Annonce

Réduire
Aucune annonce.

1973 Carnet d'un Passionné

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #76
    SUPERBE CAMERAT ( comme d'hab) Elles étaient vraiment impressionnantes ces NASCAR, lisses comme le vent sans aucun appendice aéro avec leur déco quelque fois kitch et la cylindrée sur le capot. Au fait pourquoi certains ont 426 d'autres 427 et même 429???

    Commentaire


    • #77
      Envoyé par CMTARGA Voir le message
      SUPERBE CAMERAT ( comme d'hab) Elles étaient vraiment impressionnantes ces NASCAR, lisses comme le vent sans aucun appendice aéro avec leur déco quelque fois kitch et la cylindrée sur le capot. Au fait pourquoi certains ont 426 d'autres 427 et même 429???
      Remarque intéressante car du coup je me rends compte que la Ford seconde n'a qu'un 351CI, soit 5752cc !!!

      Autrement les Dodge sont équipées de 426CI soit 6980cc, le Chevrolet 427CI soit 6997cc, et les Ford ou Mercury 427CI et 429CI soit 7030cc pour les 429.
      Avant c'était mieux

      Commentaire


      • #78
        Bizarrement à Daytona il manquait l'AMC Matador Penske de Mark Donohue, victorieuse de la première course Nascar de la saison à Riverside fin janvier.

        Avant c'était mieux

        Commentaire


        • #79
          3 MARS
          GP AFRIQUE DU SUD



          Le plateau du GP d'AFRIQUE DU SUD sur le circuit de KYALAMI se distinguait des deux GP sud américains précédents non seulement par les habituelles participations exotiques de quelques pilotes locaux au volant de leur propre machine acquise auprès des constructeurs et généralement issue des saisons précédentes comme la TYRRELL 004 de Eddie KEIZAN ou la LOTUS 72 de Dave CHARLTON mais aussi par l'intégration de deux pilotes locaux aux teams officiels comme Jackie PRETORIUS en lieu et place ( payante ?) de Nani GALLI sur l'ISO de Franck WILLIAMS ou Jody SCHCKETER qui après son probant test lors du GP des USA 1972, se voyait à nouveau confier une McLAREN M19 officielle pour son GP national. Ceci était d'autant plus aisé pour le team KIWI qu'à l'occasion de ce GP il faisait débuter la très belle M23 dessinée par Gordon COPPUCK fortement inspiré par la LOTUS 72 dont l'unique exemplaire était confiée au seul Denis HULME, REVSON lui aussi étant sur une M19. Enfin annoncé depuis le début de saison l'équipe américaine SHADOW, débarquait avec armes et bagages dans le petit monde de la F1 avec ses deux DN1 dessinée par Tony SOUTHGATE et pilotées par Jackie OLIVER et le champion CAN AM 1972 George FOLLMER lui totalement néophyte en la matière. Enfin Andrea De Adamich débute sa saison avec comme l'année précédente une Surtees TS9B.

          Lors des essais, Stewart est victime d'un gros accident suite à une rupture de freins. Sa voiture étant fortement endommagée il se qualifie , faute de voiture de réserve, avec la 005 de Cevert et n'obtient que le 16ème temps alors que son équipier lui privé de tout temps réussira toutefois à prendre le départ sur la dernière place de la grille avec la voiture de Stewart réparée.

          La nouvelle McLaren M23 démontre immédiatement ses capacités puisque Hulme signe à son volant la pole position, ce qui constitue la toute première de sa carrière (??) ! Il devance la Lotus de Fittipaldi d'un dixième de seconde. Les McLaren M19 sont tout aussi véloces: l'étonnant Scheckter est troisième et Revson est sixième. Entre eux se trouvent la deuxième Lotus de Peterson et la BRM de Regazzoni, toujours très bon en qualifications. Beltoise et Reutemann accompagnent Revson en troisième ligne, puis viennent les deux espoirs Pace, sur Surtees, et Lauda, sur BRM. Ickx est seulement onzième avec la Ferrari tandis que son équipier Merzario est quinzième.. Les Shadow d'Oliver et Follmer sont respectivement quatorzième et vingt-et-unième. Les pilotes sud-africains font de leur mieux mais sont loin des performances de Scheckter: Charlton est 13ème, Keizan 22ème et Pretorius 24ème.

