occupaient les premières lignes de la grille avec dans un ordre bien ordonné les 2 LOTUS de FITTIAPLDI et PETERSON, la TYRRELL de STEWART, les 2 McLAREN de REVSON et HULME et enfin la SURTEES de PACE. La première F5000, la LOLA de David HOBBS était donc 7ème précédent les BRM de REGAZZONI et LAUDA. Le dimanche il fait encore plus froid et même quelques flocons de neige ont recouvert le paddock mais la piste est sèche au moment du départ qui voit FITTIPALDI disparaître d'entrée (embrayage). Pendant ce temps PETERSON et STEWART se sont envolés laissant rapidement à distance derrière eux le groupe composé de HULME-REVSON-REGAZZONI et LAUDA, les 2 BRM ayant pris le dessus sur la F5000 de HOBBS. Les SURTEES seront vites accablés de soucis et seront retardés ou disparaîtront alors que chez SHADOW seul FOLLMER survivra pour être la moins bien classée des F1 à l'arrivée permettant aux F5000 d'intégrer le top 10. En tête la bataille fait rage entre PETERSON et STEWART et si ce dernier prend le dessus sur le suédois, il part aussi tôt à la faute le faisant rétrograder derrière LAUDA. L'écossais, pas découragé, repart à l'attaque et remonte peu a peu au point qu'à 10 tours de la fin il est revenu dans les roues de la LOTUS de tête . Au tour suivant une bourrasque de neige s'abat sur le virage BECKETTS, SCHUPPAN et deux F5000 y entament un pas de deux au moment où PETERSON débouche, qui pour les éviter mord dans l'herbe, et à son tour fait une pirouette. Le temps de relancer sa machine, la TYRRELL prévenue par les drapeaux est passée sans encombre et la LOTUS reprend la piste en seconde position. Ce n'est pas encore aujourd'hui que Ronnie gagnera sa première course F1.
    Les Mc LAREN qui occupaient solidement les 3èmes et 4èmes places, sont toutes deux victimes de soucis mécaniques et en fin de course devront laisser passer la BRM de REGAZZONI qui pour sa rentrée monte sur la troisième marche du podium. REVSON franchit avec difficultés la ligne d'arrivée en 4ème position devant LAUDA, HULME lui ayant finalement abandonné, FOLLMER est 6ème et c'est Gijs VAN LENNEP 7ème qui est le mieux classé des F5000 devant BELSO tous deux sur des LOLA alors que HOBBS après avoir longtemps été leur leader a été contraint à l'abandon moteur cassé.

    Départ PETERSON précède STEWART HULME REGAZZONI et REVSON mal parti


    STEWART (qui passe devant la LOTUS abandonnée d'Emmo) n' a pas ménagé sa TYRRELL pour finalement s'imposer


    La pirouette fatale de Ronnie PETERSON. Il a beau être suédois, la neige et la F1 ne vont guère ensemble


    Bonne rentrée pour REGAZZONI 3ème


    David HOBBS meilleur F5000 aux essais malchanceux en course


    Van LENNEP ( LOLA) hérite de la victoire F5000


    La TYRRELL du vainqueur...il était temps que la course s'arrête....


     

    Commentaire


    • Voilà qui va peut être rappelé des souvenirs à certains qu'il serait sympa de nous faire partager....Moi je n'ai le souvenir que d'une retransmission ( très partielle ) à la télé

