Annonce

Réduire

*** IMPORTANT *** Nouveau Forum

Chers membres,

Nous venons de mettre à jour le moteur de nos forums et les avons migrés sur de nouveaux serveurs. Nous activerons progressivement de nouvelles fonctionnalités. Si vous remarquez quoi que ce soit d’anormal nous vous invitons à nous l’indiquer directement dans cette discussion.

ATTENTION:
Votre identifiant forum est désormais indépendant de votre identifiant pour le reste du site Motorlegend.com. Le site et les forums disposent désormais chacun de leur propre gestion de comptes utilisateurs ce qui signifie que si vous changez d’identifiant, de mail ou de mot de passe sur l’un ce ne sera pas répercuté sur l’autre.
Voir plus
Voir moins

Quick Vic Elford

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Re: Quick Vic Elford

    Petit retour en arrière Monza 1970, en faisant des recherches sur cette course.




    Je ne sais pas qui sont les 2 dames.
    Avant c'était mieux

    Commentaire


    • Re : Quick Vic Elford

      Moi non plus....

      Commentaire


      • Re : Quick Vic Elford

        On achève la saison 1970 par le récit des 1000 KM de ZELTWEG ultime épreuve du championnat du monde des constructeurs, que j'aurai un peu de mal à détailler car pour une raison que j'ignore, SPORT AUTO, auquel j'étais abonné à l'époque, a parfaitement ignoré cette course.....( si vous avez plus de détails n'hésitez pas !)

        En deux mots et un peu plus..... elle marqua l'entrée en course de la nouvelle FERRARI 512 M une version allégée et recarrossée de la précédente qui aux mains de ICKX-SCHETTY signa le deuxième temps de essais et mena le début de course avant qu'un court circuit ne l'élimine, laissant comme d'habitude les 917 s'expliquer entre elles mais pas celle de RODRIGUEZ arrêtée dès le début de course. C'est donc SIFFERT-REDMAN et Vic associé cette fois avec ATTWOOD ( ils devaient ne plus se faire la gueule...) qui assurèrent le spectacle jusqu'à ce que la WYER prenne définitivement l'ascendant sur "l'AUTRICHE" qui, victime de problèmes (???) dû laisser passer l'ALFA-ROMEO 33 de DE ADAMICH-PESCAROLO ( qui faisait ses débuts chez les rouges, MATRA étant absent) et même la 908 MARTINI de LARROUSSE-LINS, pour finir à une modeste 4ème place.

        Enfin cette course mettait également un terme à l'existence de l'équipe PORSCHE AUTRICHE, le Docteur PIECH étant définitivement rassuré sur le sort de SA 917 devenue totalement adulte et ne nécessitant plus une pouponnière comme l'était cette équipe. Tout le matériel fut vendu au comte ROSSI ce qui fit que pour 1971, les couleurs de WEISSACH seront conjointement défendues de nouveau par John WYER mais aussi le MARTINI RACING dont Vic sera le fer de lance.

        Pour cette ultime course de PORSCHE AUTRICHE, Vic et Dick étaient réunis sous les couleurs de la victoire historique du MANS


        Vic et Jo en bagarre pour la tête


        Mais la WYER aura le dernier mot ....les stigmates sur l'aile droite en sont-ils la cause ?

        Commentaire


        • Re: Re : Quick Vic Elford

          Envoyé par CMTARGA Voir le message
          On achève la saison 1970 par le récit des 1000 KM de ZELTWEG ultime épreuve du championnat du monde des constructeurs, que j'aurai un peu de mal à détailler car pour une raison que j'ignore, SPORT AUTO, auquel j'étais abonné à l'époque, a parfaitement ignoré cette course.....( si vous avez plus de détails n'hésitez pas !)
          Je vais vous scanner d'autres revues.
          Avant c'était mieux

          Commentaire


          • Re : Quick Vic Elford

            Bonjour, moi non plus, demande à HK, il a le chic pour reconnaitre les gens. Et continuez l'histoire de Vic, merci.

