Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Panhard moteur gs 1220

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Panhard moteur gs 1220

    Bjr , ingénieur en robotique avec un ami mécanicien et possesseurs d’une ct 24 , nous aurions aimé avoir des infos sur le travail de Michel Fournier pour monter ce moteur /boîte de gs / entretoise / suspensions / pot d’échappement etc... cette configuration ne nécessite apparement pas de rallonger la caisse de 20cm et aurait été réalisé aussi par «+prosto+» menbre en 2006 sur ce site ...sait on jamais , merci !

  • #2
    Re : Panhard moteur gs 1220

    Oui, j'ai réalisé le montage d'un moteur GS 1220 en 1975. J'ai roulé 6 mois avec dans Paris et environnement à Dourdan.

    Il n'est pas nécessaire d'allonger l'avant. Il faut fabriquer un nouveau berceau, une entretoise (en 2 parties) et un raccord sur les échappements.

    Je ne possède plus aucune pièce et dessins, les ayant donné en 1980 à un membre du club Panhard qui voulait faire le montage.

    Ce que je retiens de cette aventure c'est
    le regret que l'usine n'est pas monté un 4 cylindres qui aurait développé 60 ch DIN puissance suffisante pour un agrément de conduite très supérieur au vaillant bi-cylindre.

    Voici quelques photos !







    Suite si voulez !

    Commentaire


    • #3
      Re : Panhard moteur gs 1220

      Prosto avait parlé ici de la Panhard à mot GS
      https://forums.motorlegend.com/vb/sh...panhard&page=5

      Ce qu’on a pu perdre comme photos !

      Commentaire


      • #4
        Re : Panhard moteur gs 1220

        La 24 cg12 en essais en mars 1976 vers Dourdan !



        Montage du carburateur 38 NDIX double corps du bi-cylindres.

        Commentaire


        • #5
          Re : Panhard moteur gs 1220

          Pas de nouvelles de notre ami Jp66

          Dis donc! Elle aurait fait fureur avec un moteur rotatif, la 24!
          https://forums.motorlegend.com/vb/showthread.php?t=8379

          Commentaire


          • #6
            Re : Panhard moteur gs 1220

            Excuse le retard Duser, mais je crois que ce moteur rotatif avait facilement sa place dans le berceau de la 24. Néanmoins tu connais la fin de l'aventure rotatif et les causes.
            Pour répondre à Jp 66 (qui a disparu) c'était quasiment impossible de loger la boîte de la GS. La boîte Panhard dans sa dernière version ( Roue de 4è avec le 26 dents) était sûrement plus rapide en vitesse de pointe et assez résistante.

            Commentaire


            • #7
              Re : Panhard moteur gs 1220

              Je viens de découvrir cette 24 équipée d'un moteur GS que je ne connaissais pas.



              c'est la 24 de M. Franek, Photographiée ci-dessous lors du RIPL 2014, à Richelieu.
              "PANHARD" est bien son immatriculation.

              Commentaire


              • #8
                Juste un clin d'oeil sur mon expérience au sujet de la 24 CG12. Vainqueur sur le circuit de Folembray en Mai 1976 devant une R8 Gordini 1300 et une meute de 24 CT et BT.

                Lors d'une réunion du Club panhard Grandemange.







                Dernires recommandations avant le départ.

                Commentaire


                • #9
                  Une 24 ct à moteur GS 1220 a bien existée en 1976.

                  Voici quelques photos.

                  [img=https://i.goopics.net/800/DXjWE.jpg][/img]

                  [img=https://i.goopics.net/800/q3Lj9.jpg][/img]

                  [img=https://i.goopics.net/800/kmKJ9.jpg][/img]

                  [img=https://i.goopics.net/800/VA837.jpg][/img]

                  et un essai avec le carbu 38 NDIX de la 24

                  [img=https://i.goopics.net/800/WA8Ke.jpg][/img]

                  [img=https://i.goopics.net/800/Y5xyZ.jpg][/img]

                  [img=https://i.goopics.net/800/J2GYx.jpg][/img]

                  [img=https://i.goopics.net/800/paL3P.jpg][/img]

                  [img=https://i.goopics.net/800/J233X.jpg][/img]

