Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Sébastien BOURDAIS

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #91
    Si je ne trompe pas ELKART LAKE est dans le VISCONSIN dont la spécialité est le fromage 

    Commentaire


    • #92
      Heureusement BOURDAIS prenait sa revanche dès la manche suivante, l'antépénultième du championnat et qui plus est sur l'ovale de LAS VEGAS, un type de tracé lui ayant jusque là encore peu convenu. Parti de la 3ème place juste devant son équipier JUNQUEIRA, la lutte fut farouche pour la victoire entre les deux titulaires NEWMAN-HAAS. L'écart ne dépassant jamais plus de la seconde, mais c'est notre frenchie qui eu le dernier mot pour 6 millièmes de seconde, remettant ainsi les pendules à l'heure et un écart de 27 points sur son dauphin brésilien, ce qui pouvait lui assurer le titre dès l'avant dernière manche en cas de bonne performance.



      Oui mais malheureusement le tracé urbain de SURFERS PARADISE en Australie allait encore retarder l'échéance. Tout d'abord TRACY devance le français sur la grille qui lui-même précède son rival équipier. Il suffit dès lors de contrôler le brésilien pour s'assurer du titre. Seulement voilà les meilleurs plans sont souvent déjoués. Au départ TRACY conserve l'avantage mais ALLMENDINGER ( encore lui...) qui a mieux démarrer que JUNQUEIRA emboutit l'arrière de la LOLA du français. Heureusement mis à part le court court-circuitage de la chicane, BOURDAIS conserve le contrôle et se lance à la poursuite de TRACY sans autre dommage. A ce moment si il dépasse le canadien il est champion. Celui-ci talonné par le français commet une faute mais Seb ne peut totalement en profiter. Arrive les arrêts et c'est là que la course va se jouer. L'équipe de JUNQUEIRA est plus véloce que celle de Sébastien permettant au brésilien de lui brûler la politesse à la sortie des stands. Comme TRACY toujours leader va se louper une nouvelle fois, JUNQUEIRA l'emporte devant BOURDAIS qui devra encore patienter pour être titré.


       
      Dernière modification par CMTARGA, 23 novembre 2021, 09h25.

      Commentaire


      • #93
        Bonjour, Las Végas et ses plumes !!!!!!! Pas de planches de surf pour l'Australie ?

        Commentaire


        • #94
          Avec des kangourous top less

          Commentaire


          • #95
            Merci pour ce reportage très intéressant!!!

            Commentaire


            • #96
              Et voilà la finale qui se déroule sur le circuit HERMANOS RODRIGUEZ à MEXICO, un circuit qui avait plutôt bien réussi à notre frenchie en 2003. Autant le dire tout de suite, si vous ne saviez pas ou vous ne vous en souveniez plus, le couronnement de Sébastien y fut grandiose. Tout commence avec une magnifique pole ( 8ème) devant son adversaire. Déjà de quoi bien le déstabiliser. Au départ il conserve son avantage et comme dans un rêve s'échappe à coup de secondes jusqu'au 40è tour où il rencontre le local DOMINGUEZ à qui il prend 1 tour et qui le contraint de mettre une roue hors trajectoire l'amenant à effectuer un tête à queue. Heureusement Seb ne cale pas et son avance étant suffisante il conserve la tête, mais il a eu très chaud. Sa fin de course sera sans histoire et il empoche sa 7ème victoire de la saison et son premier titre CHAMP CAR.

              hebergement de photogratuit photo

              Commentaire


              • #97
                Comme indiqué en préambule, le CHAMP CAR étant moins prenant en 2004 qui ne le fut en 2003, Sébastien saisit l'opportunité de disputer les 24 Heures du MANS bien entendu au sein de PESCAROLO SPORT, où une place est toujours disponible pour le manceau, d'autant qu'il souhaite à tout prix en être, son père Patrick étant également au départ. Seb professionnel jusqu'au bout des ongles, ne se contenta pas de s'assoire dans la COURAGE d'Henri pour les seules 24H mais participa, autant que faire se peut, au développent de la nouvelle voiture. Car pour PESCAROLO et ses troupes, l'année 2004 voyait la fin de l'association avec PEUGEOT et l'obligation de trouver une nouvelle motorisation. Le choix étant restreint c'est sur le V10 JUDD 5 litres atmo qu'il s'est logiquement porté. De plus c'est en tant que constructeur que maintenant l'équipe œuvre tout au moins sur le papier. Car en fait la base demeure toujours la COURAGE C60 qui a encore subi de profondes modifications pour recevoir cette nouvelle motorisation qui diffère de celle usitée par l'équipe d'Yves COURAGE.