          Le départ est retardé à cause d'un orage. Les commissaires attendent que la piste soit sèche avant d'ordonner le départ. Si le ciel est couvert en ce samedi après-midi, le fond de l'air est très lourd. Au départ le duo McLaren démarre difficilement ce dont profite Fittipaldi pour se faufiler entre elles. Finalement Hulme parvient à conserver le commandement devant Fittipaldi et Scheckter. Celui-ci ne tarde pas à repasser devant le brésilien. Revson est quatrième après un excellent envol. Charlton est aussi très bien parti. Beltoise s'est péniblement élancé à cause d'un problème d'embrayage, de même que Ickx et Pace. Stewart est déjà lancé dans une splendide remontée. Il a gagné six places et à la fin du premier tour Hulme mène donc devant Scheckter, E. Fittipaldi, Revson, Peterson, Reutemann, l'étonnant Charlton, Hailwood, W. Fittipaldi et Stewart. Puis Peterson double Revson alors que Charlton perd le contrôle de sa Lotus à la sortie de Crowthorne. Sa voiture part en travers et heurte celle d'Hailwood. Les deux voitures se retrouvent en travers de la piste. La plupart du peloton parvient à passer, mais ce n'est pas le cas de Regazzoni qui percute de plein fouet la Surtees de Hailwood. La BRM prend aussitôt feu, tandis que Ickx, également surpris, heurte à son tour Hailwood. Sonné par le choc, Regazzoni est coincé dans sa voiture en flammes. Hailwood sort de sa voiture accidentée, se précipite à son secours et plonge dans le brasier. Il parvient à dégrafer le harnais du pilote suisse, mais ce faisant se brûle les mains et doit se retirer prestement. Heureusement un commissaire de piste prend le relais et parvient à sortir Regazzoni de son épave. Malgré sa blessure, Hailwood revient aider son ami. La course continue malgré cet accident. Les drapeaux jaunes sont agités dans le premier secteur. Les secours arrivent sur les lieux. Hailwood et les commissaires entourent Regazzoni, bientôt rejoints par Ickx. Charlton est rentré à son garage. Pendant ce temps Stewart a pris la sixième place à Reutemann, tandis que derrière lui Merzario passe W. Fittipaldi.

          Au 5e tour Hulme ralentit, victime d'une crevaison après avoir roulé sur les débris du carambolage. Il doit entrer aux stands pour changer de pneus, laissant Scheckter en tête pour son deuxième Grand Prix seulement ! Stewart est sur les talons de Revson et de Peterson. Beltoise abandonne, embrayage grillé. Revenu à lui, Regazzoni n'est que légèrement blessé, mais est transporté à l'hôpital. Les drapeaux jaunes sont déployés à Crowthorne. Revson et Peterson ralentissent à cet endroit, mais pas Stewart qui en profite pour doubler ces deux concurrents et grimpe ainsi au troisième rang. Au 7e tour Stewart déborde Fittipaldi dans la ligne droite principale. Scheckter arrive à Barbeque où une ambulance évacue Regazzoni. Il ralentit beaucoup, au contraire de Stewart qui le dépasse ainsi et s'empare du commandement. Scheckter est furieux ! Hulme a repris la piste au dernier rang. Ainsi en 7 tours , Stewart est remonté de la seizième à la première place, mais de manière peu sportive et surtout très contestable. Au 10ème tour le circuit a retrouvé sa totale liberté et Stewart compte alors cinq secondes d'avance sur Scheckter. Fittipaldi est troisième à dix secondes, talonné par Revson et par Peterson. Le tour suivant Revson déborde Fittipaldi dans la longue ligne droite alors qu' Oliver sur la Shadow débutante renonce moteur en panne.

          Au 20e tour huit secondes séparent Stewart et Scheckter. A une quinzaine de secondes se trouve Revson qui précède les deux Lotus de Fittipaldi et Peterson. Reutemann est sixième devant Lauda, Pace, Merzario et Jarier alors que Cevert, qui navigue en queue de peloton s'arrête pour changer un pneu crevé ce qui permet à Hulme de gagner une place. Au 27e tour le moteur de Lauda rend l'âme. Les trois BRM sont hors course. Reutemann récupère la sixième place mais n'est pas tiré d'affaire puisque Pace est sur ses talons. Revson est revenu derrière Scheckter et le dépasse, le jeune Sud-Africain a trop forcé sur ses pneumatiques arrière en début d'épreuve.