      15 AVRIL

      1000 KM DIJON




      Tout comme FERRARI a eu sa deuxième course italienne sur le tourniquet de VALLELUNGA, MATRA a obtenu l'organisation de la sienne sur le "petit" DIJON PRENOIS inaugurée il y a un an et encore dépourvu de sa boucle nord. La belle mais chaude victoire des bleus en Italie méritait une confirmation sur le sol natal mais FERRARI ne l'entendait pas de cette oreille même si cette dernière avait ramené la voilure a seulement deux 312 PB le duo SCHENKEN-REUTEMANN étant privé du séjour bourguignon. Les deux protagonistes du championnat était donc a égalité du nombre CEVERT-BELTOISE et PESCAROLO-LARROUSSE sur les MATRA 670, ICKX-REDMAN et MERZARIO-PACE sur les FERRARI 312PB. Il y avait aussi les deux MIRAGE de BELL-GANLEY et de HAILWWOD toujours flanqué de SCHUPPAN, WATSON étant encore indisponible. La LOLA T 282 de LAFOSSE-WISELL pointait également présente et était cette fois épaulée de la T280 de 1972 du JOLLY CLUB pour le duo italien PIANTA-PICA et d'une autre engagée par Daniel ROUVEYRAND pour lui même et François MIGAULT. Enfin pour clore le chapitre protos 3 litres, l'inusable PORSCHE 908/3 de JOEST-CASONI emmenait deux autres 908 peu compétitives. LIGIER engageait lui une JS2 pour lui-même et rien moins que Jean-Pierre JARIER, l'homme en forme du moment. Le coupé vichyssois toujours dans la catégorie protos faute d'homologation mais dont les performances devaient être comparées à celles des GT notamment de l'unique PORSCHE CARRERA du MARTINI RACING de MULLER-VAN LENNEP qui recevait le renfort de celle engagée par les frères KREMER pour FITZPATRICK-KELLER. A noter la présence en GT d'une DE TOMASO PANTERA engagée par l'importateur français pour le duo VINATIER-CHASSEUIL. Mais l'intérêt de cette épreuve résidait dans la présence des protos 2 litres habituellement concurrents du championnat d'Europe dont nous avons vu l'uniformisation de la réglementation avec le championnat du Monde. Ainsi était présentes à DIJON, la très belle LOLA de Guy EDWARDS épaulé par l'américain Jim BUSBY qui avait troqué son CHEVY VEGA pour un classique FORD, mais aussi la CHEVRON du duo espagnol DE BRAGATION-JUNCADELLA. Malgré cela le plateau était un peu faiblard puisque seulement 19 concurrents s'alignaient sur la grille suite aux essais.

      Des essais qui allaient voir la domination MATRA et la déroute FERRARI. CEVERT signait nettement le meilleur temps devant PESCA et ce n'était pas une "rosso" qui pointait 3ème, mais bien la MIRAGE de HAILWOOD qui précédait la première FERRARI celle de MERZARIO devant celle de ICKX. De toute évidence les 312 PB manquaient d'efficacité dans les grandes courbes, la spécialité locale. La seconde MIRAGE précédait non pas un proto 3 litres mais bien la LOLA 2 litres d'EDWARDS qui faisait ainsi mieux que sa grande soeur. La LIGIER se classait nettement devant la PORSCHE MARTINI ce qui était de bon augure.

