Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Les non-partants des 24 heures

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Re : Les non-partants des 24 heures

    D'après Anthony Blight , auteur du bouquin inachevé (...pour cause de décès...),"The french sports car révolution", les voitures de course ont été rembarquées vers Paris pour finir la préparation dés leur sortie de la halle aux toiles. Pour les entraînements les pilotes de " l'écurie bleue "avaient 2 des trois voitures de rallyes de l'écurie. Ils n'étaient pas très enchantés apparemment!
    2 photos de candidates possibles :

    Commentaire


    • Re : Les non-partants des 24 heures

      Envoyé par luke24 Voir le message
      Cela ne répond pas vraiment à la question, mais j'ai trouvé cela :

      Après la dépression mondiale de 1930, l’entreprise Delahaye lance un nouveau plan pour tenter de retrouver les années de gloire qu’elle a connu dans les années 20 et surtout son image de prestige du début des années 1930. Première étape : un nouveau modèle équipé d’un tout nouveau moteur six cylindres, le Type 138, est présenté en 1934. La voiture est plus luxueuse que les modèles précédents. Delahaye a choisi de se positionner dans le créneau des voitures de prestige.

      L’année suivante, Delahaye présente un nouveau modèle Type 135 au Salon de l’Automobile de Paris en octobre 1935 et la marque annonce également son intention de construire, sur la même base, une version compétition. Comparée à la voiture routière standard le modèle 135 Compétition Speciale va être équipé d’un moteur plus gros et d’un châssis plus court et plus léger. Aux fins d’homologation ce châssis et le moteur associé seront également disponibles en version route dénommée « 135 Compétition Court ».

      A l’origine de la création de l’équipe compétition de Delahaye figurent le couple Schell. Mari et femme, Laury et Lucy Schell, utilisant la grande fortune de Lucie, vont financer une Ecurie Bleue, semi officielle, étroitement liée à la marque Delahaye. Ils ont d’ailleurs dans leur intentions de devenir l’équivalent français de la Scudéria Ferrari italienne qui a une relation privilégiée et très similaire avec la marque Alfa-Roméo. La collaboration ne fonctionne d’ailleurs pas mal puisque dès 1935 une Delahaye 138 se classe troisième au prestigieux rallye de Monte-Carlo. Cette Delahaye 138 qui est la base de la nouvelle 135.

      Le châssis de compétition, bien que similaire dans sa conception au châssis de la voiture de tourisme est, dans le détail, fort différent. Il est plus court et abaissé. Il est aussi considérablement allégé afin de privilégier les performances. La suspension avant est constituée d’un seul ressort à lames semi elliptique disposé transversalement. A l’arrière, les ressorts à lames sont longitudinaux.

      Le moteur 103J, six cylindres en ligne implanté longitudinalement à l’avant est construit sur la base du moteur de production mais l’alésage a été augmenté de 80 à 84 mm conduisant à une cylindrée de 3 557 cc. Le bloc est en fonte ainsi que la culasse amovible. L’arbre à came est disposé latéralement et les pistons en aluminium haute résistance. Le moteur, alimenté par trois carburateurs Solex 44 HD délivre une puissance maxi de 152 cv à 4 300 t/mn. Il est couplé à une boite Cottal électromécanique à quatre rapports. La vitesse maxi est donnée pour 185 km/heure.

      Dénommé 135 S pour « Spéciale » ou 135 CS pour « Compétition Spéciale » la nouvelle voiture de course Delahaye est présentée avec une carrosserie en aluminium on ne peut plus simple. Le dessin a été réalisé en interne et cela se voit : les ailes avant et arrière sont tout bonnement des ailes de deux roues et l’habitacle comporte un siège arrière rudimentaire nécessaire pour être conforme à la règlementation des « 24 Heures du Mans » qui n’autorisent en course que les voitures 4 places. Delahaye ne dispose pas d’atelier de carrosserie il devra donc sous-traiter la fabrication à Figoni & Falaschi ou Chapron.

      Une des raisons principales pour lesquelles Laury et Lucie Schell sont parvenus à convaincre Delahaye de se lancer dans l’aventure c’est qu’ils ont, eux-mêmes, commandé six voitures mais ils ont également convaincu des amis à commander six exemplaires supplémentaires. L’équipe de compétition Delahaye a utilisé deux voitures pour leur propre compte. On pense qu’au total ce sont 16 exemplaires de Delahaye 135S ou CS qui ont été fabriqués.

