Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le circuit du Mans hier et aujourd'hui en photos

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Piers Courage était un remarquable pilotes anglais, même s'il ne fut pas au tout premier plan. Il courut en Formule 1 de 67 à 70 où il périt dans sa voiture en feu au GP de Hollande.

    Il était un héritier des brasseries Courage, un peu comme s'il existait un héritier Kronenbourg aujourd'hui ...

    Encore de belles choses Sportcars ! On remarque derrière la R8 Gordini un bien rare coupé Ford Capri. Bien moins connu que l'autre !! L'équivalent en berline à glace arrière inversée se nommait Consul 315.

    Oui Sportcars en anglais, "concessionaires" n'a q'un "N", ... mais deux "S"
    www.etoilespassion.com

    Commentaire


    • Re : Le circuit du Mans hier et aujourd'hui en photos

      Merci "Huhu", j'ai rectifié, ça faisait désordre.

      Bien pour la "Ford Consul Capri 335".

      On a très vite oublié que la "Cortina" s'appelait en vérite la "Consul Cortina"; ainsi la gamme se présentait ainsi en 1963:
      - Ford Consul Cortina (4 portes)
      - Ford Consul Cortina (2 portes)
      - Ford Consul Cortina Super
      - Ford Consul Cortina Deluxe Estate
      - Ford Consul Cortina Super Deluxe Estate
      - Consul Cortina GT
      - Consul Cortina Sports Special (developed by Lotus - type 125 E pour les connaisseurs [2 n et 2 s]
      - Ford Consul Classic 315
      - Ford Concul Capri 335 (extrapolation du modèle 1961 effectivement appelée : Ford Consul Classic 315 2 portes.)

      Pour un autre modèle des années 60, je suis outillé, du style: connaissiez-vous une Ford Anglia Spider ?
      Dernière modification par Sportcars, 30 novembre 2005, 22h11.

      Commentaire


      • Re : Le circuit du Mans hier et aujourd'hui en photos

        [QUOTE=Huhu]Un message de CR, que je tranmets :

        Pescarolo : 16 avril 1969

        Le 16 avril 1969, lors d’une séance d’essais, la Matra 640 de Pescarolo s’envolait à près de 250 Km/h sur la ligne droite des Hunaudières et venait se fracasser sur les arbres bordant le circuit.

        Témoignage d’époque :
        « Normalement animée à cette heure de la matinée, la nationale 138 qui mène à Tours est calme. Des camionnettes de gendarmerie en barrent l’accès entre le lieu-dit Le Tertre-Rouge et le virage de Mulsanne, quelque 4 km plus loin, transformant pour quelques heures cette voie paisible en ce qui devient la Ligne droite des Hunaudières lors des 24 heures du Mans.

        Le 16 avril 1969 est une belle journée.
        Des gosses ont profité de ce mercredi pour faufiler leurs vélos à côté d’un transporteur bleu marqué EQUIPE MATRA ELF. Le journal Ouest-France a annoncé que des essais privés auraient lieu sur la route exceptionnellement fermée par arrêté préfectoral. Les mômes n’ont d’yeux que pour cette espèce de grand échalas, déjà chauve malgré ses 27 ans, qui joue avec son casque vert en attendant que la voiture de course qu’ils sont venus voir tourner soit prête.
        Une auto anti-conventionnelle, la Matra 640, avec son profilage inhabituel pour l’époque, symbolisé par ses deux dérives arrière. Elle a été dessinée par un aérodynamicien, Robert Choulet, en vue d’une exploitation optimale sur le circuit du Mans, terriblement demandeur au plan de la pénétration dans l’air.
        L’auto est quasiment vierge, sinon un galop d’essai sur l’aérodrome de Marigny.

        10 h 30. Les gars en tenue bleu de France avec un coq rouge brodé dessus font un signe à un homme en imperméable qui grille clope sur clope, Georges Martin, le directeur du service compétition de Matra. Il s’avance vers le grand type chauve, Henri Pescarolo, qu’a rejoint son collègue Johnny Servoz-Gavin. Les deux hommes plaisantent à propos de celui d’entre eux qui assurera le premier essais.

        C’est Henri qui s’y colle. Martin lui demande de ne pas trop tirer lors de ce premier contact. Henri est l’homme qui monte chez Matra. L’exploit signé à l’automne dernier sur cette piste, à l’occasion des 24 h du Mans, l’a inscrit dans une sorte de légende dont il ne sortira jamais. Henri se relève en outre d’un gros crash à Daytona il y a deux mois : une série de tonneaux à 300 à l’heure en pleine nuit. Pour lui, la routine.

        Contact. Bien qu’ils se soient bouché les oreilles des deux mains, les gamins sont impuissants à freiner le viol imposé par le V12 Matra, l’un des sons les plus purs en cette fin des années soixante. Il se faufile entre leurs doigts, éclate dans leur estomac en myriades de gouttelettes sonores. Demandez-leur s’ils s’en souviennent encore ! Demandez-vous pourquoi certains aiment la course automobile !