          A mi-course, Stewart totalise une quinzaine de secondes d'avance sur Revson. Scheckter est troisième à vingt secondes et voit Fittipaldi le rattraper puis le dépasse et à son tour Peterson revient sur le sud africain lorsque le suédois regagne le stand Lotus pour régler une un problème d'injection et repart 13ème. De ce fait Pace est cinquième après une longue bagarre avec Merzario qui précède Follmer, De Adamich, Reutemann et Hulme. Ces deux derniers ont déjà deux tours de retard. La fin de course est surtout animée par le duel entre Revson et Fittipaldi pour la seconde place Stewart roulant à sa main vers la victoire. Mais l'américain ne tremblera pas devant le champion du monde et réussira à conserver sa place de second. Derrière, le moteur de Scheckter étant parti en fumée à 3 tours de l'arrivée au grand désespoir du public et de l'idole local qui de nouveau a démontré tout son talent, c'est Merzario et sa Ferrari qui franchissent la ligne en 4ème position, le pauvre PACE lui aussi fort malchanceux ayant vu un pneu éclaté ce qui lui valu une belle sortie de route et une belle frayeur dont heureusement il est sorti indemne...Mauvais jour pour les Surtees! Hulme avec opiniâtreté finit 5ème avec la nouvelle M23 après avoir double Follmer dans les derniers tours, l'américain offrant à la nouvelle venue Shadow le point de la 6ème place pour ses débuts.

          Mais la course n'est pas finie pour autant. Après l'arrivée Teddy Mayer le patron McLaren dépose une réclamation contre Jackie Stewart pour ses dépassements sur Peter Revson et Jody Scheckter qui se sont produits dans une situation dangereuse, les drapeaux jaunes étant agités à ces instants. Revson est sévère: « Stewart n'a pas été fair-play : il m'a dépassé au moment où j'avais ralenti pour obéir aux injonctions des commissaires qui agitaient leurs drapeaux. ». Les officiels dans un premier temps inflige seulement un blâme à Stewart. Mais c'est encore trop pour Ken Tyrrell qui porte réclamation contre ceux qui ont osé tirer les oreilles de son pilote. Le lendemain, les commissaires se rétractent et Stewart quitte l'Afrique du Sud blanc comme neige. Mais son image de « champion de la sécurité » sur les circuits est quelque peu écornée et pour moi qui fut un fan inconditionnel de l'écossais une victoire peu glorieuse que je préfère oublier..... Heureusement le sport auto est aussi sorti grandi de ce GP grâce à Mike Hailwood dont le courage a sans doute sauvé la vie de Clay Regazzoni. Il recevra la George Medal pour sa bravoure. Quant à Rega, il ne souffre heureusement que brûlures superficielles.

          Au classement général des pilotes, Fittipaldi garde la première place mais ne compte plus que trois points d'avance sur Stewart. Hulme est troisième à quatorze points du leader et Peterson ne compte toujours aucun point au compteur. Chez les constructeurs, Lotus compte 22 points contre 21 à Tyrrell et 12 à McLaren.

          A SUIVRE
           

          Commentaire


          • #80
            SUITE 

            Début de l'équipe SHADOW de Don NICHOLS ici aux côtés de FOLLMER avec la DN1 due à Tony SOUTHGATE ici entre Alan REES et Jackie OLIVER


            La nouvelle McLAREN M23 un aire de ressemblance certain avec la LOTUS 72


            Jody SCHCKTER l'étoile montante de la F1 à l'aise chez lui


            Grille de départ les McLAREN entourent FITTIPALDI


            L'accident REGAZZONI-HAILWWOD en photos et un Mike HAILWOOD héroïque


            Et ses conséquences ...les épaves carbonisées ..plus de peur que de mal


            et l'affaire STEWART bien résumé dans cette photo...au fond l'ambulance et un drapeau blanc...devant le commissaire au drapeau bleu et l'écossais qui fonce


            HULME en pole avec la toute nouvelle M23


            Jackie STEWART pas la plus belle victoire de sa carrière


            Peter REVSON le vainqueur moral du GP


            Jody SCHECKTER sur ses terres a confirmé tout le bien qu'on pensait de lui


            George FOLLMER pour ses débuts et ceux de SHADOW le point de la 6ème place


            Carlos PACE (SURTEES) une belle course mal récompensée


            Couleurs locales..Dave CHARLTON (LOTUS)...


            ....Eddie KEIZAN (TYRRELL)


             

            Commentaire


            • #81
              Bonjour, effectivement, ce jour là, Stewart n'a pas montré l'exemple. Mais comme a dit Cevert: Stewart a gagné avec mon auto, c'est comme si j'avais gagné. Quand à Hailwood, sa mentalité d'ancien motard a sûrement évité le pire à Rega. Gentleman motard Mike the bike.