            Commentaire


            • Re : Quick Vic Elford

              2 arrets sur image de Croft 1968 ( désolé pour le retard... )



              Une nouvelle video sport-proto inedite chaque semaine : http://hoslotfrance.free.fr

              Commentaire


              • Re : Quick Vic Elford

                Merci hotslot ...il n'est jamais trop tard ! Peux tu nous mettre le lien you tube ? Merci

                Commentaire


                • Re : Quick Vic Elford

                  a 29'48 : un passage de Vic à Croft 1968 :
                  https://www.youtube.com/watch?v=sCspQqu14cg

                  a 2'02 : le film d'ou sont extraites les photos :
                  https://www.youtube.com/watch?v=FcMG7l51gQ0
                  Dernière modification par hoslotfrance, 14 avril 2019, 17h58.
                  Une nouvelle video sport-proto inedite chaque semaine : http://hoslotfrance.free.fr

                  Commentaire


                  • Re: Re : Quick Vic Elford

                    Envoyé par camerat Voir le message
                    Je vais vous scanner d'autres revues.
                    Après le Blancpain à Monza vers 18h
                    Avant c'était mieux

                    Commentaire


                    • Re : Re: Re : Quick Vic Elford

                      Envoyé par camerat Voir le message
                      Après le Blancpain à Monza vers 18h
                      Of course

                      Commentaire


                      • Re: Quick Vic Elford

                        L'Automobile et Autosport









                        Avant c'était mieux

                        Commentaire


                        • Re : Quick Vic Elford

                          Merci HOTSLOT pour le pas de deux de Vic ( il n'a pas été le seul....)
                          Merci CAMERAT c'est donc un radiateur d'huile qui a causé les soucis de Vic à ZELTWEG

                          Commentaire


                          • Re : Quick Vic Elford

                            1971

                            1971 va marquer pour Vic un grand virage dans sa carrière de pilote professionnel.

                            Tout d'abord et de manière anecdotique pour la première fois depuis 1961, il ne va pas disputer le Rallye MONTECARLO. Cette infidélité il ne la doit pas à l'absence de voiture valable mais plutôt au calendrier des courses du championnat du monde des constructeurs qui ont intégré les 1000 km de BUENOS AIRES en concurrence de date avec l'ouverture de la saison des rallyes. Heureusement son fidèle David STONE a trouvé refuge aux côtés d'Ove ANDERSSON et bonne pioche, puisque avec le suédois, il remporte un deuxième MONTECARLO cette fois sur ALPINE-RENAULT.

                            Au delà de l'anecdote, cette année 71 verra également pour la dernière fois de sa carrière, Vic au volant d'une PORSCHE tout au moins dans les compétitions officielles et au plus haut niveau. C'est donc là aussi une véritable rupture avec la tradition qui faisait que la carrière de notre pilote était totalement imbriquée avec celle du constructeur de STUTTGART depuis le fameux Tour de CORSE 1966.Une page se tourne.

                            Enfin au cours de cette année Vic va poursuivre ses diverses pérégrinations dans de multiples disciplines, comme les protos 2l, la TRANSAM, de nouveau la CAN AM et même un bref retour en F1, m'amenant une nouvelle fois à ne pas toujours respecter l'ordre chronologique pour faire place à une thématique de circonstance.

                            MARTINI RACING

                            C'est donc en ARGENTINE que s'ouvre la saison 1971. Vic comme annoncé est engagé par le MARTINI RACING TEAM à la tête duquel officie Hans Dieter DECHENT, lui-même ancien pilote PORSCHE. Il est chargé par le constructeur allemand comme client privilégié, de représenter officiellement la marque tout comme l'équipe de John WYER. C'est une véritable promotion pour cette équipe qui l'an dernier, comme on l'a vu, s'est distinguée à de multiples reprises notamment les superbes 2ème et 3ème places aux 24H du MANS. Pour cette saison l'équipe sera équipée de 917 identiques à celles de WYER et pourra disposer également des fameuses 908/3 pour la TARGA notamment mais aussi d'une version longue queue de la 917 pour LE MANS. Le sponsor MARTINI ne manquant pas de moyens ce qui fait à priori de cette équipe une sérieuse concurrente pour le championnat.