      Le fait marquant de cette course allait être incontestablement la mésentente des deux beaux frères BELTOISE-CEVERT qui va favoriser la victoire du duo PESCAROLO-LARROUSSE. Avant d'en arriver là, au départ les MATRA boys conservant leur place de grille mettent immédiatement une valise à leurs concurrents emmenés d'abord par PACE qui a sauté HAILWOOD qui reprendra crânement sa place dès le 6ème tour. Le leadership des bleus est pourtant fragile du fait de leurs pneus trop dures inadaptés à la température glaciale entraînant un gros sousvirage et une usure prématurée. PESCA, pour ménager ses pneus ralentit le rythme, pas CEVERT ce qui va le contraindre à un long arrêt prématuré à l'occasion du quel il fait modifier l'incidence de l'aileron arrière pour obtenir du survirage. PESCA est donc seul en tête devant HAILWOOD et ICKX qui a doublé PACE. BELL sur la seconde MIRAGE s'emparera momentanément de la tête lors du premier ravitaillement de ces derniers à l'issue desquels le classement reprendra sa physionomie logique, LARROUSSE menant devant les FERRARI ( ravitaillement plus long chez MIRAGE) et CEVERT décalé, en pleine attaque qui n'a pas encore passé le relais à BELTOISE. Lorsque celui-ci prend le volant, CEVERT lui-même modifie encore l'aileron arrière au grand désarroi de DUCAROUGE et au grand mécontentement de BELTOISE qui va trouver sa 670 ainsi inconduisible et qui le dira vertement à son beauf...Celui-ci n'en a cure et quand plus tard il reprendra le manche, leur MATRA ne sera que 6ème. Entre temps REDMAN étant victime d'une crevaison chute à la 4ème place obligeant ICKX à son tour à cravacher. Devant le duo PESCA-LARROUSSE mène tranquillement sa course devant les FERRARI et les MIRAGE qui s'échangent leurs places au gré des ravitaillements. Après la mi course la MATRA des beaux frères est à nouveau retardée par une bougie cassée ce qui fait que définitivement et malgré les efforts de CEVERT qui battra et rebattra le record du tour, elle ne finira que 3ème. Les FERRARI dans l'incapacité de contrer les MATRA devant se contenter de la seconde place de ICKX-REDMAN et de la 4ème de MERZARIO-PACE. Quant aux MIRAGE qui n'ont pas démérité, seule celle de HAILWOOD-SCHUPPAN franchit la ligne d'arrivée en 5ème position. Les deux litres, brillantes aux essais, ne firent qu'illusion en course disparaissant rapidement. La LIGIER devançait les PORSCHE lorsque son moteur cassa si bien que celles-ci finissent respectivement aux 9ème ( MARTINI) et 10ème rangs ( KREMER) juste derrière les LOLA de LAFOSSE-WISELL et du JOLLY CLUB qui montrèrent l'une et l'autre leur faiblesse.

      Départ CEVERT et PESCAROLO mènent la danse


      Les FERRARI nettement dominées


      Les MIRAGE n'ont pas démérité


      CEVERT au réglage, DUCAROUGE "vas-y mollo", BELTOISE patiente ou s'impatiente


      Et de deux pour le duo PESCAROLO-LARROUSSE cette fois sans 3ème larron


      La LOLA de LAFOSSE-WISELL y'a du boulot....


      Les PORSCHE CARRERA RS fiables et performantes


      La LIGIER en progrès manque la fiabilité


      Les deux litres performantes mais peu fiables sur une telle distance





       

      Commentaire


      • Plutôt que d'asperger bêtement ses amis et supporters, comme cela se fait déjà depuis quelques années (merci Dan Gurney...), Pesca préfère leur offrir délicatement une petite (...!) coupe de Moët et Chandon.

        Commentaire


        • Les interviews de Larousse et Pescarolo, après la chronique de l'incontournable Tommy Franklin:
          (à partir de 26:00):
          https://www.ina.fr/audio/PHF08004600

          PS : Pesca dit qu'ils avaient des pneus trop tendres (pas trop durs). 

          Commentaire


          • Envoyé par indy12 Voir le message
            Les interviews de Larousse et Pescarolo, après la chronique de l'incontournable Tommy Franklin:
            (à partir de 26:00):
            https://www.ina.fr/audio/PHF08004600

            PS : Pesca dit qu'ils avaient des pneus trop tendres (pas trop durs). 
            Merci INDY un complément fort plaisant qui ne peut que rappeler notre jeunesse et permet de corriger les erreurs de Monsieur CROMBAC 

            Commentaire


            • 20 partants à cette course on doit pouvoir trouver une photo de chaque. Je m'y mets.
              Avant c'était mieux