                  [img=https://i.goopics.net/800/paJJR.jpg][/img]

                  [img=https://i.goopics.net/800/RYNNP.jpg][/img]

                  [img=https://i.goopics.net/800/vXAAb.jpg][/img]


                  Quelle idée !
                  C’était une idée que j’avais depuis 1975. Je travaillais à l’agence de publicité Delpire responsable du budget publicitaire Citroën. Lors du tournage d’un film sur une plage en Normandie avec trois GS 1220, deux furent prises par la marée pendant près de 12 heures. Autant vous dire les dégâts. Je me proposais de racheter au moins une de ces voitures.

                  Avec un chèque de « 500 F » je fis donc l’acquisition d’une GS 1220 de 1975…avec au compteur 60 km !!! J’avais à ce moment là trois 24 CT. Donc je cédais la GS à mon père qui roulait à l’époque en PL 17 de 1963. Dans notre garage nous avons procédé au démontage de l’ensemble mécanique, nettoyé partout. Je fus alors frappé par la simplicité du moteur et sa modernité. Et si on le montait sur une 24 !
                  Je fus décidé et trouvait dans la casse Beck à Thiais un beau moteur sur une GS accidentée par l’AR. Et début 1976 je commençais à dessiner les plans nécessaires pour adapter le moteur 4 cylindres en gardant la boîte de la 24. Tout d’abord refaire un berceau, une entretoise de boîte s’adaptant au moteur, modifier le volant moteur pour adapter le mécanisme d’embrayage de la 24 et les conduits d’échappements.
                  Tout cela fut réalisé chez un tourneur rue de la Procession à Paris 15è. Le berceau de la 24 fut découpé et modifié avec des soudures sous argon. L’entretoise de boîte (1) fut taillée en 2 parties en aluminium, quant aux échappements cela fut assez simple de les raccorder.
                  Nous étions en février 1976. Le montage de l’ensemble fut terminé en avril. On distingue sur la 9è photo les ailes juste posées.
                  Le GS 1220 étant plus lourd que le M10S il fut nécessaire de rajouter une lame sur la partie supérieure. Modifié aussi la pression des pneus.
                  Un détail pas prévu apparu avant de fermer le capot, était la hauteur du carbu avec son filtre. Il fallu faire un bossage sur celui-ci et le repeindre.
                  Les essais se sont finalement parfaitement déroulés et la voiture prête à rouler tous les jours de Dourdan à Paris 15è.
                  Je puis vous dire qu’à l’agence j’eu un beau succès. Le directeur de la pub Citroën voulu même faire un tour avec moi.
                  Le 2 mai nous avons avec le Club Panhard (Grandemange) organisé une réunion sur le circuit de Folembray avec 2 courses de 10 tours chacune. J’y engageais la 24 CG12 dans la seconde avec comme adversaire une R8 Gordini 1300 des CD et autres 24. Ce circuit assez difficile avec quelques virages obligeant freinage et tenue de route obligatoire permit à la 24 CG 12 d’arriver en tête. Ce fut une fameuse réussite pour le club avec quelque 150 personnes.




                  Tout en continuant à utiliser cette voiture tous les jours je la fis essayer à Bernard Coural le spécialiste Panhard à Dourdan qui la compara à un bon 954.
                  Parallèlement je fis des essais avec le carburateur 38NDIX qui donna de superbes accélérations, mais qui consommait un peu trop.
                  En vitesse de pointe je fus chronométré dans la descente de l’autoroute A10 avant le péage de Dourdan par la gendarmerie à 178 km/h en juin 1976. Le gendarme compréhensif me fit un rappel à la loi. 10 ans avant il avait eu une 24 et me dit-il « je sais que cela marche très fort ». Il était 14 h 30 et le soleil de cette année-là donnait plutôt au farniente !
                  Tout cela m’avait couté fort cher et l’agence venait d’être vendue au groupe publicitaire RSCG. Je me suis retrouvé au chômage. Début septembre j’ai remis la 24 en configuration Panhard et je l’ai donc revendue.
                  Depuis tout ce temps je n’ai que des regrets, surtout qu’au fil du temps j’ai revendu mes autres 24. Ce beau moteur G12 assez puissant 60 ch DIN un excellent couple et increvable dixit chez Citroën aurait fait des merveilles sur une 24 ! Comme tout de monde qui aime les Panhard il fallait à la 24 un 4 cylindres pour espérer survivre.
                  Hélas je n’ai pu aucun plan et toute l’adaptation a été donné en 1982 à un membre du club dont je n’ai jamais eu de nouvelles.
                   