                Début avril à l'occasion des tests préparatoires du Championnat LMES sur le circuit Pau RICARD, Seb en compagnie d'Emmanuel COLLARD et Soheil AYARI, découvre donc ce nouvel attelage. Ils y signent un bon chrono dans la seconde du meilleur réalisé par l'AUDI R8 du team GOH. Aux préliminaires du MANS, où cette fois tout le plateau est là, à commencer par les 4 AUDI R8 "privées" des équipes VELOQX-CHAMPION et GOH qui sont une nouvelle fois les épouvantails de ces 24H, le trio BOURDAIS-MINASSIAN-COLLARD qui vont se partager la N°17, réalise un 3.36 comparable à ceux propulsés à moteur identique mais à 4 secondes des AUDI.

                Les essais officielles malgré quelques soucis ne se passent pas mal puisque la N° 17 pointe à la 6ème place fort logiquement dominée par les AUDI. Seule la ZYTEK fait mieux dans le clan des non AUDI mais si sa vélocité est son apanage grâce son aéro très évoluée, sa fiabilité est plus que douteuse. Dès le départ BOURDAIS se glisse dans les échappements des AUDI à la 5ème place et maintient sans problème sa position jusqu'à son deuxième relais lorsqu'il est obligé de s'immobiliser au stand pendant près d'un quart d'heure suite à la rupture d'un fil d'alimentation. Il repart en 39ème position. Après 3 heures de course la 17 est 24ème alors que sa soeur la n°18 pilotée par AYARI-COMAS-TRELUYER poursuit sa route sans encombre et pointe à la 3ème place compte tenu que les rangs AUDI se sont éclaircis. Une heure plus tard la 17 est déjà 13ème puis, à la 6ème heure, 7ème juste avant que Sébastien en pleine attaque pour remonter ne sorte dans un bac à graviers en doublant un retardataire distrait. Retombée à la 16è me place, le trio repart à l'attaque pendant toute la nuit et alors que la 18 est toujours 3ème derrière deux AUDI. La 17 remonte jusqu'à la cinquième place et il n'est pas impossible que l'on assiste à un doublé PESCAROLO derrière les intouchables teutonnes ce qui constituerait déjà un sacré exploit. Oui mais voilà pas le temps de rêver à 11H du matin, la 17 s'immobilise définitivement au stand moteur cassé et la 18 sera plantée par AYARI dans un bac, la faisant reculer au 4ème rang. L'autre BOURDAIS, Patrick, ne sera guère plus heureux. La PANOZ qu'il partageait avec BERVILLE et BLANCHEMAIN ayant renoncé, boite cassée.

                Deux BOURDAIS dans la course


                Emmanuel COLLARD-Nicolas MINASSIAN-Sébastien BOURDAIS. On y croit


                Au départ la PESCAROLO 17 chasse les AUDI


                Beaucoup de soucis et un abandon

                Commentaire


                • #98
                  Enfin juste avant noël, Sébastien, champion CHAMP CAR en titre, est invité à disputer la COURSE DES CHAMPIONS au Stade de France où il représentera la France à la coupe des nations en compagnie de Stéphane SARRAZIN, mais sera éliminé par l'autre équipe française, composée de LOEB et ALESI qui eux l'emporteront au final. A titre individuel, il ira en 1/4 de final mais sera sorti par Michael SCHUMACHER.

