Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Assassinat president kennedy

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • prosto
    a répondu
    Re : Assassinat president kennedy

    LE CAS RUBY !

    Voyons tout d'abord ce qu'a vu le matin du 22 novembre Judith Ann Mercer vers 11 heures soit moins de 2 heures avant l'attentat. Jeune femme de 23 ans à l'époque et habitant Dallas, Mlle Mercer s'est trouvée bloquée derrière un camion sur Elm street peu de temps avant que la circulation ne soit interdite au public pour permettre les préparatifs avant que le cortège présidentiel n'emprunte cette voie.Le camion empiétait sur le trottoir de droite et obstruait la voie la plus à droite de la chaussée et Mlle Mercer dut attendre pouvoir déboiter que la circulation se fluidifie . Avant de se déplacer, elle disposa du temps suffisant pour pouvoir observer ce qui se passait autour d'elle. Observant le camion elle vit un homme descendre et récupérer à l'arrière ce qu'elle identifia comme étant un étui de fusil. L'homme se dirigea ensuite vers le sommet du monticule herbeux (Grassy Knoll) que plusieurs témoins identifieront dans quelques heures comme le point de départ des coups de feu. Hormis cette observation capitale, Judith Ann Mercer verra en déboitant enfin de la position où elle se trouvait, assis au volant du camion, un homme qu'elle identifiera de façon formelle comme étant Jack Ruby et elle ne variera pas dans ses déclarations sur ce point en particulier. Elle sera aussi formelle en déclarant que l'homme se dirigeant vers le monticule herbeux n'était pas Lee Harvey Oswald et ne lui ressemblait en aucune façon. Au moment où elle avait vu Oswald se faire assassiner, Mlle Mercer observerant la scène chez elle devant son écran de télévision, reconnaîtra immédiatement Ruby comme étant l'homme qu'elle avait vu 2 jours plus tôt sur Elm street au volant du camion. Fait surprenant seul le FBI interrogera Judith Ann Mercer à plusieurs reprises, alors qu'elle ne sera jamais entendue par la Commission Warren qui ne se contentera que des procès verbaux du FBI. Pour être tout à fait objectif, la crédibilité de Mlle Mercer a été entamée dans mesure la mesure où ses déclarations évolueront dans le temps. Même si elle ne s'est jamais contredite , il est dommage qu'elle ne se soit pas souvenu de tout au moment de sa première déposition évitant ainsi toute suspicion de la part de ceux qui restaient sceptiques sur le crédit à apporter à ses déclarations. C'est en partie pour cette raison que la Commission ne souhaitera pas l'entendre. Même si on peut comprendre sa réaction, la Commission aurait du adopter la même attitude vis à vis de tous les témoins dont les déclarations variaient d'une déposition à l'autre et dont la crédibilité pouvait être entamée. C'est particulièrement vrai pour la très contradictoire et versatile Mme Markham principal témoin à charge dans le meurtre de Tippit et pour Howard Brennan qui en dépit de sa myopie a été capable d'identifier Oswald à la fenêtre du sixième étage.

    Laisser un commentaire:


  • prosto
    a répondu
    Re : Assassinat president kennedy

    COMBIEN DE TIRS ?

    Ainsi c'est au moins une trentaine de personnes, dont une quinzaine de médecins, qui confirmera que l'arrière-droit du crâne de JFK avait été arraché par un tir frontal en oblique et ce non seulement au Parkland Hospital de Dallas, mais aussi à l'Hôpital Naval de Bethesda.

    Parmi les personnes qui firent état de cette blessure à l'arrrière droit du crâne de JFK à l'Hôpital Naval de Bethesda, on peut citer James Jenkins (Assistant d'autopsie), James Sibert (Agent du FBI), Francis O'Neill (Agent du FBI), Jerrol Custer (Technicien radiologiste), John Stringer (Photographe en chef de l'autopsie) et le Dr John H. Ebersole (Radiologue en chef de l'autopsie). Dans une interview qu'il accorda en 1978, le Dr Ebersole a d'ailleurs été très clair en disant textuellement qu'il y avait une horrible blessure béante à l'arrière de la tête de JFK.