              Commentaire


              • #82
                9-11 MARS
                STUTTGART /LYON CHABONNIERES


                Bien que ne comptant "que" pour le Championnat d'Europe, l'épreuve franco-allemande mérite qu'on s'y attarde même si privée des usines phares du championnat du monde accaparée par la proximité du rallye du Portugal, troisième manche de ce championnat dont le départ était donné quelques jours après l'arrivée de ce rallye ( toujours et déjà les subtilités des calendriers!!!). En fait l'intérêt majeur cette manche du championnat européen ( la 3ème) résidait d'abord dans l'engagement de celle qui allait devenir une reine de la discipline la LANCIA STRATOS dont c'était le vrai premier et très attendu galop international si on excepte ses débuts avortés au tour de Corse 1972. La nouvelle arme de LANCIA , n'étant pas encore homologuée en GR4 et donc pour le moment exclue du championnat du monde, elle pouvait cependant se produire en championnat d'Europe celui-ci accueillant les prototypes routiers du GR5 comme la STRATOS. Il revenait au duo vainqueur du MONTECARLO, ANDRUET-BICHE le soin d'assurer cette première. ALPINE profitait également des libertés accordées par cette épreuve pour engager une Berlinette très spéciale hyper allégée confiée à Jean-François PIOT. Enfin the last but not the least, la SIMCA CG Protype de Bernard FIORENTINO qui depuis ses débuts ne 1970 ( cf mes carnets...) s'est forgée un solide palmarès sur les routes du Championnat de France. On aurait dû même voir le coupé FORD GT 70 mais finalement FORD FRANCE renonça, CHASSEUIL se contentant d'une ESCORT. Parmi les vedettes on notait aussi la présence des OPEL ASCONA de GREDER et MC BEAUMONT mais également celle d'un certain Walter ROHRL ou encore les Berlinette de Bob WOLLEK, Thierry SABIINE ou Bruno SABY. Gérard LARROUSSE retrouvait lui son ALFA GR1 avec laquelle il l'avait emporté au MONTECARLO.

                Ce rallye comme on le sait a la particularité de mélanger les genres avec à priori deux courses en circuit à HOCKENHEIM et DIJON LONGVIC ( le circuit français étant finalement annulé à la dernière minute ? ), une course de côte SCHAUINSLAND et des épreuves spéciales dans les monts du lyonnais puis un final en Ardèche avec des classiques comme BURZET ou St JEAN en ROYANS. Le temps est froid et sec pour le début à HOCKENHEIM .En fait il ne s'agit pas réellement d'une course mais de groupes de concurrents mélangés s'élançant par paquet de 20 et étant chronométrés à chaque tour pour établir un classement. A ce jeu d'entrée FIORENTINO s'en sort mieux qu'ANDRUET et prend les commandes pour 2 secondes, alors que SABINE est éliminé d'entrée. A SCHAUINSLAND, ANDRUET et la STRATOS signent le scratch et prennent la tête pour 4 secondes sur la CG. Arrive alors une longue liaison amenant les concurrents à Bourg en Bresse et celle-ci ne va pas être de tout repos à cause de la neige qui tombe en abondance. A ce jeu les pénalités vont pleuvoir. Si FIORENTINO, LARROUSSE et PIOT s'en sortaient indemnes il n'en était pas de même des OPEL de GREDER et BEAUMONT mais c'était pire pour la STRATOS. qui après une erreur de pneumatiques insuffisamment cloutés(?) sortait de la route à petite vitesse et devait abandonner. Dommage! Dès lors FIORENTINO et sa CG avait la voie libre même si PIOT et son ALPINE spéciale restaient menaçants jusqu'au bout en remportant 3 des 5 spéciales ardéchoises. CHASSEUIL et son ESCORT finissaient 3ème et LARROUSSE comme au MONTECARLO enlevait le GR1

                ANDRUET BICHE et la STRATOS des débuts prometteurs mais trop vite écourtés


                FIORENTINO-GELIN et la CG PROTOTYPE victoire avec les bons clous


                JF PIOT avec une berlinette spéciale dans le coup jusqu'au bout


                LARROUSSE et l'ALFA-ROMEO 2000 GTV GR1 la victoire de groupe question d'habitude


                Bob WOLLEK le pistard aime aussi la route


                Walter RORHL et l'OPEL ASCONA GR2 encore discret

                 