                  Une belle brochette de champions

                  Commentaire


                  • #99
                    2005

                    La saison 2005 de Sébastien commence dès la fin janvier avec une séquence émotion. Quand le français a décroché son titre à Mexico, Paul NEWMAN a déclaré à qui voulait l'entendre, que son dernier souhait de pilote, serait de partager à 80 ans, le volant avec notre frenchie. Pris au mot, la star hollywoodienne ne pu que s'exécuter, quand son équipe décida de préparer et engager une CRAWFORD FORD V8 DP3 pour les 24 Heures de DAYTONA à partager avec notre Seb mais aussi une autre gloire de son équipe CHAMP CAR, le brésilien Cristiano DA MATTA lui aussi titré sous ses couleurs en 2002 et de retour aux States après son éviction brutale de l'équipe TOYOTA F1. A ce fameux trio vint s'ajouter Mike BROCKMAN, lui aussi vétéran ayant débuté sa carrière à la fin des années 60 et dont le palmarès s'enorgueillit de nombreuses places d'honneur décrochées essentiellement en IMSA au cours des années 70/80.Quant à la voiture, comme je l'ai déjà écrit à l'occasion de ma bio de Roger PENSKE, pour se débarrasser des protos européens trop encombrants car trop performants, au début des années 2000, les dirigeants de DAYTONA et de l'USRCC eurent l'idée de créer un championnat basé avant toute chose sur la simplicité technologique. Le principe est simple deux ou trois châssis homologués de préférence d'origine US avec un cahier des charges très rigoureux faisant de ces autos de véritables dinosaures au regard de l'évolution technologique, tant ils étaient dépassés techniquement, le tout doté d'un brave V8 issue de la série. L'esthétique pour le moins douteuse de ces autos les faisant ressembler à de gros crapauds, n'enthousiasma guère les constructeurs et cette catégorie DP ( DAYTONA PROTOTYPE) eu une durée de vie assez éphémère. Voilà donc notre Sébastien prêt à affronter une nouvelle épreuve de 24H bien éloignée des supers bolides du MANS mais avec pour seul objectif, de se faire plaisir et surtout la joie de partager avec son patron et comme je l'ai déjà dit, son autre père adoptif, le volant d'une voiture de course. Comme je n'ai pas beaucoup de détails sur la performance de notre quatuor, sachez que leur "crapaud" noir décrocha la 13ème place sur la grille de départ et que sa course s'arrêta brutalement suite à un accident juste avant la mi course ( si vous avez plus de détail....).

                    Commentaire


                    • Pendant la semaine du DAYTONA 500, BOURDAIS, en tant que champion, est convié à disputer la première des quatre manches de l'IROC au volant d'une PONTIAC FIREBIRD où il est opposé à tout le gratin américain de la course NASCAR, IRL, IMSA. Pour un néophyte complet sur ce genre de véhicule, peu habitué à jouer des portières sur un ovale, notre bizut fut vite expédié contre un mur mettant un terme prématuré à cette première. Mais dès sa seconde course à TEXAS, le petit frenchie montrait à ces gros balourds d'américains de quel bois il se chauffait. Il mena quasiment toute l'épreuve et s'imposa magistralement. Une sacré performance qui faisait encore un peu plus de lui un héros local. A RICHMOND sa course se terminait à nouveau dans le mur et à ATLANTA, il ponctuait son expérience par une 7ème place avec au final une 5ème place au championnat, soit le meilleur classement d'un non NASCAR cette année là. Cette performance lui valu une haute estime dans le milieu NASCAR, qui lui permit même d'être approché à de multiples reprises par les meilleures équipes de la reine des compétitions US. Seb n'y donna jamais suite à tort ou à raison ?