    Ajoutons enfin que le lendemain, samedi 23 novembre 1963, un étudiant en médecine, nommé Billy Harper, trouva sur Elm Street un fragment du crâne de JFK. Fragment qui lui aussi disparaitra comme le cerveau de JFK qui était censé être conservé aux "Archives Nationales". La disparition, ou plus probablement l'occultation de ces deux pièces à conviction d'importance est d’autant plus regrettable que leur analyse par la suite aurait permis de rétablir la vérité sur l'origine du tir fatal à JFK.

    Si on compte les faits :

    1 balle dans le pare brise
    1 balle sous le pare soleil
    1 balle dans le poumon de J. Connaly
    1 balle dans son poignet
    1 balle dans le dos de JFK
    1 balle dans la gorge de JFK (entrée par l'avant)
    2 balles sur le crâne dont 1 mortelle
    1 balle trouvée sur la pelouse
    1 trace de balle sur le rebord de trottoir dont l'éclat blessa James Tague spectateur au pied du pont.

    Cela fait bien 10 impact de balles. Or la commission Warren n'en trouve que 3...!


    NB: en ce qui concerne la blessure d'environ 5 mm située au bas de la gorge de JFK qui fut élargie pour pratiquer la trachéotomie du Président, il faut savoir que tous les urgentistes du Parkland Hospital de Dallas ont estimé qu'il s'agissait à l'évidence d'une blessure d'entrée de balle.

    Laisser un commentaire:


  • prosto
    a répondu
    Re : Assassinat president kennedy

    Dernière chose concernant cette piste et cela est bon de le rappeler.

    Le débarquement de la Baie des Cochons est une tentative d'invasion militaire de Cuba par des exilés cubains soutenus par les États-Unis en avril 1961. Planifiée sous l’administration de Dwight Eisenhower, l'opération était lancée au début du mandat de John F. Kennedy. Elle visait à faire débarquer à Cuba, le 17 avril 1961, environ 1 400 exilés cubains recrutés et entraînés aux États-Unis par la CIA afin de renverser le nouveau gouvernement cubain établi par Fidel Castro, qui menait une politique économique défavorable aux intérêts américains et se rapprochait de l'URSS.

    L'opération fut un échec complet.

    Laisser un commentaire:


  • prosto
    a répondu
    Re : Assassinat president kennedy

    Merci de vos messages ce n'est pas facile de faire une synthèse.

    LA PISTE ANTI CASTRISTE

    L'image d'un complot se précise si on ajoute les liens de la CIA, non seulement avec la mafia, mais aussi avec la droite et le complexe militaro-industriel qui souhaitait l'extension du conflit vietnamien (alors que selon certaines sources, le président voulait retirer le pays de ce bourbier). Les milieux anticastristes, ainsi que le FBI de J. Edgar Hoover sont aussi souvent mentionnés comme impliqués avec ou sans la CIA. Cuba a cristallisé de nombreuses hypothèses autour d'un complot, avec l'épisode de la baie des Cochons (Kennedy a refusé au dernier moment de soutenir l'opération par des bombardements), qui lui a valu l'hostilité des anticastristes (sacrifiés pour rien), de la CIA (par anticommunisme), de la mafia (qui souhaitait récupérer ses revenus liés au jeu et à la prostitution sous Fulgencio Batista (1)), des castristes (qui en ont retenu l'agression par les États-Unis). Mais plus encore à l'automne 1962 la crise des missiles qui a été perçue par des anticastristes comme plus grave pour eux que la baie-des Cochons. Kennedy prenait en octobre 1962 un engagement public de ne pas envahir Cuba, qui jusqu'ici n'existait pas. À partir d'avril 1963, il concrétisa cet engagement par des mesures de prévention militaire des attaques anticastristes contre le territoire cubain. Aussi au Texas, peu après l'annonce de son voyage à Dallas en mai un tract anticastriste circula, annonçant que son remplacement par le vice-président texan permettrait de remettre sur le tapis une invasion de Cuba. Il est certain que Kennedy était dans le viseur de plusieurs tueurs. Mais lesquels ? Morales ? Elio Del Vallee ? On ne peut répondre bien sûr. L'antagonisme des frères Kennedy était très fort.

