Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le circuit du Mans hier et aujourd'hui en photos

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Ah, ben ! A force de remplir le cube de photographes en grappe, forcément c'est tombé !

    Une des dernières anciennes constructions du circuit qui part en poussière ...
    Voici ses début en 1949, encore jeune, il poussera ce fameux "Welcome" ...



    C'était un des endroits les plus recherchés pour les photos du départ, avec les fascines en face.

    Salut a toi "Welcome" et merci pour les photos ...
    www.etoilespassion.com

    Commentaire


    • Un message de CR, que je tranmets :

      Pescarolo : 16 avril 1969

      Le 16 avril 1969, lors d’une séance d’essais, la Matra 640 de Pescarolo s’envolait à près de 250 Km/h sur la ligne droite des Hunaudières et venait se fracasser sur les arbres bordant le circuit.

      Témoignage d’époque :
      « Normalement animée à cette heure de la matinée, la nationale 138 qui mène à Tours est calme. Des camionnettes de gendarmerie en barrent l’accès entre le lieu-dit Le Tertre-Rouge et le virage de Mulsanne, quelque 4 km plus loin, transformant pour quelques heures cette voie paisible en ce qui devient la Ligne droite des Hunaudières lors des 24 heures du Mans.

      Le 16 avril 1969 est une belle journée.
      Des gosses ont profité de ce mercredi pour faufiler leurs vélos à côté d’un transporteur bleu marqué EQUIPE MATRA ELF. Le journal Ouest-France a annoncé que des essais privés auraient lieu sur la route exceptionnellement fermée par arrêté préfectoral. Les mômes n’ont d’yeux que pour cette espèce de grand échalas, déjà chauve malgré ses 27 ans, qui joue avec son casque vert en attendant que la voiture de course qu’ils sont venus voir tourner soit prête.
      Une auto anti-conventionnelle, la Matra 640, avec son profilage inhabituel pour l’époque, symbolisé par ses deux dérives arrière. Elle a été dessinée par un aérodynamicien, Robert Choulet, en vue d’une exploitation optimale sur le circuit du Mans, terriblement demandeur au plan de la pénétration dans l’air.
      L’auto est quasiment vierge, sinon un galop d’essai sur l’aérodrome de Marigny.





      10 h 30. Les gars en tenue bleu de France avec un coq rouge brodé dessus font un signe à un homme en imperméable qui grille clope sur clope, Georges Martin, le directeur du service compétition de Matra. Il s’avance vers le grand type chauve, Henri Pescarolo, qu’a rejoint son collègue Johnny Servoz-Gavin. Les deux hommes plaisantent à propos de celui d’entre eux qui assurera le premier essais.



      C’est Henri qui s’y colle. Martin lui demande de ne pas trop tirer lors de ce premier contact. Henri est l’homme qui monte chez Matra. L’exploit signé à l’automne dernier sur cette piste, à l’occasion des 24 h du Mans, l’a inscrit dans une sorte de légende dont il ne sortira jamais. Henri se relève en outre d’un gros crash à Daytona il y a deux mois : une série de tonneaux à 300 à l’heure en pleine nuit. Pour lui, la routine.





      Contact. Bien qu’ils se soient bouché les oreilles des deux mains, les gamins sont impuissants à freiner le viol imposé par le V12 Matra, l’un des sons les plus purs en cette fin des années soixante. Il se faufile entre leurs doigts, éclate dans leur estomac en myriades de gouttelettes sonores. Demandez-leur s’ils s’en souviennent encore ! Demandez-vous pourquoi certains aiment la course automobile !

      Henri Pescarolo a mis la première. Il ne pousse pas les rapports et met la deux d’emblée. Le paysage commence de se fondre en un fil vert quand il passe la trois. L’auto est instable mais le pilote la tient.



      Quatre. Cinq. La Matra 640 franchit le croisement d’avec la départementale 92 à quelque 250 km/h. Ce n’est pas très rapide.
      Soudain le silence. Pesca met un dixième de seconde avant de réaliser qu’il vole. La voiture s’est délestée de l’avant sur une bosse et a décollé comme un avion. Au moment où les roues motrices ont quitté le sol, le moteur a calé. Pescarolo confiera plus tard que cette sensation de silence absolu dans une voiture volant à 200 à l’heure, cassant sur sa trajectoire des arbres et un poteau télégraphique, avant de se fracasser deux cents mètres plus loin en s’enflammant, fut l’une des plus étranges de sa vie.



