Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le circuit du Mans hier et aujourd'hui en photos

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #91
    C'est un problème chez toi ...
    www.etoilespassion.com

    Commentaire


    • #92
      Et non !

      Bizarre affichage de la page ...
      www.etoilespassion.com

      Commentaire


      • #93
        On profite car ça remarche, vous reprendrez bien un petit coup de Maison-Blanche ?

        Tiens, une maison en bois ? En 1950, la plus étonnante des deux Cadillac de Cunningham est la deuxième, en tenue de ville (oui, coupé de ville ...) :


        En 1970, là ce n'est pas du cinéma, mais la vraie course. Vic Elford fait le vide. Mais Rodriguez n'est pas loin, qui passera devant. La lutte entre les deux 917 dura 8 heures ... :
        www.etoilespassion.com

        Commentaire


        • #94
          Autrement appelés: "Le Monstre" #2 et "Petit Pataud" #3
          Les spectateurs, à propos de "Petit Pataud" comprenaient "petit bateau"

          "Le Monstre" lors de la campagne du Mans 1950 n'eut pas de chance, hormis d'être à l'arrivée en 11e place; lors d'essais privés sur le circuit, sur route ouvert, il se fit prendre en sandwich entre une Cadillac et la Renault Celtaquatre d'un autochtone !

          L'accident eut lieu à ....... Maison Blanche.

          L'avant et l'arrière durement touchés furent recarrossés chez Monsieur Guillon carrossier.

          A lire dans un petit recueil intitulé "Le Mans 1950 Photo Archive The Briggs Cunningham Campaign". chez ICONOGRAFIX (ça ne s'invente pas) Minneapolis USA 1994 ISBN 1-882256-21-2.

          Commentaire


          • #95
            </font><blockquote>citation:</font><hr />Débat lancé par Huhu:

            ...
            Mais je suis certain d'avoir entendu le speaker des années 60-70 (l'irremplaçable Jean-Charles Laurens) parler du S du Tertre-Rouge.
            ...
            </font>[/QUOTE]Idem pour moi...

            Je me régale à vous lire. D'autant que je ne suis jamais allé au Mans, mais à une époque, je ne dormais pas beaucoup pendant l'épreuve : j'avais l'oreille collée à la "TSF", pas trop fort pour ne pas réveiller la maison... [img]smile.gif[/img]

            [size="1"][ 18.10.2005, 12:16: Message édité par : Don_Quichotte_raleur ][/size]

            Commentaire


            • #96
              bonjour...pour en revenir a la photo de HUHU sur le panneau d'affichage..la photo date de 1970 et elle a été prise entre 4h30 et 5h00 du matin..c'est bien ca ??

              Commentaire


              • #97
                Et qui se souvient de l'arrivée en 1970 ?

                La pluie pratiquement tout le temps; les Alfa nez à nez avec les Porsche et autres, entassées dans la Courbe Dunlop; la petite 914 6 cylindres 2 litres de Guy Chasseuil / Claude Ballot-Leno qui remontait les grosses se classant à la 6e place; 7 voitures à l'arrivée: 5 Porsche dont 2 GT et 2 Ferrari 512 S.

                L'horreur pour le final! Les vainqueurs dans la benne d'un camion pour le tour d'honneur !

                La Rolls Royce blanche "Craven A" avait plus d'allure.

                Au sujet des "Esses" au bas de la descente après la bosse, Christian Moity cite dans le livre "Les 24 heures du Mans 1949 - 1973": les S du Tertre Rouge (c.f. page 27 bas de la colonne 1); terme repris dans le livre "Cinquante 24 heures du Mans 1923 / 1982" (page 79 encadré 1ère colonne)

                Quand une partie de "S" d'Arnage devinrent "Indianapolis" ?

                Réponse: 1929 parce qu'une partie du revêtement est fait de briques comme la piste américaine.

                Le Golf derrière les stands ? il fut aménagé en 1934 année où fut tourné un film intitulé "200 à l'heure" ! Qui connait ?

                Signalisation renforcée sur le circuit 1938; tenez, en passant un lien sympa : Panneaux Michelin sur le Circuit

                Commentaire


                • #98
                  Après quelques clichés de 1955, une vue des travaux entrepris en 1956.