                  Dernière modification par prosto, 18 September 2020, 16h21.

                  Commentaire


                  • #10
                    Photos et textes à retrouvées sur Caradisiac forum Panhard [ Topci Officiel ] La 24 : ultime création de Panhard page 4

                    Commentaire


                    • #11

                      jmf17

                      kmKJ9.jpg
                      Tres interessant. J’adore ce genre de sujet
                      Si c’est toi qui as posté, pourquoi tu ne mets pas les photos sur ML
                      Carad. a supprimé toutes les petites marques françaises
                       

                      Commentaire


                      • #12
                        Bien-sûr c'est mon sujet. J'ai fais le même post avec les photos sur Caradisiac. [ Topci Officiel ] La 24 : ultime création de Panhard p4

                        Commentaire


                        • #13
                          Les photos !

                          Voici quelques photos. La première a été inversée gauche droite lors du scan.

                          https://i.goopics.net/800/DXjWE.jpg

                          https://i.goopics.net/800/q3Lj9.jpg

                          https://i.goopics.net/800/kmKJ9.jpg

                          https://i.goopics.net/800/VA837.jpg

                          et un essai avec le carbu 38 NDIX de la 24

                          https://i.goopics.net/800/WA8Ke.jpg
                          [/quotemsg]Suite

                          [img=https://i.goopics.net/800/Y5xyZ.jpg][/img]

                          [img=https://i.goopics.net/800/J2GYx.jpg][/img]

                          [img=https://i.goopics.net/800/paL3P.jpg][/img]

                          Suite sur circuit de Folembray en mai 1976. Vainqueur de la course 2.

                          [img=https://i.goopics.net/800/enq74.jpg][/img]

                          [img=https://i.goopics.net/800/A9e5w.jpg][/img]

                          La 24 CG12 à gauche sur la première ligne au départ de la course.

                          Suite des photos CG12 de 1976.

                          [img=https://i.goopics.net/800/J233X.jpg][/img]

                          [img=https://i.goopics.net/800/paJJR.jpg][/img]

                          [img=https://i.goopics.net/800/RYNNP.jpg][/img]

                          [img=https://i.goopics.net/800/vXAAb.jpg][/img]

                          4 mois de travail (plans montage essais).

                          Commentaire


                          • #14
                            Quand j’ai réalisé ce montage cela n’a intéressé que peu de monde au club. Je citerais entre- autre M. Doerflinger le trésorier de l’époque et quelques personnes que j’ai compté sur les doigts d’une main. Lors d’un entretien dans le cadre du club avec Jean Panhard en 1975, je lui avais posé la question du 4 cylindres sur la 24. Il avait répondu que cela avait failli se faire.
                            Je pense que lorsque j’ai procédé à ce montage la plupart des gens du club haïssait Citroën.

                            C’était trop tôt. C’était comme une trahison ! J’ai quitté le club en 1982 trop de mesquineries.

                            Ci-joint un autre témoignage suite à mon texte.

                            Publiés dans Les Anciennes, Les Essais de Patrice, Panhard le 9 novembre 2019

                            Vous me rappelez ma jeunesse de bricoleur. J’ai eu le plaisir de lire tous ces témoignages dont le vôtre. J’ai découvert la 24 en 1968, une étoile, suivit d’une BT quand la famille s’est agrandie. Et puis le bricolage m’a pris et j’ai décidé d’y implanter un GS 1015 trouvé à la casse, avant quelques croquis au millimètre, évidement les millimètres était là une fois l’ensemble moteur boite GS monté, particulièrement entre les deux lames de ressort dont la distance m’a obligée à attaquer la boite à la lime pour récupérer le débattement nécessaire aux vibrations, quant à la commande d’embrayage c’était tous aussi juste. Pour passe la boîte il a fallu reprendre le châssis avant : poutrelle coupée puis renforcé tout en conservant toutes les positions : directions, frein à main, batterie et tuyau de chauffage qui s’est vue ajouté du ventilateur électrique de la GS (presque fait pour ! Bricolage sur l’extrémité d’un arbre à cames pour le compte tour, adaptation facile du circuit électrique. Pas de modification de carrosserie. Cela a donné une voiture exceptionnelle, tenue de route inchangée, consommation un peu plus élevée mais plus de soucis de casse de distribution, de piston ou de soupape décalottée…le GS était un moteur très robuste (6500/7000 tours sans problèmes et sans soucis