      Il a failli mourir. Colonne vertébrale explosée, brûlé au visage – il en garde les traces encore, il ne mettra que trois mois à remonter dans une voiture de course. De quoi les pilotes sont-ils faits ?
      La Matra 640, détruite, ne courra jamais. Elle rejoindra le peloton des voitures maudites. Hantera longtemps l’imaginaire de ceux qui en vécurent l’aventure, et des autres aussi, de ceux qui en Matra, il y a trente ans, cristallisaient leurs rêves. »

      www.etoilespassion.com

      Commentaire


      • Revenons aux documents de l'époque.

        Les PORSCHE étaient les reines du Mans, sans elles le plateau aurait été bien maigre.


        QUELLE ANNEE ?



        Questions subsidiaires pour les "ès 24 heures"

        Voitures, leur n°, les équipages, leur classement.

        Pas aisé n'est-ce pas ? je ne vous demande pas non plus le sexe des anges

        Commentaire


        • J'hésite entre 1971 et 1972, mais ton commentaire sur la participation Porsche me fait pencher pour 71 (33voitures au départ)
          Si c'est bien 71, je dirais que nous voyons sur la photo en troisième position en partant du fonds (!) la 911S N°34 de Johnson - Forbes Robinson qui abandonna à la 8ème heure bièle coulée.
          Il me semble que la première est la 907 N°49 de Brun et Mattli qui fut 11éme au CG et première en Sport prototype.
          La troisième serait la 910 N° 27 de Poirot et Andruet qui abandonna à la troisième heure sur accident.
          La photo aurait donc été prise le samedi avant 19h ...

          Commentaire


          • </font><blockquote>citation:</font><hr />Débat lancé par Sportcars:
            Revenons aux documents de l'époque.

            Les PORSCHE étaient les reines du Mans, sans elles le plateau aurait été bien maigre.


            QUELLE ANNEE ?



            Questions subsidiaires pour les "ès 24 heures"

            Voitures, leur n°, les équipages, leur classement.

            Pas aisé n'est-ce pas ? je ne vous demande pas non plus le sexe des anges
            </font>[/QUOTE]Amusant, je connais la personne qui faisait ces cartes postales. Jipé, c'est pour ses initiales "JP"...

            Je ne sais pas s'il a encore tous les clichés où bien s'il a tout vendu. Il faudrait que je lui pose la question à l'occasion.

            A+
            Sam

            Commentaire


            • </font><blockquote>citation:</font><hr />Débat lancé par Huhu:
              [QB] Un message de CR, que je tranmets :

              Pescarolo : 16 avril 1969
              ...
              </font>[/QUOTE][img]graemlins/applause.gif[/img] [img]graemlins/applause.gif[/img] [img]graemlins/applause.gif[/img]
              Amicalement - Laurent
              24h-en-piste.com et 24h du Mans 2022

              Commentaire


              • Sur cette très belle vue de la courbe Dunlop, je vois quatre 911, deux 910, une Corvette et une bleue en 2° position que je ne reconnais pas ...

                Si c'est bien une Corvette, la livrée rouge et blanche doit nous aider. Peut-être celle de l'écurie Léopard en 73 avec Aubriet - "Depnic" ?

                En 73, il y avait deux 910 et une 907 également.

                Remarquez le panneau Elf au fond à la bordure écrasée par des spectateurs grimpés là-haut !
                www.etoilespassion.com

                Commentaire


                • 1971 il y avait au moins 33 Porsche cette année là
                  Depart
                  po verte 35
                  po rouge 34
                  po rouge 37
                  po jaune 41
                  po 907 blanche 49
                  corvette blanche rouge 2
                  ? corvette bleue verte 1
                  po 910 blanche 27

                  [size="1"][ 14.11.2005, 21:41: Message édité par : Duser ][/size]

                  Commentaire


                  • Je pense comme CR a 1971 .