              Commentaire








































              • Avant c'était mieux

                Commentaire


                • Commentaire


                  • 19-24 AVRIL
                    SAFARI RALLY



                    De par sa spécificité le SAFARI RALLY, 4ème manche du Championnat du Monde en rebute plus d'un et l'année 1973 ne fait pas exception. Point de Berlinette, ni FULVIA ou 124 ABARTH au départ de Nairobi. Seul protagoniste régulier présent, FORD qui n'a pas hésité à engager 4 Escort RS spécialement équipées pour les pistes africaines où on retrouve à leur volant les habituels MAKINEN-MIKKOLA et Roger CLARK auxquels est venu s'adjoindre le local Vic PRESTON. Mais si il faut désigner un favori autant aller le chercher vers ceux qui font de ce marathon sur routes ouvertes l'objectif N°1 et à ce titre DATSUN et PEUGEOT en sont incontestablement les premiers intéressés du fait des qualités de leur monture plus adaptées à l'endurance qu'à la performance pure. Le constructeur français fait confiance à la seule 504 injection dont il aligne pas moins de 5 exemplaires avec pour équipage vedette le duo ANDERSSON-TODT, les 4 autres berlines étant confiées, comme habituellement pour la marque de Sochaux, à des locaux d'où émerge l'ancien vainqueur Bert SHANKLAND. Côté nippon on n'a pas mis tous ses œufs dans le même panier. Trois coupés 240Z sont alignés pour Rauno AALTONEN, le local Shektar METHA et le duo vainqueur de 1970 HERRMANN-SCHULLER. Deux berlines 1800SS sont confiés au suédois KALLSTROM et au britannique FALL sans parler des autos privés, DATSUN étant la marque la plus représentée fort de ses victoires précédentes. Enfin PORSCHE fait sa réapparition officielle, à l'occasion du SAFARI. Fort de ses résultats depuis 1970 ( cf mon carnet) où systématiquement une 911 aurait pu l'emporter, la marque de Stuttgart aligne son coupé et 1973 ne fait pas exception, WALDEGAARD et le polonais ZASADA assurant cette continuité.

                    La première étape mène les concurrents de NAIROBI à MOMBASSA et relatives surprises les ESCORT pointent en tête CLARK devant MIKKOLA, suivent WALDEGAARD et AALTONEN. La première PEUGEOT (ANDERSSON) n'est que 8ème preuve qu'on patiente chez les français, en attendant les sérieuses embûches. Les concurrents filent vers DAR ES SALAM et c'est la pluie qui les attend rendant les routes extrêmement glissantes et ils seront nombreux à se faire piéger (MIKKOLA-FALL-ANDERSSON-SHANKLAND) constituant une perte de temps sur le leader qui est toujours l'étonnant CLARK pourtant bien loin de ses forêts britanniques mais à qui ce terrain glissant semble bien convenir. Plus grave les deux 911 sont atteintes de souci avec leur boite de vitesses qui vont les contraindre à l'abandon ce n'est pas encore cette année qu'elles gagneront le SAFARI. En revanche KALLSTROM et sa DATSUN 1800SS est le plus à l'aise de la colonie nippone et contient MAKINEN pour occuper la seconde place lors du retour à NAIROBI. Donc pour le moment tout va bien semble-t-il pour FORD mais cela ne va pas durer. Peu après le départ de la capital Kenyane c'est le leader Roger CLARK qui abandonne puis quelques kilomètres plus loin MAKINEN sort de la route. Le classement est chamboulé, KALLSROM se retrouve seul en tête avec une meute à sa poursuite composée de MIKKOLA et AALTONEN dont les voitures plus puissantes ne devraient en faire qu'une bouchée si bien qu'avant d'entamer la dernière ligne droite et malgré de multiple péripéties AALTONEN pointe en tête avec seulement 1minute d'avance sur KALLSTROM et 9 sur MIKKOLA qui a un perdu en fin de parcours. METHA-FALL et ANDERSSON suivent plus loin et ne semblent plus être dans le coup pour la victoire. Mais voilà dans le même virage AALTONEN et MIKKOLA qui était revenu au contact du finlandais sortent de la route et son éliminés à leur tour, laissant Shektar METHA qui après un départ prudent a attendu son heure en prenant le dessus sur KALLSTROM et qui se dirige vers sa première de ses 5 victoires au SAFARI et assure un doublé DATSUN. Le duo ANDERSSON-TODT et leur 504 empoche une méritoire 3ème place devant FALL et la seconde 1800SS.