                            Vic en est le pilote N°1 et il fait équipe avec Gérard LARROUSSE dont le mimétisme de carrière avec celle du pilote britannique justifie pleinement leur association. Sur l'autre 917 parée des superbes couleurs MARTINI qui traditionnellement se basent sur la couleur du pays ( ici le gris-argent pour l'Allemagne), un duo composé du jeune et brillant autrichien Helmut MARKO associé avec l'expérimenté batave Gis VAN LENNEP.

                            Du côté de WYER en dehors de l'éviction du pourtant méritant Léo KINNUNEN remplacé aux côtés de RODRIGUEZ par Jackie OLIVER, le départ annoncé et précipité ( ?) à la retraite de Brian REDMAN a entraîné la constitution d'un nouveau duo composé de Jo SIFFERT et Derek BELL. Quant à FERRARI malgré les évidentes qualités de la nouvelle version de la 512 apparue à ZELTWEG comme vu plus haut et confirmées à l'occasion des 9 heures de KYALAMI où elle a triomphé, l'usine de MARANELLO a décidé de pas s'engager officiellement avec cette auto dans ce championnat laissant le soin à ses clients de la représenter et créant ainsi un net déséquilibre en faveur de la marque allemande. Il est vrai que du côté du "cavalino" on envisage surtout l'après 1971 qui verra le bannissement, après seulement 4 années d'existence, des grosses sport 5L au profit des protos 3L, seuls appelés à disputer alors le championnat du monde des constructeurs. Quel gâchis!

                            Toujours est-il que sans perdre de temps, la Scuderia aligne dès BUENOS AIRES sa 312 PB confiée au duo GIUNTI-MERZARIO qui n'est autre qu'une base de FERRARI 312 F1 transformée en proto et qui tout de suite va se révéler extrêmement efficace puisque réalisant le 2ème temps juste derrière RODRIGUEZ et sa 917 WYER mais devant Vic et SIFFERT sur leur 917 sur un circuit pourtant peu favorable pour une petite cavalerie preuve que l'auto est plutôt bien née. Derrière on retrouve les autres protos 3L et notamment les ALFA-ROMEO qui comme FERRARI en cette année de transition prépare ferme l'année 1972 ainsi qu'une MATRA 660 pour le duo BELTOISE-JABOUILLE.

                            Dire que cette épreuve laissera un souvenir amer n'est pas usurpé, bien sure et avant toute chose à cause de l'effroyable accident qui coûta la vie au pauvre Ignazio GIUNTI qui au volant de sa minuscule FERRARI réussissait l'exploit de tenir tête aux PORSCHE 917 lorsque l'irréparable arriva avec le trop fameux accrochage dans lequel BELTOISE et sa MATRA étaient directement impliqués et la polémique qui en découla. Mais aussi la déficience totale des organisateurs qui en plus de leur implication directe dans l'accident, en autorisant BELTOISE à manœuvrer, ne trouvèrent pas mieux que de fausser le résultat de la course, certes secondaire au regard du drame.

                            Pour l'anecdote on se souviendra que Vic fit le pari risqué de partir avec des pneus secs alors que les autres eux étaient en FIRESTONE mixtes non à cause de la pluie, plutôt rare la bas à cette époque de l'année, mais tout simplement du fait de l'état très poussiéreux de la piste (???). Moralité notre Vic juste avant l'accident de GIUNTI avait gagné son pari en étant beaucoup plus rapide que les autres 917 et menait la course. Le drapeau rouge agité aurait du déboucher sur un nouveau départ mais un petit malin passa outre et repris sa course comme si de rien n'était. Les organisateurs laxistes, laissant faire tout le monde se précipita de nouveau en piste dans un désordre total. ELFORD réussit malgré tout à récupérer sa première place devant SIFFERT (RODRIGUEZ suite à une crevaison étant largué) jusqu'à ce que sa pompe à essence ne lâche.