                Commentaire


                • #83
                  Bonjour,
                  Super ce fil ...
                  Et je comprends pourquoi camerat se dit "très occupé" ...
                  Continuez !
                  http://hulotphoto.piwigo.com

                  Commentaire


                  • #84
                    J'ai de la matière pour compléter Lyon-Charbo mais pas disponible avant ce soir, comme le dit Hulot-photo, journée encore très chargée.
                    Avant c'était mieux

                    Commentaire


                    • #85
                      Envoyé par Hulotphoto Voir le message
                      Bonjour,
                      Super ce fil ...
                      Et je comprends pourquoi camerat se dit "très occupé" ...
                      Continuez !
                      Merci HULOPHOTO venant de toi dont l'appareil en bandoulière est la marque de fabrique ça me fait très plaisir....Quant à CAMERAT ses interventions sont toujours les bien venues et même indispensables. Je le répète on va à notre rythme ...moi aussi la preuve!  

                      Commentaire


                      • #86
                        Thierry Sabine avait l'Alpine n°01



                        Michel Julien la n°02



                        Jacques Henry la n°03



                        Pierre Maublanc n°04



                        Guy Chasseuil



                        Je n'ai pas le 06, dommage.



                        Reinhard Hainbach, excellent privé allemand





                        CMTARGA petite erreur, Walter Rohrl avait une Ascona Gr1 dans ce rallye, celle-ci.



                        La Gr2 que vous avez postée ci-dessus est celle de Klaus Miersch, la même qu'il avait au Monte-Carlo.

                        La Stratos à Hockenheim avec un capot avant qui ressemble à celui du Tour de Corse.



                        Aimé Dirand et sa BMW jaune



                        Klaus Miersch toujours aussi bon



                        Je n'ai pas le 15, encore dommage.

                        Piot.



                        Greder



                        Wollek à Hockenheim



                        Jean-Pierre Rouget persiste avec sa Camaro, surtout à Hockenheim



                        Marie-Claude Beaumont



                        Michel Lefebvre qui manie bien la berlinette



                        Et cerise sur le gateau pour moi, une Mercedes 300SEL 6,3L... à Hockenheim oui mais en spéciale, faut vouloir, j'aurais aimé voir...




                        La majorité de ces photos sont de Conrath.
                        Dernière modification par camerat, 22 octobre 2020, 21h27.
                        Avant c'était mieux

                        Commentaire


                        • #87
                          Merci pour ces belles photos et pour la correction...

                          Commentaire


                          • #88
                            11 MARS
                            MALLORY PARK F2


                            Depuis mon "Carnet 1970", la F2 a beaucoup évolué. Tout d'abord sur le plan technique puisque la cylindrée est passée en 1972 de 1600cm3 à 2000 cm3, lui donnant une approche plus développée mais toujours, pour le moment, la contrainte des moteurs dérivés de la série. Autre avantage de ce rehaussement de puissance l'uniformisation avec une autre championnat d'Europe celui les protos 2 litres dont on avait vu la naissance en 1970 et qui depuis lui aussi a connu un développement important. A ce jeu le grand vainqueur allait être BMW dont le 4 cylindres au fil de la saison s'imposa au détriment des 4 cylindres COSWORTH BDA pour qui le passage de 1,6l à 2 litres allait sceller l'enterrement. Autre élément notable c'est la spécialisation de plus en plus en plus accrue des pilotes et écuries de F1 au détriment de la F2. Même si comme nous allons le voir certaines équipes comme MARCH ou SURTEES continuent à mener les deux en parallèle, par contre FERRARI ou LOTUS (temporairement) ont déserté la discipline ou sont sur le point de le faire comme BRABHAM et avec eux leurs pilotes de grande notoriété réduisant l'intérêt de la discipline même si elle demeure l'échelon indispensable pour intégrer la F1.