      Je pense que, si les Schell ont commandé 6 Delahaye 135S, on peut supposer qu'ils s'en soient servi également pour les 2 mulets, s'ils étaient bien déjà prêts en juin 37. Sur 7 chassis à la course des 24 Heures 1937, donc 5 privés plus 2 ( + 2 mulets ? ) pour l'Ecurie Bleue ?
      Comme c'était eux qui finançaient plus ou moins la construction des chassis de course, ce serait étonnant qu'ils n'aient pas été servis en premier !
      C'est intéressant. Dommage que cet article manque de dates.
      En associant le post de René ci-dessus, il me faut trouver si les Delahaye de rallye étaient aussi des 135S.
      Avant c'était mieux

      Commentaire


      • Re : Les non-partants des 24 heures

        Voir la série d'articles d'André Vaucourt :
        http://8w.forix.com/delahaye1935-36.html

        Commentaire


        • Re : Les non-partants des 24 heures

          Ici on a les numéros de chassis des Delahaye: http://8w.forix.com/delahaye1937.html
          Avant c'était mieux

          Commentaire


          • Re : Les non-partants des 24 heures

            Parenthèse: je viens de passer mes 6000 messages... en 10 ans.
            Avant c'était mieux

            Commentaire


            • Re : Les non-partants des 24 heures

              Envoyé par camerat Voir le message
              Parenthèse: je viens de passer mes 6000 messages... en 10 ans.

              bonne moyenne et sur 6000 messages d'un vrai expert
              Amicalement - Laurent
              24h-en-piste.com et 24h du Mans 2020

              Commentaire


              • Re : Les non-partants des 24 heures

                1937 10T Delahaye 135S Ecurie Bleue voiture de réserve

                1937 11T Delahaye 135S Ecurie Bleue voiture de réserve

                Photo d'une 135S de l'Ecurie Bleue au Rallye Monte-Carlo 1937, Laury Schell à gauche René Dreyfus à droite. Une des "possibles" ayant servi aux essais d'avant course.

                Avant c'était mieux

                Commentaire


                • Re : Les non-partants des 24 heures

                  D'après A.Blight, les plaques d'immatriculation passaient allègrement d'une voiture à l'autre, la voiture cédée à Paul comprise.

                  Commentaire


                  • Re : Les non-partants des 24 heures

                    ... ça n'a pas beaucoup changé...

                    ML.

                    Commentaire


                    • Re : Les non-partants des 24 heures

                      Un peu en avance sur la chronologie (French Humour !...), la Sauber C9 LM 1989 n'est pas vraiment une non-partante puisque c'est cette auto qui recevra les rétros blancs pour la course et "échangera" son n°62 : 5ème. in fine !

                      ML.

                      Commentaire


                      • Re : Les non-partants des 24 heures

                        Envoyé par mosleylucky Voir le message
                        Un peu en avance sur la chronologie (French Humour !...), la Sauber C9 LM 1989 n'est pas vraiment une non-partante puisque c'est cette auto qui recevra les rétros blancs pour la course et "échangera" son n°62 : 5ème. in fine !

                        ML.
                        Une preuve ?
                        Avant c'était mieux

                        Commentaire


                        • Re : Les non-partants des 24 heures

                          ??? bien il suffisait d'être sur place comme moi, les yeux autour de leur tente dans le paddock ; des dizaines de personnes l'ont vu et c'est "bien connu" ; dans l'Annuel il y a une belle photo de la 62 page 106 qui est l'auto qui a fait la pole position mais ce n'est pas celle qui a fait la course... ce que finalement regretteront les pilotes car moins réglée endurance, leur châssis n°02 ne leur a permis que la 5ème. place.
                          ML.
                          ["faut lire lecteur, toutes ces petites lettres mises bout à bout"... D. Boon]

                          Commentaire


                          • Re : Les non-partants des 24 heures

                            Donc Laurent a raison. C'est bien la voiture de réserve celle avec les rétros blancs, passée au pesage avec le n°62T et vue aux essais avec le 62T, qui a fait la course, tandis que la voiture aux rétros noirs, passée au pesage avec le n°62 et qui a fait le meilleur temps, est restée sous la tente. Le non-partant est la Sauber aux rétros noirs.
                            Avant c'était mieux

                            Commentaire


                            • Re : Les non-partants des 24 heures

                              Pour illustrer le propos :





                              Commentaire


                              • Re : Les non-partants des 24 heures

                                Et pour bien montrer que c'est la voiture de réserve qui est bien en pole position sur la grille.

                                Dernière modification par camerat, 10 avril 2019, 17h07. Motif: photo remise
                                Avant c'était mieux

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X