                  Cette photo est extraite du livre "ACO Cinquantenaire " 1906 - 1956 édité par la revue "Moteurs-Courses" à cette occasion; elle se trouve page 77.

                  Commentaire


                  • #99
                    Merci Sportcars, bien intéressant ! Je me souviens d'avoir entendu parler des S d'Arnage au milieu des années 60 : les habitudes ont la vie dure !!
                    www.etoilespassion.com

                    Commentaire


                    • Bon sang,

                      Je ne pensais pas avoir tant de clichés de 1968 !

                      Un coup sur la ligne des stands où je n'ai pas eu le nez quant à la voiture bien placée

                      Ci-dessous la Porsche 908 de Siffert/Herrmann en N&b (vous pouvez la voir en couleur sur le double Barthélémy Vol. 2 page 78 et en N&B sur la même page derrière la Moynet)



                      Excusez les Scotch dans les angles, c'est à l'époque où la piaule était aux couleurs des 24 heures.

                      Commentaire


                      • On revient en 1955 :
                        Un petit tour du circuit commenté par le pilote de F1 Mike Hawthorn, avec Caméra embarqué !

                        Ha la technique en 1955 c'est quelque chose.

                        Vous verrez : les pins sont tout petits, et il y a plein de monde sur la piste à contre-sens !

                        Le Mans - 1955

                        Attention 15Mo !
                        A savourer sans modération.
                        Amicalement - Laurent
                        24h-en-piste.com et 24h du Mans 2020

                        Commentaire


                        • Une des meilleures "caméras embarquées" qui soit !

                          C'est en juillet 56, je pense dans la semaine précédant la course retardée à cause des travaux. On voit au début les nouveaux stands.
                          Bien sûr, la route est ouverte ...
                          www.etoilespassion.com

                          Commentaire


                          • Encore un petit tour dans l'histoire des 24 heures:

                            Un des montres mythiques qui ont fait l'histoire de la course.



                            Cette photo ne m'appartient pas; elle n'est pas non plus extraite d'un des deux superbes ouvrages dédiés aux Maserati écrits par Michel Bollée* et M. Bollée / Willem Oosthoek**.

                            Stirling Moss est au Volant de cette Maserati 450S s/n 4501 carrossée par deux génies des formes: Costin et Zagato.

                            * Maserati 24 heures du Mans ACLA juin 1992 pas d'ISBN
                            ** Maserati 450S "The fastest sports racing car of the 50'S" imprimé par Corlet Caen 2005 ISBN 2-351-3642-5-3

                            Commentaire


                            • Ah, la belle bête ! Prise au début des Hunaudières en fin d'après-midi ?

                              Tu as raison Sportcars, un mythe ! A qui on va un peu écorner l'oreille (les mythes ont des oreilles).

                              Cette voiture avait été construite à la demande de Moss qui estimait qu'une carrosserie fermée était un plus aérodynamique. Le projet fut passé à Costin et Zagato ... qui ne s'entendirent pas et le projet pris du retard. Si bien que la voiture arriva au Mans mal dégrossie. Et finalement Moss se plaignit de la chaleur. Un loupé Maserati de plus au Mans, mais qu'il est beau le monstre !!
                              www.etoilespassion.com

                              Commentaire


                              • 22 juin 1957 engagée par Maserati, pilotée par Stirling Moss et Harry Schell.
                                En fait Harry Schell ne la pilotera pas en course car Moss abandonnera sur une rupture du pont au 32e tour.

                                En effet la chaleur à l'intérieur de l'habitacle était épouventable, Moss ne pouvait que s'en prendre à lui-même. Il l'avait voulue ainsi.

                                Pour la petite histoire Moss ne commentait pas sa première bévue en mettant son nez dans le dessin d'une carrosserie (pour les 24 heures du Mans). Souvenons-nous qu'en 1952 la déroute de Jaguar "Usine" est due à une des prophéties de "Sir" O.B.E. Stirling Moss.
                                Pour la Maserati il se plaignit de la chaleur à l'intérieur mais en 52 ce sont les moteurs qui rendirent l'âme parce qu'ils étaient très mal refroidis à cause du dessin de l'avant: entrée d'air trop basse et trop petite.

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X