                      Toujours en attendant les débuts du CHAMP CAR début avril, Sébastien participe aux 12 Heures de SEBRING, cette fois au volant d'une FERRARI 550 MARNELLO engagée conjointement par le CARE RACING de Frédéric DOR et le LARBRE COMPETITION, qui depuis l'année précédente, font courir en commun, des voitures frappées du "cavallino rampante". Pour Sébastien, il s'agit donc d'une première au volant d'une FERRARI, une marque pour laquelle il n'aura guère l'occasion de courir tout au long de sa carrière. Bien entendu cette participation est due aux relations privilégiées entre le manceau et l'équipe de Jack LECONTE. Face à la FERRARI à l'origine nettement améliorée par PRODRIVE grâce à Frédéric DOR et qui s'est taillée un joli palmarès dans les courses GT des trois dernières années, il y a les CORVETTE et les nouvelles ASTON MARTIN DBR9 que justement PRODRIVE a développé en lieu et place de la FERRARI qui elle semble maintenant un peu dépassée. Reste que SEBRING demeure une course éprouvante et que tout peut s'y passer. Effectivement aux essais les américaines et anglaises sont nettement devant le trio composé de BOURDAIS-BOUCHUT-GOLLIN. Celui-ci eut un début de course très sage, maintenant sa position d'attente en se tenant en retrait de la bagarre US/GB en attendant que ça casse devant. Malheureusement c'est la belle italienne qui cédera la première, boite cassée à mi-course.


                       

                      Commentaire


                      • Le CHAMP CAR démarre enfin par des essais groupés au lendemain des 12 H de SEBRING, justement sur le tracé floridien donc ça tombe bien! Sébastien retrouve son équipe de l'année précédente et Bruno JUNQUEIRA est à nouveau son équipier. Pour lui l'objectif de 2005 est bien sûr de renouveler son titre mais aussi une participation au 500 Miles d'INDINAPOLIS que lui, comme ses employeurs appellent de leurs voeux. Dans une interview donnée à AUTOHEBDO ( N° 1488) Seb exprime aussi son désir toujours inassouvi, d'accéder rapidement à la F1. De toute évidence son premier titre US n'a pas suffi puisque David SEARS, qui s'occupe toujours de lui, n'a pas obtenu le test promis chez WILLIAMS. Un deuxième titre lui ouvrirait-il les portes de cette F1 tant désirée?

                        En attendant revenons au CHAMP CAR. La saison comportera 13 manches soit une de moins que 2004 mais ce n'est pas pour autant que BOURDAIS viendra au MANS cette année. Le plateau est quasi identique à celui de 2004 et donc TRACY devrait avec son équipier JUNQUEIRA, être à nouveau ses principaux challengers. La LOLA COSWORTH étant demeurée dans le même jus que les exercices précédents, comme le dit Seb dans l'interview précitée "c'est sur les détails que ça va se jouer". Ces essais de SEBRING ont révélé que NEWMAN HAAS avait vu juste, les deux équipiers ayant trusté les meilleurs temps.

                        C'est à nouveau à LONG BEACH que démarre la saison sur un circuit que notre frenchie apprécie peu et réciproquement. Pourtant fort de son N°1 Sébastien va immédiatement mettre les points sur les i. Seulement 4ème sur la grille derrière TRACY et JUNQUEIRA il allait, bien aidé par une stratégie décalée, se retrouver devant son équipier et dans les échappements de TRACY. Lors d'un re-start il portait immédiatement l'estocade sur le canadien qui n'en pouvait. Une fois en tête plus personne n'allait le revoir, signant au passage, le record du tour et sa 11ème victoire dans la discipline.

                        photos gratuit

                        La seconde manche à lieu à MONTERREY une piste qui par contre lui a bien réussi par le passé. 2005 n'allait pas totalement le concrétiser. Si la pole cette fois lui revint pour la troisième fois consécutive ici , la course de Sébastien sous une chaleur caniculaire sera une nouvelle fois gâchée par TRACY. Parti en tête le français ne la conserve pas suite au premier arrêt car le canadien le double dans l'allée des stands. Il repart donc devant le français qui immédiatement porte une attaque violemment contrée par la LOLA bleue. TRACY reste sur le carreau et Seb est bon pour un stop supplémentaire pneu crevé. Il remontera jusqu'à la 5ème place alors que JUNQUEIRA triomphe et prend la tête du championnat.