    Voir le roman de James Ellroy "American Tabloid" qui raconte les semaines précédents l'assassinat.

    (1) Le chapître sur Cuba avant Castro de Philip Kerr dans son roman "Hôtel Adlon"

    Laisser un commentaire:


  • can be sweet
    a répondu
    Re : Assassinat president kennedy

    Assurément deux grands sujets à mettre au compte de Motorlegend 2013, et parallèlement deux sommes de travail.
    Mais Prosto est une fouine et nous tiendra en haleine jusqu'au bout...

    Laisser un commentaire:


  • ferrari p4
    a répondu
    Re : Assassinat president kennedy

    Bonsoir, et bien moi aussi, j'ai été en panne d'ordinateur toue la journée!!!
    Mais quel plaisir de lire tout cet imbroglio politico-financier-truand!!!!
    Aussi passionnant que de remettre d'équerre le classement des 24h00 1923.

    Laisser un commentaire:


  • prosto
    a répondu
    Re : Assassinat president kennedy

    Ce que je voudrais ajouter pour clore cette piste qui d'ailleurs est très développée dans le livre de Reymond, c'est que l'attentat n'a pu avoir lieu sans une organisation très pointue avec l'aide de "certains services" de la CIA et du Secret Service.

    Ne pas confondre avec toute la CIA.

    Laisser un commentaire:


  • prosto
    a répondu
    Re : Assassinat president kennedy

    L.B. Johnson mort en 1973, Malcom Wallace mort en 1971 d'un accident de voiture, Billie Sol Estes mort dans son lit en...mai 2013 !

    Je sais que son fils a parlé mais a-t'il dévoilé le contenu de la cassette ?

    En tout cas il n'a plus besoin de protection !

    Laisser un commentaire:


  • prosto
    a répondu
    Re : Assassinat president kennedy

    En 1971, tout juste libéré, il reçoit la visite de Cliff Carter, l'ancien homme de confiance de Lyndon B. Johnson. Ce dernier, qui sent venir la mort, lui demande de prendre un magnétophone et commence à parler : « Lyndon n'aurait pas dû donner à Mac l'ordre de tuer le président... » Billie Sol Estes a mis cette cassette - « son assurance vie » - en lieu sûr. « J'ai pris mes dispositions pour qu'elle soit rendue publique à ma mort. » Sol Estes sait que « Mac » est Mac Wallace, le porte-flingue du clan Johnson.

    Il sait aussi que Wallace est l'assassin d'Henry Marshall, un fonctionnaire du département de l'Agriculture, « suicidé » le 3 juin 1961 parce qu'il s'apprêtait à dénoncer à la justice les magouilles des Texans. En 1984, un « grand jury » rouvre le dossier Marshall. Sous le sceau du secret et contre une immunité, un juge entend Billie Sol Estes. Un enregistrement audio de cette audition a été retrouvé par William Reymond. Il confirme le récit de l'homme d'affaires texan. Et conduit à un indice déterminant pour la compréhension de la mort de JFK. A l'endroit d'où Lee Harvey Oswald AURAI tiré sur le président, les policiers ont retrouvé en 1963 une empreinte digitale non identifiée. En 1998, Nathan Darby, un expert en identité judiciaire, a établi que cette empreinte était celle de Mac Wallace. Sol Estes est aujourd'hui persuadé que Wallace, sur ordre de Lyndon Baines Johnson et des magnats texans du pétrole, a tiré sur John Fitzgerald Kennedy le 22 novembre 1963.

    (1) « JFK, le dernier témoin », de William Reymond et Billie Sol Estes, éditions Flammarion.

    Laisser un commentaire:


  • prosto
    a répondu
    Re : Assassinat president kennedy

    Il faut mes amis que je me rattrape. Donc il me semble très intéressant de vous faire connaître ce témoin nommé Billie Sol Estes.

    Témoignage livré à W. Reymond.