                            J’en possède une depuis une quarantaine d’année, je l’ai remis en circulation l’an dernier, version d’origine sauf le montage d’un alternateur (DS) et du ventilateur de chauffage de la GS.

                            Jacques Gély 31 janvier 2020 à 23 h 45 min.
                             

                            Commentaire


                            • #15
                              Un peu hors sujet mais cela concerne la Panhard 24 CT et cela aurait pu sauver cette voiture.

                              L’histoire des protos Panhard/Citroën sur 24 CT. (selon l’ingénieur R. Brioult BE Citroën)
                              Les protos avant sont sur des base DS.

                              Le 5è proto est le 24 CT, immatriculé 5269 UP 75, construit en 1967.
                              La carrosserie de la 24 CT Panhard, dont les logos, les pare-chocs et les enjoliveurs de roues, sont conservés est montée sur une embase de DS modifiée, raccourcie de 50 cm. Seules les ailes AV sont allongées de 328 mm tandis que le capot de la 24, articulé à l’AV, semble conservé, continué par un auvent, pour contenir un 4 cylindres, dont la 4ème bougie est située sous l‘auvent, amovible ici, façon DS, ( photo en bas à gauche ). L’intérieur comprend de profonds sièges baquet d’apparence cuir noir et une banquette AR en skaï aéré, de DS ou d’ID, un tableau de bord spécifique et un volant sport 3 branches.



                              Il reçut plusieurs motorisations, des 4 cylindres de DS 21 (2175 cc.) améliorés, de 124 CV, puis de 130 CV, enfin d’un moteur proto (1987 cc.) de 143 CV avec 2 ACT, propulsant l’engin à 200/208 km/h.

                              Contrairement à ce qui a été parfois écrit, ce dernier proto n’a jamais reçu le V6 Maserati. Dormant au Conservatoire Citroën d’Aulnay-sous-Bois, il est encore équipé d’un 4 cyl. 2 ACT, peut-être le 143 CV, l’auvent amovible actuel comprend 2 ouïes aplaties (photo en bas) postérieures aux photos de l’époque.



                              Pour Olivier de Serres, deux protos 24 CT identiques ont été construits, le 1er équipé du 143 CV, le 2è du 124 CV. Vraisemblable, puisque l’un existe toujours sous sa forme initiale, l’autre, profondément remanié, recevra bien le V6, mais en 1970.



                              R. Brioult cite ces 2 protos, mais sans parler de simultanéité. Jan P. Norbye semble oublier ce (ces) protos. Ces protos semblent avoir été construits davantage pour faire survivre Panhard et Chausson, fabricant les carrosseries, que pour aboutir à une Super DS ! La production en série aurait été envisagée, comme son homologation en sport (Annexe J, 2 Litres).
                              Mr Bercot mit fin brutalement à ce projet,



                              Cela m’étonne, car Giulio Alfieri était très fier de me montrer une évolution du V6 d’un peu plus de 200 CV, lors de mon 1er voyage chez Maserati en Janvier 1969. Le proto initial de 1967 a été réalisé, sans ouïes, en blanc cassé, par Paradcar (ex kit CCC), assez correctement, malgré l’absence d’une touche noire sur les crosses de pare-chocs, le logo 24 CT situé sous les feux AR droits, et non sur le coffre, en bas à droite, et avec une immatriculation erronée « 5269 OF 75 », plus grave, à moins que celle-ci ne soit celle du 2nd proto. Qui sait ?



                              Suite avec le proto Panhard-Maserati 1970.

                               

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X