                            Les nouvelles couleurs (superbes) de Vic pour la saison 1971.


                            Vic prudent avec ses pneus secs au départ de la course sur une piste piégeuse.....


                            Une victoire possible qui de toute manière aurait été très amère

                            Commentaire


                            • Re : Quick Vic Elford

                              Le championnat retrouve ses terres habituelles à DAYTONA pour les traditionnelles 24H et une organisation digne de ce nom....

                              L'équipe MARTINI RACING y aligne son contingent habituel de 2 917 pour ELFORD-LARROUSSE et MARKO-VAN LENNEP tout comme John WYER avec SIFFERT-BELL et RORIGUEZ-OLIVER mais nos teutonnes vont devoir affronter un solide adversaire. La 312 PB de la Scuderia absente et en dehors des FERRARI 512 des équipes NART -FRANCORCHAMPS-MOTJUICH, Roger PENSKE engageait une 512M sérieusement modifiée par les soins de son équipe et par le préparateur moteur TRACCO et espérait renouveler son exploit de 1969 avec la LOLA, tout comme son pilote maison, Mark DONOHUE associé cette fois à David HOBBS.

                              Et comme en 69, la superbe FERRARI bleue et jaune allait sérieusement donner du fil à retordre aux allemandes et ce dès les essais, DONOHUE s'emparant facilement de la pole devant les WYER alors que Vic devait se contenter de la 11ème place de la grille et leurs équipiers de la 12ème suite à un règlement à l'américaine déterminant les 10 premières places le 1er jour des essais alors que les MARTINI BOYS n'étaient pas encore arrivés....

                              Mais les essais sont une chose, la course qui plus est quand elle dure 24 heures, toute autre chose. Au départ et pendant les 3 premières heures la 512 PENSKE va dicter sa loi à l'ensemble du peloton et ce même si RODRIGUEZ arrivera tant bien que mal à suivre le train devant son équipier, Vic lui naviguant loin de ce tumulte à la 4ème place preuve que sa 917 n'est pas à la hauteur des bleues et oranges. Puis victime d'un problème d'allumage la FERRARI rétrograde et l'abandon de SIFFERT-BELL (moteur out) permet à notre duo franco-britannique de s'installer en seconde position pour une parfaite course d'attente. Mais peu après la 7ème heure de course, Vic en plein vitesse sur l'anneau va s'arrêter quand il voit un de ses pneus éclater ( encore....) propulsant sa belle 917 dans le mur et provoquant un sérieux accrochage entre DONOHUE et un attardé qui transformera la superbe carrosserie de la 512 en un infâme patchwork de bandes adhésives. Pour lui comme pour Vic, heureusement indemnes, la course est finie le duo RODRIGUEZ-OLIVER roulant à sa main jusqu'au drapeau à damiers.

                              Le duo MARTINI arrivent pour les essais officiels...trop tard il fallait être là le jeudi.


                              Moralité on part seulement 11ème et 12ème loin des avant postes


                              Vic et Gérard remontent à la 2ème place....



                              L'anneau de vitesse va être fatal

                              Commentaire


                              • Re : Quick Vic Elford

                                Comme en 1969, au lendemain des 24 Heures, Vic tente sa chance au DAYTONA 500 mais cette fois elle ne sera pas de son côté car il sera éliminé dans les courses qualificatives préalables en finissant seulement à la 20ème place de la sienne. A cette occasion il pilotait une FORD de l'équipe PISTON RACING...je n'en sais pas beaucoup plus si ce n'est que cette contre performance est surtout due à un une arrivée tardive de Vic qui n'a pas participé à la totalité des essais....Décidément difficile d'être à l'heure à DAYTONA!

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X