    Comment ce vieil homme à l'oeil moqueur peut-il détenir la clé d'une des plus grandes énigmes historiques du siècle ? Jeudi, l'avocat texan de Billie Sol Estes a adressé une lettre à John Ashcroft, secrétaire d'Etat à la Justice américain, pour lui faire une offre. Sol Estes est prêt à livrer toutes les informations dont il dispose sur l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy si on lui garantit une immunité totale. « Je veux finir ma vie comme un homme normal, explique le Texan. Le secret que je détiens constitue ma meilleure garantie de tranquillité. Si je le livre complètement, je veux une protection. »

    En dépit de ses airs de retraité américain en goguette à Paris, le vieil homme a bel et bien été un acteur des pratiques occultes de la politique américaine. A la fin des années 1950, sa fortune se comptait en centaine de millions de dollars : un trésor amassé en pratiquant, à grande échelle, la corruption et le détournement de subventions, et qui lui a permis de financer l'ascension politique de Lyndon B. Johnson, leader démocrate du Texas. En 1960, les démocrates emportent les élections présidentielles, mais Johnson doit se contenter de la vice-présidence, laissant le premier rôle à John F. Kennedy.

    Les deux hommes se détestent. Pour se débarrasser de Johnson, les Kennedy décident de s'attaquer aux magouilles de Billie. Le « scandale Sol Estes » fait la une de la presse américaine. L'homme d'affaires refuse de dénoncer Johnson, devenu entre-temps président des Etats-Unis grâce à la mort de JFK. Il finit en prison, ruiné et abandonné de tous.

    A suivre...

    Laisser un commentaire:


  • prosto
    a répondu
    Re : Assassinat president kennedy

    Ah le foot ! Le foot... Le foot...La france est foutue ! (Guy Bedos) !

    Suite JFK !

    Photo de Malcom Wallace dont les charges sont plutôt importantes.



    Un tueur à gage bien connu de Johnson !

    Laisser un commentaire:


  • can be sweet
    a répondu
    Re : Assassinat president kennedy

    Et sur TF1 : FRANCE, une soirée particulière, drame en 90' dont on connait la fin !

    Laisser un commentaire:


  • Duser
    a répondu
    Re : Assassinat president kennedy

    Ce soir sur Arte
    20h 50 "Dallas, une journée particulière"
    par Patrick Jeudy 2013 Inedit 85 mn
    bonne critique de Telerama

    Vendredi 22 :
    Emission speciale sur Europe1 18h 30

    Laisser un commentaire:


  • prosto
    a répondu
    Re : Assassinat president kennedy

    LA PISTE TEXANE

    Un personnage qui connait beaucoup de choses. Billie Sol Estes, Financier de Lyndon B. Johnson


    Milliardaire aujourd’hui mort ruiné qui fut l’un des financiers de Lyndon B. Johnson.

    Avant de mourir, selon Billie Sol Estes, Lyndon B. Johnson aurait demandé à Malcolm Wallace, son "porte-flingue", de se débarrasser de Kennedy lors du voyage de Dallas. Wallace serait donc le deuxième tireur du TSBD. C'est la version développée par William Reymond dans son livre-enquête "JFK - le dernier témoin" paru fin octobre 2003.

    D'après Craig Zirbel dans "The Texas Connection", si John F. Kennedy ne voulait plus de Lyndon B. Johnson pour son éventuel second mandat, c'est entre autres à cause d'un scandale impliquant Billie Sol Estes, soupçonné d'avoir fait assassiner un agent du ministère de l'agriculture.

    Laisser un commentaire:


  • prosto
    a répondu
    Re : Assassinat president kennedy

    Après cette version des faits vient une interrogation.

    QUI A TUE JFK ? Et à qui profite le crime ? C'est une logique policière.

    Alors là mes amis je ne vais certainement pas vous révéler ce qui est 50 ans après encore un mystère. Mais on peut suivre 2 pistes sérieuses avec toutes les deux la CIA derrière et son grand maître J. Edgar Hoover.

    La piste texane avec un assassin très connu. G. Wallace.

    La piste anti-castriste avec plusieurs assassins. Morales, Elio del Vallee et un personnage que l'on retrouvera plus tard lors du cambriolage du Water Gate j'ai nommé Franck Sturgis.

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X