                    Shektar METHA-Lofty DREWS et la DATSUN 240 Z ont su préserver leurs forces


                    KALLSTROM-BILLSTAM assurent le doublé DATSUN avec leur 1800SS


                    ANDERSSON-TODT et la PEUGEOT 504 3ème


                    FORD aurait pu l'emporter dommage


                    Cette année les PORSCHE n'ont pas brillé ici celle de WALDEGAARD





                     

                    Commentaire


                    • Avant de contribuer au Safari, petit retour à Dijon.

                      Ayant pris l'habitude des essais de carrosserie avec le livre Bleu Matra, cette photo d'Autosprint m'a interpelé, test de supports d'aileron différents.



                      Autre originalité de la course de Dijon, les débuts, et fin de la Lola T292 (châssis théoriquement pour les moteurs 2 litres) équipée d'un moteur de Ford Capri 3 Litres de Giorgio Schon, voiture prévue avec le numéro 1 aux 24H du Mans, mais qui ne viendra pas.


                       
                      Avant c'était mieux

                      Commentaire


                      • J'ai privilégié les photos noir et blanc d'amateurs parfois.

                        1 Mehta Shekhar Drews Lofty Datsun 240Z



                        2 Clark Roger Porter Jim Ford Escort RS 1600 MKI



                        3 Preston jr. Vic Smith Bev Ford Escort RS 1600 MKI



                        4 Mikkola Hannu Davenport John Ford Escort RS 1600 MKI



                        5 Zasada Sobiesław Bień Marian Porsche 911 Carrera RS 2.7



                        6 Aaltonen Rauno Easter Paul Datsun 240Z



                        7 Andersson Ove Todt Jean Peugeot 504 Ti



                        8 Shankland Bert Bates Chris E. Peugeot 504 Ti



                        9 Källström Harry Billstam Claes Datsun 1800 SSS



                        10 Waldegård Björn Thorszelius Hans Porsche 911 Carrera RS 2.7



                        11 Herrmann Edgar Schüller Hans Datsun 240Z



                        12 Bashir Ali Beyer Gerry Datsun 1600 SSS comment ces illustres inconnus ont pu avoir le n°12 ?



                        14 Parsons Pierre Cowper Jim Peugeot 504 Ti



                        15 Remtulla Zully Jivani Nizar Datsun 1800 SSS



                        16 Mäkinen Timo Liddon Henry Ford Escort RS 1600 MKI



                        17 Lionnet Hugh Hechle Philip Rea Peugeot 504 Ti



                        18 Singh Joginder Samuels Tim Mitsubishi Galant



                        19 Fall Tony Wood Mike Datsun 1800 SSS



                        20 Singh Satwant Mitchell John Mitsubishi Colt Galant



                        22 Simonian Jack Doughty Mike Alfa Romeo 1750 GTV



                        23 Ulyate Robin Smith Ivan Fiat 125 S



                        24 Bhachu PS. Bhachu NS. Ford Escort TC



                        25 Fritschy William 'Bill' A. Mandeville Viscount 'Kim' Porsche 911 S Porsche usine



                        26 Singh Davinder Doig David Mitsubishi Galant



                        27 Kirkland Mike Field Bruce Datsun 1600 SSS



                        28 Huth Peter McConnell John Peugeot 504



                        29 Shiyukah Peter Gatende Kim Ford Escort RS 1600 MKI



                        31 Gohil Nakub Ford Escort MK1



                        33 Neylan Pat Reynolds Lofty Mazda RX-2



                        A part le 12, 24, 29,31 et 33, les autres sont des noms connus du Safari.
                        Dernière modification par camerat, 09 novembre 2020, 23h20.
                        Avant c'était mieux

                        Commentaire


                        • Bonjour, je confirme pour les noms connus. Sur la Porsche de Waldegard, c'est quoi la publicité sur le capot de la Porsche ? CHINON ? Vin diou, les vignobles ont investit dans le safari rally?

                          Commentaire


                          •   Chinon = marque japonaise d'appareils photos et objectifs

                            Commentaire


                            • Merci CAMERAT encore un super boulot 

                              Commentaire


                              • Je ne sais pour vous mais le forum ne marche pas ce soir...impossible de vous passer mon feuilleton 1973 

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X