        Henri Pescarolo a mis la première. Il ne pousse pas les rapports et met la deux d’emblée. Le paysage commence de se fondre en un fil vert quand il passe la trois. L’auto est instable mais le pilote la tient.

        Quatre. Cinq. La Matra 640 franchit le croisement d’avec la départementale 92 à quelque 250 km/h. Ce n’est pas très rapide.
        Soudain le silence. Pesca met un dixième de seconde avant de réaliser qu’il vole. La voiture s’est délestée de l’avant sur une bosse et a décollé comme un avion. Au moment où les roues motrices ont quitté le sol, le moteur a calé. Pescarolo confiera plus tard que cette sensation de silence absolu dans une voiture volant à 200 à l’heure, cassant sur sa trajectoire des arbres et un poteau télégraphique, avant de se fracasser deux cents mètres plus loin en s’enflammant, fut l’une des plus étranges de sa vie.

        Il a failli mourir. Colonne vertébrale explosée, brûlé au visage – il en garde les traces encore, il ne mettra que trois mois à remonter dans une voiture de course. De quoi les pilotes sont-ils faits ?
        La Matra 640, détruite, ne courra jamais. Elle rejoindra le peloton des voitures maudites. Hantera longtemps l’imaginaire de ceux qui en vécurent l’aventure, et des autres aussi, de ceux qui en Matra, il y a trente ans, cristallisaient leurs rêves. »



        Hello ! je termine le parcours terriblement enrichissant de ce fil de discussion sur Le Mans, que par flemme j'avais délaissé jusqu'à présent. J'avoue mon erreur : c'est l'un des plus intéressants de ce forum qui, lui, l'est de moins en moins.

        J'apprécie aussi, en plus de la grande culture des intervenants, leur sens de l'éthique qui les conduit à identifier dans la mesure du possible l'origine des photos, comportement rare sur Internet.


        J'ai eu l'occasion également de relire un de mes textes (reproduit ci-dessus et dont le lien original est là : http://memoiresdestands.hautetfort.c..._640_l_a.html), présenté par le contributeur qui l'a posté comme "Témoignage d'époque", sans autre souci.
        Cette discrétion l'honore.
        Dernière modification par MdS, 01 décembre 2005, 12h07.

        Commentaire


        • Rendu à César !

          Bon rectificatif MdS.

          Effectivement, le copier-collé est un peu gros ...
          www.etoilespassion.com

          Commentaire


          • Re : Le circuit du Mans hier et aujourd'hui en photos

            Juste une précision MdS : les guillemets indiquent qu'il ne s'agit pas d'un texte rédigé par l'auteur du message ... Insufisamment certes . L'auteur du texte cité n'étant pas identifié il n'est pas mentionné. Il reste que j'aurai du en effet indiquer la source en terme de lien ... Je m'en excuse auprès de toi ... Pour le reste ne tombons tout de même pas dans l'excès verbal en matière de référence à l'honneur par exemple ... Sur les forums ca dérape vite sinon ... Par ailleurs, il existe des possibilités de communication par message privé. C'est peut - être plus ... sympa on dira ...
            JFR au boulot ; CR à la maison ...

            Commentaire


            • Re : Le circuit du Mans hier et aujourd'hui en photos

              Mes excuses vont aussi à Huhu qui n'était qu'un aimable intermédiaire ...
              JFR

              Commentaire


              • Re : Le circuit du Mans hier et aujourd'hui en photos

                Broutilles que tout celà. Nous n'allons pas en faire un Outreau du droit d'auteur, que je suis le premier à bafouer

                Commentaire


                • Ligne droite des stands ...

                  Je pense 1946 ou 47, à la reconstruction :
                  Le petit cheval est bien à droite pour négocier la Dunlop ...




                  Un peu plus tard, 48-49 ?
                  Promenade du dimanche avant la reprise sportive d'après-guerre :

                  www.etoilespassion.com

                  Commentaire


                  • Re : Le circuit du Mans hier et aujourd'hui en photos

                    Envoyé par MdS
                    Broutilles que tout celà. Nous n'allons pas en faire un Outreau du droit d'auteur, que je suis le premier à bafouer
                    Ah ben me voilà pleinement rassuré !! M'excuse encore quand même et ferai plus attention à l'avenir sur les références.
                    Merci à toi MdS
                    Et il faudra qu'on échange sur cette journée d'avril 69 et la Matra 640 !!
                    Très cordialement.

                    Commentaire


                    • Re : Le circuit du Mans hier 1966

                      Retour sur le sujet QUI DORT

                      1966




                      Ambiance exposition dans le "Village": Berlinette Alpine A110 moteur 1100cc préparation Marc Mignotet c.f. Motorlegend




                      La courbe Dunlop Alpine et Porsche en lutte



                      Ford GT40 MkII à l'assaut du dos d'âne àprès la passerelle.