                            Après ces généralités venons en à l'édition 1973 du Championnat d'Europe F2 dont la première manche se dispute sur le tourniquet de MALLORY PARK situé au centre de l'Angleterre. En fait il s'agit de la première manche "complémentaire" du championnat. En effet celui-ci compte 10 épreuves régulières auxquelles viennent s'adjoindre 8 autres dont seulement 4 seront prises en compte pour le classement final . C'est compliqué mais cela permet de satisfaire tous les organisateurs même si PAU, épreuve phare, n'est que complémentaire (??) Malgré son statut "complémentaire", les principaux protagonistes sont là à commencer par les vainqueurs 1972 Mike HAILWWOD et le TEAM SURTEES qui aligne une nouvelle TS 15 étroitement dérivée du modèle précédent toujours propulsée par le COSWORTH BDA préparé par Brian HART. Jochen MASS est le pilote maison désigné pour défendre les couleurs de Big John, HAILWOOD lui étant exclu comme déjà champion, c'est Derek BELL qui assurera le relais en cas d'empêchement de l'ancien motocycliste compte tenu de ses engagements F1 et WYER en proto. L'autre équipe vedette est incontestablement MARCH qui en plus de s'être assuré de l'exclusivité du moteur BMW, s'est attaché les services de Jean-Pierre BELTOISE dont les déboires en F1 ont eu au moins le mérite de le faire redescendre dans la catégorie des pilotes éligibles en F2. A ses côtés un autre froggy en la personne de Jean-pierre JARIER, devenu le pilote maison puisque cumulant le programme maison F1 et F2 et donnant à l'équipe de Max MOSLEY un côté frenchie fort sympathique pour le chauvin que je suis....même si Hans STUCK le pilote BMW est annoncé au sein de l'équipe dès la course suivante à HOCKENHEIM. Les autres prétendants semblent moins bien armés surtout du fait d'une implication plus réduite comme BRABHAM qui n'aligne qu'une seule auto pour John WATSON, la très belle BT 40 conçue par Geoff FERRIS et propulsée par un BDA tout comme la CHEVRON B25 officielle de Peter GETHIN ou la GRD 273 du prometteur Roger WILLIAMSON elle engagée par l'intermédiaire de son mentor Tom WHEATCROFT. Signalons enfin quelques individualités de qualité comme le français Jacques COULON également sur une MARCH 732 BMW engagée par la Scuderia FILIPINETTI, une SURTEES TS 15 pour James HUNT aux couleurs HESKETH RACING et le vainqueur surprise de l'épreuve en 1972, Dave MORGAN sur une CHEVRON. A titre anecdotique Vittorio BRAMBILLA est présent sur une "vieille" MARCH 712. Enfin même si elles étaient absentes à cette première, Ron DENIS a annoncé une équipe de 3 voitures minimum avec son propre châssis sponsorisée par MOTUL et que les ELF2 ( en fait des ALPINE) brillantes en 1972, réapparaîtront à HOCKENHEIM toujours managé par John COOMBS .

                            Les essais aller tout de suite révéler la supériorité des MARCH BMW, BELTOISE signant la pole a égalité de temps avec son compatriote coéquipier mais avant lui. Suivait un trio SURTEES, MASS devant HAILWOOD et HUNT puis MORGAN, WILLIAMSON et WATSON. La course était, comme traditionnellement dans la discipline, courue en deux manches de 50 tours avec addition des temps. Avant le départ de la première manquaient à l'appel COULON suite à une violente sortie aux essais et GETHIN moteur out . Le duo MARCH prit immédiatement les devants JPB devant JPJ mais pour le premier ce ne fut que feu de paille dès le 2ème tour son moteur explosait spectaculairement laissant le soin à son équipier de l'emporter aisément même si MASS fit mine de le menacer jusqu'à son abandon moteur cassé aussi. HAILWOOD s'octroyait ainsi la seconde place après avoir longuement bataillé avec WATSON qui finissait sur ses talons. WILLIAMSON était 4ème à 1 tour alors que HUNT avait renoncé. Compte tenu des abandons de la première manche, la seconde était décapitée et JARIER n'eut aucun mal à s'imposer de bout en bout. WATSON s'empara de la seconde place au départ mais comme il était contraint à l'abandon (joint de culasse) HAILWOOD récupérait cette seconde place. WILLIAMSON étant retardé, c'est l'amateur canadien Dave McCONNELL sur une SURTEES qui s'octroyait la dernière marche du podium.

                            BELTOISE une pole sans suite


                            JARIER et la MARCH 732 BMW imbattable


                            MASS et la SURTEES TS15 le seul a avoir pu un peu suivre


                            Mike HAILWOOD ( SURTEES) second précède la BRABHAM de WATSON


                            McCONNELL (SURTEES) 3ème surprise


                            WILLIAMSON et la GRD en manque de mise au point


                            Les CHEVON de GETHIN et MORGAN


                            La MARCH de BRAMBILLA et la SURTEES de HUNT

                             

                            Commentaire


                            • #89
                              Merci pour tous ces documents 
                              On mesure à quel point la F1 etait dangereuse à cette époque 

                              Commentaire


                              • #90
                                Oui et ce n'est malheureusement qu'un avant gout (amer) 

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X