                        hebergeur photo

                        Commentaire


                        • INDIANAPOLIS nous voilà! Tel aurait pu être le cri de l'écurie NEWMAN-HAAS en débarquant sur le mythique anneau. Comme déjà indiqué, pour les deux associés ne pas participer à la course la plus importante des USA était un crève- cœur. Rappelons que la classique US faisant partie du championnat rival IRL était ouverte à plusieurs châssis et moteurs V8 atmo, donc une réglementation technique très différente du CHAMP CAR. Pour participer, l'équipe de Sébastien dû donc acquérir châssis et moteurs spécifiques pour cette unique épreuve d'où un budget non négligeable. Mais que ne ferait-on pas pour INDY 500? Une fois le financement de l'opération bouclé courant mars, l'annonce de la participation de BOURDAIS et JUNQUEIRA à cette 89ème édition pu être officialisée avec des châssis PANOZ et des V8 HONDA. Comme tout rookie, Seb dû d'abord passer par les tests préliminaires ce qui combiné avec le programme CHAMP CAR ne fut pas des plus simples mais qu'il réussit haut la main. Puis arriva la fameuse semaine INDY avec les multiples séances d'essais et qualifications. Sébastien s'en tirait au mieux en décrochant le 15ème temps et son équipier le 12ème, prouvant que les deux sociétaires NEWMAN HAAS n'avaient connu aucun problème d'adaptation malgré le manque de connaissance du terrain et pour Seb des grands ovales en particulier. Inutile de dire que ce n'est pas sans appréhension et impatience que le rookie français abordait sa première participation à ce mythe comme il l'indiquait dans le N° 1497 d'AUTOHEBDO. Au départ, il maintient sa position, puis au fil des tours et des incidents, il grimpe avec régularité au classement pour se retrouver 9ème peu avant la mi-course. moment où JUNQUEIRA est victime d'un gros cash qui ne va pas être sans conséquence sur la suite de sa saison. Inutile de dire que pour Seb cet incident est quelque peu déstabilisant, pour autant il conserve son rythme puisqu'il est 7ème au 146ème tour où il pousse à la faute rien moins que l'expérimenté Sam HORNIISH et lui ravit sa 6ème place. Après un bon pit stop, le voilà même 5ème à 50 tours de l'arrivée en bagarre pour la victoire avec WHELDON, Danica PATRICK, MEIRA et LAZIER. A un tour et demi de la fin, sans trop de raison, Danica PATRICK pile juste devant Seb, l'obligeant à un écart, c'est l'accrochage avec Buddy LAZIER. Pneu crevé la PANOZ du français devient folle et va heurter le mur heureusement sans conséquence pour son pilote, mais finit le rêve d'un top 5 qui était l'objectif fixé et parfaitement réalisé jusque là et pourquoi encore mieux. Peut être la prochaine fois dès que l'occasion se présentera. Voilà en tout cas une très bonne expérience, une de plus pour le manceau.

                          Commentaire


                          • Sébastien ravale sa déception et file dès la week-end suivant à MILWAUKEE où il retrouve un ovale de taille beaucoup plus restreinte et sa LOLA CHAMP CAR. JUNQUEIRA sérieusement touché aux vertèbres est indisponible pour la fin de saison et est remplacé par l'espagnol Oriol SERVIA à ses côtés. Aux essais Seb doit se contenter de la 6ème place et sa course brillante sera gâchée par une pénalité pour excès de vitesse dans les stands. A ce moment il était pointé second et talonnait TRACY. Il rétrograda donc pour ne finir que 6ème, ce qui ne l'empêche pas de conserver la tête du championnat.

                            upload images

                            Le résultat de la manche de PORTLAND même si il ne fut pas totalement satisfaisant pour notre héros avec la seconde place, avait au moins l'avantage d'offrir aux spectateurs une image du podium fort sympathique avec les 3 derniers champions réunis, DA MATTA vainqueur, BOURDAIS second et TRACY 3ème.Pour en arriver là il avait fallu que WILSON pole man et leader abandonne, que DA MATTA use d'une stratégie décalée forte efficace et que notre Seb remonte de sa modeste 5ème place de grille, notamment en passant imparablement TRACY.



                            PETIT BREAK..A TRES BIENTOT 

                            Commentaire

                            Chargement...
                            X