Annonce

Réduire
Aucune annonce.

24 heures du Mans 1956

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Re : 24 heures du Mans 1956

    Avec Louis Héry sur la #51 qui se tue deux heures plus tard à Maison Blanche.

    Commentaire


    • Re : 24 heures du Mans 1956

      Il suffisait de regarder le film de l'Ina pour avoir l'ordre de passage au Tertre Rouge au 1er tour.
      J'avais faux, un manque de 6 voitures entre ma 1ere et 2e photo.


      L'ordre est:
      8, 9, 4, 1, 15, 16, 2, 12, 3, 11, 28, 10, 6, 31, 14, 29, 5, 35, 7, 19, 32, 17, 23, 36, 20, 26, 21, 22, 27, 30, 34, 37, 33, 25, 44, 42, 40, 45, 41, 46, 52, 50, 47, 24, 53, 48, reste 18, 49 et 51.
      Avant c'était mieux

      Commentaire


      • Re : 24 heures du Mans 1956

        Au 2e tour, toujours dans le S du Tertre Rouge, passent la Jaguar de Hawthorn puis les 2 Aston-Martin de Moss et Walker suivi de la Jaguar n°4 de Flockhart. Arrive Paul Frère sur la Jaguar n°2 qui est surpris par l’humidité agravée de la piste dans la descente du Dunlop et comprend qu’il ne passera pas le premier virage à gauche, il balance sa Jaguar en tête à queue et heurte les fascines extérieures de l’arrière, se retrouve dans le sens de la marche avec un arrière très chiffonné.





        Jack Fairman surpris par la sortie de Frère freine brutalement, se met en travers plus tôt avant le virage et stoppe sans rien toucher.



        C’était sans compter sur De Portago qui arrive en vrac sur Fairman et heurte l’avant de la Jaguar avec le côté gauche de sa Ferrari.













        Sur la Ferrari le radiateur d’huile est touché.



        Les 3 pilotes repartent pour dégager le “S”



        Fairman va jusqu’au stand mais le chassis est cassé à l’avant et la voiture est retirée.



        Paul Frère sait que sa voiture est trop abimée pour continuer, il stoppera dans les Hunaudières dans un endroit moins dangereux que le Tertre Rouge.



        C’est fini aussi pour la Ferrari qui s’arrête définitivement avant les stands.

        Dernière modification par camerat, 03 octobre 2018, 23h00.
        Avant c'était mieux

        Commentaire


        • Re : 24 heures du Mans 1956

          Paul Frère dans le journal ''Les Sports'' :

          «L’Homme se grandit en avouant sa faute

          Mea Culpa

          La superbe victoire qu'a remportée la Jaguar de l'Écurie Écosse est heureusement arrivée à atténuer quelque peu l'horrible sentiment de culpabilité que j'ai éprouvé après avoir mis ma Jaguar hors combat et avoir entrainé dans mon malheur celle de mon coéquipier Fairman. Par ma faute, une firme qui m'avait témoigné sa confiance en me choisissant parmi des dizaines de candidats possibles pour conduire une de ses voitures dans la plus grande course du monde, ne disposait plus, dès le départ que d'une seule voiture. Et avant même que j'eusse, à pied, rejoint le stand, cette voiture s'arrêtait et perdait plusieurs tours !
          …..
          pas d'excuse valable dans les cinq premières minutes d'une course de vingt-quatre heures.
          …..
          dès que j'appliquai les freins après avoir franchi la butte menant vers les ''S'' du Tertre Rouge, je me rendis compte que je ne pourrais jamais les prendre : la pluie qui tombait depuis quelques minutes y avait rendu le revêtement, peut-être encore un peu trop neuf, bien plus glissant que le reste du circuit, et que jamais je ne pourrais ralentir suffisamment avant d'aborder le virage. Comme prévu, je me mis en travers dans le premier virage-à gauche-et allai violemment heurter en marche arrière les fascines se trouvant à l'extérieur de la courbe.
          ….
          heureusement, personne ne fut aucunement blessé dans ce triple carambolage.

          Remportée par une voiture d'un modèle commercialisé et appartenant à une organisation entièrement distincte de l'usine, la victoire de Jaguar n'en a été que plus probante.
          ….
          les résultats de la course n'ont pas été complètement faussés par la mêlée du deuxième tour.
          Mais à tous ceux qui en furent, je présente mes plus humbles excuses.»