                      Commentaire


                      • Re : Le circuit du Mans hier et aujourd'hui en photos

                        bonjour a tous.....belles photos ...merci....si je ne m'abuse c'est la Ford MK 2 de Dan GURNEY et Jerry GRANT que nous voyons la sous le pneu..la no 3...qui abandonnera a 10 heures du matin..!!!..

                        Commentaire


                        • Re : Le circuit du Mans hier et aujourd'hui en photos

                          Pendant que le fer est chaud.

                          1968

                          Trois GT40 John Wyer Automotive Engeneering




                          #11 Jackie Oliver / Brian Muir avant le bac à sable de Mulsanne; derrière la GT40 #10 Paul Hawkins / David Hobbs et au fond (on ne la voit pas ) la gagnante #9.

                          La photo originale mersure 24 x 18 et si les coins sont coupés c'est que j'avais mis du collant !!!!!!

                          Commentaire


                          • Très bonne photo !
                            Même si tu n'as pas choisi le bon n° en gros plan !!

                            Sur ta photo de la Dunlop au-dessus, on voit le toit en rotonde des Comptoirs Modernes où on faisait la queue pour s'acheter un poulet-frites !
                            www.etoilespassion.com

                            Commentaire


                            • Re : Le circuit du Mans hier et aujourd'hui en photos

                              Envoyé par Huhu
                              Très bonne photo !
                              Même si tu n'as pas choisi le bon n° en gros plan !!
                              Sur ta photo de la Dunlop au-dessus, on voit le toit en rotonde des Comptoirs Modernes où on faisait la queue pour s'acheter un poulet-frites !
                              Eh ! pas facile de connaître le n° du vainqueur avant le départ; si je me souviens bien, cette photo a été prise la veille ou le matin du départ ?

                              "Le Comptoir Moderne" nous l'avions déjà évoqué dans un thème ici même sur Motorlegend.
                              Qui n'a pas connu Le Comptoir Moderne et sa bouffe insipide dans les années d'après guerre ? On y mangeait bref on se nourrissait.

                              C'était des comptoirs en vis à vis (avec passage des employés entre les deux et le tout disposé en étoile de 10 ou 15 ml de long) bref un "fast food" avant l'heure américaine.

                              Au menu: POULET FRITES (point barre) point de tartiflettes, de Kebab, de trucs exotiques; sandwich paté, jambon, rillette (du Mans parfois), fromage et le tout accompagné d'une bière mais aussi d'un vin rouge qui n'avait de vin que la couleur et un vague goût de vin.

                              Les Merguez dont arrivées bien plus tard et le pompom fut un type, en 1977 qui, en haut de la sortie du tunnel sous Dunlop, faisait rôtir des poulets avec un appareil qui comptait trois ou quatre rangées de galinacés qui cuisaient, répendant des fragrances de viande rôtie.

                              Et maintenant le coté cocasse: les gens venaient lui acheter ses poulets qui pour certains n'avaient de rôti que la peau (compte tenu du nombre de chalands); bref, pour les emballer, il proposait un sac en plastic (type ex grande surface) et comme le sac n'était pas assez épais et que les poulets étaient très chauds, nous nous amusions à regarder les "gogos" qui receptionnaient les animaux sur le sol .....

                              Et pour terminer avec le cuiseur de poulets, souvenez-vous la chaleur en 1977, le gus transpirait comme un robinet et pour s'éponger le front, il avait un linge blanc, au début (et beurre cuit au moment où nous le regardions) et lorsqu'il retirait les poulet de la broche, les bestioles étant très chaudes, il utilisait le "linge" qui lui servait à s'essuyer pour ne pas se brûler les mains. Quand l'opération était terminé, il posait le "linge" sur ses épaules (Voilà pour l'hygiène et rassurez-vous, personne ne se plaignait).

                              J'adore l'ambiance des grandes manifestations. Et les 24 heures du Mans.

                              Un autre jour, je vous raconterai la fête forraine... n'est-ce pas "Huhu" et la barraque de catch de chez Carlson ? La femme la plus grosse du monde, et la barraque de strip tease, et la femme serpent, et....etc.

                              Commentaire


                              • Super souvenirs en effet que ce bazar ambulant qu'étaient l'extérieur du Village et les Populaires parfaitement nommées !

                                Il s'agit du stand des Jackson où sur scène étaient présentés des "hommes forts" :
                                "Avec qui voulez-vous lutter ?
                                Avec Kim le chinois, 3 fois champion du france de judo, 6 fois champion d'europe de judoka et 4 fois champion du monde de jiu-jitsu ? Il a du quitter son pays, laissant pour mort plusieurs adversaires ! "

                                "Avec Buké l'africain, champion du monde de boxe toutes catégories à qui on a retiré le droit de combattre ses adversaires à la loyale, à mains nues ! "
                                etc ... etc.
                                Bonne rigolade !

                                Et qui se souvient du "mur de la mort" ?
                                www.etoilespassion.com

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X