                    Donc tout la haut ça doit etre la 907 n°49 de Brun et Mattli qui termina 7 eme
                    ensuite vient la Corvette n°1 de Aubriet/Rouget (AB)
                    puis l'autre Corvette n°2 de Greder/Baumont(AB)
                    La 910 n°27 de Poirot/Andruet(AB)
                    La 911S n°41 de Braillard/Gaban (AB)
                    La 911S n°34 de Jonhson/Forbes Robinson (AB)
                    La 911S n°37 de Mauroy/Lagniez (AB)
                    et enfin la 911S n°35 de Garant/Grueb (AB)

                    La photo a due etre prise lors du premier tour ...

                    Commentaire


                    • Ben, si vous savez tout, alors, pfff ...

                      [img]graemlins/applause.gif[/img]
                      www.etoilespassion.com

                      Commentaire


                      • Zut DUSER a ete plus rapide

                        Commentaire


                        • Bravo à tous

                          Et bien voilà, les "ès Le Mans" ont frappé; CR avait été le plus prompt.

                          ci-dessous ce que je lui ai retourné en MP avec la "soluce":

                          _-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

                          Hello,

                          Bravo mais je vais faire monter la sauce car les forts et les "très" forts ne sont pas encore là.

                          Par contre tu es très fort et l'écrirai.

                          Il te restait les deux Corvette n° 1 des Camemberts Lanquetos avec JC Aubriet et JP Rouget, la n° 2 des cigarettes Craven Filter King Size de Titi Greder (aujourd'hui réfugié fiscal aux USA) et MC Beaumont.

                          Les Porsche par le début:

                          # 49 907 s/n 05 Walter Brun/Peter Mattli engagée par André Wicky 7e géné. 1er Gr SP, 1er Cl 1601/2000cc
                          # 27 910 s/n ? Christian Poirot/Jean-Claude Andruet engagée par Christian Poirot; abandon suite accident dans la 3e heure (JC Andruet n'a pas piloté la voiture en course) aussi indiquée 908/02 suite à des modifications (c.f. F. Hurel)
                          # 41 911S 2,247 l Willy Braillard/Jean Pierre Gaban engagée par JP Gaban; abandon dans la 7e heure, moteur explosé;
                          # 34 911S 2,381 l Alan Johnson/Elliot Forbes-Robinson engagée par Richie Ginther abandon bielle coulée;
                          # 37 911S 2,381 l Pierre Mauroy (ce n'est pas Gros Quinquin ! ex premier "sinistre" de Tonton) / Jean-Claude Lagniez (maintenant cascadeur, doublure de Gérard Depardieux, ex-époux et divorcé de Christine Caron, ex-championne olympique de natation) abandon dans la 7e heure bris de boîte à vitesses;
                          # 35 911S 2,381 l Sylvain Garant/Pierre Greub engagée par Pierre Greub abandon dans la 21e heure casse moteur sur bris d'un arbre à cames.

                          Les Corvette

                          # 1 Chevrolet Corvette s/n 194378-S-410300 Jean-Claude Aubriet/Jean-Pierre Rouget engagée par Ecurie Léopard, abandon dans la 15e heures casse d'un cardan;
                          # 2 Chevrolet Corvette s/n 194679-S-706401 Henri Greder/Marie-Claude "Beaumont" engagée par Greder Racing abandon dans la 14e heures bris de moteur.

                          Commentaire




                          • Année ?
                            Qui pilote la 00 ?
                            Pourquoi 00 ?
                            Quelle est celle qui a voulu arracher les banderoles des fascines ?

                            Mon dieu, mon Dieu ! Que de questions !
                            www.etoilespassion.com

                            Commentaire


                            • ch'uis trop flemard pour chercher les réponses....
                              voiture à turbine, en 1951, hors catégorie, esses de la forêt...

                              Commentaire


                              • Réfléchis Matt' ! Une voiture à moteur central en 51 ???

                                Mais, voiture à turbine, S du Tertre-Rouge et voiture hors-catégorie, c'est bon !
                                www.etoilespassion.com

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X