          Commentaire


          • Re : 24 heures du Mans 1956

            On en a déjà parlé, la DB n°44 sort au Tertre Rouge au 2e tour et n'ira pas plus loin.







            Soit 4 abandons en 2 tours, dont 3 favoris.
            Avant c'était mieux

            Commentaire


            • Re : 24 heures du Mans 1956

              Après 4 tours à Maison Blanche c’est l’Osca 42 qui termine la course.



              Avant c'était mieux

              Commentaire


              • Re : 24 heures du Mans 1956

                Envoyé par camerat Voir le message
                On en a déjà parlé, la DB n°44 sort au Tertre Rouge au 2e tour et n'ira pas plus loin.


                Première apparition du ''Coach''HBR5 au Mans.
                Il s'agit là d'une voiture usine, René Bonnet en dehors de son équipage fétiche Laureau-Armagnac louait souvent ses voitures à des amateurs, et la carrière de Fernand Carpentier n'a semble-t-il pas laissé beaucoup de traces dans l'histoire du sport auto.
                J'aime bien les sièges qui sont dans le style des banquettes de 2CV de l'époque.

                Commentaire


                • Re : 24 heures du Mans 1956

                  Envoyé par tipo 151 Voir le message
                  Première apparition du ''Coach''HBR5 au Mans.
                  Il s'agit là d'une voiture usine, René Bonnet en dehors de son équipage fétiche Laureau-Armagnac louait souvent ses voitures à des amateurs, et la carrière de Fernand Carpentier n'a semble-t-il pas laissé beaucoup de traces dans l'histoire du sport auto.
                  J'aime bien les sièges qui sont dans le style des banquettes de 2CV de l'époque.
                  L'histoire de ces coach DB est racontée ici:
                  http://panhard-racing-team.fr/?page_id=1532
                  Avant c'était mieux

                  Commentaire


                  • Re : 24 heures du Mans 1956

                    Louis Héry ne termine pas le 6e tour , sortie avant Maison Blanche


                    Avant c'était mieux

                    Commentaire


                    • Re : 24 heures du Mans 1956

                      J'ai trouvé 2 photos de la Jaguar n°3 qui revient à son stand après le crash, elle sera poussée dans le paddock.



                      Dernière modification par camerat, 04 octobre 2018, 17h55.
                      Avant c'était mieux

                      Commentaire


                      • Re : 24 heures du Mans 1956

                        Plus tard dans la soirée la Panhard 50 et la Stanguellini 52 s’accrochent en sortie de Maison Blanche








                        Dernière modification par camerat, 04 octobre 2018, 17h29.
                        Avant c'était mieux

                        Commentaire


                        • Re : 24 heures du Mans 1956

                          Envoyé par camerat Voir le message
                          Après 4 tours à Maison Blanche c’est l’Osca 42 qui termine la course.
                          Malgré des débuts tardifs (à 42 ans) et décevants, Jean Laroche reviendra 5 fois au Mans, toujours au volant d'une Osca engagée par l'usine. Qu'elle était donc ses relations avec les Maserati pour avoir obtenu leur confiance alors que son palmarès ne semble pas plaider en sa faveur?

                          Commentaire


                          • Re : 24 heures du Mans 1956

                            Envoyé par camerat Voir le message
                            Plus tard dans la soirée la Panhard 50 et la Stanguellini 52 s’accrochent en sortie de Maison Blanche
                            La Panhard qui était en 29ème position prenait un tour à la Stanguellini 39ème.

                            Commentaire


                            • Re : 24 heures du Mans 1956

                              Envoyé par tipo 151 Voir le message
                              Malgré des débuts tardifs (à 42 ans) et décevants, Jean Laroche reviendra 5 fois au Mans, toujours au volant d'une Osca engagée par l'usine. Qu'elle était donc ses relations avec les Maserati pour avoir obtenu leur confiance alors que son palmarès ne semble pas plaider en sa faveur?
                              5 voitures italiennes cette année là (Maserati, Osca et Stanguellini) sont pilotées par des français...Etonnant.
                              Avant c'était mieux

                              Commentaire


                              • Re : 24 heures du Mans 1956

                                Ensuite c'est Jean Lucas qui part à la faute dans le "S" du Tertre, lui qui avait déjà noyé le moteur de sa Talbot au départ et s'est élancé avec 40 secondes de retard (je viens de le lire dans Ouest-France). La Talbot y restera.



                                J'adore la pub du vin derrière...
                                Avant c'était mieux

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X